samedi 30 juin 2007

WE SHALL NEVER SURRENDER


« We shall never surrender ». Alors que les tentatives de massacres à Londres seraient liées à l’anoblissement de Sir Salman Rushdie, de son esprit de courage et de liberté, un esprit noble qui doit être un exemple pour nous tous, je signale au totalitarisme islamique que la Nation Anglaise et son Peuple ont résisté brillamment au totalitarisme brun, participé sans soute bien plus que d’autres à la défense du monde libre face au totalitarisme rouge et que pour le coup, il ne pliera sûrement pas devant le totalitarisme vert.

Le 4 juin 1940, Winston Churchill face à la barbarie nazie lançait son « nous ne capitulerons jamais. » Aujourd’hui face à la barbarie fascislamique, c’est Ayaan Hirsi Ali qui nous rappelle l’impérieuse nécessité de ne pas capituler. Écoutons son « we must never surrender » et Longue vie à la Reine.

Ayaan Hirsi Ali sur l'Affaire Rushdie

L'Ouest ne doit rien céder d'un pouce sur sa position. Il doit plutôt demander des comptes aux gouvernements qui, comme celui du Pakistan, encouragent ces actes barbares et soufflent à l'occasion sur le feu. Les États-Unis et la Grande-Bretagne doivent exiger que le ministre pakistanais des Affaires religieuses, Mohammed Ijaz ul-Haq, démissionne pour avoir déclaré au Parlement d'Islamabad : « L'Occident accuse les musulmans d'extrémisme et de terrorisme. Ce serait justice qu'un kamikaze s'y fasse exploser, sauf si le gouvernement britannique présente ses excuses et retire son titre de lord à Salman Rushdie. »

Sur cette « affaire Salman Rushdie », qui concerne beaucoup d'autres « apostats », le dramaturge nigérian Wole Sorinka a raison d'affirmer que l'Occident commet une erreur fatale en laissant les forces de l'intolérance « définir les limites du domaine de l'insulte ». L'Occident doit rester maître de son territoire. En anoblissant Salman Rushdie, la Reine a honoré la liberté de conscience et cette créativité chéries par l'Occident. Ce geste a fait d'elle non pas le symbole d'une monarchie caduque, mais l'essence même de notre art de vivre. Longue vie à la Reine !


Source : Imam Grouik-Grouik du Blog du Cochon hallal

Sir SIL qui n’est pas prêt à décrocher de son mur le portrait de Churchill

PARTAGER LA DEMOCRATIE? L’IMPOSER? QUE NENNI LES AMIS !


Le grand Georges Clemenceau, mon paternel noosphérique, la partie Y dans mon génotype conceptuel, disait souvent à l’autre demi-con de Ferry (le demi c’est pour l’école) qui voulait éduquer les peuples d’outre mer au nom de la vocation civilisatrice de sa France et la supériorité de sa race, que toutes ces conceptions de supériorité lui rappelaient les arguments utilisés par l’Allemagne à l’encontre des Français pour justifié la guerre de 1870 et l’amputation d’une partie de La France.
Cette vision des choses poussa mon Georges à combattre toute volonté colonisatrice et fit de lui un tenant du tontondavidisme, « chacun sa route, chacun son chemin, passe le message à ton voisin… »

L’Histoire étant bègue, nous assistons aujourd’hui au même débat. Un débat entre ceux qui en Europe croient à la mission civilisatrice de l’Union Européenne et qui justifient ainsi son extension à l’Asie mineure, au Maghreb et au Machrek voir jusqu’au lac Baïkal ; ceux qui aux States veulent jouer aux dominos démocratiques sur les tables levantines, certes pour des raisons moins paternalistes que real-politiques ; et ceux, qui touchés par le pépèrenalisme de gauche, estiment que tous ces sauvages, beaux, grands, bronzés et sensuels, sont bons par nature et qu’il faut surtout pas corrompre leur bonheur originel avec les turpitudes de la civilisation.

Et bien moi, je leur dis à tous, bof ! bof !bof ! Bof aux paternalistes de droite ! Bof aux pépèrernalistes de gauche ! Bof aux sauvages !

Écoutez mes pépères. ! La Démocratie n’est pas le moins pire des systèmes mais le meilleur. Cherchez pas ! il n’y a pas mieux et il n’y aura jamais rien de mieux. Alors par contre ce n’est pas parce que j’en suis fort content que je joue les loups ravis et me sens racialement supérieur pour autant. Pourquoi ? Par le simple fait que ce ne sont pas ces cons de Gaulois qui l’ont inventé mais bien ces trous du cul de grecs.

Par conséquent, que les sauvages ne croient surtout pas que je tiens à ce qu’on leur impose la Démocratie par le biais de nouvelles guerres coloniales ou de chantages commerciaux. De toute façon, même s'ils me le demandaient poliment, je refuse que l'on remette les pieds dans leur bourbier. Et pour tout vous dire, si ce n’était pas ma sensiblerie, celle qui me fait nourrir des rêves de bonheur pour tous les peuples de la Terre, mon premier réflexe serait de dire que de votre sort, je m’en fous. Puisque vous n’êtes plus des peuples à considérer comme de grands enfants démerdez-vous !

Rajoutez à cela que j’aime le luxe. Or le luxe c’est la rareté. Aussi je préfère garder mon luxe démocratique pour moi tout seul. Na !

Alors sérieux ou peut-être pas, faites ce que vous voulez. M’en fous ! Vous ne voulez pas vous débarrasser de vos autocrates, je m’en fous. Vous tenez tant que ça à vos potentats à moustache ou à barbe, je m’en fous. Et surtout n’essayer pas de me faire culpabiliser au nom du bon vieux temps des colonies, pour ce que vous vous faites à vous-mêmes, parce que sérieux, le temps des colonies, si vous saviez comme je m’en…

Un SIL égoiste

AUBRAC SPIRIT : MARYAM NAMAZIE


Encore une femme qui porte de flambeau du combat contre le totalitarisme islamique. Oui, encore et toujours une femme. Cette fois-ci, il s’agit de Maryam Namazie, opposante iranienne de longue date au régime des Mollards verts et gluants qui engluent l’Iran.

Alors certes, tout comme Lucie Aubrac, elle est pour la dictature du prolétariat, au nom d’une certaine conception de la liberté, idée à laquelle je m’oppose résolument.

Cependant puisque le sectarisme n’est pas ma foi, je salue ici son courage et son combat contre le totalitarisme islamique qu’elle poursuit à travers le lancement du Conseil des ex-Musulmans de Grande-Bretagne.

Ce qui suit est la traduction du texte publié sur le site de Maryam Namazie annonçant la création de ce conseil. Traduction de Rosa Valentini pour le site « Respublica » (voir coins d’utilité publique) :

Une section du Conseil des ex-Musulmans de Grande-Bretagne sera ouverte à Londres le 21 juin 2007. Elle suit les traces des sections qui opèrent déjà avec succès en Allemagne, Finlande, Danemark, Norvège et Suède. L'Association de la Libre Pensée de Grande-Bretagne et l'Association Nationale Laïque parrainent le lancement et soutiennent cette nouvelle organisation.

Le Conseil sera le lieu d'expression de tous ceux qu'on étiquette comme musulmans mais qui ont renoncé à la religion et refusent d'être identifiés par la religion.

La militante des droits humains Maryam Namazie sera la porte-parole de l'organisation dans le pays. Elle a déclaré : "Nous allons représenter l'alternative aux organes tels que le Conseil Musulman de Grande-Bretagne car nous estimons que les gens ne devraient pas être catalogués comme musulmans ou représentés par des organisations rétrogrades comme le Conseil Musulman de Grande-Bretagne. Ceux d'entre nous qui se sont manifestés en publiant leur nom et leur photo représentent les nombreuses personnes qui ne peuvent ou refusent de le faire à cause des menaces que les apostats subissent. En effet ces derniers sont punis de mort par les régimes islamiques. De par notre action nous brisons le tabou lié au rejet de l'Islam et prenons position en faveur des droits et valeurs universels et de la laïcité. Nous sommes sûrs de représenter une majorité en Europe et un vaste mouvement de protestation laïque et humaniste dans des pays comme l'Iran". Le lancement se déroulera le 21 juin.

Voici le Manifeste du Conseil des ex-Musulmans de Grande-Bretagne

Nous demandons :

1. Des droits universels et une citoyenneté égale pour tous. Nous nous opposons au relativisme culturel et à la tolérance des croyances inhumaines, de la discrimination et des abus au nom du respect de la religion ou de la culture.
2. La liberté de critiquer la religion.
3. La liberté de choisir sa religion ou l'athéisme.
4. La séparation de la religion de l'état et du système légal et scolaire.
5. L'interdiction des coutumes religieuses, règlements, cérémonies ou activités incompatibles avec ou qui portent atteinte aux droits et libertés des individus.
6. L'abolition de toutes les coutumes religieuses restrictives et répressives qui constituent un obstacle à l'indépendance et au droit de choisir des femmes et à l'égalité entre les sexes. Nous demandons l'interdiction de la ségrégation sexuelle.
7. L'interdiction de l'ingérence des autorités et des familles dans la vie privée des femmes et des hommes et dans leurs relations personnelles, affectives et sexuelles.
8. La protection des enfants contre la manipulation et les abus de la religion et des institutions religieuses.
9. L'interdiction de toute sorte de soutien financier, matériel et moral de l'état ou d'institutions d'état aux religions et aux activités et institutions religieuses.
10. L'interdiction de toutes formes d'intimidation et menaces religieuses.

Par Maryam Namazie


Source : Http://www.maryamnamazie.blospot.com


Toute opposition à la barbarie étant bonne à signaler, dans la même veine iranienne, je vous invite à visiter le site
http://www.iran-resist.org/
ainsi que
http://www.sauvelemonde.com
qui regroupent des démocrates iraniens résidant en France.

Vous pourrez même, sur "sauvelemonde", y signer une pétition de soutien intitulée « ni guerre, ni concessions aux Mollahs », pétition que j’ai paraphée (n° 1571) puisque entre le tout ou rien, dans l’intérêt des vies humaines, beaucoup de choses peuvent être tentées. Même si pour ma part, tout en l’ayant en horreur, je n’exclus jamais le recours à la force, quand cela s’avère nécessaire.

vendredi 29 juin 2007

SHINOBI : LA CHINE HONNIE


Je reviens du Cinéma. Je suis allé voir « Shinobi ». Une histoire d’amour contrariée par une guerre de clans Ninjas, dans un Japon médiéval. Comme le film n’est pas super, que l’art du « Shinobi » a débarqué au Japon avec des moines chinois et que par ailleurs j’écris ce billet sur ma magnifique commode de scribe chinois du XIXe, meuble qui m’a coûté les yeux bridés de la tête, je profite de cette chronique cinématographique pour déverser ma détestation de la Chine.

Le chinois est copieur or depuis la maternelle, j’ai toujours détesté les copieurs. Et même si les Japonais ont tout pompé sur les chinois, il n’y pas pires copieurs que les Chinois. C’est d’ailleurs pour ça que les Japonais copient les chinois de moins en moins. Le Japonais est devenu exigent. C’est à ça que l’on reconnaît les peuples supérieurs.
La preuve de ce que j ‘avance ?!? Les premiers à avoir utilisé au XIe siècle, l’impression typographique, ne furent-ils pas les Chinois. 60% des photocopieurs produits dans le monde ne sont-ils pas Chinois ?

Le Chinois copie nos produits pour nous les revendre. C’est un scandale. Les Chinois copient nos attitudes en Afrique, en couvrant par exemple un génocide, celui du Darfour, histoire de protéger leurs intérêts pétroliers ou ceux liés aux ventes d’armes. C’est dégueulasse. Et nos intérêts alors ?
Mais ce n’est pas tout. Le Chinois quand il émigre, copie nos prénoms, nos modes de vie, non pas pour s’assimiler mais pour mieux nous copier. Il le fait partout. C’est fou, Tou Fou.

Il y a deux ans, je me suis rendu chez mon tonton de Calgary. Au Canada. J’y suis allé pour assister au mariage de ma cousine. Ils habitent dans un joli petit quartier résidentiel, tout typique, avec des maisons toutes pareilles, où l’on y rentre en voiture. Bein, oui, l’hiver par moins 40°, on ne s’amuse pas à garer sa voiture devant chez soi. On rentre avec, chez soi. Le garage est ainsi la porte d’entrée. Du coup on ne rencontre jamais ses voisins.

Jouant les originaux, comme d’habitude, je me suis baladé dans le quartier, un dimanche de barbecue. Je me suis rendu compte que le quartier était infesté de Chinois qui imitaient l’ « american way of life ». Ils organisaient eux aussi des BBQs, affublés de casquettes et de tee-shirts des « Flames ». L’équipe de Hockey sur glace de Calgary. Des Noiches occupés à braiser de la barbaque, c’est vraiment portenawak, me dis-je. J’ai fait part de ma découverte à mon oncle qui ne fut en rien surpris par cette omniprésence chinoise. Étant parfaitement intégré à la société canadienne, mon oncle est communautariste. Logique. Communautariste au point d’avoir été Président de la communauté portugaise de Calgary. Du coup il a eu accès aux données démographiques des différentes communautés. Sans connaître ses voisins, il savait que l'Ouest de son Canada s’appellerait bientôt le Chinada.

Alors si le Chinois copie ainsi ailleurs, imaginez chez lui. Je ne dis pas ça forcement pour nos Airbus construits là-bas et déjà copiés mais pour les arts martiaux, histoire de revenir au film « Shinobi ».

Car l’autre jour en observant mes chats, j’ai compris que les Chinois avaient pompé sur ces félins toutes leurs chinoiseries martiales. Mon nin-chat et mon chat-mouraï, en passant l’après-midi à se bagarrer, avaient enchaîné tous les coups pour lesquels les moines de Chat-olin nous font payer chèrement leurs spectacles. Copieurs. Projections, clés d’articulations, coups de pattes sautées-renversées. Tout y était. Copieurs.
Je comprends maintenant pourquoi les Chinois mangent leurs chats ou empoisonnent les nôtres en nous vendant leur nourriture pour animaux domestiques empoisonnée à la mélanine. En bons psychopathes, ces sinanthropes mangent leurs victimes pour mieux cacher leur crime honteux. Avoir pompé les arts martiaux sur ces magnifiques animaux. C’est laid. Et si cela ne tenait qu’à moi, on vous enfilerait, au milliard que vous êtes, un bonnet d’Han.

Ring ! Ring ! Ring ! Oui ?!? À bon ?!? Comment ça ?!? Même pas vrai, d’abord !

Excusez-moi. Il s’agissait d’un mongoloïde quelconque qui m’expliquait que nous autres, Occidentaux, sommes très mal placés pour la ramener question plagiat. Soi-disant qu’on a fauché notre alphabet aux Phéniciens, notre religion aux Juifs et nos chiffres aux Arabes qui les avaient piqués eux-mêmes aux Indiens qui les avaient sans doute chouravé aux chinetoques d’alors. « Ne dit-on pas d’ailleurs, copieur comme un moine copiste ».

Non mais écoutez-moi braire cet Han! Quel toupet ! Même pas vrai d’abord, monsieur le pithécanthrope. La galaxie tout entière sait très bien que nos bons druides avaient déjà tout découvert, tous seuls, suspendus aux branches de leurs arbres sacrés. Va donc jouer aux billes avec ton boulier, l’Ombre Jaune. Moi, j’ai autre chose à faire. Ce sont les soldes. Il faut que j’aille chiner du toc chez tes cousins installés depuis peu dans le Sentier.

SIL Morane

jeudi 28 juin 2007

VULGUS PECUS


Les d’Aucuns me reprochent une certaine vulgarité nauséeuse. Non ! pitié pas ça ! ne me taxez pas de vulgarité, je vous en prie, je ne pourrais jamais le supporter !
Que va dire ma pauvre mère, miskinaaaa ! Voilà, voilà, me voilà triste maintenant, brisé et dépressif… Non je rigole !

Vous voyez la muraille de Chine ? ouais ! Ben pour tout vous dire, à vue d’œil, comme ça, elle ne représente que la plus petite des briquettes de cette superbe ziggourat d’indifférence que j’arpente du regard, depuis Jupiter, à la lecture de vos sentences. Je sais c’est vulgaire. Pourquoi, me demandez-vous ?

1- Vous n’avez qu’à lire les billets intitulés « qui est le SIL ».
2- Baudelaire prétendait que le vulgaire participe de l’art aristocratique du déplaire. Je suis assez d’accord avec mon bon poète. J’ai moi aussi un côté aristo.
3- Quand on est aussi génial que je le suis, la vulgarité est le seul moyen que j’ai trouvé pour ne pas trop me prendre au sérieux.

Le troisième point renvoyant quant à lui à la deuxième mise en accusation. Celle pour égotisme. Les « moi je » insupportant mes plus fidèles lecteurs.

Vu que le principe du Blog, tout comme celui d’éditorial, est intimement lié au principe d’égotisme, il s’agit d’être un tant soit peu cohérent, tout de même. Il s’agit d’être cohérent mais aussi génial. En me rendant insupportable, je permets à mes lecteurs de se détacher de ma personne pour ne se concentrer que sur mes idées. Distanciation qui permet au lecteur de les faire siennes ou de les rejeter avec plus de faciliter. Elle n’est pas trop géniale celle-là aussi ? Je sais, je suis vraiment trop génial.

Et puis, si en général on fait parler de soi, une fois devenu célèbre, à travers une bonne biographie, j’ai décidé quant à moi d’innover. Je me tape l’affiche avant de faire l’Affiche, histoire qu’une fois connu, on ne parle plus de moi. Je prends de l’avance en somme. Je sais, ça aussi c’est du « génialisme » à l’état pur.

Un Sir SIL dans ton oeil.

LES FRERES KASZKOUIWY


Non mais c’est quoi leur problème aux frères Moi et Mini-Moi ? C’est le fait d’avoir vécu jusqu’à il y a peu sous le toit maternel qui leur a ramolli ainsi le bulbe, à ces deux Gremlins, ou quoi ? Je te jure. Deux vrais bêtes de foire politique que ces deux Kaszkouiwy.

Je suis dur avec les frères Gollum ?!? Pas assez je trouve. Ils n’avaient qu’à pas s’attaquer à mon Angie. Mon sang Suève n’a fait qu’un tour. Comme suite à leurs frasques lors du sommet européen, ils ont osé rajouter une couche en comparant l’Allemagne d’Angela Merkel avec celle d’Adolf Hitler. Et un point Godwin pour nos deux loosers.

En effet, lors du dernier sommet européen de Bruxelles, histoire de le pourrir et de justifier un veto polonais au nouveau système de vote adopté par l’union Européenne, sur des bases démographiques, après avoir proposé une méthode fumeuse à base de racines carrées du truc bidule, ils se sont attaqués à l’Allemagne en disant que « si la Pologne n’avait pas eu à endurer les années 1939-1945, elle aurait aujourd’hui une démographie lui donnant 66 millions de personnes ». Sérieux ! Ils sont oufs les frères Pyzy et Pyzy, nos deux boulettes de patates farcies !

Ça tombe bien, moi aussi. Puisque vous voulez jouer, jouons. Dites-moi, les frères fadas, mes farfadets, votre perte démographique pendant la seconde guerre mondiale, elle ne serait pas due, aussi, au fait que vous avez livré vos juifs aux nazis ? Les juifs. 10% de la population polonaise d’Alors.
Sans oublier les très nombreux « justes » polonais, il me semble que beaucoup trop d’entre vous ont gagné leur Vie en chassant du Juif pour le compte des nazis, non ?

Comment ça « calme-toi chéri, tu vas nous péter une tuyau alors qu’on n’a même pas de plombier polonais sous la main ».

D’abord, mon amour, je ne m’énerve pas. Il s’agit d’une « colère saine » parce que moi, Madame, j’ai gardé intacte ma capacité de révolte. Ensuite, c’est eux qui ont commencé. Et pour finir, laisse donc les plombiers polonais en dehors de cette histoire puisque le problème est avant tout le manque de plomb dans la tête de ces deux racines carrées d’homme politique polonais…

Je rappelle, pour les nuls en math, qu’il n'existe pas de rationnel positif dont le carré est 2. La racine carrée de 2 est irrationnelle. Tout comme les 2 Kaczynski qui ont raté beaucoup trop d’occasions de se taire.

SIL le Suève.

mercredi 27 juin 2007

JESUS FOUT LE CAMP


Je me suis enfin enfilé « JESUS CAMP», le documentaire de Heidi Ewing et Rachel Grady sur ces frapadingues d’évangélistes américains. Comme il ne passait plus au cinéma, je l’ai avalé par tranches de dix minutes, débitées par le Youtube. Cette nourriture spirituelle m’a refilé de sacrées crampes d’estomac. Ça m’apprendra à affronter de longues périodes de jeune spirituel. J’en suis encore tout dépité, alité par la crise de foie.

Tous ces évangélistes rêvant de mener tous ces enfants à l’abattoir, au nom du doux Jésus, c’est à gerber.

Vous me direz que j’ai l’estomac bien fragile. C’est parce que vous ignorez que le même jour, Benoît XVI me servait en entrée, sa bénédiction quant à l’entrée anale de la Turquie en Europe, tout ça au nom de la… Laïcité.
C’est peut-être de l’humour bavarois me direz-vous. Non ! Benoît se fout de ma gueule, tout ça parce que j’ai grillé depuis longtemps son stratagème. Celui du poisson-pilote. Ce petit poisson qui mange les restes coincés entre les dents des requins. Rêvant de mettre à bas la laïcité mais ne le pouvant pas du fait de nos réflexes anticléricaux encore bien installés, il laisse les militants de l’Islam mettre à bas notre édifice laïc puisque les mêmes anticléricaux de gauche n’oseront pas taper sur l’Islam au nom de considérations tiers-mondiste à la con. Considérations bien utiles pour le coup. C’est qu’il est tout sauf con mon Benoît. Les islamo-gauchistes en alliés involontaires de l’Eglise. Quelle idée de génie.

Une fois que l’Islam aura mis à bas des pans entiers de l’édifice démocratique, que le danger islamique apparaîtra enfin comme évident, la merde islamique nous arrivant alors jusque dans les fosse nasales, la papauté pourra expliquer que puisque les démocraties laïques auront démontrer leur incapacité à protéger ce que nous sommes, seul notre identité judéo-chrétienne sera susceptible de nous mobiliser et de nous sauver.

C’est qu’il n’est pas bavarois pour rien, le Benoît. Il y a chez ces gens-là comme un réflexe culturel, leur faisant croire que seule une monstruosité inversement proportionnelle, est capable de combattre une première horreur. Je dis ça parce que Adolf H. dans son « Mein K. » était arrivé à la conclusion que « puisque la démocratie libérale engoncée dans sa torpeur bourgeoise est incapable de répondre aux aspirations sociales des travailleurs, les jetant ainsi dans les bras du marxisme désintégrateur, il faut pour répondre à la violence internationale socialiste, une violence nationale-socialiste de même ampleur ».

Or comme on se doit de constater que les démocraties européennes, soi-disant laïques, baissent leur froc devant l’Islam, dissimulant leur lâcheté derrière le concept « cache-sexe » de Responsabilité, il est du coup logique que le Saint-siège se dise que seul le rassemblement sous l’étendard du Christ peut mobiliser les européens face à l’Islam. C’est ainsi que je ne te jetterai pas la pierre, fils de Pierre.

Et c’est dans cette perspective que les « Jesus camp » d’entraînement sont d’ores et déjà utiles. Des camps où l’on applique à la lettre deux trois principes évangéliques.
Le « laissez venir à moi les petits enfants ». La prédicatrice du documentaire nous explique en gros que grâce au Hamas et autres mouvements islamiques qui endoctrinent leurs enfants, elle a enfin compris ce message du Christ. Entre l’age de 7 et 10, on peut mettre ce que l’on veut dans la tête d’un Humain. Or puisque « c’est nous qui détenons la vérité », il faut « mettre dans la tête de nos gosses l’envie de mourir pour le Christ ». « Les enfants sont notre avenir ». tu parles d’un avenir. La soumission, le combat et la mort.
Pour ce faire, les évangélistes utilisent à leur sauce psychotique, un deuxième principe chrétien. « Quand on te frappe la joue gauche, tend la joue droite ». C’est ainsi qu’on entraîne ces gosses à se taper sur les joues, sur la tête, pour me se préparer au combat.
Mais rassurez vous, ces enfants bénéficient tout de même d’un minimum de loisirs. C’est important les loisirs. Ils écoutent du hip-hop ou du heavy-metal chrétiens, dansent pour leur seul dieu, prient pour que Jésus leur accorde un Strike quand ils vont au bowling, s’amusent à pourrir la tête des passants avec leur message évangéliste. Sacrés déconneurs que ces évangélistes.

Il y a pas à dire, j’ai adoré ce documentaire. Je prévois même de l’acheter en DVD histoire de compenser le fait de l’avoir mater sur Internet. C’est mon côté chrétien. Je culpabilise. Ouais, j’ai adoré cette caméra muette posée sur le personnage central du film. 150 kg de frustrations et de solitude, qui le soir venu, comble son désert affectif en dévorant les cassettes vidéo contenant les images d’une journée riche en cholestérol spirituel dont elle gave tous les jeunes esprits qu’elle voue à la mort au nom de la Vie. Putain de dépressifs. Enfin je ne lui jette pas la pierre, non plus.

Non, je la balance sur les orteils des « Démocrates mous ». Sur les pieds de ceux qui n’expliquent pas à nos Peuples qu’il n’y a qu’un seul combat de légitime.
Non pas le combat d’une vérité qui n’existe pas, opposée à une autre tout aussi fantasmatique mais celui du vivre ensemble avec nos tous petits bouts de certitudes.
Non pas le combat d’une soumission opposée à une autre soumission, mais celui de la Liberté.
La liberté de croire ou pas, la liberté de faire et de défaire nos lois, la Liberté dans la Raison, la liberté de se mélanger, la liberté de choisir et de se tromper… La liberté… La liberté… La Liberté. La seule chose qui vaut notre sacrifice. Le sacrifice d’adultes pour la liberté de leurs enfants.

Les Démocrates. Où diable sont chez nous ces Démocrates épris de liberté. Des Démocrates qui n’offrent pas leur centre mou aux coups de leurs adversaires mais qui répondent coup pour coup, profondément enracinés dans leur valeurs.

Des Démocrates qui n’abandonnent rien aux totalitarismes. Qui n’abandonnent pas aux marxistes les aspirations du Peuple en matière de justice sociale. Qui n’abandonnent pas aux fascistes le besoin d’Histoire, de Mythe et d’Identité. Qui n’abandonnent pas aux grenouilles de bénitier ou de fontaines à ablutions les besoins de l’Homme en matière de spiritualité, capables de les garantir comme de les mettre en accusation, et surtout capables de les renvoyer à la seule sphère privé. Des Démocrates qui n’abandonnent rien de ce qui fait l’Homme, y compris l'Amour.

En parlant d’amour et de Démocrates, il me vient à l’esprit qu’en plus du goût pour le Bushido, la voie guerrière des samouraïs, je partage avec Charles Pasqua l’un de ses sentiments concernant les Français. Un jour, alors qu’il était invité sur le plateau de l’ancienne émission politique « 7 sur 7 », la présentatrice, Anne Sinclair, lui demanda, d’après lui, ce dont avaient le plus besoin les Français. Charles Pasqua lui répondit : « Anne Sinclair, les Français ont besoin d’amour ». Eh oui ! Moi aussi!

Où diable sont tous ces Démocrates car tout comme l’animateur radio que l’on voit, dans le documentaire, militer pour la laïcité, se battre contre les fanatiques évangéliques, je peux vous dire que je me sens des fois, très, très seul.

Quant à mon petit Jésus, au vu de tout ce merdier religieux, je serais assez tenté de lui dire : « ne nous sauve pas Jésus, sauve-toi mon pote, sauve-toi ! Fous moi le camp! »

Frère SILas

CHARLIE ANGEL : CAROLINE FOUREST


Je sais, elle sait, tous ceux qui l’aiment savent bien que les propos de Caroline sur les aspects « progressistes » de l’Islam ou de Mahomet sont à l’évidence de l’ordre de la boutade, histoire de mieux endormir l’ennemi et d’assurer sa propre quiétude. Aussi je ne lui ferai aucun reproche puisque je tiens moi aussi à sa quiétude et que son courage est du genre à m’imposer le respect comme un grand silence question critiques.


Comment ?!? Vous avez remarqué que s’agissant de Caroline, je perds toute objectivité. C’est vrai. Je l’aime. « Elle est blonde, elle est belle, elle sait faire l’intellectuelle. » J’adore ses grands yeux taquins et son regard espiègle, tout pétillant d’intelligence.
Miss Bouteldja, des indigènes de la République, au verbe hystérique, osant qualifier les blancs de « sous-chiens », ne pouvait que se tenir courbée une fois face à une femme au tel regard, lors du débat mouvementé qui eut lieu, jeudi dernier sur le plateau télé de Taddei. La blonde a envoyé la brune dans les prunes.

Toutefois, en aparté, je remarque que ni Taddei, ni les invités parmi lesquels le musulman model Abd-el-Malik ou le rappeur présentable Axiome, n’ont ni relevé, ni condamné cette insulte à caractère racial. Mais le qualificatif de « sous-chiens » pour désigner les « Blancs » leur apparaît peut-être à tous comme un axiome. Hallucinant!!! ( à voir sur : DAILYMOTION )

Revenons à ma Caroline. Ouais elle est intelligente et en plus je suis non seulement sûr qu’elle sent très bon mais aussi certain qu’elle a la peau douce comme seules sont les peaux pourvues de toutes ces petites papilles dermiques à l’érectilité apparente. Ouais s’agissant de Caroline, vous avez raison, je ne suis pas très objectif. Enfin, tant qu’elle ne s’attaque pas trop à mon Anne-marie Delcambre tout aussi chérie, je n’aurais rien à lui dire sinon des mots d’amour.

Caroline, si tu me le permets, laisse-moi ici te dragouiller, en chantant pour toi. Oui, quand je dragouille, je chante.
« Mais vous êtes marié, voyons ! » Que les ligues de vertu se calment puisque de toute façon, seule ma tendre épouse est sensible à mes chants de Lamentin lamentable.
Caroline, laisse-moi te chanter cette magnifique chanson des NZH, « Princess ». Au départ j’avais plutôt pensé à « Caroline » de MC Solar, mais vu le respect que j’ai pour toi, j’ai opté finalement pour ce Hit du groupe phare du Ragga versaillais. Une chanson faisant dans la rime riche : « Princess, carress, promess, fess, gonzess, respect .» Ceci dit en passant, les petits gars, le H il me semble qu’il serait bien plus à sa place entre le N et le Z. N(a)Z, ça sonne mieux.

Vazzy Roger, fait chauffer le Sound System :

Tu es celle qui me donne des ailes ; Si belle au naturel ; Aussi pure que les couleurs d'un arc-en-ciel ; Oh ma douce, Oh ma belle ; Du fond du coeur c'est un appel ; Du love en décibel ; Tous les jours ton visage, ta voix, ton regard m'ensorcellent ; Crois-moi je suis formel ; Je me battrais pour toi ma belle ; Pour allumer la flamme, je serais ton étincelle ; J'irais au bout du tunnel ; Bien loin du superficiel ; Honnête sincère et vraie tu es mon essentiel.

[Refrain] : J'ai trop de respect pour toi, pour te faire de la peine, oh princess ; Je serais toujours là pour toi, te garder près de moi ; Mon coeur s'envole, my love ; J'ai trop de respect pour toi pour te faire de la peine, oh princess ; Je serais toujours là pour toi, te garder près de moi ; J'aimerais tant que le temps d'une seconde tu aies confiance en moi ;
(…)


Je te laisse découvrir le reste de la chanson sur Europe2 TV, MTV, MCM…MDR

MC SILar


RECTIFICATIF DU 29-06-07 : Concernant les « sous-chiens », il s’agirait d’un malentendu puisqu’il fallait entendre « souchiens », pour « blancs » de souche (sic), et nom pas sous-chiens, comme « chien d’infidèle » et autres « faces de porcs » utilisés fréquemment par certaines idéologies indignes de la République. Je prie donc ces indigènes, bons par nature, de bien vouloir m’excuser de ne pas m’être tapé leur longue liste de brillants néologismes. Désolé, si « souchien » n’est pas dans mon dictionnaire, alors que « sous » et « chien » si, il est bien présent dans le votre qui est consultable sur votre site. Je suis d’autant plus désolé que la notion de « souchien » apparaissait comme évidente à tous les invités présents. Question innovations conceptuelles, je suis vraiment le dernier informé dans ce pays. Ça me désole.

Je leur présente également mes respects. Faut savoir être beau joueur. Vraiment pas mal joué sur ce coup là. Il est vrai que depuis la baisse de forme de Le Pen, on avait perdu l’habitude d’entendre des propos ambigus d’une telle qualité. Une ambiguïté sonore aussi inattaquable que celle-ci mérite mon « Respect ». Bravo Miss !

mardi 26 juin 2007

LES MALADROITS DU TRAVAIL


Le « Karoshi » est au Japon un fléau social que le gouvernement de Droite a décidé de combattre. « Karoshi ». Il s’agit de la mort par surmenage. Comme celles-ci ont encore augmenté de 7,6% en 2006, le gouvernement japonais, de Droite, a décidé d’encourager les salariés japonais à se reposer, à limiter les heures supplémentaires. Il manque cependant d’un slogan. Le voici. « Travaillez moins pour gagner plus en espérance de vie ».

Pendant ce temps-là, le gouvernement de Droite d’une France toujours en retard d’une guerre, se lance à fond dans la politique inverse, au moment où on s’inquiète en France de nos premiers cas de « Karoshi ». Et alors que par ailleurs, la France reste le 2e pays le plus attractif pour les capitaux étrangers et dans le peloton de tête mondial par sa productivité, preuve étant faite que la France semble travailler assez bien comme ça, même s’il est vrai que beaucoup trop de chômeurs souhaiteraient travailler tout juste, et pas mal de travailleurs partiels souhaiteraient l’être à part entière, dans le cadre d’un temps complet ou d’un CDI.

Du coup je me demande si on veut libérer le Travail de certains carcans ou bien enchaîner au travail ceux qui travaillent déjà suffisamment comme ça ?

Entendons nous bien. Si je me pose ces questions, ce n’est sûrement pas parce que je serais réfractaire au travail, loin de là. Il y a juste que la dernière fois où l’on a voulu « remettre la France au travail », ce fut en 1938 sous Daladier afin de préparer la France à la guerre. Ce qui n’a pas empêché le même Daladier de signer, certes à contrecoeur, les accords de Munich avec Hitler.

Oh, je n’ai rien non plus contre l’effort de guerre, cela étant même assez susceptible de me pousser au dépassement, mais j’aimerais au préalable que l’on me présente l’acte de mobilisation histoire que je sache contre qui ou contre quoi je me bats. On évitera toutefois, comme Daladier, de s’agenouiller devant l’idéologie qui veut notre mort parce que moi, perso, la lâcheté, ça me démotive.

Sinon il est assez rigolo de constater que le mot « Karoshi » est l’anagramme du nom de notre président.

Quant à l’aspect pas rigolo du tout du « Karoshi », il réside dans le fait que selon une enquête menée par Christian Larose, le vice-président du Conseil économique et social (CES), il y aurait par an « entre 300 et 400 » suicides liés au travail (Le Journal Santé NouvelObs- 02/05/2007). Même si les causes de tels drames ne sont pas faciles à déterminer, cela ne va pas sans m’inquiéter.

SIL qui laisse notre gouvernement méditer sur la loi d’Illich, traitant des rendements de l’activité humaine, et voulant que « si l’on continue d’appliquer une formule qui marche, elle finit par ne plus marcher du tout.»

lundi 25 juin 2007

LOUNES L’INSOUMIS


Le 25 juin 1998 tombait sous le feu de 78 balles, le chanteur kabyle Lounès Matoub. Lounès l’insoumis dénonçait la corruption politique du pouvoir algérien et la corruption cérébrale des militants de l’Islam. 78 balles.

Le pouvoir algérien établira de source sure, pour une fois, que Lounès aura été victime non pas de sa corruption mais plutôt de celle du GIA, les fameux soldats d’Allah. La preuve. Les 78 impactes de balles relevés sur sa voiture. Presque autant que le nombre de petites vierges promises aux combattants d’Allah. 72 vierges.

Lounès l’insoumis n’en avait cure. Il ne savait que faire d’un Enfer pédophile « à l’ombre des épées ». Lounès avait son Paradis. Un paradis empli de mots d’amour, de vie et de liberté. Un paradis peuplé d’une femme. Lounès aimait Nadia qui se bat depuis ce jour-là pour que sa mémoire reste vive et que pour la vérité se fasse.

Aussi, parce que la pourriture des médiocres et la médiocrité des pourritures, qui toutes deux s’évertuent à purifier l’air algérien à coups de feu, à coup d’explosifs, à coup de délires infernaux, ne doivent pas avoir raison de la vie, de l’espoir et de la démocratie, toutes chères à Lounès, toutes portées par sa voie rauque, je me souviens tous les 25 juin de Lounès Matoub, Lounès l’insoumis, digne fils de la Liberté, digne enfant de la Kahina.

Que cet oiseau repose en paix auprès des siens puisque comme il le disait « l’oiseau ne chante bien que dans son arbre généalogique ». T’y voilà. Chante donc. D’ici nous t’écouterons.

SILim Ait Dar-al-Sulh

DU DETERMINISME ASTRAL


Cette fois-ci, c’est au tour de Madame Quidam d’intervenir. Elle se présente comme la cousine gauchisante de Monsieur d’Aucun. Celle-ci s’étonne de mon goût, trop proche de celui de notre président, pour les Gènes puisque d’après elle tout « déterminisme ne peut être que Social »…

Mais c’est quoi ce truc-là ?... Mais c’est… Mais c’est… Ouarf ! Ouarf ! Ouarf !

Excusez-moi mais si je m’esclaffe de la sorte, c’est que je viens de cliquer sur la petite icône accompagnant le commentaire de Madame Quidam et que je me suis rendu compte qu’elle a fait de son thème astral son icône de présentation. Si Madame Quidam nie tout déterminisme biologique, elle semble croire mordicus dans celui des Astres. Si je lis bien son icône astrologique, elle serait… Dinde ascendant Courge ??? Intéressant.

Les gènes qui façonnent le sapiens-sapiens jusqu’à en déterminer sa façon de voir le monde n’auraient aucun lien avec ce que nous sommes, comment nous pensons ou agissons, mais les astres qui ne nous connaissent ni d’Eve ni d’Adam n’auraient que ça à foutre de présider à notre destinée, à nos humeurs, traits de caractère, chance, amours, travail, j’en passe et des meilleures.

Nous ne serions pas des êtres de chair mais plutôt des corps astraux. Attention à «l’oe-Deep Impact » les gars. Après l’Homme médiéval croyant que le Soleil tournait autour de la Terre, voici l’Homme ou plutôt la Gonzesse moderne croyant que les astres tournent autour de son nombril. C’est d’ailleurs sans doute pour ça qu’elle l’expose. C’est grand, infiniment grand. L’infiniment petit restant en dehors de tout ça bien évidemment. Le gène n’est sûrement pas à la hauteur de notre amour-propre et chacun d’entre nous est bien le nombril de la Création. Bien évidemment. Y a pas à dire, modernes ou pas, nous restons des grands enfants.

Alors certes, je ne nierai même pas pour rire que nous sommes autant des êtres de Culture que de Chair, la Civilisation corrigeant le naturel ou pas, la Loi rognant nos griffes ou pas, mais de là à ce que « tout ne soit que Langage », comme l’indique le titre de l’un de livres de Françoise Dolto, cela m’a l’air un peu trop pipoteux pour accepter d’en faire une symphonie. S’affranchit-on de nos déterminismes incarnés en les niant ?

Cela dit, je ne suis en rien étonné que la pensée tourne en rond tel un astre mort, dans un pays où l’on croit qu’il n’y plus rien à chercher depuis que nous avons fait du Marxisme comme de la Psychanalyse deux dogmes infaillibles. Fin de l’histoire, y compris celle de la Pensée.

Ne dit-on pas con comme la lune…

SIL vague cousin de Galilée.

PS : Que Madame Quidam m’épargne le couplet sur la science sans conscience puisque le scientisme n’a pas encore trouvé ici de concierge pour sa demeure.

dimanche 24 juin 2007

MADEMOISELLE SEGOLENE GODWIN


La loi de Godwin établie en 1990 par Mike Godwin énonce que plus une discussion sur Internet, ou en général d’ailleurs, dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison avec les nazis ou avec Hitler devient probable. Et ce bien que le sujet n'ait vraiment rien à voir. En effet, les esprits en s’échauffant tendent à remplacer les arguments par des invectives ou des comparaisons blessantes. La comparaison avec Hitler ou avec le nazisme étant ce qu’il y a de plus blessant. On dit alors que l’on a atteint la Point de Godwin et qu’il est temps de clore le débat puisqu’il n’en sortira plus rien de pertinent.

Alors que la discussion continue, au PS, sur les responsabilités de notre défaite aux présidentielles, je remarque que Ségolène Royale s’approche déjà du point de Godwin. Mercredi dans l’émission « Questions d’info » sur LCP, celle-ci a déclaré que si elle avait perdu les élections c’était parce qu’elle avait dû défendre le projet socialiste à l’insu de son plein gré et notamment les propositions de Fabius sur « la généralisation des 35 heures et le SMIC à 1500 euros bruts… qui n’ont pas du tout été crédibles ». C’est la faute de Fabius maintenant. Elle est vraiment trop forte !

Allez, encore un effort et cela sera bientot la faute de la Seconde Guerre Mondiale, de la création de l’état d’Israël voir du complot sioniste. Y a pas à dire, en parlant d’Israël, Mademoiselle Royale devrait se porter candidate aux élections cisjordaniennes puisqu’elle représente à merveille la pensée palestinienne. « La faute aux autres ». Le déni de responsabilité. Ségolène, la pauvre petite palestinienne. Miskina !

Que la pensée politique de Fabius soit à la ramasse, c’est une évidence, mais de là à tenter de faire oublier encore une fois que du Parti elle s’en est toujours largement affranchie, au point de poser un lapin à celui-ci lors du Conseil National qui se tenait ce week-end, faut tout de même pas trop me pousser trop prêt du point d’ébullition.

Tu sais quoi, puisque tu confonds à ce point victoire et défaite, PS et PSG, et que tu te situes bien au-dessus des questions du Parti, en 2012 tu n’as qu’à assumer vraiment la carte de l’indépendance en te portant candidate à la présidentielle sous l’étiquette Divers-Gauche. Non mais !

SIL porté à 99°

samedi 23 juin 2007

LES MOUTONS DE PAGUS


Satanés payouzes. Ouais. Putain de pécores ! À quoi cela peut-il bien servir que je m’use les sabots à semer un peu de bouse dans ce monde de bourges, si c’est pour que vous me salopiez tout le travail en vous comportant en blédards de la pire espèce.

C’est quoi cette idée que vous avez eu de vouloir lapider l’écrivain Pierre Jourde et toute sa famille, tout ça parce qu’en brillant fils de paysans, il eut l’idée de croquer dans son roman « Pays perdu » certains portraits de son pays cantalou. Je parle ici des habitants de Lussaud, petit village du Cantal, qui mécontents d’un livre écrit par un enfant du pays, un livre les décrivant avec une acidité détartrante, se sont mis dans la tête l’idée de lui faire la peau. Une peau de bête.

Oh, ce n’est pas que je nourrissais quelque illusion que ce soit sur certains de mes aspects pécores mais quand même, je m’y fais très bien, moi, à l’idée de rappeler à une certaine pensée bourgeoise que sans l’énergie déployée par tous les bouseux montés à Paris, leur capitale comme leurs autres bourgs se seraient déjà étouffés dans leur graisse depuis bien longtemps. Non je ne me suis jamais fait d’illusions. J’ai d’ailleurs toujours fait la différence entre la bonne bouserie et le pécorisme. Développons.

Là où la bonne bouserie est une certaine idée de la solidarité, de la communauté, de l’hospitalité, le pécorisme est un communautarisme exclusif, une emprise dictatoriale. Là où la bonne bouserie est un certain goût de l’effort, du concret, le mépris du blabla, le pécorisme est le culte de la seule force, la haine de toute innovation, des idées comme du dialogue, pécorisme aidé sans doute en cela par notre bon Clergé qui pour vivre suffisamment comme ça dans l’éthéré absolu nous permet de nous en dispenser. Oui, rien n’est sans défauts, et s’il s’agit pour moi de masser ici la cellulite de la pensée flasque, propre au dogme bourgeois, avec ma vigueur toute rustaude, il ne s’agira jamais d’en faire un nouveau prêt à penser, un dogme pécoriste acceptable.

Je rigole d’ailleurs assez souvent à la face de ceux qui s’y essayent quand ils nous avancent par exemple que les violences urbaines sont le fait de ruraux déracinés, arrachés aux systèmes de solidarité pacificateurs. C’est bien une pensée de gars de la ville, tiens. Le bon pécore en bon sauvage. Mort de rire. Comme si dans nos bleds, ne s’étaient jamais produits ni razzias, ni charivaris, ni violences faites aux filles des villages d’à côté. Comme si les solidarités villageoises avaient empêché dans un pays aussi rural que le Rwanda, que des voisin Hutus exterminent leurs voisins de case Tutsis. Non, l’Eglise n’a jamais réussi à pacifier la force titanesque de l’Esprit de Pagus. C’est notre force. C’est aussi notre malédiction.

SIL qui pense à Pierre Jourde et à sa famille par pure solidarité bouseuse et esprit urbain.

Illustration : illustre théoricien du pécorisme et membre de ma famille.

vendredi 22 juin 2007

LES COURS DU REPUBLICOIN : LE RACISME DE GAUCHE


Aujourd’hui, après la Djay que j’ai fait hier, pour la fête de la musique, je suis bien trop pâteux pour pondre une bonne pâtée verbale. Alors je me permets de rediffuser un cours dont je suis plutôt fier, donné le 13 février 2007 sur le site de cette Université Impopulaire qu’est mon site. Il traite de l’ethnocentrisme de Gauche :

Mes chers élèves, c’est un scandale! Alors comme ça, Thuram, mon lili, exécute un petit pont sur le petit Nicolas et ça ne passe même pas sur télé foot. On nous cache tout, ma parole ! Pour ceux qui étaient dans la même ignorance que moi voici la phase de jeu en question.
Alors qu’ils discutaient ensemble des « French Riots » de l’hiver dernier, Nicolas le Hun aurait dit que ceux qui posent problème en banlieue, seraient « les Noirs et les Arabes », assertion que Thuram aurait taclé par un « non ! Ce sont les délinquants ».

Mettons les choses au clair dés le début du match. Je n’ai pas plus de raisons de croire que la vérité sort toujours de la bouche d’un joueur de baballe que j’ai de raisons d’estimer qu’un homme politique est un menteur par nature. Je trouve ce genre de visions des choses quelques peu racistes. Ce n’est pas mon cas. Ceci dit, supposons un instant que notre sauveur face à la Croatie en 1998 dise vrai ou qu’il ait bien entendu les propos de notre futur président et non pas compris ce qu’il voulait. Supposons. De toute façon, je n’ai pas vu l’action au ralenti. Supposons surtout parce qu’au final cet exemple démontre parfaitement qu’actuellement, nous n’avons le choix qu’entre la pensé unique et la pensée inique. Car si Thuram a bien dribblé, il n’a rien marqué, s’il a bien évidemment raison, il ne l’a que pour partie. Pourquoi ?

À cause des faits, mes chers élèves. Les faits sont là et le plus interrogateur d’entre eux est celui-ci : la majorité, voir les 2/3 des détenus de nos prisons sont issus d’une communauté bien précise, autre que nationale. Une communauté que l’on qualifiera de procédurière histoire d’éviter le procès. Une majorité alors que cette communauté ne représente que 10% de la population. Alors, je vous le demande, quelle est l’explication que vous donnez à ce fait.
Comment ? « Génétique », « parce qu’ils sont noirs ou arabes ». Sombre crétin ! Que le service d’ordre me sorte ce con de mon cours. Je refuse de répondre au racisme de Droite tellement cela insulte l’intelligence. Une autre réponse ? Comment ? « Victimaire », « parce que ce sont de bons sauvages, bons par nature, rendus méchants par le chômage, les discriminations, la couche d’ozone ou le Ténia et qu’ils sont jeunes et plein d’espoir ».
Ouah ! Tu vois, ma grande, ça c’est du racisme de gauche, et s’il n’apparaissait pas comme une idée reçue et acceptable par la majorité de nos populations, non seulement je ne me préparerai pas à argumenter mais surtout tu subirais déjà le même sort que ton petit camarade précédemment balourdé ! Sombre conne, va !

Reprenons ! La jeunesse ? S’il est indéniable qu’un jeune c’est con, impulsif et éjaculateur précoce, donc plus porté au n’importe quoi que la moyenne, on va pas me faire croire que la majorité des jeunes en France est originaire de cette communauté sans quoi on nous mentirait de façon éhontée sur les données démographiques. Désolé, ça ne tiens pas !

Le chômage ? Contrairement aux siècles précédents où l’absence de travail donc de salaire signifiait mourir de faim et pouvait justifier de révoltes, il me semble que le chômage est depuis indemnisé. Mais il est vrai que certains voient encore le monde avec les lunettes de Marx. De plus prétendre que le pauvre ou le chômeur est porté sur la violence est non seulement faux mais raciste.

La colonisation et la guerre ? Mort de rire ! Je vous signale qu’en Europe jusqu’à la moitié du siècle dernier, nous avons été en guerre, en colonisation mutuelle et contre colonisation quasi permanente depuis les 3000 dernières années d’archives en notre possession. Je vous signale, pour ne parler que de nous, que les troupes napoléoniennes ont ravagé, violé, pillé l’Europe depuis le Portugal jusqu’en Russie en passant par l’Italie. On n’a pas vu pour autant chez les immigrés italiens, ibériques, slaves arrivés en France, dans des contextes pas plus faciles, ni de tels niveaux de criminalité, ni un tel niveau de ressenti ou de hargne. Pourtant les ritals s’en sont pris plein la poire chez eux comme chez nous à Aigues-Mortes en 1893. Et les Viets alors ? on les a bien colonisé ceux-la. Les fils de leurs boat-people ne cassent pas tout, eux ! De toute façon force est de constater que ceux qui nous détestaient le plus, les Britanniques, sont ceux chez qui on n’a plus mis les pieds depuis 1066 avec notre Guillaume le Conquerant.

Les discriminations ? Bravo, imparable comme argument. Tu veux que je te dise quoi ? Que c’est faux ? Que l’on ne partage pas, à pars égales, avec le reste de la planète, le racisme, la xénophobie, la beaufferie et le rejet du dissemblable ? Bien sur que non ! Cependant mes pépères, laissez-moi vous rappeler que là encore ce n’est pas nouveau. Toutes les villes, aimants de l’immigration, ont discriminé et relégué, aussi bien dans leurs bas-étages qu’en leur périphérie, tous les pécores et autres blédards qui s’y sont installé. Que ce soit le bougnat du Cantal, la bécasse de Bretagne, le rital voleur, le polac puant, le portugais velu, le juif, le niac, tous étaient logés à même enseigne. Tous furent discriminés et tous discriminèrent une fois installée. Vous croyez quoi ? Qu’actuellement ceux qui viennent d’arriver n’insultent pas ceux qui arrivent. Demandez aux Africains fraîchement débarqués de quoi nos amis, en question, les traitent s’ils ne sont pas de la bonne religion. « Karlouch ». Désolé mais ça n’explique toujours pas en quoi cette minorité est majoritaire en taule.

Parce que la discrimination est d’autant plus révoltante qu’il s’agit d’une minorité visible ? Bof ! Nos indochinois, nos chinois, il me semble bien qu’ils sont bien visibles avec une culture et une religion encore plus différentes de la nôtre. Pourtant ils ne sont pas surreprésentés en zonzon. Trouvez donc autre chose mes chéris, histoire que je vous éclate à nouveau. Alors tas de cons, plus rien ? C’est ballot ça ! c’est que je commençais seulement à m’échauffer.

Bon ben, si vous ne trouvez pas d’explication logique, laissez-moi faire. Mais avant laissez-moi juste vous dire que des excuses ne sont pas des explications et que chercher des excuses, mes chers naïvistes, 1- cela n’a jamais régler aucun problème ; 2- On fait croire au bas peuple qui voit la réalité lui péter au visage quotidiennement, que l’intelligentsia forme effectivement un système mediatico-politique affairé à cacher les problèmes plutôt qu’à les résoudre. Le bas peuple finit par croire qu’on le prend pour plus con qu’il n’est. À prétendre que l’insécurité est un sentiment, que ce que le peuple vit est une illusion, ce même peuple finit par se rapprocher de ceux qui sont prêts à cajoler un sentiment, celui de l’abandon, dans le sens de leurs propres intérêts… mais je vous vois qui trépignez d’impatience… qu’elle est l’explication ? J’y répondrais en posant des questions.

Question 1 : Si la violence n’était pas, n’est pas plus une prédisposition du sang allemand, Japonais, Italien, que d’un autre sang, quel autre élément permettrait d’expliquer qu’un allemand soit capable d’être nazi dans les années 30 et pacifique dans les années 50 ? Comment ? « Une mutation génétique !» Dis-moi Jean-Kèwin, visiblement t’as osé réintégrer le cours sans mon autorisation ? Que le service d’ordre veuille bien me balourder de nouveau cet anencéphale. Quelqu’un d’autre aurait une réponse moins con ? « L’idéologie ». C’est presque ça. Allez donc, ma chère enfant, plutôt du général au particulier. « La culture ». Bravo, c’est tout à fait ça. 1 bon-point pour la grosse blonde du fond que se cache derrière ses tresses. Tu viendras me voir à la fin du cours. J’adore les charolaises. 

Donc, nous sommes bien d’accord, ce ne sont pas les gènes qui peuvent être des éléments désintégrateurs mais le « Mème », notion anthropologique désignant le fait culturel, religieux, idéologique ou autre. Nous validons par la même occasion l’axiome voulant que si tous les gènes, tous les hommes sont égaux et se valent, ce n’est pas forcement le cas des « mèmes ».

Question 2 : Quel « Mème », quel élément culturel décliné dans son aspect cultuel, idéologique et politique, entretien de nos jours, ailleurs comme en notre sein, la paranoïa revendicative, la colère, l’irrationnel, la violence, le terrorisme ? Quel « Mème » présent chez nous s’avère désintégrateur en appelant à la seule fidélité que celle envers une communauté autre que nationale ? Quelle entité culturelle, n’impose la fidélité qu’envers les seuls membres de sa communauté et autorise le vol, la razzia, le meurtre envers les autres, l’infidèle, l’inférieur, l’impur ?

Pendant que vous cherchez les réponses à ces questions, laissez-moi juste ajouter que tant que vous n’aurez pas trouvé la réponse et que vous ne vous attaquerez pas, au moins par la guerre des mots, à l’origine idéologique, culturelle, de bien des maux actuels, les problèmes persisteront et la défaite de votre pensée entraînera celle de nos sociétés.

Alors ! Toujours pas de réponse ? Pourquoi ? Vous culpabiliser à l’idée de vous l’avouer ! Faut pas voyons ! Pourtant vous acceptez bien l’idée que toutes les cultures ne se valent pas quand on bouffe du cureton, quand vous vilipender à juste titre la religion arianiste, quand vous estimez que cette ivraie nazie ou la jachère marxiste ne valent pas l’openfield démocratique. Pourquoi ne pas admettre qu’il en est de même pour celle que vous n’osez pas nommer à la barre du procès des cultures criminelles ?

Cela dit, histoire de conclure, si vous adorez accueillir à l’aéroport tous les Daladiers en provenance de Munich, admettez à minima la vérité de Thuram. Qu’il faille, au moins, s’occuper du délinquant qui pollue le sommeil de l’ouvrier où qui lui crame la voiture qui lui sert à rejoindre son lieu de travail.

Voila, le cours est fini pour aujourd’hui. Tu peux venir me voir ma jolie génisse.

Master SIL

jeudi 21 juin 2007

MY AFFIRMATIVE ACTION


Puisque c’est la saison des soldes politiques et que notre Président cible sa clientèle, je ne vois pas pourquoi je me priverai de saisir la bonne affaire.

C’est vrai quoi. Deux membres du gouvernement d’origine maghrébine, un membre d’origine sénégauloise, et toujours pas de représentant de la communauté portugalicienne au sommet de l’état alors que cette communauté représente plus d’un million d’électeurs, a voté massivement pour Nicolas Sarkozy, et ne manque pas d’individus méritants comme de noms célèbres. Euh… Lio (ministre à la Culture des courges)… Marie Myriam (ministre à la culture des navets)… Kool Shen (ministre à la culture de la Beuh)… Pauleta ( euh )… Linda de Souza (bof)… Que du lourd en somme!

Ainsi qu’il m’autorise à lui dicter la décision administrative qu’il ne manquera pas de prendre en ma faveur. Après tout, avec notre Président, on peut être de Gauche et obtenir un petit quelque chose. Aussi…

DECISION N° 01-2007 :

Considérant que Monsieur SIL est issu de la communauté portugalicienne de France, communauté de plus d’un million d’âmes, soit 2% de la population française ;

Considérant que les enfants de tous ces Tos (diminutif de « portos ») n’ont jamais rien cramé, ni réclamé, qu’ils ont bien travaillé à l’école et même accepté de reprendre sans gémir les métiers manuels de leur parents, dans un pourcentage bien supérieur aux autres descendants d’immigrés.

Considérant que tous ces fils de Tos, Kool Shen mis à part, sont parfaitement bien intégrés mais qu’aucune de ces sardines à huile, à l’exception de Monsieur SIL, n’a jamais versé dans le Génie™ (PUB) autre que « sans frotter » ;

DECIDE

1- Que les 2% de droit à la représentation Tos lui sont intégralement octroyés. Aussi il acceptera avec honneur la charge d’éditorialiste de référence Tos et les 2% de temps d’antenne télé, radio qui vont avec. Il acceptera également le poste d’Intellectuel officiel (scientifique, philosophe, économiste, politologue, anthropologue, expert en tout, tout comme Malek Chebel…) de référence Tos.

2- Il en ira de même pour tout ce qui est hautes responsabilités publiques. L’intégralité des 2% est pour sa pomme.
Toutefois, suite à l’expression de certaines doléances, à savoir que cela fait déjà plus de 15 ans que Monsieur SIL est au service de la France, que ça lui tire sur les genoux, et qu’il lui faut un poste pas trop prenant, histoire qu’il soit en forme pour pouvoir, la nuit durant, jeter ses toiles de super i-héros sur la grande Toile, nous décidons que Monsieur SIL sera désigné, puisque par ailleurs il n’a rien contre le cumul des mandats, deputé-maire-senateur et Préfet des îles Kerguelen avec l’intégralité des émoluments qui vont avec. Cela va sans dire.

SIL vous plait

mercredi 20 juin 2007

LE MANNEKEN PISSE DU MAKKAH-COLA


Allahou Akbar mes frères. Abdulillah, Allah m’a parlé. Angoissé au possible par l’épuisement des réserves pétrolières et la mort annoncée des économies de mes frères du Moyen-Orient, j’ai prié, prié, Bismillah, ce que j’ai prié afin qu’Allah m’aide à trouver une solution. Alors que je commençais à croire que prier Allah c’était comme « pisser dans un violon », Abdulillah, j’ai fini par trouver. J’ai trouvé l’eau de Lourdes ou plutôt son équivalent mecquois. Les urines de Mahomet.

Après la Fatwa "Nestlé" (voir billet du 17 juin), il se trouve que le grand Mufti d’Egypte, le Docteur Ali Gum’a, vient de se faire sermonner par ses pairs pour avoir décrit dans son livre « Religion and life » comment les compagnons de Mahomet prenaient pour une grande bénédiction le fait de boire l’urine, la sueur ou la salive de leur prophète. Chose impossible d’après certains de ses confrères, soi-disant que Mahomet n’aurait jamais « fait avaler n’importe quoi » au monde des croyants. Bismillah, ces réprimandes sont injustes.

Au lieu de sanctionner ce Grand Mufti pour connaître sa religion jusque dans ses détails les plus intimes, vous feriez mieux de vous appuyer, comme moi, sur son immense savoir pour trouver des solutions aux problèmes du monde musulman. Mes frères, en nous appuyant sur cette fatwa "pampers", il y a un sacré bizness à se faire.

Cher roi Abdallah, chères autorités d’Al-Azhard, je vous invite à affirmer que Mahomet aurait demandé à un groupe de fidèles très proches, ses frères d’urine, de conserver les siennes d’urines dans des fûts de chêne. Fûts qui seraient actuellement stockés dans les caves de La Mecque. Alors certes, avec 300 litres d’urine environ par an, multipliés par les 20 ans de prédication, même en vendant ces fioles à prix d’or, il n’y a pas de quoi en faire un bizness intarissable. Mais c’est là, Abdulillah, que le génie de Gum’a additionné au mien intervient.

Il vous suffit, en accord avec les hadiths, de dire que Mahomet, afin de rendre hommage à ses saints compagnons, a demandé à ce que son urine, sa salive et sa sueur soient mélangés aux leurs. Vu le nombre incalculable de compagnons, il y a de quoi en faire des hectolitres. On pourra même choisir sa cuvée, son millésime. Bismillah, elle est pas mortelle celle-là. Sans compter que le problème du tout-à-l’égout Mecquois s’en trouvera par la même occasion définitivement réglé. Après l’eau de Lourdes, voici l’eau lourde de La Mecque. De quoi faire prendre, tout comme à Lourdes, « des vessies pour des lanternes » au sens propre comme hallal. Un bizness intarissable, je vous dis.

N’oubliez juste pas de me verser ma commission. Ce sera le même tarif que celui de Calouste Gulbenkian, l’un des plus grands magnats du pétrole. Moi aussi on m’appelle Monsieur 5%.

Comment ça, pas de commission, du fait que je ne suis pas musulman ?!? Qu’à cela ne tienne, « Lâ ilâha illa-llâh, muhammadun rasûlu-llâhi », « Je témoigne qu'il n'y a pas de divinités sinon Allah et que Mohammad est son messager ». C’est fait. Par ici la monnaie.

Sinon puisqu’on reste dans la déconne, quand est-ce que le grand Mufti Ali Gum’a passe à Paris ? parce que, avec des potes, nous sommes prêts à louer le « Splendide », la seule salle digne d’un tel comique. Je l’y attends au premier rang, histoire de « pisser de rire ».

Sérieux, je comprends mieux, pourquoi les islamistes tiennent tant que ça à islamiser la Belgique. Le Manneken Pis doit trop leur faire penser à un personnage cher à leur cœur. Que le petit Julien preserve la Belgique de ces pisseux.

Merci mon Momo ! Grâce à toi, j’ai enfin compris le sens des quatres expression de la langue française susvisées comme de cette dernière. « Pisser à la raie des islamistes ». Allez mon Momo, à ta santé !

SILidin le Magnifique.

Source, si j’ose dire : INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE
http://www.iht.com/articles/2007/06/11/news/fatwa.php

mardi 19 juin 2007

LE GENE FISCAL


En cherchant bien, pour chaque déviance, on trouve une explication biologique.

Chaque fois que je paie mes impôts, je me sens tout chose, comme inondé par des vagues de plaisir. Un océan d’endorphines submerge mes terminaisons présynaptiques. À tel point que je prends la tête à ma collègue de l’administration fiscale pour avoir un coup de tampon « reçu » sur ma fiche d’imposition. Non pas pour l’embêter mais pour entendre le bruit du tampon sur la feuille, que j’accueille comme le son d’un baiser. Humm !!!

J’ai longtemps cru qu’il s’agissait là d’une forme d’expression de mysticisme républicain. J’aurais été la sainte Thérèse d’Avila de la république sociale. Mais non, en fait. Tout ça est vulgairement génétique.

William Harbaught (National Bureau og Economics Research, USA) et ses collègues, après avoir soumis un groupe d’étudiants à une batterie de tests et d’observations avec l’aide d’un IRM, ont établi que l’altruisme de type charitable (faire un don) ou solidaire (payer une taxe) activent les mêmes circuits cérébraux, ceux du plaisir et de la récompense (noyau caudé et noyau accumbens).

Du coup, il m’est possible d’en déduire que ma perversion est le produit d’une sélection génétique favorisée par le milieu naturel républicain, que je suis donc l’Homo Republicanus par excellence et que les réfractaires à l’impôt doivent tous être fichés puis traités par le biais d’une pharmacopée adaptée. Je sais pas pour vous mais moi je kiffe grave les neurosciences.

SILanthrope

CLASSE M, TROP LA CLASSE !


D’aucuns me demandent ce que j’ai avec le 4X4 de chez Mercedes™. Ils m’emmerdent, tous ces d’aucuns! Je n’ai jamais pu les supporter ceux-là, sauf madame d’Aucune, bien sûr. Ils n’ont qu’à relire mon billet du 20 avril. Pourtant on ne peut pas me reprocher de ne pas écrire dans un style vulgaire accessible au commun.
Là où je me dois d’admettre leurs interrogations comme légitimes, c’est quand ils me demandent pourquoi pas le 4X4 Cayenne™, le Touran™ ou le Touareg™ ou une chinoise™?

Pour les chinoises™, c’est bon ! Je n’ai ni envie de rire, ni envie de m’étendre sur leur disgrâce naturelle.
Porsche™, c’est pas possible. C’est trop vulgaire. Ce sont des voitures pour commerciaux méditerranéens or je n’ai rien à voir avec ces gens-là, moi.
Un Touran™ ?!? Ben tiens ! Pourquoi pas un 4X4 « grand Reich » tant qu’on y est. Vous savez ce qu’est le Touran ? Dans le nationalisme turc, il s’agit de leur grand Reich à eux avec deux versions possibles. Un petit Touran allant de Vienne jusqu’au lac Baïkal et un grand Touran depuis les Monts scandinaves, allez savoir pourquoi, jusqu’au désert de Gobi. Carrément ! Alors pour le Touran™, Hors de question !
Le Touareg™ alors ? il est vrai que j’avoue une certaine faiblesse pour ce model. J’aime son allure intrépide, chamelière, noble, libre. Je les adore en bleu métallisé. Mais bon, je n’ai jamais assisté à un crash-test où un Touareg aurait été impliqué. Ce ne sont pas ceux-là qu’on a importés chez nous.

Et puis Mercedes™, c’est Mercedes™. Comment voulez-vous qu’un Celtibère, pour partie Suève et Wisigoth, n’ait pas de tendresse pour les Mercedes. Pour les incultes ou les d’aucuns, sachez que Mercedes est un prénom fréquent dans la péninsule celtibérique.

Classe SIL

lundi 18 juin 2007

LES ASSOCIAUX DE LA TVA


Bon maintenant que la campagne des législatives est passée et que j’ai laissé mon camp utiliser, par pure discipline partisane, la seule cartouche en sa possession, je peux enfin émettre les doutes qui me taraudaient depuis une semaine sur cette question de la TVA sociale. Car il me semble qu’à bien y réfléchir, c’est mon Borloo qui a raison quand il pose le problème plus ou moins de la façon suivante.

Dans un pays où nous sommes tous passés du statut de citoyen à celui de consommateur, où le patriotisme fiscal n’existe pas plus que l’économique, où tout le monde veut bénéficier d’un système où c’est le voisin qui doit payer, comment fait-on pour maintenir ce système. Maintenir ce système tout en tenant compte des données de la mondialisation, avec son cortège de transferts de capitaux, de désertions fiscales, de délocalisations et d’importations venues de pays où y règne le dumping social.

J’ai beau avoir tourné le problème dans tous les sens, avoir lu des articles en veux-tu en voilà, le seul truc qui m’apparut clair fut l’ampleur de la prise de tête. À vrai dire, je n’ai lu aucun article qui ne soit pas empreint d’idéologie et qui ne me rappelle mes cours à l’université de Paris 1. Ceux d’histoire-économique.
J’avais à l’époque Jacques Marseille comme professeur. D’une façon très docte, avec tout plein d’arguments d’autorité, de mots magiques du genre « Macro-économique » et de chiffres aux vertus hypnotiques, il nous démontra en DEUG que la France produisait suffisamment de richesses pour offrir un revenu à chaque citoyen tout en restant chez lui. Une Rente. Puis le vent tournant, il nous expliqua, en Maîtrise, tout aussi doctement qu’il y avait une fracture entre la France qui travaille et celle des fonctionnaires qui vivraient d’une Rente, celle de l’impôt. J’ai tiqué. Il me semblait moi plutôt que le fonctionnaire, s’il tirait bien son salaire de l’impôt, vivait de son travail, tout de même. L’impôt n’est-il pas aussi le prix payé pour un service, public. Aurait-on idée de dire à un salarié du privé qu’il vit d’une rente, celle tirée de la vente du service privé qu’il produit. Bof ! Je me suis surtout rendu compte que le concept de Rente fascinait ce bon professeur Marseille à la pensée type savonnette.

Ouais, quand j’ai l’impression qu’on cherche à m’embrouiller la tête, je tends à revenir aux fondamentaux. Je raisonne en bon bouseux, en termes de quantités, proportions, solutions, séparant les navets des carottes, la rente du travail. Et que me dit mon sillon intrapariétal, le siège cérébral de ma pensée bouseuse. Mon sillon intrapariétal me dit trois trucs.

1- Qu’il est tout énervé que dans ce beau pays, la solidarité soit devenue une affaire de consommation et non de citoyenneté. Avec des Pauvres, juste bon à geindre, qui veulent que ce soient « les autres », Moyens et Riches, qui paient pour leurs allocations diverses et variées. Des Riches, tout sauf à plaindre, qui préfèrent se faire vomir dans des chiottes suisses que de cracher au bassinet du bien commun. Et une classe Moyenne qui en a marre de payer, tiraillée qu’elle est entre la déclassification sociale et les réflexes richards de l’égoïsme. Bande de consommateurs prêts à vendre l’âme de la République Indivisible, Laïque et SOCIALE, au mieux offrant fiscal, va !

2- Qu’il n’a jamais compris en quoi la TVA était un impôt injuste. En quoi est-ce injuste que tout le monde participe d’une façon indolore à ce trésor public qu’est notre système social. On a beau me lancer cette jérémiade aux oreilles, ce n’est pas pour autant que je l’entends comme une évidence. Car pour le voir sur mes factures de grande surface, force est de constater deux taux de TVA sur ces factures. Un taux réduit à 5,5% pour les biens de première nécessité et un autre à 19,6% pour les bien industriels. En ça la progressivité me parait garantie. Sans oublier que je consomme bien plus maintenant que je gagne deux fois le SMIC que lorsque je gagnais le SMIC et que factures à l’appui je participe bien plus au budget de notre Etat quand je me fais plaisir au Bon Marché (PUB) que quand j’achète le nécessaire chez E.D. (PUB). Attendez voir que je gagne trois fois le SMIC. Yahouuuuuuu !!!!
Alors on me répondra comme d’habitude que mon niveau de salaire me permet d’épargner plus, que c’est dégueulasse et qu’en gros, il faudrait m’enlever ce que je mets de côté pour me mettre au même niveau que le smicard. Non mais c’est quoi ce délire égalitariste de type soviètoïde, voulant mettre tout le monde dans le même panier ménager. Désolé mais si je paie mes impôts de bonne grâce et même avec fierté, je ne vois pas pourquoi je me dépossèderai de tous les fruits de mes efforts alors que j’ai étudié et travaillé plus que la moyenne. N’importe quoi cette manie de mélanger les carottes et les navets !

3- Que force est de constater, enfin, que là où le système de TVA sociale a été mis en place, au Danemark dés 1987 et en Allemagne en janvier 2007, on n’a pas vu d’explosion de l’inflation. On y a même plutôt vu la santé économique du pays se revitaliser, le chômage baisser et les systèmes sociaux se maintenir. En gros, ça fonctionne.

La preuve de tout ça, au-delà des blabla, résidant d’ailleurs dans le virage post-campagne que mes grands-camarades de parti amorcent en expliquant, que leur opposition est surtout une opposition sur la méthode, sur la forme plus que sur le fond. Que si cette mesure avait été appliquée par un gouvernement de Gauche, elle aurait été forcement sociale alors que si c’est la Droite qui la met en place, cette TVA devient forcément antisociale. Enfin tant que ce genre de tactiques brillantes nous permettent d’avoir 200 députés PS à l’Assemblée, ce qui n’est pas si mal, mon sillon intrapariétal applaudit. C’est aussi ça la politique. Le sens tactique.

Sinon, j’avoue avoir la tête encore un peu embrouillée et ne suis pas forcément certain de l’orthodoxie économique de ce qui a éclos de mon sillon intraparietal. Que voulez-vous, on n’est pas toujours au top. Je reste donc ouvert à des cours particuliers si l’économiste est plutôt jolie et pas trop dogmatique.

SILLon Intrapariétal.

P.S. : Spéciale dédicace à mon bon maître Jacques Rougerie, l’historien de la Commune, qui bien que d’inspiration marxiste, m’a bien plus appris à penser avec rigueur que mon bon social-narcissique de Jacques Marseille.

L’APHREURISME DU JOUR



En ayant voulu châtrer Hollande,
Au lendemain d’une débâcle annoncée,
Royale confirme, à défaut d’Oracle assuré,
Qu’elle restera à jamais la Reine des casse-glandes.


Master SIL

dimanche 17 juin 2007

NOUVELLES DU FRONT SEXUAL-DEMOCRATE


Mes proches, pour leur prendre la tête avec ce sujet depuis de nombreuses années, savent que je milite pour l’établissement d’une Sexual-démocratie, d’une République Bonobo qui apaiserait toutes les tentions par le Sexe. À la moindre d’entre elles, qu’elle soit d’ordre social, politique ou confessionnel, hop, cet Etat organiserait une giga partie fine, puisque nous serons tous des amis, Place de la Concorde, et re-hop, fini les tentions. Mais je vous raconterai cela peut-être un jour plus en détail si d’aventure un éditeur se trouvait intéressé par la publication de mon manifeste sexual-démocrate.

En attendant cette révolution qui redistribuera les richesses affectives, les réformistes dans mon genre restent attentifs à tous les petits signes qui font avancer ou bien reculer cette noble cause. Or de signes, ces jours-ci, deux d’entre eux se sont manifestés. Un bon et un mauvais. Commençons par le mauvais.

Une équipe de chercheurs de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore (EUA) vient d’établir que les rapports sexuels oraux sont aussi dangereux que le tabac, en matière de cancer de la gorge. Le responsable : le Papillomavirus Humain (PVH). Un virus impliqué dans les verrues et la majorité des cancers du col de l’utérus. Virus, bien évidemment, saloperie va, sexuellement transmissible y compris par voie orale. Franchement, que fait le corps médical pour que la pipe cesse enfin d’être aussi dangereuse que la clope. Le vaccin ! Le vaccin ! Voici pour la mauvaise nouvelle.

La bonne nouvelle nous vient du Monde Musulman. Une Fatwa énoncée par deux professeurs de l’Université d’Al-Azhar, du Caire, le plus grand centre de théologie sunnite au Monde, permettrait de téter sa collègue de bureau.

Alors certes, à la base de cette Fatwa, il ne s’agit en rien de valider la lactamania, ce goût « pervers » pour les tétées. Non, il s’agit plutôt de permettre la mixité professionnelle dans les bureaux puisque la doctrine islamique interdit à une personne d’être seule avec une autre du sexe opposé, en dehors du mariage ou sans liens de parenté proche ; sœur, frère, mère, tante…Mère de lait. Ainsi d’après la Fatwa que je baptiserai de Fatwa « Nestlé » (PUB), il suffirait de téter sa collègue de bureau à cinq reprises pour que de vulgaire étrangère elle devienne notre mère de lait. Humm !

Sincèrement, un grand merci. Au vu des envies qui nous viennent à tous de téter certaines collègues, s’il s’agit du salut de nos âmes, on peut dire que nous accepterons avec joie de trinquer à la santé d’Allah. Sérieux, je songe de plus en plus à me convertir, moi. D’autant plus que comme il est dit dans mon hadith préféré, le numéro 25 : « Allah ne vous a-t-il pas accordé de quoi faire l’aumône ? … Recommander le bien est une aumône, empêcher de faire le mal est une aumône, ACCOMPLIR L’ACTE SEXUEL EST UNE AUMONE ». C’est formidable. En matière sexuelle, je suis assez porté sur la générosité.

En conclusion, mes frères, alors que la médecine occidentale nous gâte nos petites gâteries, force est de constater que l’Islam fait preuve d’une plus grande modernité, de « progressisme », en matière de gâteries sexuelles, comme le dirait ma jolie Caroline Fourest que je kiffe grave malgré certains de ses choix, parfois, en matière de positions…Intellectuelles. « Progressisme ». Ouais, la science c’est nul, la Fatwa c’est cool !

Et c’est ainsi qu’Allah est gland !

SILim Dar-al-Sulh

P.S : J’apprends que Ségolène abandonne mon Fanfan. Une défaite pour la sexual-démocratie.

samedi 16 juin 2007

HALDE AUX FOUS !!!


La Haute Autorité pour la Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) vient de pondre… un truc… un machin…flûte ! comment dit-on déjà ? ah oui, une délibération ayant valeur d’argument d’autorité.

La délibération n° 2007-117 donne raison aux réclamations de mères qui entendaient accompagner les sorties scolaires tout en arborant le voile islamique, au nom du principe que ces sorties seraient extrascolaires. Les règles de la laïcité scolaire, propres aux personnels comme aux élèves, ne s’appliquant pas aux mères d’après cette logique.

Alléluia ! Alléluia ! Puisque j’applaudis et me range à cet avis éclairé. Comment ?!? Comment un laïcard tel que moi peut-il se rallier à cet avis ?!? très simple.

Les Anciens et autres historiens racontent que les Celtes en général et les Galiciens en particulier avaient un certain nombre de coutumes religieuses comme guerrières assez rigolotes.
Il leur arrivait ainsi de courir, hommes et femmes, totalement à poil et à poils, en rang serrés, tout droit sur les grandes marées afin de dompter les fureurs de l’Océan. Grands fous ! Méthode que mes ancêtres milésiens (célèbre tribu galicienne) utilisèrent sans doute pour conquérir la verte Irlande sous la conduite de notre bon druide Amergin (orthographe irlandaise) et notre chef Ith ; méthode que d’autres tribus galiciennes utilisèrent pour fiche les liquettes aussi bien aux Carthaginois, qu’aux Romains et qu’elles utilisent encore de nos jours pour faire peur au bourgeois aussi bien dans les chantiers du BTP que dans les loges de concierges des beaux quartiers.

Rajoutez à cela des coutumes religieuses, celles des fêtes de Beltaine ou Lugnasad, consistant là encore à débouler tous nus, peinturlurés, depuis les collines avoisinantes vers le centre du village en faisant un raffut de tous les diables, et vous comprendrez que j’appartienne à une branche du druidisme portugalicien dont l’une des principales obligations religieuses consiste à se balader tout nu.

Rassurez-vous. Mes obligations religieuses s’insèrent parfaitement dans notre cadre légal laïc. Celui qui distingue la sphère publique de la sphère privée. Je me balade à poil chez moi et m’habille pour sortir.

Et c’est là que cette délibération est bienvenue. Au nom du tout nouveau respect des convictions religieuses et de la non-discrimination, je vais pouvoir accompagner les sorties « extrascolaires » de mes gosses en arborant ma foi dans son plus simple appareil. Et je ne manquerai pas de déposer une plainte auprès de la HALDE à chaque fois que l’on entravera ma foi. Elle n’est pas belle la vie ? Merci la HALDE !

SIL Milésien

P.S : Les sorties « extrascolaires » n’étant en rien obligatoires, les profs qui ne souhaiteront pas avoir à me dire « merci d’être velu » pourront toujours annuler la sortie.

vendredi 15 juin 2007

BIDIBULLES FINANCIERES : LA LUTTE DES CASTES


Le suicide, vendredi 8 juin, de Pierre Jallate (paix à son âme), 88 ans, fondateur de la société Jallate, celle qui fabrique mes chaussures de sécurité, au nom du principe d’honneur qu’un père ne doit pas survivre à son enfant, aura au moins, faute d’empêcher, sans doute, la délocalisation des usines et la mise au chômage des salariés… aura au moins, disais-je, réussi à démontrer que la lutte des classes est en bonne partie une vue de l’esprit.

Qu’il n’y ait pas conjonction d’intérêts ente le patronat et le salariat, soit. Chacun défend son bifteck, gros ou petit, c’est ainsi. Mais force est de constater que ces deux classes ou plutôt catégories d’agents économiques bossent toutes les deux, se rejoignant même dans la volonté de vivre de leur travail. Et oui, chers marxistes, un patron, ça travaille, ça en vit et ça en meurt.

Cette mort tragique aura réussi à démontrer qu’il y a bien un lutte, une lutte des castes opposant la caste des travailleurs, patrons comme salariés, à la caste des Intouchables.

Les Intouchables. La caste de ceux qui naissent avec toute une vie dorée déjà offerte, qui vit de la rente, ne se lève pas tôt mais se couche bien tard en revenant repue de ses mondanités. Une caste qui hérite sans mérite, bénéficie du travail de tous, parasite l’effort collectif.

Oui, une caste qui refuse de toucher l’outil de travail mais qui adore palper le fruit du travail des autres. Une caste que rien ne touche. Ni la Solidarité, ni les Lois, ni le Fisc puisque cette caste aime à vivre dans ses paradis fiscaux, sexuels ou autres. Elle vit en Duty-free. Une caste que rien ne touche si ce n’est la baisse de ses bénéfices escomptés.

Une nouvelle aristocratie, qui hérite sans mérite, d’une richesse, innée et non acquise, adepte de la loi du sang, le nôtre, poussant le vice du jeu jusqu’à jouer nos vies en bourse. Une caste jalouse de son droit de vie et de mort sur nos économies. Je pousse peut-être le bouchon un peu loin mais cette mort comme celle de la vague de suicides en entreprise n’en sont-elle pas des preuves.

Les Intouchables, une caste de salopards. « Qu’un sang impur (celui de la tyrannie y compris financière) abreuve nos sillons ». Toutefois, sans exagérations, je me contenterai volontiers du fait qu’ils paient enfin l’impôt de bonne grâce.

Concluons sur ces paroles de Jean-François Anton, délégué CGT de l’une des Usines du groupe. « Ce geste, il l’a fait pour nous sauver car il ne supportait pas l’idée que le Fric puisse gâcher des vies humaines ». Paix à son âme.

SILLon énervé par les coups de cornes du Veau d’Or.

jeudi 14 juin 2007

THE SIL : THE SUPER I-HEROES LEAGUE


L’ado est chafouin. Mécontent de ma réponse du 25 mai sur le moralisme, Jean-Kèwin, les fils de Monsieur d’Aucun, me réécrit. « Pour un tenant d’un rationalisme de bon aloi tel que vous l’êtes, je m’étonne que vous appréciiez autant les super-héros. Ceux-ci pullulant sur votre Blog. Chevaliers du Zodiaque, héros Marvel et autres Jedi sont-ils bien à leur place chez un être se prétendant à ce point raisonnable ».


Mais qu’il est con ce jean-Kèwin ! Mille dieux, qu’il est con !

Comme si la Raison empêchait le rêve. Comme si les rêveries d’un enfant empêchaient le développement de sa raison. Mais non ! Ce grand rêveur de Nietzsche n’en a-t-il pas fait une philosophie. « L’homme est attiré par le surhomme ». Ah mes enfants, si vous saviez ce que j’en rêve depuis l’age de 5 ans, d’avoir des superpouvoirs.

Toiles d’araignées, Voler, Immortalité, Cosmo-énergie, kamehamehas, télékinésie, télépathie, téléportation dans les douches de mes cousines, télédécrochage des soutifs de mes copines… téléfoutaises que tout ça malheureusement ou plutôt heureusement.

Le seul superpouvoir de l’Homme, réside dans sa capacité à matérialiser ses rêves comme ses cauchemars sans oublier les caprices de sa femme. Superpouvoir déjà bien trop super comme ça.

Quand il rêve de télékinesie, il invente la roue ou la grue. Quand il rêve de voler, il invente l’aviation. Quand il rêve de téléportation, en attendant d’en inventer la machine, il invente la télévision, le téléphone ou Internet. Quand il rêve d’immortalité, il invente le nom de famille, le mythe, l’histoire et la conquête spaciale. Quant il rêve d’équité sociale, il invente l’impôt...la TVA social (GAG)

Eh oui, mon petit jean-kèwin, la Raison et le Rêve sont les deux faces du Génie humain. Alors « Raivons ».

SIL

P.S. : la série « HEROES » est vraiment « super ». Super…heroes, quoi ! gnark, gnark, gnark !

mercredi 13 juin 2007

POLITICAT DOLL : RAMA YADE


Rama Yade, la très jolie poupée noire de l’U.M.P, nous dit que si elle est rentrée à l’U.M.P, ce n’est pas pour des idées, pour défendre les valeurs républicaines de Droite ou pour servir son pays à Droite. Non, si Rama Yade s’est engagée à l’U.M.P, c’est, sans rire, « pour un homme, Nicolas Sarkozy ». Merci beaucoup très chère mademoiselle Yade pour cette sublime conception de la Démocratie.

Fais « juste » gaffe Rama. Certains psychanalystes d’une gauche à Lacon, toujours prêts pour une bonne analyse sauvage à Lacan, pourraient écrire dans une presse à LaKahn que ce sont là des motifs de radasse. Moi j’espère juste que ton homme ne te décevra pas trop vite. C’est qu’il en va de l’avenir de la démocratie.

Je ne sais pas vous, mais moi, tout ça me fait penser à ce présentateur du JT de France 2, qui demandant à Kirsten Dunst (la Mary-Jane de Spiderman) pourquoi elle soutenait mon Barack Obama, l’un des candidats Démocrates aux élections présidentielles américaines, s’est vu répondre « Parce qu’il est beau ! » Magnifique, non ?!? Parce qu’il est beau…

Après mes « Pussycat Dolls » chéries, voici les « Politicat Dolls ». À quand une chorégraphie, exécutée, magistralement au « Hustlers Club ». Celui qui se trouve du côté de l’Elysée.

SIL qui ne pense, de toute façon, qu’à s'abriter sous "l'Umbrella" de Rihanna, la sublime poupée métisse du R&B ; et qui salue la victoire de Julien à la Nouvelle-Star. Du trés grand art.

P.S: Je crois, rien que pour sa capacité à chanter, que notre espèce merite bien l'amour des divinités...

CODE QUANTUM : NOKIA N95


Mes fidèles lecteurs connaissent mon tic. Je ne jure que par la physique quantique. C’est ainsi que j’ai profité de mon anniversaire, fêté le week-end dernier, les cadeaux sont encore acceptés, pour demander à ma femme de m’offrir l’un de ces attributs indispensables à tout pri-mâle dominant, capables de faire de nous des êtres encore plus séduisants. Je ferais n’importe quoi pour séduire ma femme.

Je lui ai demandé de m’offrir le NOKIA N95 (PUB), en attendant l’IPHONE (PUB), un véritable petit bijou de technologie vibrante. Il fait vraiment tout. Et moi, je ferais n’importe quoi pour faire plaisir à ma femme.

Quel est le rapport entre le NOKIA N95 (REPUB) et la physique quantique me demanderez-vous ? Le rapport réside dans le message d’accueil de mon répondeur. Écoutez voir.

« La physique quantique, à savoir, l’impossibilité de prévoir dans les systèmes complexes s’applique aussi à la téléphonie mobile. Si ! Si ! Ainsi, bien qu’ayant toujours sur moi, mon NOKIA N95(PUB ENCORE), peut-on en déduire que je suis joignable pour autant. D’un point de vue quantique, la réponse sera Oui et Non à la fois. Par conséquent veuillez laisser un message… »

SIL de SCHRÖDINGER

PAR OU T’ES RENTRE… ON T’A PAS VU SORTIR


Les « législatives » ? Exceptionnel ! Comme je le laissais entendre dans mon billet du 4 juin, on a eu droit à du très grand art. Du 7e. Merci messieurs, dames, pour ce super nanard. Une superbe comédie pouet-pouet dans la plus pure tradition française. Tout y était.

Tout d’abord, un scénario sans surprises, nous narrant les rivalités politiques opposant deux familles bourgeoises qui cherchent à hériter de la grande Maison. Un héritage à durée limitée. La Maison de la Nation.

Un scénario, où la famille aux abois, la mienne, accuse l’autre de vouloir tout prendre, alors que nous nous étions entendus dès le départ, pour la jouer au scrutin majoritaire. Comme quoi le fair-play, ne vaut que quand on gagne. En ce sens, j’ai adoré la réplique « comme c’est nous qui avons forcement raison, si l’opinion ne nous donne pas raison, au lieu de nous faire une raison, nous appèlerons à l’insurrection ».
Dans ma famille, on est un peu taquins, un peu gamins. Normal pour une famille où la pensée est pédagogiste. Tout comme le savoir naît du cerveau même des gosses, nous estimons que la pensée de Gauche procède d’elle-même dans la tête du Peuple. Du coup, si le Peuple vote à Droite ou si le peuple de Gauche ne va pas voter, ce n’est ni parce que nous n’avons pas su le mobiliser, l’instruire des enjeux de ce pays, ou bien parce que nous n’avions aucun projet à proposer. Non ! C’est forcément la faute du système ou celle de nos cousins d’en face.

Vive la Gauche irresponsable, maniaco-dépressive, qui appelle au suicide collectif, dans la rue, quand elle n’atteint pas les sommets, dans les urnes. Applaudissez-nous messieurs, dames. Applaudissez le jeu politique de ma bande de « Charlots ». « Splendide » n’est-ce pas ?!?

Mais ne soyons pas injustes. Laissez-moi saluer, pour une fois, notre cheftaine de famille puisqu’elle fut la seule à appeler l’électorat de Gauche à prendre ses responsabilités. Merci maman ! C’est juste dommage que l’instant d’après tu nous aies offert une belle scène d’engueulade avec papa, à propos d’un quiproquo téléphonique. T’aurais appelé les cousins de la troisième famille, celle des pique-assiettes, et papa ne l’aurait pas du tout apprécié. Ce qui nous ramena encore une fois à du vaudeville. Il y a toujours une scène au téléphone qui commence avec le répondeur, produit un malentendu et finit en crise de jalousie. Manquait plus que l’accent pied-noir. Un rôle pour Marthe Villalonga…

Pendant ce temps-là, la famille d’en face, nos cousins de Droite, roulent des mécaniques. Leur chef, interprété par Aldo Maccione, nous la fait démarche chaloupée le menant jusqu’au premier plan. Là, il nous balance un « mamma mia, 400 dipoutés, mà c’est vraiment la classe ».
S’en suit une réunion de la Familia où ils sur-jouent la bonne foi démocratique. « c’est lou pôple qui l’a voulou. » un peu gênés quand même, atteints de cette mauvaise conscience qui se lave dans la charité, ils se disent qu’il serait bon de donner aux autres membres de la famille Nationale, quelque peu démunis, « un petit quelque chose », « une dose de proportionnelle. « La classe, quoi ! Mamma mia, la classe ! »

C’est là que débarquent, sans pour autant en faire une surprise scénaristique, les cousins de province, la famille des pique-assiette, ceux qui rêvent d’un système où ils ne seront pas vraiment au centre des idées mais plutôt au centre des débats, où leurs ralliements de circonstance leur permettront de faire en sorte que rien ne se décide jamais sans eux.
Ayant mangé dans nos assiettes lors des présidentielles, voici qu’ils crachent dedans maintenant, ne décrochant même pas le téléphone. Par contre ils ne crachent pas trop sur un désistement qui permettra à leur chef de file de manger pendant cinq ans. Mort de rire. Du grand Jerry Lewis dans « Par où t’es rentré, on t’a pas vu sortir ». un titre qui va à ravir au seul représentant de cette famille à l’Assemblée.

Non, la seule agréable surprise de ce film fut la scène de fin. Celle où « Les Marx brothers » et les « Faf boys », les vilains qui squattaient la Maison, se retrouvent foutus à la porte, tous nus, sous la pluie. MDRXXL. Mort de rire extra extra large.

Merci encore pour ce nanard qui m’a fait passer un bon moment de cinéma politique. Dommage, vu le taux de participation, qu’il ait fait plus de sorties que d’entrées. Vivement le DVD. Un DVD TF1 vidéo.

SIL la Classe ! Classe M (PUB)

PS : Ah, oui, il y a juste un petit truc qui me fait moins rire et qui semble n’inquiéter que moi. Étant donné que c’est devenu un peu une mode, une majorité U.M.P écrasante aussi bien à l’Assemblée qu’au Sénat ne risque-t-elle pas de permettre toutes les micro-modifications de la Constitution que l’U.M.P souhaitera? Nul besoin de consensus entre les partis, n'est-ce pas? Le Parlement réuni en congrès à Versailles suivra à chaque fois les desiderata de ce Parti là…Mais bon comme ça n’inquiète que moi, je dois me faire des idées…espérons le en tout cas.