lundi 25 février 2008

LE CENTRE, UN BUT, UN RÊVE, UN IDÉAL


Euréka, à force d’observations et d’écoute, j’ai fini par comprendre. J’avais en effet, avant ça, beaucoup de mal à définir le MoDem pour y voir beaucoup trop de gens qui ne me ressemblent en rien, moi qui suis un Jedi social-démocrate de l’eXtremecentre. C’est qu’au MoDem, on y trouve pas beaucoup de centriste mais plutôt des libéralistes, des dévots, des poujado-liberaux, des anciens gauchistes (j’en connais) et même des Verts qui ne manqueront pas de gâter ce fruit, le tout lié par une sorte de bien-pensance de Droite tout aussi indigeste que celle de Gauche…

C’est en analysant ce constat que j’ai compris. En fait pour tous ces gens, le Centre, le centrisme n’est rien d’autre qu’un nouvel idéal, un nouveau but à atteindre, une utopie en somme, alors que pour moi il s’agit d’un mode de vie, justifiant ainsi que je m’autorise à rêvasser à Gauche. Mode de vie que je partage sans doute avec leur Guide, mon très cher François Bayrou, qui devrait en profiter pour se donner des vrais airs de Gourou, en se rasant les cheveux par exemple. Ça lui évitera surtout de se les arracher vu qu’il va galerer comme un damné pour mener à bon port son radeau qui me méduse.

Sinon, sautant du coq laïc à la grenouille de bénitier ou de fontaine à ablutions, saches mon cher François, que je te remercie pour tes positions sur la Laïcité. Je t’ai écouté chez la baronne Ockrent le dimanche 10 février et je te donne raison d’un point de vue politique.

Politique car d’un point de vue intellectuel je diverge. Si le christianisme s’est reformé c’est aussi parce que rien dans le message du Christ ne s’y oppose fondamentalement. La vision d’un pouvoir comme ayant Dieu pour seule source n’est qu’une interprétation possible parmi bien d’autres. Ce n’est en rien un Commandement christique. Ce qui constitue une différence fondamentale avec l’islam. En effet non seulement la démocratie (loi des hommes) est un péché mortel envers l’islam (la loi d’Allah) mais Mahomet lui-même a appliqué le théocratisme comme mode de gouvernement, son royaume ayant été de ce monde à l’inverse de celui du Christ. Ce qui justifie les raisonnements selon lesquels l’islam n’est pas réformable dans le sens de la démocratie. Il faudrait non seulement mentir sur la lettre mais aussi sur les faits or on ne battit rien de solide et de durable sur un mensonge. Ce qui justifie également que l’on continue de taper sur l’islam afin que la coquille s’ouvre suffisamment pour que ceux qui y sont enfermés puissent s’en échapper.

Politique car politiquement tu as raison. Ceux qui ont défendu la loi de 1905 se fichaient de savoir si le message de l’Eglise catholique était réformable ou pas, s’il deviendrait compatible avec la démocratie. Ces républicains considéraient que c’était là le problème de l’Eglise, de ses penseurs ou des opposants à son message. Leur objectif était de protéger la démocratie du pouvoir religieux, la loi des hommes de la loi des dieux, de pacifier la Nation en rangeant les controverses religieuses au vestiaire de la sphère commune.

Aussi tel que tu nous l’enjoins, que la République vive selon sa propre logique, selon son propre idéal, qu’elle établisse ses lois en Raison et selon le principe d’intérêt général, et surtout n’abandonne pas une seule virgule de son principe de Laïcité. Un principe qui nous demande à tous, de nous considérer politiquement comme les citoyens d’une même nation et non les membres de telle ou telle communauté. Une laïcité qui relègue les querelles de clocher ou de minaret au seuls domaines religieux, intellectuel ou privé. Car au fond, si l’islam est capable ou pas de se reformer c’est bien son problème et celui des musulmans qui dans la sphère publique se doivent de mettre leurs principes religieux comme leurs exigences de côté afin que le vivre ensemble soit possible.

Aussi qu’ils se débrouillent pour leurs mosquées. Qu’ils les financent eux-mêmes ou avec l’aide de l’Arabie saoudite si tel est leur désir « Comment ! ». Je sais ce que vous allez me dire. Mais je vous répondrai que de toute façon, construites ou pas avec notre argent public, la République n’aura aucun moyen sérieux de contrôler ou de peser sur ce qui sera dit à l’intérieur de ces Kommandantur religieuses. Le message est connu. Il suffit de lire le Coran. Croire l’inverse n’est rien d’autre que de la pure-hallal naïveté. Et puis cyniquement, je suis tout à fait favorable à ce que l’Arabie saoudite dépense ses petro dollars en achetant au prix fort des terrains municipaux et en faisant fonctionner nos entreprises du BTP, celles qui construiront leurs satanées mosquées. Ça sera toujours ça de récupérer comme pognon! Et puis une mosquée, cela se démolit aussi bien qu’une église se « déconstruit ». Il semblerait même que cela soit devenu un phénomène notable pour les églises. Qui sait, un jour pour les mosquées…

Maintenant histoire de finir sur une petite taquinerie, dis-moi mon François que j’aime, toi qui t’arroges le monopole du qualificatif « Démocrate » ça ne te dérange pas trop d’avoir participé au viol en réunion du « Non » démocratique affirmé par le Peuple Français lors du referendum sur le Traité constitutionnel européen ? Ça va, tu le vis bien, ta conscience de « Démocrate » ne te gratte pas trop ? Si je dis ça, c’est parce que je ne t’ai pas beaucoup entendu sur ce sujet. À moins que tu ne sois comme tes disciples. Le Centre, La Démocratie… Un idéal à atteindre… Sur ce coup-là, c’est raté !

Un SIL dans ton œil de Démocrate

1 commentaire:

Marc winehouse a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.