lundi 21 juillet 2008

EXERCICE DE STYLE : BAVARDAGE BIEN-PENSANT


Après tout, il n’y a pas de raison. Moi aussi j’en suis capable. Vous verrez, c’est même très facile. Un réflexe tant nos disciples de Pavlov nous l’ont stimulé en profondeur. De quoi je parle ? De bien pensance voyons. Vous savez, cette pensée qui s’est auto instituée contraire à la mal-pensante. La seule belle pensée que vous devrez accepter comme telle. Pourquoi ?

Parce que ces disciples de Pavlov nous ont fait croire que nous serions les seuls au monde à avoir tout plein de trucs à nous faire pardonner. D’être riches et bien-portants. C’est pas bien d’être riches et bien portants tous seuls. C’est nul. Le jour où le monde entier sera riche et bien portant, ce sera super. En attendant, c’est mal et nous devons payez très cher cet outrage. « Crève ordure capitaliste ».

Ouais, nous les riches sommes des salauds. Car il ne nous suffit pas de piller la planète un peu plus efficacement que le reste du monde. En plus, nous polluons. Certes, nous ne sommes pas les seuls et chaque jour nous le faisons un peu moins efficacement que le reste du monde mais est-ce là une excuse ? Quoi qu’il en soit, j’ai la preuve que le riche est pourri par nature. Mon père est riche et pourri. Il refuse que j’hérite avant sa mort. Moi je ne suis pas pourri car parfois les tares sautent une génération. Quelle chance !

Ouais, mon père est un pourri. Il faut soit qu’il crève pour que je devienne la rédemption du riche, soit qu’il paye. Que l’on augmente les impôts de mon père et des gars comme lui. L’impôt c’est fait pour lui et non pour moi. Pourquoi ? Parce que je suis trop gentil et pas assez riche pour en payer. Ouais, qu’il paye, histoire de sponsoriser mes spectacles. J’en ai marre de galèrer pour produire mes spectacles mondiaux. Je ne devrais pas. Je suis gentil et bien-pensant. Tout m’est dû.

Sérieux, je suis trop vénère. Mais vraiment trop ! Faut que j’aille voir mon psy. Il m’apaise. Il me dit que j’irais beaucoup mieux après avoir « tué » le père. Ceci me permettra d’avoir enfin un rapport apaisé avec l’argent et de passer à un deuxième stade de ma thérapie. Un stade plus approfondi et plus cher. Je suis d’accord avec lui. Qu’il crève, que je sois enfin l’image du gentil riche.

Comment est-ce possible ?

Ça se voit que t’es pas gentil sinon tu ne poserais pas cette question. T’as de la chance d’être un salaud de pauvre sinon je pourrais croire que t’es un conard de riche. Enfin bon, parce que c’est toi, je vais t’expliquer pourquoi quand on naît cool, on le reste, même riche.

Moi par exemple, je suis cool parce que je suis ouvert. Chez moi, dans l’appart que je scouatte à mon père, histoire qu’il ne serve pas à la spéculation immobilière, je n’ai mis que trois points de sécurité sur la porte. L’assureur a eu beau vouloir m’imposer 2 points supplémentaires, soi-disant à cause de tout mon matos musical, j’ai refusé. En dehors de mes deux guitares fétiches valant bien 3 points de sécurité, le reste a soit été sponsorisé par mon père, soit par ses impôts. Alors, si une victime du système de mon père me pique le reste du matos, c’est pas grave. Mon père n’aura qu’à assumer toute la frustration qu’il engendre en re-sponsorisant tout mon matos redistribué. Moi tant qu’on ne me pique pas ma Playstation switché avec une puce spéciale que j’ai galèré à avoir, le reste je m’en fous. Je suis ouvert.

C’est comme pour le Monde. Je le rêve ouvert. J’adore ce concept de village global avec moi qui vais m’éclater à l’étranger et l’étranger qui vient travailler chez moi. Après tout ce que l’on a fait au Monde, le Monde a bien le droit de venir travailler chez nous en s’entassant aux abords de nos villes ou dans nos chambres de bonnes. Ce sont des êtres humains merde ! Enfin, tant qu’ils n’habitent pas chez moi. Oh, ce n’est pas que je sois fermé à ça aussi mais cela risquerait de me déconcentrer dans mon œuvre créatrice. Et puis les travailleurs étrangers, ils se comprennent mieux quant ils vivent entre eux. Faudrait surtout pas accentuer le déracinement. Vive le Multiculturalisme.

Bref tout ça tombe très bien. J’ai besoin d’une bonne non déclarée pour ranger mon bordel. Mon père refuse que je scouatte l’un de ses cinq pièces et ne me donne pas assez d’argent pour que je déclare ma bonne. C’est dégueulasse. Enfin tant que les petites Philipines peuvent venir.

Ouais, nous sommes tous frères. Regardez-moi, je m’habille comme eux, comme tous mes frères du village global. Tiens où j’ai foutu mon keffieh moi ? Je parle mieux de l’islam quand j’ai mon keffieh autour du cou. Vous ne voyez pas le rapport ? C’est parce que t’es pas ouvert. Je parie que tu vois l’islam comme une menace. Et bien c’est là où je voulais en venir avec mon keffieh. Je suis ouvert moi et il est temps pour moi de rétablir la vérité sur cette religion d’amour et de paix qu’est l’islam. Ouais, j’entends de-ci, de-là beaucoup trop de trucs injustes qui m’énervent.

Je n’ai pas besoin d’avoir lu le coran pour savoir que je suis le frère de mes frères musulmans. Car moi, j’ai confiance dans ce que me disent mes frères à la télé. La violence du monde islamique n’a rien à voir avec l’islam et ce malgré tout ce que nos complots extraterrestres-franc-maçons-americano-sionistes leur on fait subir. Terrorisme, dictatures et guerres,. À la limite, il y aurait un lien éventuel avec l’islamisme et encore pas avec tous les islamismes. Rien à voir avec le Coran. À la limite, avec le coranisme et encore pas tous les coranismes. Rien à voir avec Mahomet. A la limite, avec le mahometisme et encore pas tous. Bein ouais, c’est pas aussi simple tout ça.

Ouais, l’islam n’est que paix et amour. Tout comme Mahomet. Il a dû lutter contre l’adversité et les bâtons que les extraterrestres-francs-maçons-americano-sionistes lui mettaient dans les roues, c’est tout. Car de l’avis de mes frères musulmans, si Mahomet avait pu vivre 400 ans de plus, à coup sûr débarrassé de ses ennemis extraterrestres-francs-maçons-americano-sionistes, il aurait pu inventer la démocratie, l’alter-mondialisme, l’ONU, le commerce caravanier équitable, l’échangisme et même une bombe à neutrons pacificatrice. C’est notre faute, je vous dis.

Par conséquent, il est hors de question que l’on rentre en guerre avec l’islam. Il ne nous a rien fait. Il ne nous fera jamais rien. Rien. Absolument rien. Le 11 septembre et tous les autres attentats quotidiens, c’est un coup des extraterrestres-francs-maçons-americano-sionistes. Et puis moi, j’en veux pas de la guerre. D’une part, je n’ai jamais su me battre et d’autre part j’ai envie de jouir de l’héritage que je toucherai bientôt. Tiens à la limite qu’on envoit mon vieux père en mission commando contre l’islamisme mais pas moi.

Car moi, j’ai de grands projets pour l’humanité. Des projets que je ne manquerais pas de mettre en place avec l’argent de mon héritage. Tiens par exemple, en voyageant en Thaïlande, Indonésie, Sri Lanka, histoire d’aider les populations locales à relancer leurs économies dévastées par le tsunami. En y relevant de ses décombres, le tourisme sexuel. Ou bien en distribuant l’aide alimentaire en Afrique contre des faveurs sexuelles. Ou encore en… et puis zut, je ne sais pas. Fichez-moi la paix avec vos guerres, c’est tout. Je veux faire l’amour dès que j’aurais les moyens de le payer.

De toute façon, je partage l’avis du dalaï-lama. Si des gens nous en veulent, c’est qu’on n’a pas été bien gentils dans nos vies antérieures d’occidentaux. Ce qui a pourri tout notre karma. Et même si le dalaï-lama ne nous dit pas ce que les lamas tibétains ont fait de si grave pour que leur pays mérite l’oppression chinoise, je le crois quand même. Tout ça, ce sont des trucs d’êtres spirituels que les gars gentils comme moi doivent écouter, voilà tout.

Et puis, il y a pas besoin d’être un dalaï-lama pour savoir que si nous sommes super-super-super-super-gentils avec eux, nous pouvons espérer qu’ils soient au moins gentils avec nous. Vous ne savez plus quoi répondre à ça, hein ? Comment ?!? Que je vous foute la paix avec mes conneries. C’est pas gentil, ça.

Bon OK, si jamais la guerre était à nos portes, promis, je supporterais nos troupes, histoire qu’elles protégent mes biens. J’espère juste qu’elles ne se battront pas trop près du centre ville. Qu’ils feront ça au loin. Si possible à l’étranger ou en banlieue parce que moi vraiment, la guerre, je déteste ça. À la limite, au cinéma par des réalisateurs de gauche mais surtout pas en bas de chez moi. En tout cas, promis je supporterais nos soldats. D’une part vu le classement officiel, on a des chances de remporter la coupe du monde de la Guerre et puis de toute façon, il n’y a pas de soldats dans ma famille. Les autres peuvent bien se battre à ma place avec mon appui. Vous voyez que je suis un gars gentil.

Voilà c’était le message de paix que j’avais à adresser au Monde. Maintenant je m’en vais boire un verre dans un bar sympa. Cette conversation m’a desséchée.

C’est chiant n’est-ce pas ? Et dire que l’on entend ça à longueur d’ondes comme de journée.

ImbeSIL

2 commentaires:

castor a dit…

merci, merci
et la photo ...encore merci !!
A ce sujet, d'ailleurs, à écouter d'urgence le dernier "opus" comme on dit du chanteur .....un ramassis d'âneries...Mais on doit se demander, si "au fond" il ne sent pas qu'il n'écrit RIEN, sinon, c'est grave.
bonnes vacances à tous les capitalistes qui eux partent...en vacances.

SIL a dit…

J'adore les Castors... exception faite de la Simone d'abreuvoir