jeudi 18 juin 2009

« QU’EST-CE QUE C’EST QUE CES NOTES ?!?».


Spécial conseils de classe du troisième trimestre : je crois que voilà résumé en un seul dessin quarante années de délires, centrés autour d’un pédagogisme forcené et de la mise au centre du système scolaire du petit ego de l’enfant roi.

Par contre ce que ne montre pas ce dessin, c’est la personne du Principal de l’établissement flanqué depuis peu aux cotés des parents de nos pokémons. Car figurez-vous que l’une des dernières conséquences de tout ce délire est que dans certains collèges ZEP, les Principaux, en bon petits bureaucrates soumis à la doctrine du chiffre pour le chiffre, suggèrent fortement aux professeurs de surnoter. L’objectif étant d’être bien vus de leur hiérarchie mais surtout de faire en sorte que les cancres ne redoublent pas et soient refourgués aux lycées d’enseignement professionnel et général. Une tendance à l’inflation des notes qui signifie par conséquent une tendance à la dévaluation des savoirs. Encore une pente savonneuse…

Voyez-vous, ce qu’il y a de bien avec les idées complètement stupides, c’est qu’en les laissant aller jusqu’au bout de leur logique, elles produisent des effets de plus en plus abracadabrantesques.

Il est peut-être temps de changer de logique et de revenir à celle où le Savoir, avec l’autorité, la discipline et le sens des responsabilités qui en découlaient, était au centre du système, non ?

SILalutte des conseils de classe.

4 commentaires:

RoseNoire a dit…

Je me souviens...en 1983 je sortais de ma petite école municipale pas du tout réputée, et entamais en douceur, sans problème et sans fautes d'orthographe ma transition vers la fac.

Plus tard, diplômée depuis longtemps, je devins maman. Et passai (et passe encore) de très longues heures après l'école pour que ma fille s'en sorte dans les matières de base, et écrive des textes qui ressemblent à autre chose qu'un galimatias pondu par une quasi illettrée. Et il est inutile d'attendre que les profs sanctionnent même le pire ramassis de fautes d'orthographe, syntaxe, grammaire.

Ces pas possiblle d'arraiter ses pauvres enfents pour ci peu! ;-)

J'ai souvent l'impression de faire double emploi avec les profs. Et pas parce que ma progéniture a un poil dans la main ou est peu douée...tout simplement parce que je constate avec horreur que les bases ne sont pas données.

Je ne parle même pas du savoir-vivre. J'avais en son temps une "fiche d'éducation" où les profs ôtaient des points en cas de grossièreté, manque de discipline, ou retard. Les parents devaient la contresigner...et je vous assure que quand je revenais en ayant perdu des points, c'était pas la fête à la maison!
Je peste souvent contre l'Educ'Nat (comme on dit) que j'assimile régulièrement à une fabrique de crétins, à une usine du nivellement par le bas. Hélas!
(Je réside en Belgique, mais via de nombreuses discussions avec mes cousins et petits-cousins habitant l'Hexagone, je peux dire que la situation est la même dans les 2 pays).

SIL a dit…

Et oui, malheureusement !

Anonyme a dit…

Je tiens à dire que zep ou pas, les notes n'ont de valeur que dans l'établissement...

Car depuis toujours, un 10 à Henri IV ne vaut pas un 10 dans un petit collège moyen...

Et puis, au risque de me faire remettre en place ici, mais moi, je souhaite qu'un jour l'Ecole voire même la pédagogie des professeurs de collège soit enfin à l'écoute des êtres humains que sont les enfants et les ados...Et quand j'entends parfois le corps enseignant parler avec condescendance de leurs élèves, je me rends compte que malheureusement on en est encore loin...;-((( [ j'ai encore eu un beau florilège samedi...faut savoir que en ce qui me concerne je le laisserai pas parler ainsi de mes enfants...]

Après faut pas s'étonner du fait que les parents s'imiscent peut-être un peu trop...comme semble le dire la caricature...

Melle E

SIL a dit…

En effet Melle E, tu ne perds rien pour attendre ; dès que j’ai dix minutes, je te fais ta fête (de fin d’année) ;-))