vendredi 31 décembre 2010

Tentative d’attentat au siège du Jyllands-Posten : Comme une grosse envie de maraver du Mahomet (islamortal kombat).



Histoire, sans doute, de finir l’année en beauté, je me suis levé avec une grosse envie de maraver cette caricature de prophète qu’était Mahomet. Grâce au jeu "Faith Fighter" (jouable en ligne en cliquant ici), c'est possible. Allah-ah-ah-ah ! « Finish Him ! Perfect ! » Grands dieux, ce que cela fait du bien.

SILiu Kang

jeudi 30 décembre 2010

Tentative d’attentat au siège du Jyllands-Posten : parce que la meilleure réponse au totalitarisme islamique demeure la riposte systématique (3)

En guise de modeste soutien au quotidien Jyllands-Posten, voici quatre de mes créations personnelles en matière de caricatures mahométanes. Des créations, ma foi, aussi subversives que d’une eXc-ellente facture, n’est-ce pas ?

SILidim le Magnifique


« Un jour, chacun pensera exactement ce qu’il a envie de penser, et alors tout le monde partagera probablement les mêmes opinions. » Andy Warhol


« La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive contre l’ennemi. » Pablo Picasso.


La vanité de Mahomet : comme l’aurait dit Lacan, « Allah est mort, le problème est qu’il refuse de le savoir »


Mahom-E.T. go home

mercredi 29 décembre 2010

Tentative d’attentat au siège du Jyllands-Posten : parce que la meilleure réponse au totalitarisme islamique demeure la riposte systématique (2)


L’idéal serait que le plus grand nombre possible de publications du monde libre manifestent leur soutien à leur confrère du Jyllands-Posten en décidant d’une date où ils feraient leur une avec les caricatures de Mahomet, mais bon, en attendant que nos canards aient enfin des dents, le monde libre, ainsi que le Jyllands-Posten devront se contenter de leur publication dans nos modestes médias.

SILidim le Magnifique

Tentative d’attentat au siège du Jyllands-Posten : une caricature, encore une fois, sans le moindre rapport avec la réalité (1)


"Puisqu’on vous tue à vous le dire que l’islam est Amour, Tlérance et Paix…"

La police danoise a déjoué aujourd’hui un attentat visant le quotidien Jyllands-Posten, cible d’islamistes depuis la publication de caricatures de Mahomet en 2005, au terme d’une opération qui a mené à l’arrestation de cinq personnes, quatre au Danemark et une en Suède.

Le ministre danois de la Justice, Lars Barfoed, a déclaré dans un e-mail à l’agence de presse ritzau que les suspects étaient « des militants islamistes » et que leur arrestation avait fait échouer le plus grave complot terroriste visant le Danemark. Le directeur du Renseignement danois (PET), Jakob Scharf, a ajouté que plusieurs des suspects étaient « des militants islamistes ayant des liens avec les réseaux terroristes internationaux ».

Le PET, dont l’intervention conclut une « longue surveillance », précise que la cible devait être les locaux du Jyllands-Posten à Copenhague. « Ces arrestations ont empêché une attaque terroriste imminente durant laquelle plusieurs des suspects (…) allaient s’introduire dans (le bâtiment du Jyllands-Posten) à Copenhague et tuer autant de personnes que possible », affirme M. Scharf dans un communiqué. « Les arrestations soulignent le poids de la menace terroriste qui pèse sur le Danemark et en particulier sur les institutions et les gens liés à l’affaire des caricatures », ajoute M. Scharf. (pour en savoir plus...)

mardi 28 décembre 2010

Pour Noël j’ai reçu une poupée Barbu (islamattel™ présente Action musul-Man)


Admirez donc le tout dernier jouet que m’a envoyé mon bon tonton Sam d’Amérique, la nouvelle poupée Barbu de chez islamattel™, collection Action musul-Man.

Tous les accessoires y sont : la tenue du soldat d’Allah avec son keffieh et son turban mais aussi la baignoire qui me permettra de poser quelques questions à mon amateur d’ablutions en plastique.

Je suis fou, non pas d’Allah, mais bien de joie. Attention, accessoires vendus séparément…

Poupée de SIL

lundi 27 décembre 2010

Bande d’Avatars : « Avatar » le premier navet en 3D (un navet des Na’vis)


Ma frangine est taquine. Elle m’a offert « Avatar » en DVD, l’édition collector, spécial fêtes de noël. Elle a beau savoir que le fan de James Cameron, que je suis, a détesté ce film, elle me l’a tout de même offert, soi-disant pour les bonus. Ça tombe bien, il en manquait un, de bonus, mon avis sur ce nanar. Le voici.

En effet, il se trouve que je suis un fan de James Cameron. J’ai apprécié tous ses films. Aussi bien cette comédie peplumesque qu’est « True Lies », ses bijoux de science fiction que sont Terminator, Alien 2 et Abyss, ou encore ce monument du cinéma lacrymal qu’est Titanic. Je l’ai vu 7 fois au cinéma et une dizaine de fois en vidéo, chialant systématiquement lors des génériques de fin tel un iceberg posé en plein Sahara. Exit donc toute suspicion d’anticameronisme primaire. Ce n’est pas le genre de la maison. D’où d’ailleurs l’ampleur de la déception.

C’est qu’au-delà de l’expérience, ma foi, fort sympathique, de l’immersion dans de la réelle 3D, après un quart d’heure de projection, j’ai commencé à m’ennuyer sévère, à craindre le pire, puis enfin à m’énerver, finissant par conclure qu’Avatar est malheureusement le premier navet en 3D. Non mais qu’est-ce donc que ce scénario à la Twister (ceux qui ont vu ce film comprendront l’allusion) ?

Des gentils indigènes qui vivent dans une communion aussi gentille que totale avec une très gentille planète jusqu’au jour où des vilains humains décident d’y atterrir afin de prendre possession d’un minerai très rare dont le plus gros gisement se situe pile poil sous le colossal baobab-maison, au pollen hallucinogène, de nos elfes de l’espace.

Des bons sauvages pas si écolos que ça puisqu’ils soumettent les espèces animales dont ils ont besoin, à leur emprise psychique via une espèce de natte-USB. Et que l’on ne me parle pas d’osmose. On voit bien que les dragons ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes après leur connexion à l’indigène. Au moins, nous autres humains, lorsque nous montons à cheval, nous courrons le risque de nous voir désarçonnés si d’aventure nous nous montrons incapables de sentir le changement d’humeur de notre monture. Écologie à deux balles donc.

Ce qui est toutefois moins grave que ce paternalisme dont empeste le film. Je vous sens surpris. Il est pourtant évident. Voit-on nos braves Na’vis se rebeller et se libérer tous seuls ? Non ! Il faut que le gentil humain de la bande de vilains humains vienne à leur secours, devienne leur chef pour que les habitants de cette planète aient un avenir. Quelle condescendance sous couvert de grandeur d’âme.

Moralité, le résultat s’avère plus vilain que ce que les gentilles prétentions du réalisateur voulait produire. De façon involontaire bien sûr, car de façon consciente et scénaristique, je lui reproche également d’avoir fait des humains, des vilains de bac à sable.

Drôle d’idée que celle d’envoyer des exosociologues pour tenter de comprendre et d’amadouer l’indigène afin qu’il accepte de quitter son arbre, puis, faute d’avoir réussi par le biais de la diplomatie, de raser la forêt de façon aussi primitive que brutale ? C’est que nous sommes dans le futur, il me semble. Aussi, pourquoi ne pas avoir fait dans le futuriste.

Vois-tu, mon bon Cameron, personnellement, après une petite mission exobiologique, menée juste par curiosité intellectuelle, mais aussi le temps de mettre au point mon arme secrète dans mes laboratoires maison, j’aurais déversé dans la forêt sacrée de ces schtroumfs géants, une variété modifiée de termite particulièrement vorace. Résultat garanti. Celle-ci m’aurait digéré toute cette cellulose en moins de temps qu’il faut pour faire pousser des orties. Ensuite, ni vu, ni connu, je t’embrouille, je faisais passer cette calamité pour une malédiction et me serais posé en sauveur auprès de nos sauvages, leur promettant des plants OGM de leur forêt, capables de résister aux termites, qu’ils auraient obtenu en échange du précieux minerai. Même plus besoin d’importer des cons de soldats susceptibles de tomber amoureux des filles du coin. J’aurais exploité, à moindre coût, la main d’œuvre locale. Ah, ah, ah, ça c’est se montrer humainement diabolique. Sûrement pas comme se le représente l’auteur de ce navet. Quel nul !

Au final, voilà un film non pas pour grands enfants mais pour bébés géants englués jusqu’à ce qui leur reste de cordon ombilical dans une sorte de stade méta-œdipien, où l’on rêve de fusion éternelle avec la grande maman. Pour preuve supplémentaire, évoquons la scène d’amour. J’ai passé tout le film à craindre le moment où nos grands benêts décideraient de jouer à zizi dans le pilou-pilou. C’est que je ne voulais pas assister à une quelconque forme de pornographie infantile. Après tout, malgré leur taille, l’âge mental de nos deux héroïques tourtereaux me paraissait incompatible avec une telle séquence. « Ouf », me suis-je dit lorsque celle-ci arriva. Nous avons eu droit à une gentille partie de touche-pipi. Coupez, elle est bonne !

Les cahiers du SILnéma

dimanche 26 décembre 2010

Petit cours polyculturel : Joyeux Noël et bonne Année en arabe.



En parlant de Noël et des cadeaux qui vont avec, voici Maha, ma délicieuse prof d’arabe. Je comptais garder ce joyaux arabe pour moi tout seul mais bon, demeurant un brave républicain de gauche, je me sens obligé de partager.

Allez comprendre pourquoi, je pourrais l’écouter me parler arabe pendant des heures.

Dans cette vidéo, elle vous expliquera comment échanger un « joyeuses fêtes », un « joyeux Noël » ou une « bonne année » avec vos amis ou voisins Arabes, d’obédience islamoderne, chrétienne (comme Maha), agnostique, athée ou autre…

SILidim le Magnifique

Private joke-box : Les nymphes d’Amaterasu vous souhaitent un joyeux solstice d’hiver



Mondialisation heureuse : Kusumi Koharu et Sayumi Michishige, membres du girls-band japonais « les filles du matin » (Morning Musume), vous souhaitent un joyeux Noël.

Merry Kurisumasu !!!

samedi 25 décembre 2010

Christ et Antéchrist : vade rétro Allah-stor


Vu que c’est Noël, j’ai décidé de me montrer charitable envers l’église catholique. Puisqu’une partie de mon éducation, de ma culture familiale et de ma formation intellectuelle me le permettent, je lui offre en cadeau, un boulet de Canon théologique contre l’islam. Après tout, en mettant la raison un chouïa de côté, je peux moi aussi utiliser le système de pensée religieux pour vous servir un brillant exposé conforme à cette grille d’analyse. Profitez-en, ce ne sera pas noël tous les jours.

Anthropologiquement parlant, parmi tous les concepts créés par mon espèce animale douée, paraît-il, de raison, il y en a un dont les développements m’ont toujours fasciné par leur truculence. Le concept d’Apocalypse. Dans presque toutes les cultures, cette fin du monde ou de cycle se doit d’arriver comme un cheveux sur la soupe biologique et tout ravager d’un coup sec, comme ça, à brûle-pourpoint final. Le tout d’une façon grandiose, digne d’un péplum hollywoodien, avec moult légions sataniques, des armées angéliques aux épées flamboyantes ou encore des navettes spatiales crachant du feu non pas de dieu mais radioactif. Le monde se trouvant entièrement ravagé en moins de temps qu’il aura fallu pour le créer d’après les textes sacrés. Bref, un navet aux faux airs d’art et essai.

C’est indéniable, ce qui caractérise le primate sapiens-sapiens outre son côté poilant, c’est décidément son sens inné du spectaculaire.

Rien d’étonnant à tout cela après tout. Les individus de notre espèce sapienne, espèce narcissique au point de se croire le centre de la création divine, ballottés dans cet immense océan de vie tels des canots de sauvetage entre les crêtes de l’euphorie et les creux de la dépression, tendent à réduire toute échelle historique à celle de leur courte vie. La création comme la fin du monde se devant d’arriver de leur vivant ou pas du tout.

Il en va de la même façon dans notre culture judéo-chrétienne. Si le Messie n’est pas descendu du ciel dans le char d’Elie avec des bataillons d’anges à ses cotés, c’est qu’il n’est pas encore venu. Tout comme si Satan ne déboule pas depuis la porte Ouest de l’horizon, en chevauchant un dragon capable de noircir d’un clin d’œil démoniaque tous les pâturages de la Terre, c’est que son règne n’est pas encore advenu.

Mes pauvres enfants, malgré tout votre cinéma, comme vous manquez d’imagination et de capacités à vous projeter dans l’espace-temps.

À supposer que Satan existe, pourquoi ne serait-il pas patient ? Pourquoi ne conquerrait-il pas les nations les unes après les autres ? Pourquoi n’userait-il pas des mêmes stratagèmes militaires ou politiques que nous, alors que nous sommes censés lui devoir pas mal de nos ruses ? Avec toutefois cet avantage incomparable qu’il aurait lui le temps, beaucoup de temps, infiniment de temps…

De même, toujours d’un point de vue strictement religieux, à considérer que Jésus de Nazareth soit le Christ, le Messie des écritures bibliques, qui vous dit que l’antéchrist n’est pas déjà venu sur Terre lui aussi, et que son règne ne prospère pas depuis qu’il a ouvert les portes de l’enfer. Par conséquent pourquoi cet antéchrist ne serait-il pas Mahomet ? Cet « homme du péché », ce « fils de la perdition » (2Th 2:3) qui « nie que Jésus est le Christ » (1Jn 2:22) ressuscité.

Après tout, religieusement parlant, tout l’oppose au Christ. Des preuves ? En voici quelques unes !

Jésus ne convertissait que par la parole, n’hésitant pas à tendre sa joue gauche quand on lui giflait la joue droite ; Mahomet n’hésitait pas à recourir à l’épée, à trancher les mains et les langues qui le giflaient, à faire assassiner ses opposants et à exterminer des tribus entières. Épée que Mahomet utilisa pour unifier son royaume terrestre alors que celui de Jésus ne serait pas de ce monde.

Pour répondre à l’épée de Mahomet d’aucuns me parleront du « je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée » de Jésus ainsi que de son bâton. Je leur rétorquerai que ceux qui connaissent un tant soit peu la parabole de l'épée savent que cette lame n’était en rien l’outil du pouvoir du Christ ou de sa volonté de soumettre l’Homme mais bien l’une des conséquences prévisibles de la radicalité de son message d’Amour. Un message capable de diviser tel un couteau tranchant le pain, ceux qui l’accepteront de ceux qui le refuseront. Un message si radical qu’il en tranchera même des liens familiaux.

Quant au bâton, dont il se servit dans le temple pour chasser les marchands, il ne l’utilisa que pour renverser des tables et non pas pour verser le sang.

Les marchands. Alors que Jésus les chassait du sacré, Mahomet faisait commerce avec eux, les pillait ou les tuait pour son propre compte. « Le butin » est son message. Mahomet était un marchand. Un marchand que Jésus aurait chassé du temple.

Jésus était célibataire ; Mahomet polygame. Jésus guérissait, Mahomet assassinait. Mahomet fit de la pierre une arme ; Jésus fit baisser les bras de ceux qui les charriaient. Jésus bénit l’enfance ; Mahomet la souilla de sa perversion. Jésus prêchait la paix et l’amour ; Mahomet la guerre et la soumission. Jésus est alliance ; Mahomet un esclavage. Un inventaire ouvert que l’on terminera ici par un Jésus est le jour, la lumière de l'Esprit ; Mahomet l’astre de la nuit. Deux cornes en croissant de lune pour marque de la bête.

Ce faisant, il est totalement incongru de penser ou même de croire que Jésus et Mahomet servaient la même divinité. Celle de Mahomet, Allah, ne peut que participer de la racine du m-Al, trouver son écho dans les noms de pas mal de démons. Alocer comme Alastor, préfets des enfers. Il ne s’agit en rien du même dieu. Ce que confirment ironiquement les autorités islamiques de Malaisie. Celles-ci ayant interdit en 2007, à un hebdomadaire catholique de langue malaise, l’utilisation du mot « Allah » pour désigner Dieu.

« Les chrétiens ne peuvent pas utiliser le mot Allah, qui ne s’applique qu’aux musulmans. Allah est seulement pour le dieu musulman (…) L’hebdomadaire devrait plutôt utiliser le mot « Tuhan » qui est le terme générique pour Dieu ». Telles ont été les déclarations de Monsieur Din Che Yusoff, un haut fonctionnaire de l’unité de contrôle des publications du Ministère de la Sécurité intérieure de Malaisie. Tout à fait d’accord avec lui. « Allah » n’est pas « Tuhan ».

Certains prétendent que la meilleure ruse du Diable fut de faire croire qu’il n’existait pas. Je prétends-moi que sa plus géniale trouvaille fut de se faire Dieu en faisant main basse sur tout le legs judéo-chrétien. De se faire Dieu en se donnant un prophète digne de sa folie. Car si Mahomet est bien le sceau d’une quelconque prophétie, il est le sot qui a ouvert les portes des enfers pour les centaines d’années prévues au scénario eschatologique. Des centaines d’années pendant lesquelles des troupes infernales, diablement humaines, progresseront rapidement comme lentement, rageusement ou patiemment, toujours avec malice.

Tiens, histoire de faire également plaisir à ceux qui aiment les chiffres symboliques, il est curieux de constater que si on additionne l’age de Jésus lors de sa mort, 33, avec l’année de décès de Mahomet, autour de 632, on atteint 666, le chiffre de la bête. Étonnant non ! Par conséquent ne cherchez plus le Necronomicon ou tout autre bible satanique puisque vous avez le Coran, le Necoranomicon…

En conclusion, si l’islam est bien un fascisme d’un point de vue politique, il ne peut apparaître également que comme un satanisme selon une grille d’analyse religieuse. Aussi, pendant que nous nous chargeons du volet politique, que les religieux s’occupent de prier pour que nos frères sous cette emprise puissent trouver les moyens de s’en libérer, au lieu de chercher querelle à la laïcité. Amen et Vade rétro Allah-stor !

Saint SILpeace

vendredi 24 décembre 2010

Joyeux Noel halal : attention, ceci n’est (presque) pas une prise d’otages


En exclusivité mondi’halale, voici une photo de ma crèche 2010. Celle-ci a reçu la certification halale ainsi que le label multiculturel de la part de la mairie du Paristan où elle sera installée l’année prochaine.

Voici également mon sapin de noël qui n’a pas reçu les mêmes certifications officielles, allahez savoir pourquoi (cliquez sur l'image pour l'agrandir)…

SILidim le Magnifique

Œcuménisme 2: La Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix™, vous souhaite de joyeuses fêtes, à sa façon bien sûr (un peu de compréhension que diable)


Avertissement important avant de parcourir les articles suivants : bien évidemment, si partout où l’islam règne en maitre absolu, la tolérance, l’amour et la paix ne règnent pas pour autant, ce n’est pas à cause de l’islam mais plutôt du fait du capitalisme-sionisme-occidentalisme-tout-ça-tout-ça, à moins, bien sûr, que le magnifique message de l’islam ne soit pas encore compris du monde islamique lui-même, un malentendu que nos gentils intellectuels islamophiles ne manqueront pas de corriger très rapidement en s’installant à demeure là-bas. Allez, les petits gars, faites nous rire… SILimalikoum

1) Des attentats entachent Noël au Nigéria et aux Philippines

Les violences ont fait vendredi près de 40 blessés dans le pays africain, touché par des explosions dans la ville de Jos et des attaques d’églises. Dans l’archipel, une bombe a explosé dans une église pendant une messe de Noël. (Pour en savoir plus…)

2) Kirkouk, Irak – De hauts représentants du culte chrétien en Irak ont invité les fidèles à ne pas célébrer Noël cette année, si ce n’est en priant, après les attaques meurtrières contre leur communauté ces derniers mois.

« Pas de Père Noël, pas de célébrations, pas de cadeaux cette année », a dit mercredi l’archevêque Louis Sako, président des archevêchés chaldéens de Kirkouk et Souleymanieh. « Nous n’avons pas le droit de mettre en danger la vie d’autrui. »

La branche irakienne d’Al Qaïda a annoncé, dans un message diffusé sur des sites internet islamistes, de nouvelles attaques contre les chrétiens d’Irak. (pour en savoir plus…)

3) Au Pakistan, grande manifestation nationale contre les chrétiens la veille de Noël

A la veille des fêtes de Noël, la petite communauté chrétienne au Pakistan est dans le collimateur des fanatiques islamiques. Ils veulent protester dans la rue contre la libération d’Asia Bibi, une jeune chrétienne de 37 ans, mère de quatre enfants, condamnée à mort « pour blasphème ». Les fondamentalistes s’opposent à toute tentative de modifier la loi sur le blasphème, une loi discriminatoire essentiellement utilisée contre les minorités religieuses.

Une alliance transversale de groupes islamiques radicaux au sein de laquelle se trouvent partis religieux, mouvements islamiques, organisations proches de groupes terroristes a lancé pour le 24 décembre, après la prière du vendredi, une grande manifestation nationale de masse intitulée « Namos-e-risalat », c’est-à-dire en défense de l’honneur du prophète Mahomet. Ces islamistes veulent protester contre la remise en liberté d’Asia Bibi et contre toute modification de la loi sur le blasphème.(source : APIC)

4) Noël et Jour de l’An en Arabie-Saoudite

Selon le quotidien arabe "Okaz", L’Arabie saoudite a mis le public en garde contre les célébrations du Nouvel An et a déclaré que tous les magasins qui vendent des articles symbolisant l’occasion seront poursuivis.

La Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, le corps de police le plus redouté, chargé de faire respecter la loi islamique dans le Royaume du Golfe, a déclaré qu’elle allait déployer ses agents à travers tout le pays afin d'empêcher les festivités publiques du Nouvel An et de Noël. (pour en savoir plus...)

5) Jakarta - Indonésie : les décorations de Noël “excessives” et “provocantes” (oulémas)

La plus haute autorité religieuse de l’Indonésie a qualifié jeudi d’”excessives” et de “provocantes” les décorations de Noël dans les centres commerciaux et autres lieux publics de ce pays musulman le plus peuplé du monde.

Les décorations de Noël sont étalées d’”une manière excessive et provocante”, a déclaré Muhyidin Junaedi, un des responsables de la plus haute autorité de l’islam en Indonésie, le Conseil des Oulémas.

“Cela devrait être fait de manière plus raisonnable car les musulmans sont majoritaires ici. Cela peut les gêner”, a-t-il dit à l’AFP. (pour en savoir plus...)

jeudi 23 décembre 2010

Mesdames et messieurs, très chers amies et amis, votre SILounet d'amour vous souhaite de très bonnes fêtes


Au moins une qui aura enfin assimilé
Que les gars préfèrent déballer à emballer…

SILutin lubrique


Saint Nicolas est sur la paille
Alors il vous offre ce qu’il peut...

Saint NicolaSIL

mercredi 22 décembre 2010

Œcuménisme : La Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix, vous souhaite de joyeuses fêtes, à sa façon bien sûr (un peu de compréhension que diable)



Lorsque la réalité rejoint la caricature ça donne les articles ci-dessous et le sketch « jingle bombs » de Jeff Dunham présenté ci-dessus. À ne pas rater également, son incontournable sketch « Achmed, le terroriste mort », visible sur youtube en cliquant ici même.

1) Les forces de l’ordre américaines ont déjoué une tentative d’attentat à la voiture piégée contre une fête de Noël vendredi soir (27 novembre 2010) à Portland, dans l’Oregon. Principal suspect, selon le ministère de la Justice : un homme naturalisé américain d’origine somalienne, Mohamed Osman Mohamud.

Le suspect, âgé de 19 ans, a été arrêté par le FBI et la police de Portland vendredi vers 17h40 (1h40 samedi à Paris). Il venait de tenter de faire exploser une camionnette garée près du lieu de la cérémonie annuelle à Portland, pensant qu’elle contenait des explosifs. Le public n’a toutefois jamais été en danger, l’engin n’étant pas en mesure d’exploser, ont révélé des responsables. (pour en savoir plus…)

2) 13 décembre 2010 : Une branche d’Al Qaïda revendique l’attentat de Stockholm et appelle à gâcher les Fêtes par de fausses alertes :

Un fondamentaliste a menacé lundi l’Otan et l’Europe d’une nouvelle vague d’attentats, après celui de Stockholm, et appelé les jihadistes à gâcher les fêtes de fin d’année en Occident avec une campagne de fausses alertes. (pour en savoir plus...)

mardi 21 décembre 2010

Trois petits cochons pour les fêtes



Les fêtes de fin d’année sont toujours l’occasion de voir ou revoir à la télévision des vieux films d’animation. Le Républicoin ne dérogera pas à la règle. C’est ainsi que je vous propose un bon vieux « trois petits cochons », intitulé « Blitz wolf », qui date de 1942 mais qui reste on ne peut plus d'actualité :

Car, voyez-vous, en cherchant dans l’actualité une accroche pour vous parler de « Blitz Wolf », je suis tombé sur un article de la BBC, daté de janvier 2008, où l’on apprend que nos « trois petits cochons » ont été jugés offensants pour la communauté musulmane d’Angleterre.

« Three little cowboy builders », une histoire basée sur celle des trois petits cochons, destinée aux enfants de primaire et qui a déjà été lauréat du prix « Education Resource Award », s'est vu interdire le titre de ressource éducative par un organisme gouvernemental. Il paraîtrait que ce conte bien de chez nous pourrait soulever « des questions culturelles » et « aliéner certaines parties de la main d’œuvre de la construction ». Excellent comme histoire non ?!? Moralité, le loup islamique a encore gagné.

Et c’est là où je voulais en venir.

En 1942 la Metro Goldwin Mayer commande un Tex Avery pour soutenir l’effort de guerre, à la suite de quoi Tex Avery réalisera un petit dessin animé où les nations occidentales seront incarnées par les trois petits cochons face à Ad-wolf Hitler dit « Blitz Wolf ». Les deux premiers petits cochons, fiers de leur maison de paille et de bois, y raillent le « militarisme » du troisième qui se barricade dans sa maison de brique, en lui chantant « You’re in the army now » et en arborant un traité de non-agression signé d’une patte de loup. Bien évidemment ils seront contents de s’y réfugier quand leurs constructions voleront en éclats par le souffle du Fenrir-Hitler, le loup ailé venu du Nord.

Un petit dessin animé et un conte plus que jamais d’actualité, disais-je…

Cette fois-ci le loup idéologique n’est pas brun mais gris-vert. Un loup qui sait parfaitement user de nos codes démocratiques, légaux, voir économiques, pour nous séduire, nous poursuivre et nous détruire. Les trois petits cochons restant encore et toujours nos nations qui ne retiennent décidément aucune leçon de l’Histoire.

Les nations de paille que représentent à souhait mes chers Pays-Bas, ma Belgique, ma Scandinavie, qui bien que vierges de tout passé colonial au Maghreb, bien que très libérales, bien que très tolérantes, bien qu’ayant mis en place des politiques d’intégration volontaristes, à coup de discrimination très très positive, n’en subissent pas moins les assauts d’un islam utilisant la même rhétorique anti-occidentale que chez les nations ayant un passif colonial en terre d’islam. Rhétorique efficace puisque ces pays donnent à l’islam chaque jour un peu plus de pouvoir totalitaire sur leurs propres terres et leurs propres peuples.

Pays de paille auxquels j’ajouterai le Royaume-Uni qui s’islamise à grande vitesse, comme l’illustre, parmi tant d’autres exemples, la petite histoire en introduction. Il faut croire que les anglo-saxons se sont bretonnisés. Tels les Bretons qui subirent les vagues anglo-saxonnes après que le traître roi breton Vortigern Gwrtheyrn ait octroyé aux anglo-saxons leur première place forte, les anglo-saxons subissent désormais les premiers assauts de l’islam après lui avoir octroyé les mêmes places fortes. Accepteront-ils comme les Bretons l’invasion de leur île et l’exode ?

À moins que le cochon de la maison de paille, en voyant son joli toit de chaume en flammes soit pris du Berserk, cette vieille rage guerrière, qui le transformera en sanglier d’antan.

Les Nations de bois sont les latines. La France, L’Italie, l’Espagne, auxquelles se rajoute un Canada trop français. Ça fanfaronne, ça cajole les crocs du loup en espérant l’amadouer, ça sous-estime l’adversaire, ça vante la qualité de sa propre construction et de son savoir faire, les qualités de son modèle d’intégration, et ça se retrouvera quand même avec tout son fatras par terre…

À moins, à moins que nos têtes de cochons en voyant les toits de chaume des maisons de paille se consumer, décident de montrer de quel bois ils se chauffent. Après tout nos cochons latins savent très bien transformer les boisages en barricades ou tailler des poutres en pointes.

La nation de brique, comme d’habitude est celle habitée par l’esprit du Razorback, que l’on raille encore une fois, dont on vilipende le « militarisme » et le manque de sagesse, et ce alors que cette « jeune » nation, « peu sage » voir « stupide » a su résister, elle, au loup brun comme au loup rouge et résistera sans doute le mieux au loup gris-vert.

« Nous sommes une vieille Nation » aimait à répéter l’un de nos dirigeants… Trop vieille peut-être… Trop gâteuse… Atteinte d’Alzheimer… Attendant la mort dans un nouveau Ragnarök.

Gland suève de l'YggdraSIL

lundi 20 décembre 2010

De l’utilité de savoir cultiver un langage fleuri


Madame Quidam me fait savoir la chose suivante. « S’il m’est souvent aisé de vous suivre, je n’arrive cependant pas à comprendre cette nécessité que vous avez d’invectiver. »

Par souci de ponctuation peut-être. À moins qu’il s’agisse là de l’une des façons que j’ai d’exprimer mon goût pour la provocation.

Je plaisante car au fond, je le fais surtout, comme vous dites, par « nécessité ». Voyez-vous chère dame Quidam, cela fait plusieurs décennies, que nos adversaires, notamment ceux d’extrême gauche, pratiquent sans la moindre vergogne, en plus de leur semblant d’argumentation, d’analyse ou de diagnostic, l’art consommé de l’insulte.

Aussi, sans abandonner l’argumentation, l’analyse, et le diagnostic, il est temps de leur servir leur potage favori, celui de l’apostrophe. Non pas dans le simple but de détruire mais bien dans celui de remettre les choses à leur place. À plus forte raison que cela peut s’avérer aussi utile qu’efficace.

SILviculteur républicain spécialisé dans la « Bloody Rose » ;-)

samedi 18 décembre 2010

La débilité islamogauchiste récompensée : le Hamas appelle au meurtre des communistes



Al-Aqsa TV (Hamas), 3 décembre 2010 : « Ô Allah, détruits les Juifs, les Chrétiens et les Communistes du premier jusqu’au dernier »…

Comme le disait Winston Churchill, « apaiser, c’est nourrir un crocodile en espérant être mangé le dernier ». Manque de bol, dans les projets islamistes, nos islamogauchistes passeront à la casserole parmi les premiers. C’est qu’Allah le grand dieu cannibale est doté d’un appétit insatiable. « Canniballahu Akbar ! ».

En même temps, ce n’est pas faute de les prévenir depuis des années. Mais que voulez-vous, nos gogochistes sont vraiment bêtes à fumer du foin halal.

Car au fond, seuls les résistants peuvent vraiment espérer connaître le fin mot de l’Histoire et surtout le goût de l’honneur et de la victoire.

SILimalikoum camarades

jeudi 16 décembre 2010

Vendredi 24 décembre 2010 : Grande manifestation (tous ensemble, tous ensemble) « touche pas à mon barbu »


Allahu Akbar mes frères, cette année, le père noël sera bel et bien barbu. Oui, Allahu Akbar, puisque voici enfin un noël réellement historique pour tous les musulmans de ce pays.

En effet, nous avons l’immense plaisir de vous informer qu’en réaction aux récentes provocations, particulièrement immondes, de l’extrême droite française, le collectif « touche pas à mon barbu », a obtenu les autorisations nécessaires qui lui permettra d’organiser une grande manifestation républicaine, laïque et œcuménique : une grande prière de rue, aussi festive que chaleureuse, aux pieds de l’Arc de triomphe. Quel merveilleux symbole.

Tout ce que la région compte de bons musulmans et autre sympathisants est donc d’ores et déjà appelé à se rendre le vendredi 24 décembre sur les Champs Allahysés. Le port de la barbe est exigé, histoire de rendre cette victoire sur l’obscurantisme ambiant la plus visible possible, en même temps qu’il servira de clin d’œil à l’esprit de Noel. Nous vous laissons une semaine pour la faire pousser. C’est amplement suffisant.

Cet événement a reçu l’appui et le soutien de la Mairie du Paristan, qui a fait savoir par l’intermédiaire de son porte parole que « Paris vaut bien une prière de rue », sans oublier les autres brillants organisateurs et soutiens que sont les associations SOS Barbus, le MRAPT, la Ligue des Droits d’allaH ainsi que islamogocho & Co. A très bientôt.

SILidim le magnifique

mercredi 15 décembre 2010

Syllogisme lepéniste : l’occupation islamiste n’est qu’un insignifiant « détail »


Si l’occupation de nos rues par de très actifs musulmans est comparable à l’occupation allemande (Jean-Marine Le Pen),
Et que l’occupation allemande n’était pas si inhumaine que ça (Jean-Marine Le Pen [1])
Alors l’occupation islamiste n’est finalement qu’un insignifiant « détail »…

Soit de quoi se gausser de cette nouvelle lepenerie et relativiser les petits couinements et autres cris d’orfraies de nos dhimmis de service. Car au fond, rien n’a changé. Les Le Pen font du Le Pen, et les idiots inutiles, de la stupidité servile.

1) Les Le Pen font du Le Pen : comme toujours, ils tachent tout ce qu’ils touchent. Ils ont salopé le patriotisme en le trainant dans la fange du nationalisme. Ils ont sali nos symboles nationaux et républicains en les confisquant. Ils ont délégitimé toute réflexion sur l’immigration en l’engluant dans le racisme et la xénophobie. Maintenant, ils reprennent les constats effectués par pas mal de républicains et démocrates, à savoir que la République abandonne, depuis des années, de plus en plus de territoires aux islamistes, pour comparer cette occupation, qui en est une, à la pire occupation qu’ait connu notre pays, l’occupation nazi, espérant ainsi susciter la haine de tous les musulmans bien plus que le combat contre les islamistes. Rendant, au passage, de nouveau, ce constat, et cette question, salissante ou intouchable. Nous faisant perdre, par la même occasion, un temps extrêmement précieux. Preuve que ces bons à-rien font bien partie du problème et non pas de la solution, et qu’ils sont à combattre au même titre que les autres totalitaires. D’ailleurs, en parlant de ça, je suis rassuré. Pour avoir suivi la prestation télévisée, l’autre soir, chez dame Chabot, de notre Murène, pardon, de l’autre Marine Le Pen, je suis soulagé. La harpie de Saint-Cloud ne vaut pas un clou. Elle n’a pas le talent de son père. Presque tous ses contradicteurs ont réussi à la neutraliser. Rachida Dati, malgré son inexpérience ou ses brochettes de confusions et autre poncifs, faisait bien plus catholique et presque plus patriote que notre bretonne nationale. Manuel Valls démontra que l’on ne mélange pas les serviettes et les torchons. Et même ce caramel mou de la bienpensance qu’est Alain Duhamel, est apparu presque percutant, face à elle. Quant au reste, cette fille est nulle. Elle pipe que dalle à l’économie, à l’Europe, à la mondialisation, à l’histoire contemporaine, et surtout à la conduite comme au développement des nations. Bref, en dehors du droit, et encore, on nage en pleine incapacité. Aussi, me voilà rasséréné. En matière de défense de notre république, elle fera illusion pas bien longtemps car à l’évidence, la spécialité de la boutique Le Pen & fifille demeure le buzz, et leur menu, la flamme, celle de l’incendie, qui figure sur leur logo. Une forme d’honnêteté dont je leur sais gré. Une flamme sur laquelle je continuerai de pisser sans la moindre retenue. Quant aux petits finauds qui croient que l’on peut nager dans le sillage de cette murène, zut, de cette Marine nationale là, je les laisse volontiers s’encastrer contre les rochers vers lesquels les mèneront ces naufrageurs bretons que sont le père et la fille.

2) Mais n’oublions pas nos dhimmis, qui eux aussi, continuent à faire dans le dhimmisme : sans même parler des officiants islamistes et de leur alliés islamogauchistes, qui à travers leurs officines jouent leur rôle en saisissant la moindre occasion pour servir les intérêts de l’islam, je reconnais bien dans les réactions aux propos de madame Le Pen, l’extrême bêtise des idiots utiles de l’islam. Pour les uns, « islamisation, connais pas », pour d’autres « islamisation, circulez, il n’y a rien à voir ». A la limite, pour certains, les prières de rues islamiques sont « inacceptables », mais au fond tout cela est de notre faute et s’arrangera avec la multiplication des lieux de cultes musulmans. Une forme d’opdhimmisme. Pauvre naïfs. Pauvre fous. Vous n’avez rien compris. La meilleure étant celle de je ne sais plus quel con de gauche qui nous expliquait que ce ressentiment face à l’islam n’était que l’un des produits de la crise du capitalisme. C’est cela même oui ! Pendant toute la dernière période d’expansion économique, de plus en plus de gens ont constaté l’expansion parallèle de l’islam, mais à part ça, « le sentiment d’islamisation » c’est la faute à la crise du capitalisme. Remarquez, au fond, comment pourrait-il en être autrement ? Après tout, cette gauche angélique commence seulement maintenant, après plus de dix ans de débats, à accepter le fait que l’insécurité n’est pas qu’un « sentiment ». Il est par conséquent à parier qu’elle mettra au moins autant de temps pour se rendre compte que l’islamisation de nos pays est une triste réalité. Un temps que nous n’avons pas. Ce qui expliquera que nous ne voterons que pour ceux qui feront preuve de lucidité et qui trouveront les meilleurs moyens de combattre l’agenda islamiste.

SILogique

(Note 1) En janvier 2005, Jean-Marie Le Pen déclara dans l’hebdomadaire Rivarol que « l’occupation allemande n’avait pas été particulièrement inhumaine, même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550 000 kilomètres carrés »


mardi 14 décembre 2010

Nos compatriotes issus des terres d’islam, pris entre le marteau et l’enclume


Et c’est parti. A la suite de mes derniers billets Islamo-fraternels (ici et ), j’ai encore eu droit, de la part du club « les Charlots font de la résistance », à la sempiternelle ritournelle, « et pourquoi défends-tu les musulmans, gnignigni, pourquoi cette solidarité mal placée, gnagnagna, tous pareil de toute façon, et patati, c’est une perte de temps, et patata ».

C’est simple bande de demeurés. Pour la bonne raison, encore une fois, que les musulmans sont ici et surtout là-bas les premières victimes de l’islam. Et que par conséquent je me refuse à ce que vous désignez par le terme de "musulmans" se retrouve coincé entre l’enclume xénophobe et le marteau islamique. C’est clair ou bien il faut que je vous le martèle à la Thor.

Ce qui ne m’empêche pas, par ailleurs, d’appeler à la responsabilité, nos compatriotes originaires des terres d’islam. C’est que voyez-vous, mes chers compatriotes, la réalité est têtue. L’islam, on peut le rêver autant qu’on veut, il n’en demeure pas moins tel qu’il se présente à nous, encore aujourd’hui, totalitaire, tyrannique, expansionniste. Il vous veut et nous aussi. D’ailleurs, en parlant de vous et de nous, de nous tous quoi, je rappelle que notre sort commun s’est retrouvé scellé le jour où nos représentants ont permis la très massive immigration de peuplement en provenance de vos pays d’origine. Une politique d’immigration qui n’avait pas pour but d’accueillir tous les Maghrébins épris de liberté, même si ceux-ci sont bien là en très grand nombre, ce qui est une eXcellente chose, mais qui a surtout favorisé la venue de tous les futurs pantins de l’expansionnisme et de la revanche arabo-islamique. Par conséquent, cet état de fait ne vous laisse pas l’option de l’indifférence. C’est malheureux à dire mais c’est ainsi. Personnellement, j’aimerais bien, moi aussi, écouter la chanson de JJ Goldman, « né en 17 à Leidenstadt », en y voyant un passé définitivement éloigné de tout présent, mais ce n’est pas possible. Les attaques islamistes ont sonné le glas de ce rêve-là (« qu'on nous épargne à toi et moi, si possible très longtemps ; d'avoir à choisir un camp… »). Il vous faut donc, vous aussi, dès à présent, choisir ce camp. Celui des communautés nationales où vous avez choisi de vivre et les obligations qui vont avec, ou bien celui de l’Oumma (la communauté des fidèles) et ses impératifs. Faute d’avoir fait ce choix, lorsque viendra l’heure du réveil, des comptes, et de la décolonisation, ceux qui auront voulu jouer sur tous les tableaux à la fois se retrouveront dans le même bateau que ceux qui auront vécu ici comme des colons.

Aussi, profitez du fait que nous parvenons, pour l’instant, à nous interposer entre le marteau et l’enclume pour vous sortir de là, afin de mieux choisir votre voie, afin de mieux nous rejoindre, nous, vos compatriotes, mais n’oubliez pas que cela ne durera qu’un temps….

SILimalikoum mes frères

lundi 13 décembre 2010

Monsieur d'Aucun et mes envolées spirituelles


Monsieur d’Aucun m’interpelle. « Dites-moi monsieur Sil, c’est quoi ces histoires d’humanisme-théologique et autres envolées spirituelles que vous nous avez servi dernièrement ? Vous ne distilleriez pas une quelconque propagande catholique en loucedé, j’espère ? C’est que vos petits billets iconoclastes abreuvaient jusqu’à présent assez bien ma foi athéiste or comme je n’aimerais pas en arriver à conclure que je me suis trompé de bistrot, je me permets cette petite demande de traçabilité des produits ici proposés

Euh, il y a comme une lassitude aussi soudaine que certaine qui vient de m’embrasser, moi. Ne serait-ce que parce que je me suis déjà expliqué à ce sujet (voir "République et être suprême"). Enfin, la pédagogie étant l’art de la répétition, pédagogeons donc un petit coup…

Rassurez-vous mon bon Monsieur d’Aucun, je ne prêche pour aucune chapelle. Toutefois, pour tout un tas de raisons personnelles, qui ne vous regardent pas, pas aujourd’hui en tout cas, sachez que je ne suis pas athée. Je suis donc je crois. Cela étant dit, d’un point de la pensée, je ne le suis pas non plus ne serait-ce qu’à cause d’une très bonne question, capable de couper le sifflet au plus fanatique des athéistes.

« Notre univers étant régit par un ensemble de lois, quid du Législateur ? Car pourquoi ne pas imaginer un univers chaotique ? »

Après le premier choc, tout bon athéiste vous répondra que les lois mathématiques ne sont peut-être qu’une affaire de perception. Une remarque qui m’arrache toujours un éclat de rire.

Perception, le fait de pouvoir calculer qu’une comète se pointera au jour et à l’heure prévue, bien longtemps après que le mathématicien ne soit plus là pour l’apercevoir ? Perception, les modèles mathématiques qui permettront de décrire et d’expliquer des objets que l’inventeur du modèle n’avait même pas imaginés ? Que nenni, voyons !

Non, il n’y a pas à pinailler, il existe bien un Grand Architecte, un Très Haut Législateur qui non-dénué d’humour s’est même amusé à pondre des lois du genre « un chat retombe toujours sur ses pattes » et « une tartine beurrée tombe toujours du côté beurré ».

Un Très Haut Législateur qui n’a cependant pas tout prévu car il faudra qu’il m’explique un jour le sens du paradoxe du chat beurré. Si on tartine de beurre le dos d’un chat et que l’on balance le tout du haut d’un immeuble, compte tenu des deux lois susvisées, de quel côté tombera tout ça et pourquoi ? À moins que l’on découvre la loi de l’antigravité en faisant enfin à l’expérience. Tiens, ils sont où mes félins ?

Kami-SILma

Illustration ci-dessous : l’une des divinités à laquelle je voue un culte et que j’ai bien l’intention de remplacer à l’issue d’un très long entraînement. Les fans me comprendront ;-)

dimanche 12 décembre 2010

Private joke-box : Induljon a Banzáj



Avec toutes ces histoires de vinasse (aphreurisme pas bien beaujolais), de thé vert (bolée de thé vert : le vin c’est mauvais et puis c’est tout), et surtout du Tokaji Aszu, ce petit breuvage liquoreux originaire de Hongrie, auquel il m’arrive parfois de faire honneur, je me suis rappelé que cela faisait pas mal de temps que je ne m’étais pas mis derrières les feuilles, un bon morceau des Bonanza Banzai, ce groupe magyar de musique électro-pop, que nous avait fait découvrir notre président du fan club des Depeche Mode du lycée Molière. Souvenirs, souvenirs et vive Youtube…

SILaszlo ;-)

A découvrir également les morceaux 1) Kihalt minden 2) Nem ér semmit a dal 3) Calypso 4) Kicsi Szív 5) Valami véget ért

samedi 11 décembre 2010

Aphreurisme humanisthéologique : parce que l’humanisme est aussi un déisme (et vice versa).


Comment prétendre avoir foi dans un créateur,
Si finalement,
On n’en a aucune dans ses créatures.


Saint SILpeace


Petite composition graphique toute personnelle à partir d’une photo d’éruption solaire et d’un fragment de la femme de Vitruve de Nat Krate (cliquez dessus pour agrandir).

vendredi 10 décembre 2010

Petite blague spirituelle : Qui, qui, qui, mais qui donc est le plus grand ?


Le vendredi c’est jour de prêche. Alors voici une bonne blague spirituelle :

Dans la très sympathique bourgade d’Eden sur Pishon, les trois principaux coiffeurs de la grande artère commerçante qui mène au Temple discutent depuis un bon moment. Le ton se fait de plus en plus vif. Alors que la discussion avait démarré calmement sur le constat d’une baisse de fréquentation de leurs établissements respectifs, nos trois spécialistes de la coupe de cheveux en quatre se disputent maintenant le titre de meilleur coiffeur. Au bout de quelques heures supplémentaires ils se quittent sur leur désaccord tout en ayant l’intention de se livrer à une sainte guerre commerciale.

Dès le lendemain Jéhovah Bien Merci agrandit son établissement tout en rajoutant sous son enseigne la mention « chez Jéhovah, le meilleur coiffeur du pays ». Un surcroit de clientèle afflue.

La réaction ne se fait pas attendre. Une semaine plus tard le gérant du salon « Allah bonne coupe » fait bâtir une extension et rajoute la mention « Allah bonne coupe, le plus grand coiffeur du monde ». La clientèle s’y rend en nombre pour voir.

Un mois après cela, c’est au tour de Yahvé Personnenarrivant de se lancer dans la bataille. Il ne change rien à son salon, se contentant de rajouter sous son enseigne l’indication « chez le meilleur coiffeur de la rue »…

SILddhartha qui se coupe les cheveux lui même

jeudi 9 décembre 2010

Bolée de thé vert : le vin c’est mauvais et puis c’est tout.


Bande d’alcooliques, oui, misérable bande d’alcooliques, va ! « Pourquoi je m’énerve ? ». Déjà, d'une, je ne m’énerve pas puisque j’invective avec ce qu’il faut de chaleur et de bienveillance pour rendre mon propos digeste. Ensuite je ne fais que répondre à la volée de verts cépages que me valu mon billet du 18 novembre dernier, « aphreurisme pas bien beaujolais ». Et vas-y que je ne comprends rien au vin, que je suis dénué du moindre goût en la matière. C’est simple, j’en ai entendu vraiment des vertes et de pas mûres, ce qui me laisse un goût amer et me pousse à dire à la bande d’alcooliques que je fréquente qu’elle a décidemment l’alcool mauvais et le vin intolérant, ce qui est triste. Alors que moi, preuve, encore une fois de ma supériorité, j’ai le thé joyeux.

Mais oui, messieurs les rougeauds, point d’ambages, dois-je vous rappeler que le vin, tout comme pas mal d’autres alcools, ça a surtout servi, pendant longtemps, à se démonter la tête pour mieux se jeter dans la bataille, puis après, afin de noyer dans l’alcool les images des carnages, mais aussi à s’étourdir suffisamment pour en arriver à sodomiser des jeunes garçons dans d’ahurissantes orgies.

N’oublions pas non plus, notre brave pécore occidental, qui en l’absence de café à prix abordable, en a été réduit, tout aussi longtemps, à se réveiller avec les calories et l’aigreur de cette vinasse, mais également, à oublier dans ses éthers, les difficultés de la vie.

Moralité, Il faut vraiment être un médiocre bourgeois de la plus vile bouture qui soit pour trouver gouleyant, dans le vin, cet âpre gout de terre dont le paysan passait la journée à avaler, involontairement, la poussière. Et dire, qu’il y en a qui poussent le snobisme jusqu’au point de décliner dans cette science oiseuse qu’est l’œnologie toutes les nuances poussiéreuses de ce jus de caillasse.

Non, goûter, sentir, décliner les nuances d’un thé, je peux aisément le comprendre. Il y a quelque chose de floral, d’aérien, d’infiniment subtil dans le thé. Pas dans le vin ! A moins d’avoir l’esprit suffisamment embrumé pour oser s’amuser à ce jeu-là avec cette aberration végétale et gustative.

D’ailleurs, c’est à ce genre de détails, que l’on départage la grandeur des civilisations. Le paysan asiatique ou le samouraï qui boit son thé, pour garder les idées claires et l’esprit alerte, pendant sa journée de travail, ou dans l’enfer des grandes batailles, voilà qui en impose ; ça, c’est la classe ! La vinasse, surement pas !

Maintenant, vous faites ce que vous voulez, je suis plutôt libéral comme garçon, mais de grâce, ne cherchez pas à me faire avaler n’importe quoi.

Tiens, tout ça m’a donné comme une envie de sencha de la maison Harney & Son, servi par mes jolies maitresses de cérémonie, du thé. Je vous laisse...

SILong Jing

Addendum : à voir, également, la superbe reclame pour Spécial T, en cliquant ici.

mercredi 8 décembre 2010

La piste islamiste écartée dans l’attaque de requins à Charm el-Cheikh : les dents d’allah mer faisaient le ramadan


Je prie mes très peu estimés lecteurs islamistes d’accepter mes plus plates eXcuses. Mea culpa, mea maxima culpa. J’ai en effet tiré, tout récemment, des conclusions fort hâtives de la lecture d’un article qui faisait état d’une ambiance « dents de la mer » dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh (1 mort et 4 blessés ces derniers jours). Les attaques périodiques menées par les islamistes contre les touristes et la formulation du chapeau de l’article, « Les animaux auraient été attirés près des côtes égyptiennes par des moutons morts jetés à la mer par un bateau », m’avaient laissé imaginer un jet volontaire par nos barbus, de carcasses animales, depuis une petite embarcation, afin d’attirer les squales vers les plages à touristes. L'ahchouma, honte à moi ! En fait, les animaux morts auraient bien été jetés volontairement au cours de leur acheminement pour les fêtes islamiques de l’Aïd al-Adha, mais pas dans l’intention de servir d’appât,.

Aussi que mes très peu chers islamistes m’eXcusent de les avoir surestimés. Il est vrai qu’il m’arrive parfois d’oublier que nos barbus sont certes dangereux, mais avant toute chose, et pour la plupart d’entre eux, aussi particulièrement cons que peu imaginatifs. Ce qui ne les empêchera pas d’exploiter désormais cette idée. J’imagine d’ailleurs que cela se fera après une scène du genre suivant :

Réunion exceptionnelle à la cellule djihadiste de Charm el-Cheikh après l’annonce des attaques de requins.

Le chef : « Allahu Akbar mes frères, béni soit celui qui a eu la brillante idée de jeter des carcasses de moutons dans la mer pour exciter les requins et les attirer vers nos plages infestées d’infidèles. Je suis certain que c’est toi Karim, notre frère le plus inspiré »

Karim un peu gêné : « Non, chef, j’aurais bien aimé mais ci n’i pas moi qui a eu l’idée »

Le chef s’étonne pendant que les autres membres de la cellule s’interrogent du regard : « Ah bon ! C’est toi, Abdel, alors ? Après tout tu as bien le vice des films du Grand Satan dans la peau. Ne dis pas le contraire, je sais que tu as volé tout un stock de cassettes vidéos dans l’hôtel de l’autre chien de Farouk »

Abdel tout aussi gêné : « Et bien non, chef, ci n’i pas moi non plus »

Le chef de plus en plus étonné s’exclame « Par Allah, qui diable a pu mener cette redoutable action »

Farid lève la main et dit : « C’i Youssef, mon beau frère, chef. Mais il ne l’a pas fait ixprès. Ce fourbe ne voulait pas avoir de priblèmes avec les autorités du port, ni celles de l’hygiène, alors il a jité les moutons morts avant de débarquer le reste du troupeau »

Le Chef désolé : « Bon, ben puisque nous ne sommes pas à l’origine de la mort de ces chiens d’infidèles, nous accuserons les Juifs et le Mossad d’avoir lâcher des requins entrainés pour faire fuir nos touristes vers la station sioniste d’Eilat »

La cellule en chœur : « Bonne idée, chef, Allahu Akbar, Allahu Akbar »

Addendum sérieux : « Ce qui se dit sur le Mossad, à savoir qu’il jette des requins mortels (dans la mer) pour atteindre le tourisme en Egypte n’est pas hors sujet, mais nous avons besoin de temps pour le confirmer” aurait déclaré, dans le cadre de cette affaire, Mohamed Abdel Fadil Shousha gouverneur du Sud-Sinaï cité par le site de l’agence de press egynews.net. » (source : reuters)

mardi 7 décembre 2010

Oui au harcèlement sexuel : « que les filles soient nues, qu’elles se jettent sur moi »


Lors de la récente journée des violences faites aux femmes (et oui, ça se fête), les très sérieuses conversations avec mes copines ont finalement débouché sur un éclat de rire de ma part. Sans doute une forme de protection cérébrale devant l’avalanche d’horreurs que les femmes peuvent subir. L’éclat de rire porta sur le harcèlement sexuel.

J’ai rigolé, alors que j’écoutais le monologue d’une amie à ce sujet, après m’être dit intérieurement, « c’est marrant, je ne connais aucun mec qui à ce jour s’est plaint de harcèlement sexuel ». D’ailleurs, je crois même que tous les gars que je côtois se plaignent du contraire. Moi même, sans chercher à nier les spécificités du harcèlement sexuel subi par des femmes, ni l’infini lourdeur de certains de mes congénères masculins, je n’ai jamais rien eu contre toute forme d’avances en la matière, que la source de celles-ci soit belle, moche, féminine ou masculine. Après tout les moches aussi font preuve de goût ; quant à celui des homos, il n’est plus à démontrer. Au pire, ça a pu me gêner un bref instant, avant de me sentir flatter ou de devoir recadrer un débat où les ébats auraient été mal venus.

On peut même dire, que je suis tout à fait favorable à ce que les femmes m’alpaguent la musculature postérieure dans un couloir, ou bien me coincent dans un local à photocopieuses pour m’arracher un bécot. Avouons que, gamin, je fantasmais devant ces baiser que le détective de la série télé « Mike Hammer » recevait de la part de jolies inconnues. Promis, tout comme lui, je ne porterai pas plainte. Preuve, sans doute, que je ne dois pas me sentir assez dominable, ou dominateur, pour tomber dans ce travers-là…

Car, en guise de dernier aveu, au fond, de vous à moi, je rêve « que les filles soient nues, qu’elles se jettent sur moi… qu’elles s’arrachent ma vertu…hu…hu. »

Mike SILedgeHammer



lundi 6 décembre 2010

Notation, mieux que la suppression, voici la plus merveilleuse des solutions…


Pouce ! Pouce ! Stop ! Hep ! Hep ! Camarades, moi aussi je veux en être, des gentils pédagogues progressistes, moi aussi, je veux en être. C’est que tout comme vous, j’ai plein d’idées géniales pour sauver nos apprenants des griffes de ce fascisme scolaire qu’ils subissent depuis bien trop longtemps. D’ailleurs, chers camarades, si je peux me permettre, votre idée de suppression des notes n’était pas super géniale. Beaucoup trop révolutionnaire elle était. Par conséquent, elle ne pouvait que se heurter à la grande Réaction.

Aussi, camarades, en même temps que vous effectuerez votre autocritique, veillez accueillir dans la joie la plus progressiste qui soit, l’idée géniale qui garantira enfin la paix scolaire. Une idée réellement social-démocrate puisque s’inspirant de sa plus belle tradition, celle de la redistribution. Oui, camarades, au lieu de supprimer les notes, redistribuons-le. Et oui, comme toutes les idées géniales, elle est toute simple, si évidente, pleine de bénéfices potentiels. Voyez plutôt.

Alors que les élèves les plus ambitieux subiraient les coups et autres pressions à la baisse de la part de ce que la Réaction appelle « les cancres » ; alors que dans un système « sans notes » ces mêmes dits « bons élèves » tomberaient dans l’asthénie du fait de l’absence de tout indicateur de performance ; dans notre système redistributif, l’harmonie sera garantie entre les prédispositions naturelles des différents types d’élèves.

Les « bons élèves » pourront continuer de donner libre cours à leurs pulsions agressives en engrangeant des bonnes notes. En échange ils devront accepter qu’une partie de celles-ci soit redistribuée auprès des alter-élèves, partisans de la décroissance scolaire, afin que leur choix de vie ne se trouve pas injustement sanctionné au sein du très inique système scolaire bourgeois. Le seuil de redistribution sera fixé à 12 sur 20. 12 c’est déjà bien assez comme ça.

Parmi les bénéfices escomptés, nos études préliminaires ont permis de démontrer que les alter-élèves s’en trouveront apaisés, heureux qu’ils seront de présenter à des parents non encore partisans de la décroissance scolaire, des notes plus en phase avec le conservatisme ambiant. Nos alter-élèves encourageront même, à coup de persuasions diverses et variées, nos jeunes capitalistes-scolaires à redoubler d’efforts, ce qui soulagera l’enseignant de certaines taches coercitives aussi fastidieuses que dégradantes.

Ciment social et scolaire garanti donc. Alors, n’est-elle pas merveilleuse cette idée ?

Par conséquent j’invite tout ce que notre pays compte de génies à signer cet appel afin qu’il soit adressé dans les meilleurs délais auprès des services du Ministre de l’éducation.

Méthode SILabique

samedi 4 décembre 2010

Un mot à dire, islamopposant (je t’en foutrais, moi, de l’islamophobie)


Lorsque j’ai commencé à vouloir m’opposer à la montée de l’islam dans mon pays, avec mes gros bras velus et musclés, je me suis retrouvé un petit peu gêné aux entournures par les qualificatifs à ma disposition.

Pour me qualifier, je ne disposais alors que d’un seul mot. « islamophobe ».

J’avais beau me forcer, je n’arrivais à déglutir ce mot-là que très difficilement. Ce faisant je ne l’ai prononcé puis écris qu’une ou deux fois puisque mon stylo s’est mis à fuir et mon clavier à bugger. Sans oublier l’haleine fétide que le fait de prononcer ce mot me donnait. En effet, bien que mis en avant par le régime khomeyniste afin de contrer tout blasphème contre l’islam, terme qui joue au passage sur l’ambiguïté entre islam (la religion) et Islam (la communauté des fidèles) afin de susciter l’amalgame, avant d’être utilisé également par ceux qui critiquent cette religion, le mot islamophobe n’en raisonnait pas moins à mes oreilles comme phobique, épidermique, mal ressenti, bileux, limite xénophobe, bref tout sauf raisonnable.

Peu de temps après, j’ai découvert le mot « islamosceptique ». Ce mot a commencé par me plaire. Me plaisant, je l’ai tutoyé. Il avait l’avantage de procéder du questionnement et du doute qui me sont tous deux chers. Toutefois, ce n’était pas encore ça. Après avoir lu et relu, encore et encore, ces 8 dernières années, le Coran, les Hadiths, des biographies de Mahomet et moult autres ouvrages, que voulez vous, niveau doutes, je n’en ai plus le moindre quant à l’aspect mortifère et totalitaire de cette idéologie religieuse. Les seuls doutes demeurant sur la façon de la combattre, au mieux des intérêts des peuples déjà soumis ou bien en cours de soumission.

C’est alors qu’une idée m’assaillit, un matin, peu après mon réveil, tout en savourant mon Nesquik (PUB). Je me suis rappelé que les opposants aux régimes fascistes ou communistes n’avaient jamais été qualifiés de fascistophobes, communistophobes ou bien de fascitosceptiques et communistosceptiques mais plutôt d’opposants au fascisme et d’opposants au communisme. C’est ainsi que dans une même éructation synaptique me vinrent les notions « d’idéologie fascislamique » et de « Fascislm » ainsi que le qualificatif d’islamopposant. Qualificatif qui me va comme un gant.

islamopposant™, islamopponent™, la marque des vainqueurs... Crush the Fascislm...

SIL ganté de velours.

Illustration : il s’agit du drapeau saoudien, la seule caricature islamique autorisée. On peut y lire la Shahada, soit la profession de foi musulmane, précisant « qu’il n’y de dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète ». Voici pour la représentation textuelle de Mahomet. Quant aux armes, en guise de bombe, on y voit un sabre. C’est mieux ! Ça fait sans aucun doute bien plus orthodoxe…

Addendum du 6 décembre : "L'invention de l'islamophobie" par Pascal BRUCKNER, à lire en cliquant ici...

vendredi 3 décembre 2010

Mon Farid à moi : « Avec des blédards pareil, on n’est pas près de sortir de la casbah » (puisque l’islam est soumission qu’on vous dit)


Lors des récents massacres de chrétiens en Irak, certains de mes petits camarades résistants m’ont ressorti le couplet « comment les musulmans dits modérés veulent-ils qu’on les différencie des islamistes s’ils ne manifestent pas, à la suite d’attentats islamiques perpétrés sur nos sols, un tant soit peu de solidarité envers leurs concitoyens non musulmans, ou en faveur des différentes minorités religieuses fréquemment massacrées en terre d’islam ? »

« C’est vrai ça », ai-je abondé dans leur sens… C’était juste avant qu’une vieille phrase de mon bon Farid ne vienne y faire écho, dans un coin de mon cerveau. « De toute façon, avec des blédards pareil, on n’est pas près de sortir de la casbah ».

Mais quel est donc le rapport avec la choucroute, me direz-vous. Vous allez comprendre.

Partant du fait que les musulmans sont les premières victimes de l’islam et des islamistes, et que nos musulmans vivant dans nos pays libres ne manifestent aucune solidarité envers leurs frères massacrés là-bas, pourquoi voudriez-vous qu’ils en manifestent une quelconque envers les non musulmans d’ici ou là-bas. Déduction flippante qui souligne la non moins flippante puissance de l’emprise islamique sur les esprits, là-bas comme ici. En même temps vous me direz qu’islam se traduit par soumission et qu’il semble incarner ce mot à la perfection. « Pas près de sortir de la casbah », en effet... mais on y arrivera quand même.

SILimalikoum mes frères

jeudi 2 décembre 2010

Affaire Wikileaks : nos hackers ne sont que des écumeurs d’eau douce.


Voyez-vous, au fond, comme à quasiment chaque affaire de piratage informatique, ce qui me fascine le plus dans cette histoire d’exfiltration d’informations diplomatiques top secrètes, c’est le caractère particulièrement dérisoire du sentiment de fierté que ce genre faits procure à nos hackers.

Ben oui, franchement, s’attaquer aux verrous des sociétés les plus ouvertes qui soient, ça fait petit bras, non ? Vous ne comprenez pas ! Enfin, c’est pourtant évident.

Est-ce que nos gentils pirates libertaires s’attaquent aux serveurs des dictatures de ce vaste monde ? Elles ne manquent pas pourtant. Et bien non ! Sabotent-ils les sites islamistes, djihadistes, anti-démocratiques ? Que nenni ! Voit-on nos Robins des bois du Net écumer via informatique les comptes bancaires d’infâmes dictateurs pour en redistribuer le contenu aux populations opprimées ? Faute de légalité, cela aurait au moins un peu de gueule. Toujours pas ! Ces flibustiers pour petit bassin préfèrent piller ce fruit du travail qu’est la propriété intellectuelle, entre autres choses.

Moralité, ils sont juste bons à s’attaquer aux démocraties, vos pirates. Tu parles d’une forme d’héroïsme. Quelle pitié !

Tiens, tiens, il paraitrait que le capitaine Assange « aimerait bien dévoiler également des secrets chinois ou russes ». J’aimerais bien voir ça…

SILtephen Decatur

mercredi 1 décembre 2010

« Mais qui diable est » le SIL : l’un des ninjas de l’infosphère (jeux de mains pas vilains).


« Mais qui diable êtes vous » me demandait l’autre jour mon bon Monsieur d’Aucun. « Père de famille, amant, travailleur, penseur, militant distribuant les coups sur plusieurs fronts, tordant le cou à plusieurs hydres idéologiques en même temps, ici et ailleurs… orator-bellator-laborator… les trois ordres anciens réunis en un seul homme… mais qui diable êtes-vous, sieur SIL ? »

« Qui sait, le diable peut-être », lui ai-je répondu…

Mais non voyons. Que monsieur d’Aucun se rassure ; « pauvre diable », peut-être ; possédé par mon « daimôn », parfois ; mais satanique, surement pas. Je suis bien trop humaniste pour cela.

En fait, je suis l’un des ninjas de l’infosphère, dont un long entraînement a fait de moi un guerrier redoutable, spécialisé dans ce tomoe-nage que j’aime servir à tous les ennemis de la raison. Un ninja aimant se fondre dans l’ombre, fondre depuis l’ombre sur les idées malfaisantes que dispensent les ennemis du genre humain. Ce genre humain que je reconnais pour seul et véritable maitre.

Mais je crois qu’il est temps pour moi de disparaître d’ici afin de me démultiplier ailleurs. Vite un petit kuji-kiri. Posture « retsu », celle qui contrôle le temps et l’espace. C’est parti pour la formule. « On hirota ki shanoga jiba tai sowaka. » Voilà, je disparais. Super, non ? Comment ça, vous me voyez encore. Mais non voyons, en principe, on ne me voit plus, là. "Si". Bande de mécréants, va. Allez, déguerpissez, je vous ai assez vu comme ça…

SILóng Tài-Yáng

mardi 30 novembre 2010

Wikileaks a tué le conspirationnisme : « Assange m’a tuer ».


Parmi les rares effets positifs des révélations Wikileaks (étaler au grand jour l’hypocrisie des dirigeants arabo-musulmans –au passage, ils semblent se foutre de la Palestine comme de leurs premières babouches- ou confirmer les vues et analyses d’auteurs autrement plus sérieux que nos tocards médiatiques), il y en a un que j’aime tout particulièrement : celui de jeter au compost tous les délires paranoïaques de nos conspirationnistes.

Exit la collusion ou l’indestructible solidarité qui existerait entre les « élites mondialisées », à l’origine de tous nos complots impériaux.

Car de toute évidence, pour ceux qui en douteraient encore, nos « élites mondiales », ne sont que des humains, sortant certes un peu du lot moyen, capables de comportements tout aussi banalement humains que ceux du commun des mortels, ce qui n’est pas vraiment propice à l’élaboration de conspirations galactiques ultra-top-secrètes.

Alors, les plus intelligents d’entre vous me répondront que ce n’est pas ça qui arrêtera les pigeons du reopen911, les Thierry Meyssan et autres gogos à la Bigard, puisqu’ils sont suffisamment tordus pour tordre à leur avantage tout fait désavantageux. Vous avez raison. Il est en effet pratiquement impossible de clouer définitivement le cercueil de nos zombis conspiranoïaques. Cependant, ce bruit de clous tout neufs qui s’enfoncent dans le bois de leur cage mentale me fait bien rire…

Thierry MeysSIL

lundi 29 novembre 2010

Révélations wikileaks : une tempête dans un verre d’eau


Ouarf ! Ouarf ! Ouarf ! C’était donc ça la dernière bombe wikileaks, la nouvelle cargaison de révélations aussi tonitruantes que « bouleversifiantes ». Mais quelle blague ! Car si je comprends bien, nos greluches du landerneau politico-médiatique (les Remy Ourdan du Monde et autres) s’excitent sur le fait que, contre toute attente, les diplomates seraient des gens comme vous et moi, capables de petites appréciations plus ou moins mesquines ou utiles sur tel ou tel de leurs interlocuteurs. Mazette ! Voilà le diplomate déchu du titre de « gendre idéal ». C’est sûr, ça va briser des familles tout ça, et faire grimper le taux de suicides dans les chancelleries du monde entier. Sans oublier tous les casus belli que cela ne manquera pas de générer. Mortus ridendo !

Pour le reste, à l’évidence certains commentateurs politico-médiatiques (à commencer par ceux du Monde) semblent découvrir tout un tas de plats réchauffés. Voyez plutôt ; que du lourd : les Mollahs sont des fascistes qui font peur à pas mal de monde, à l’exception des ahuris du journal Le Monde ; le terrorisme islamique est pour bonne partie financé par des salopards de Saoudiens ; Kim Jong IL, Kadhafi et d’autres dictateurs sont complètement givrés, etc. De l’inédit qu’on vous dit.

A la limite, l’historien de formation que je suis aurait été intéressé par des révélations sur les coulisses des négociations portant sur certains dossiers, les façons de procéder, les compromis consentis, les rapports de force que ces documents auraient pu dévoiler. Mais tel n’est pas le cas. Visiblement, nos collégiennes des cours de recréation médiatiques sont tombées sur un stock supplémentaire de leur gourmandise préférée, et rien d’autre, les cancans. Pauvre Monde médiatique…

SILvetat

Addendum : voir également "Des révélations qui ne révèlent rien" par Guy Sorman