mercredi 31 mars 2010

Et maintenant, voici la vaseline halal : « Oh oui, mahomets-la moi bien profond ! »


Un sex-shop virtuel pour musulmans, proposant des produits conformes à la charia, la loi islamique, vient d’être lancé aux Pays-Bas, a-t-on appris auprès de son fondateur. « Nous avons reçu environ 70.000 visites au cours des quatre premiers jours » qui ont suivi le lancement du site internet, baptisé El Asira, « société » en arabe, a déclaré à l’AFP Abdelaziz Aouragh, 29 ans.

Ce site de vente de produits érotiques en ligne, le premier destiné aux musulmans, selon M. Aouragh, vise à aider les couples mariés à « améliorer leur santé sexuelle ».

Les clients peuvent choisir dans des catalogues réservés aux hommes et aux femmes parmi une quinzaine de produits : stimulants, lubrifiants, gels de massage ou pilules présentées comme aphrodisiaques. Mais pas de vibromasseurs, de vidéos ou de magazines pornographique.(pour en savoir plus...)

J’invite les musulmans (et les autres) qui veulent du porno islamique de qualité, à se rendre ici.

mardi 30 mars 2010

Au rayon des grandes nouvelles, nous apprenons que Siné prévoit de fermer son fion médiatique d’un seul doigt



L’hebdomadaire satirique Siné Hebdo, fondé en septembre 2008 par un ancien caricaturiste de Charlie Hebdo, a annoncé aujourd’hui qu’il allait fermer, avec un dernier numéro prévu fin avril, parce qu’il « perd chaque semaine de l’argent », et après avoir « tout tenté ».(AFP-Le Figaro)

Cela étant dit, en garçon soucieux de la liberté comme de la diversité d’opinion, je ne saurais trop lui conseiller d’ouvrir un blog. Après tout, on est vraiment de gauche (pour la gratuité-tout-ça-quoi) ou l’on ne l’est pas… SILné

Épisodes précédents :

1) Siné, un vulgaire problème de bobine
2) WCiné Hebdo fête son premier anniversaire

lundi 29 mars 2010

Voile pas voile : le jeu du foulard, un jeu très dangereux.


Déjà plusieurs milliers de cas de mort cérébrale par étranglement de la raison, dont voici, ci-dessous, le plus célèbre de ces cas, Ilhem Moussaid, l’enfoulardée du NPArrrrgh !

Non à l’islam des veines caves !

NaSILreddin Hodja

vendredi 26 mars 2010

Un Roland Dumas complètement allah ramasse



Si l’une des figures historiques du socialisme en est arrivée là, je n'ose même pas imaginer l’état des autres. C’est d’ailleurs à ce genre d’état de faits que l’on se rend compte qu’une idéologie est complètement moisie. Elle n’aide pas son porteur à vieillir bien. Bien au contraire.

Aussi donc, toute critique de l’islam ou opposition à cette idéologie politico-religieuse comme à ses activistes serait de l’islamophobie, de la haine, une haine comparable à la judéophobie, la haine des Juifs.

Sacré Roland ! Quand j’entends ça, je me dis que l’islamophobie existe surtout, au sens basique du terme « phobie » (phobie du grec phobos, peur), dans les cerveaux des Dumas, puisque leur couardise et leur peur de l’islam les poussent à ne pas vouloir regarder la triste réalité islamique en face. À moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’inconscience ou alors de cette ignorance confite dans la suffisance et la condescendance propre aux petits paternalistes de gauche. Ces « bons sauvages », incapables de tout sens tactique, ne peuvent être que des victimes, les victimes de nos travers, n’est-ce pas ? Des victimes en droit de se révolter contre nous, les grands méchants blancs.

Et dire que ce pauvre Monsieur Dumas pousse le ridicule juste qu’à s’en aller assener ce genre de petites billevesées chez Oumma.com, une antenne islamiste. Ils ont du bien rigoler nos islamistes, en regardant le gros poisson ainsi pêché. « Qu’ils sont cons ces occidentaux, que la naïveté de ce genre de grands enfants européens est belle et touchante » doivent-ils se dire, et surtout « que ce genre d’ahuris continuent à nous sous-estimer, c’est très bon pour nos affaires ! » Très gros soupir !

SILidin le Magnifique

jeudi 25 mars 2010

L’esprit islamique de tolérance, d’amour et de paix a encore frappé… très fort (Au Nigeria, en Egypte, à Chypre, en Arabie saoudite, au Pakistan)


Pendant que d’aucuns se pignolent des deux mains, avec l’aide de leurs amis islamistes ou dictateurs, sur le fait de savoir si nos démocraties sont islamophobes, voire carrément nazies, voici quelques nouvelles de la tolérance, de l’amour et de la paix, prêchés, parait-il, par l’islam. Tu me diras, après ça, mon bon Roland Dumas, si tu y vois un exemple à suivre ? De même mon brave Roland, tu me diras, tout bien considéré, si ce qui suit est toujours la conséquence ou bien la cause de notre opposition à l’islam et sa culture morbide ?

Au Pakistan un Chrétien a été brûlé vif et sa femme violée par la police devant ses enfants parce qu’ils refusaient de se convertir à l’islam (source et source). En effet, après avoir signifié son refus de se convertir à son employeur musulman, le Sheikh Mohammad Sultan, un homme d’affaires influent, Masih Arshed a été brûlé vendredi 19 mars en face d’un poste de police de la ville de Rawalpindi, près de la capitale pakistanaise Islamabad. Sa femme, Martha Arshed, aurait été violée par des policiers pendant que leurs trois enfants (âgés de 7 à 12) auraient été forcés d’assister à l’agression. Tout simplement ignoble !

Pakistan toujours. La semaine dernière, Ali Khan, un étudiant de l’université de Peshawar a été battu à mort par des étudiants pro-talibans qui lui reprochaient, ainsi qu’à d’autres étudiants également frappés, d’écouter de la musique (source), violant ainsi la loi islamique, celle qui interdit la musique en vertu de plusieurs hadiths (voir ce petit dossier de source islamique) comme par exemple celui-ci où Ali cite les paroles suivantes du prophète Mahomet « j’ai été envoyé pour briser les instruments de musique » (Ibné Ghaylân), ou encore celui où Abou Houraïra rapporte que Mahomet aurait affirmé « Ecouter (individuellement) les instruments de musique est un péché ; se rassembler pour le faire est un péché plus grave (« Fisq ») ; y prendre du plaisir est du « Koufr » (manque de reconnaissance envers les bienfaits de Dieu). » (Abou Ishâq).

Comme suite à cette dramatique affaire et si l’on en croit des sources bien placées, des chanteurs de gôôôche, particulièrement engagés (Cali, Renaud, Jacques Higelin, Christophe Willem, Akhenaton, Diam’s, Abd Al Malik…), prépareraient un titre collectif à la mémoire de ce très radical amoureux de la musique… Franchement, vous y avez cru une seconde, à un engagement autre qu’onirique et bisounours de la part de tous nos bouffons artistiques ?!?


Dans la sacro-sainte terre sainte d’Arabie Saoudite, Ali Hussain Sibat, attend l’appel de son procès en « sorcellerie » (source). Cet ancien animateur télé, qui faisait dans l’art divinatoire télévisuel sur la chaîne satellitaire Shéhérazade, a été cueilli en mai 2008 par les Mutawa, la redoutable police religieuse du très saint royaume, lors de son petit pèlerinage à La Mecque (la Umra). Déféré devant le tribunal de Médine, il a été jugé et condamné à mort en novembre 2009. Et non, ce n’est pas une blague. Au XXIe siècle, il est encore un monde, celui que vénère tant Tariq Ramadan (notre bon Tariquemada télévisuel) où on dresse des bûchers pour sorcellerie.

Chypre. Un reportage de chez M6 diffusé le 14 mars 2010 dans l’émission « enquête exclusive », nous apprend que depuis l’invasion en 1974 du nord de l’île, l’envahisseur et colonisateur turc, pratique la profanation des cimetières chrétiens comme la destruction des églises, afin d’effacer toute trace de présence chrétienne et grecque sur cette partie de l’île. Face à ce comportement indigne d’un état visant à intégrer l’UE, certains attendraient toujours une réaction de la part des représentants européens et de nos stakhanovistes des droits de l’Homme. Personnellement je n’attends rien de ces tartuffes et de ces couards justes bons à se défouler sur le dos particulièrement large d’Israël.



En Egypte, après les violences anti-coptes qui ont eu lieu le 12 mars dernier, dans la province de Mersa Matrouh, et au cours desquelles 2000 musulmans s’en sont pris à 400 coptes, à la suite de l’appel au djihad lancé par l’imam de la mosquée du coin, la police a décidé de frapper fort en arrêtant, comme d’habitude, les victimes (source)… histoire sans doute qu’elles puissent avouer aux très bienveillantes et miséricordieuses autorités égyptiennes leur horrible islamophobie. N’est-ce pas Roland ?

Et au Nigeria, après le récent massacre du 7 mars dernier, au cours duquel 109 chrétiens, femmes et enfants, avaient été tués par des musulmans, un nouveau massacre a eu lieu mercredi 17 mars, toujours dans la région de Jos, majoritairement chrétienne mais subissant la pression d’ethnies islamisées (source). Les assaillants déguisés en militaires ont tué à la machette 13 villageois chrétiens, dont des femmes et des enfants. «Ce que j’ai vu dans le village est très triste, a expliqué un responsable gouvernemental sous couvert d’anonymat. J’ai vu les cadavres de femmes, dont certaines étaient très vieilles, celui d’un enfant qui devait avoir moins de cinq ans, et celui d’une femme qui était brulée, avec un enfant sur son dos.» No comment.

En conclusion, comme de bien entendu, et histoire de ne pas provoquer de rupture d’anévrisme chez nos Roland Dumas, tout ça n’a rien à voir avec l’islam mais plutôt avec les dégâts directement produits par le liberalisme-capitaliste-sioniste-tout-ça-quoi, sans oublier les horribles persécutions islamophobes que subissent les musulmans dans nos pays (on dénombre à ce jour au moins deux musulmanes victimes du jeu du foulard, et dont il impossible d’exclure un lien éventuel avec l’islamophobie ambiante) et qui les poussent à fuir en masse nos vilaines contrées…

SILimalikoum

mercredi 24 mars 2010

Comme un retour d’automne un jour de printemps : les raisons de ce coup de blizzard sur les branchages de l’UMP (régionales 2010).



Petit retour sur le bilan des dernières régionales, car pour ne pas avoir misé sur un effeuillage d’une telle ampleur, j’ai ressenti le besoin de réfléchir aux mécanismes politiques qui expliqueraient ce retour d’automne électoral un jour de printemps. Voici le résultat en neuf petits points.

1) Il est évident que les 53 % d’abstention démontrent que bon nombre d’électeurs se fichent éperdument des régionales et des régions, ces entités plus administratives que politiques, dont presque tout le monde ignore les missions comme les moyens.

2) Il est certain également que faute de cette lisibilité, un tel scrutin a de fortes chances de servir de défouloir ou de moyen d’exprimer l’opinion politique du moment plutôt qu’un réel choix politique. De quoi expliquer la gifle de dimanche dernier. Une gifle accentuée toutefois par d’autres éléments. À commencer par la question de l’enjeu.

3) En cette période de crise, pas mal de Français sont inquiets pour leur emploi et avenir. Or si la droite n’a pas réussi à donner un enjeu à ce scrutin, la gauche a pour sa part su lui donner un sens, même s’il est totalement fallacieux. j’ai entendu en effet des dirigeants de gauche, tel que Jean-Paul Huchon, parler de régions protectrices, de « bouclier social » , ce qui est totalement hors sujet vu que les régions sont incapables de servir à cela (la compétence des régions se résumant surtout aux lycées, aux transports et à la formation professionnelle). La gauche a cependant profité de cette méconnaissance pour bourrer le mou d’électeurs rendus sensibles à ce genre de message. Étant donné que l'UMP n’a pas su contrer cette stratégie, celle-ci a donné le résultat escompté. Bien joué !

Viennent ensuite les erreurs tactiques du président Sarkozy.

4) Par ces temps de crise, au lieu d’avoir une droite qui nous explique la marche du monde (au moins économique), ainsi que la nécessité de gérer les problèmes qui se posent cycliquement, on a vu la droite tenir un discours apocalyptico-hollywoodien, du genre « nous avons échappé de justesse à l’apocalypse économique et nous tachons de faire en sorte que cela ne se reproduise plus ». Or ne voyant pas tout s’écrouler autour de nous, nous avons du mal à croire à ce scénario catastrophe. Nous avons même plutôt l’impression que nos dirigeants en font de tonnes afin de se donner un pouvoir et une importance qu’ils n’ont pas. bref, on se fout de notre gueule, ce qui énerve toujours un peu. Ensuite, par ce discours, la droite induit l’idée que les politiques libérales sont catastrophiques (alors qu’elles sont les seules à avoir permis à des régions entières de la planète de sortir de la misère, notamment en Asie, les mêmes régions qui tirent nos économies du pétrin actuel) et que les recettes social-protectionnistes sont la solution.

5) Ce que semble confirmer également la drague continuelle de la gauche par le président, avec missions, postes et responsabilités accordés sans arrêt à des membres de celle-ci. Or à force de draguer la gauche, ne la rend-on pas séduisante, plus légitime pour gouverner ?

6) Même chose pour les dérives écologistes du clan présidentiel. Si l’écoresponsabilité est une idée tout à fait louable, ne risque-t-on pas de légitimer les écologistes et tous leurs délires (sur la taxe carbone, les OGM, le nucléaire) en voulant se faire plus vert que vert.

7) Mais il n’y a pas que sur le front gauche que les erreurs s’accumulent. Sur le front droit, prenons la question du débat sur l’identité nationale. D’aucuns prétendent que ce débat a permis le retour du FN. En effet mais comme ils le pensent. L’électorat frontiste qui a voté Sarkozy en 2007 pensait que notre président avait des solutions à proposer sur ce thème, le retour à l’assimilation, à l’affirmation d’une identité porteuse de cohésion nationale. Or au lieu d’une politique voici qu’on offre un débat avec des intervenants gouvernementaux sans ligne directrice, ni message cohérent, qui un jour parlent d’assimilation, l’autre d’identité multiple, voire de l’inexistence du peuple français. Comment ne pas rendre ainsi de nouveau plus attractif le discours extrémiste internationaliste ou nationaliste.

8) S’agissant de la sécurité, il en va de même. « Le candidat Sarko avait promis, de nettoyer le pays au kärcher, or que nenni ». Voici, là encore, d’une part un électorat qui espérait que les problèmes d’insécurité se règleraient très vite, à grands renforts de cavalerie, et de l’autre le président d’un Etat de droit qui ne va pas, d’un claquement de doigts, mettre au pas tout le petit et grand caïdat. Du coup, voici l’extrême droite (sans doute prête à mettre le pays à feu et à sang pour accomplir son programme) qui récolte le résultat de toutes ces frustrations après avoir tiré sur une république et un président présentés comme impotents.

9) L’impuissance sera le dernier point. Il me semble, exception faite d’une minorité, un peu immature ou désespérée, qui attendait des miracles et qui déçue, s’en retourne vers les marchands de miracles, que la majorité sait faire la part des choses. Que cette majorité, bien que fatiguée parfois par certains excès de l’omniprésidence, ou amusée par ses cuisants échecs et autres fanfaronnades, n’en sait pas moins gré au président Sarkozy de l’énergie qu’il déploie. Si je dis cela, c’est parce qu’il semble tomber d’un excès à l’autre, de l’omniprésence à une prise de distance qui pour le coup ne rassurera personne. Ce qui explique peut-être, pour partie, sa chute dans les sondages.

Dans le monde complexe, ouvert et incertain qu’est le nôtre, tout repose de plus en plus sur l’énergie, la volonté et l’engagement déployés par les individus. Or c’est sans doute ça qui plait chez Nicolas Sarkozy. Aussi, il ne faudrait pas qu’il perde cet avantage surtout par ces temps de crise, encore plus incertains, où les gens ont besoin d’un capitaine qui ne flanche pas mais au contraire qui mobilise et fédère les énergies…

Tiens, ça bourgeonne.

ClemenSIL

lundi 22 mars 2010

Ségolène Royal, présidente des régionales (grande série : va y avoir du sport en 2012)


La liste de gauche conduite par Ségolène Royal en Poitou-Charentes recueille 61,1% des suffrages ce soir à l’issue du second tour des élections régionales.

samedi 20 mars 2010

Les gauchos et leurs leçons de morales à deux balles : « ces salauds de riches ne sont pas solidaires »


Épisode numéro 467 983 de la série « mes joyeuses prises de tête avec mes gauchos préférés » : mon gaucho est en grande forme aujourd’hui, il couine à merveille, « la vie, c’est trop dur, gniii… c’est trop injuste, intolérable, dégueulasse, gniii… au moins aussi dégueulasse que tous ces riches individualistes qui refusent de casquer ce qu’il faut pour me rendre la vie plus douce, gniii… bouclier fiscal, gniii… dégueulasse, injuste, intolérable, fasciste, gniii ! »

Réaction de votre « très réactionnaire » serviteur : Qui donc, très concrètement, fait preuve de plus de solidarité, celui qui contribue le plus au fonctionnement du système de solidarité ou celui qui en bénéficie ; la « riche ordure individualiste » qui en ne fuyant pas ses obligations fiscales et sociales accepte de lâcher jusqu’à 50 % de ses revenus pour financer, entre autres, notre système social ou celui qui en échange d’une modique participation tire une partie non négligeable de ses revenus sous la forme de prestations sociales et qui continue d’appeler les autres à banquer ? Pas si simpliste, tout ça, n’est-ce pas ? Toutes choses qui me portent à voir, au final, dans le bouclier fiscal, une véritable mesure de justice sociale…

Réponse du gaucho : « Gniiiiiiiiiiiii ! »

Pete MitSIL pilote de chasse noosphérique

vendredi 19 mars 2010

Le soufisme du Dr Tahir ul-Qadri ou l’islam primitif comme avenir de l’islam ? (aujourd’hui, c’est vendredi, jour de prêche)


Vous trouverez ci-après la traduction, par votre infidèle serviteur, d’un entretien accordé par le Dr Tahir ul-Qadri à Russia Today, où il revient sur sa récente fatwa contre le terrorisme mais aussi sur la notion de djihad. Un entretien très intéressant, même quand on ne partage pas tous ses points de vue. Mais avant ça, voici une petite introduction maison.

Au sein de ceux qui s’opposent aux islamistes ou plus largement à l’idéologie islamique, deux façons d’appréhender le soufisme se dessinent.

Une première considère que le soufisme (sorte d’islam mystique, jugé comme plus ouvert et tolérant) et l’islam orthodoxe (toutes tendances confondues) sont les deux faces d’un même islam, pour la bonne raison que le soufisme ne renie pas grand-chose de la doctrine islamique classique. À titre d’exemple, les tenants de cette vision rappellent que la très agitée Tchétchénie répond à un islam d’obédience soufie. D’autres considèrent même que le soufisme sert de miroir aux alouettes, de produit d’appel séducteur pour infidèles ignorants de la réalité totale de l’islam. En gros le soufisme serait le rouge à lèvres sur le cochon islamique. Ce en quoi ils n’ont pas totalement tort tant semblent nombreux les intellectuels occidentaux à résumer benoîtement les fondements de l’islam à la jolie vitrine soufie.

Toutefois, une deuxième façon d’appréhender le soufisme est possible. Avec toute la prudence de celui qui ne se fait pas trop d’illusions, comme je l’ai déjà expliqué dans ma série « l’islam des lumières, une vulgaire éclipse lunaire » (ici, ici, et ), je fais partie de ceux, à moins que je ne sois le seul (à vous de me le dire), qui considèrent que le soufisme sera l’un des deux pieds qui fera avancer une possible reforme de l’islam, que le soufisme peut être la face complémentaire à une critique radicale et voltairienne de l’islam.

En effet, aussi légitime qu’apparaisse la critique de l’islam, y compris la plus virulente qui soit, il est totalement déraisonnable d’envisager ou d’exiger que plus d’un milliard de musulmans puissent abandonner aussi radicalement que brutalement la foi comme la loi de leurs ancêtres. La Chrétienté ne l’a pas fait. Pourquoi le ferait le monde islamique (l’Islam) ?

Par conséquent il importe que parallèlement aux puissants coups de boutoirs portés par les Voltaires d’Islam (les Wafa Sultan, Ayaan Hirsi Ali…), seuls capables de ramollir l’islam ainsi que ses officiants, qu’une alternative spirituelle et religieuse islamique ou arabe soit disponible, aussi hétérodoxe et de « mauvaise foi » soit-elle.

Et c’est là qu’intervient la vision soufie de l’islam proposée par le Dr Tahir ul-Qadri. Une vision qui en appelle à la démocratie, à la liberté de conscience, une vision susceptible de conduire à un apaisement de l’islam (la religion) comme de l’Islam (le monde islamique), à un Islam des lumières. Une vision et un message à encourager.

Bon, maintenant, de vous à moi, j’aimerais bien que le Dr Tahir ul-Qadri m’explique comment il compte régler les problèmes que posent la Sunna et la Sira, l’ensemble de la tradition juridique comme celle de l’exemple que constitue la vie de Mahomet, « ce beau modèle envoyé par Allah ». Considère-t-il que le seul vrai et bon Mahomet est celui de la première période Mecquoise, celui d’avant l’émigration à travers le désert, une traversée qui l’aurait rendu fou et donc sourd par la suite au véritable message d’Allah ? De la même façon, que fait-il de l’intégralité du Coran, du principe d’abrogation des sourates antérieures et justement primitives, celles sur lesquelles il semble fonder sa vision ?

Des questions importantes s’il ne veut pas voir sa proposition de reforme balayée par une violente et puissante contre-réforme…

SILidin le Magnifique



« Le Coran dit – vous êtes libres dans votre religion » – religieux musulman, publié le 09 Mars 2010 dans Russia Today

Traduction par Sil pour eXc (traduction –à la truelle- comme j’ai pu tant la pensée de notre bon docteur est parfois un peu tortueuse) .


« Seul le multiculturalisme peut offrir une atmosphère pacifique à l’humanité, et la première société islamique fondée par le prophète Muhammad a été multiculturelle », rappelle le Dr Mohammed Tahir ul Qadri dans un entretien accordé à Russia Today. Revenant sur sa fatwa (décret religieux) publiée récemment et condamnant le terrorisme ainsi que les attentats-suicide, le Dr Tahir ul-Qadri a également déclaré que «la guerre sainte» est une traduction incorrecte du terme djihad et que le Coran parle bien de « liberté de religion ». 
 


RT : Ici, au Royaume-Uni, nous connaissons surtout le terme de fatwa à travers celle qui a été émise contre Salman Rushdie et son livre « Les Versets sataniques ». Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est une fatwa ? 



TQ : Fatwa signifie littéralement un décret ou une décision, ce qui a une place très importante dans les sources juridiques, les lois et les jugements islamiques. 



RT : Pourquoi avoir émis cette fatwa maintenant et non pas après les attentats du 11 septembre par l’exemple ? 



TQ : D’ordinaire je n’établis jamais de fatwa. Mais je pense qu’il était temps parce que le terrorisme se repend telle une lame de fond. Il est devenu beaucoup plus fort qu’avant au Pakistan et dans cette partie du monde. L’an dernier, les terroristes ont commencé à tuer le peuple même, déterrant leurs corps pour les accrocher aux arbres, ils ont commencé à commettre des attentats un peu partout, à contrôler des portions entières de territoires, ce qui a poussé le gouvernement pakistanais à mener des opérations militaires contre eux. C’était l’année dernière. Et à cette époque, j’ai constaté que beaucoup de scientifiques, de nombreux prédicateurs, et même des dirigeants politiques, gardaient le silence sur ces actes de brutalité commis par les terroristes. 



RT : Peut-on revenir sur les détails ? Que voulez-vous dire dans cette fatwa ? Pourquoi n’y est-il pas fait mention du Djihad ? Pourquoi avez-vous éludé cette question ? 



TQ : Parce que je me suis concentré uniquement sur la question du terrorisme. Cependant je mentionne très clairement dans mon livre qu’un acte de terrorisme n’est pas le djihad. 



RT : Donc en fait, le terrorisme ne peut être considéré comme une partie de la guerre sainte ? 



TQ : Absolument pas. « Guerre sainte » est une traduction erronée, d’ailleurs je voudrais être clair et vous serez le moyen de communiquer ce message le plus rapidement possible au monde entier. La signification du terme « djihad » est « la lutte ». Le mot «guerre» n’est pas inclus dans l’origine et la signification du mot djihad. Le djihad est un concept beaucoup plus large qui signifie « s’efforcer de », « lutter ». Si vous mettez votre énergie, vos capacités et vos efforts au service de vos bonnes fins, alors cela est le djihad. Il n’y a donc pas de place pour l’agression dans le concept de djihad, pas de place pour la brutalité quand on parle de djihad. La guerre sainte n’est pas le concept exact, seul est celui de lutte sainte. 



RT : Alors les terroristes détournent le concept de djihad ? 



TQ : Oui. Ils égarent des gens, des jeunes, et leurs efforts n’ont pas de lien avec le djihad. 



RT : Vous avez utilisé des termes comme «terrorisme» et «innocents» dans votre fatwa, or ce sont des termes susceptibles d’interprétation. Qu’entendez-vous par ces termes ? 



TQ : Je comprends que le mot « innocent » puisse être utilisé par les terroristes. Je tiens à le clarifier : en cas de meurtre, le mot innocent n’est pas utilisé dans le Coran. L’assassinat, exception faite des « innocents », n’a jamais été accordé par le Coran. Ce que dit le Coran est que si quelqu’un tue un être humain sans le droit légitime accordé par un tribunal, si cette personne est un assassin intentionnel, alors il est passible de la peine capitale, de même s’il agit en rebelle en tuant quelqu’un, il est passible de la peine capitale, tout comme s’il est un terroriste et qu’il tue une personne, il est passible de la peine de mort. Donc, le Coran dit que si une personne n’est ni un assassin intentionnel, ni un terroriste, ni un tueur ou un rebelle … et que quelqu’un tue une personne qui ne rentre pas dans ces trois catégories, cet individu tue des personnes innocentes. Toute population pacifique, tous les hommes qui ne se battent pas avec vous sur le champ de bataille – tout le monde a le droit de tuer n’importe qui sur le champ de bataille – tout civil qui est non-combattant est une personne innocente. 



RT : Le but de votre fatwa semble aller contre tout ce que les kamikazes et les fondamentalistes croient au sujet d’eux-mêmes. Qui espérez vous atteindre et quel effet pensez-vous qu’elle aura ? 



TQ : J’espère atteindre ces millions de jeunes qui ne sont pas des extrémistes, mais qui sont disponibles. Des individus sont toujours derrière ces jeunes, leur tendant des pièges et leur mettant des mauvaises idéologies dans leur esprit, les induisant en erreur, utilisant des significations erronées de cette terminologie religieuse. J’espère qu’ils auront ainsi les idées suffisamment claires pour ne jamais se faire ravir par les terroristes. Deuxièmement, cette fatwa s’adresse aux milliers de jeunes qui n’ont pas encore le cerveau totalement délavé et qui ne sont pas devenus des kamikazes mais qui seraient sur cette voie. Ceux qui sont devenus conservateurs, qui vivent une vie isolée, qui croient à l’isolement et ne veulent pas être intégrés, ce qui pourrait les conduire au radicalisme et au terrorisme. Par cette fatwa ces milliers de jeunes vont arrêter cette fuite en avant, et j’espère que personne dans le monde musulman n’empêchera cet indispensable coup d’arrêt, si important pour l’Islam et l’humanité. 



RT : Parlons de ce qui est de plus en plus connu comme l’islamophobie, notamment en Europe. Le politicien néerlandais Geert Wilders a fait un film qui dit que Coran est un livre fasciste – Qu’aimeriez-vous lui dire? 



TQ : Je pense que ce sont là des activités comparables à celles de ceux (les partisans de Ben Laden et des Talibans) qui agissent contre les non-musulmans. Si dans le monde occidental certaines personnes commencent à faire le même genre de chose, ils ne contribueront pas au développement du processus de paix. Cela ne fera que créer de la haine. La question est que veulent-ils réaliser par là ? Juste de la haine ? Juste une réaction ? D’autres litiges ? Des affrontements et autres divisions de l’humanité ? 



RT : Les oppositions à l’islam se multiplient en Europe en ce moment. La Suisse, par exemple, a interdit la construction de nouveaux minarets. La France parle d’interdire la burqa … pensez-vous que l’Europe est prête à accepter l’islam ? 


TQ : La meilleure façon d’assurer une atmosphère pacifique pour l’humanité est le multiculturalisme. Il devrait y avoir la démocratie, la liberté de religions, de cultures, sans liberté pour le terrorisme, l’extrémisme, ou tout ce qui crée des brutalités et des divisions dans nos sociétés. La première société islamique créée par le prophète Muhammad, prophète de l’islam, à Médine, était une société multiculturelle. Il fonda cette société sur une alliance avec les Juifs, les chrétiens et leurs tribus alliées. Et leurs coutumes locales, cultures, traditions, religions et lois coutumières reçurent une garantie de protection. Le Coran dit « il devrait y avoir de liberté de religion ». Le Coran dit « vous êtes libres dans votre religion et nous sommes libres dans notre religion ».

jeudi 18 mars 2010

Régionales 2010 : Aphreurisme SILceronien



Voici en ces jours de scrutin,
Ma petite maxime, adressée à tous les hommes de bien.
Responsabilité individuelle et solidarité collective,
Voilà ce qui unit, voilà ce qui motive…

SILcéron « vir bonus »

mercredi 17 mars 2010

Régionales 2010 : les écologistes sont des jobards de la pire espèce qui soit (« Save the trees, save the bees, save the whales, save those snails »)

À l’occasion du scrutin régional, voici comment le regretté humoriste américain George Carlin dépeignait l’internationale-ecologiste. Un sketch traduit par votre Silounet d'amour.

Pour ceux qui en voudraient plus encore, voir également un précèdent billet de bibi « il grêle des verts dans le jardin d’Eden » mais aussi le très bon « merde à l’écologie » par Antoine Senanque.



Vous trouverez actuellement, tout autour de vous, mais aussi dans tous les pays, des tas de gens angoissées par absolument tout, et ce chaque minute de la journée. Qu’en est-il de l’air, de l’eau, du sol ? Qu’en est-il des insecticides, des pesticides, des aditifs alimentaires, des causes de cancer ? Qu’en est-il du radon, de l’amiante ? Qu’en est-il des espèces menacées ?

Laissez-moi vous dire ce que je pense des espèces menacées, d’accord ! Sauver les espèces menacées, ce n’est rien d’autre qu’une nouvelle et arrogante tentative humaine de vouloir contrôler la nature. C’est arrogant et sans gêne. Non, mais quand est-ce que l’on comprendra ! Interférer avec la nature ?!?

Plus de 90% de toutes les espèces ayant existé sur Terre s’en sont allées. Elles se sont éteintes. Nous ne les avons pas toutes tuées ! Elles se sont juste éteintes. C’est comme ça que la nature procède. Les espèces continuent d’ailleurs à disparaître à une vitesse de 25 par jour, et ce indépendamment de notre comportement. Laissons-les disparaître en paix ! Fichons la paix à la nature ! On en a déjà assez fait comme ça, non ?

Visiblement pas ! C’est que nous nous estimons si importants, tellement importants ! Tout le monde veut sauver quelque chose…

Sauvons les arbres ! Sauvons les abeilles ! Sauvons les baleines ! Sauvons ces escargots ! Et la plus grande de toutes les arrogances, sauvons la planète !

Sauvez la planète ?!? Quoi ! Ces fichues personnes se moqueraient-elles de moi ? Sauvez la planète ? Mais nous ne sommes même pas fichus de nous occupez de nous mêmes, de prendre soin les uns des autres, et ces gens veulent sauver cette putain de planète !

Je suis fatigué de ces conneries, las de toutes ces conneries, vraiment fatigué !

Fatigué de la journée de la Terre, fatigué de tous ces écolos fanatiques, de tous ces bobos qui pensent que le principal problème de ce pays est le manque de pistes cyclables, et qui ont pour objectif celui de bâtir un monde sûr pour leurs Volvos. Au fond, les écolos n’en ont rien à foutre de notre planète. Ils s’en fichent de la planète. Vous voulez que je vous dise ce qui leur importe ? Ils veulent juste un endroit bien propre où vivre. Leur petit habitat. Ils craignent de vivre un jour une situation inconfortable. Un petit intérêt égoïste, aussi limité que sans vision. Pas de quoi m’impressionner.

De toute façon, il n’y a pas de soucis avec la planète, la planète n’a aucun problème. La planète va bien. Par contre les gens sont fichus !!! Voici la différence.

La planète va bien. Comparé aux gens, la planète se porte même comme un charme. C’est qu’elle est là depuis 4,5 milliards d’années, la planète. Méditez donc ce chiffre. La planète est là depuis 4,5 milliards d’années. Nous sommes ici depuis quand, 100 000, peut-être 200 000 ans, engagés dans l’industrie lourde depuis moins de 200 ans. 200 ans versus 4,5 milliards, et nous aurions la présomption de penser que nous constituerions une quelconque menace, que nous pourrions menacer cette jolie petite boule bleue qui se contente de tourner autour du Soleil.

La planète a connu des choses bien pires que nous. Elle a connu des séismes, des volcans, des mouvement tectoniques, la dérive des continents, des éruptions solaires, des tempêtes magnétiques, des inversion magnétiques des pôles, des centaines de millions d’années de bombardements par des comètes, des astéroïdes, des météorites, des déluges, des tsunamis, des incendies à l’échelle planétaire, des ères glaciaires… et nous pensons que quelques sacs plastiques et quelques boites d’aluminium vont faire la différence ?

La planète ne va nulle part ! Nous si ! Nous allons partir ! Emballez vos merdes, les gars ! Nous sommes sur le départ ! Et nous ne laisserons même pas beaucoup de traces de notre passage. Et c’est très bien ainsi. Peut-être un peu de polystyrène… peut-être un peu de polystyrène. La planète sera toujours là alors que nous aurons disparu depuis longtemps. Une simple mutation ratée, une impasse biologique ou évolutive. La planète va nous dégager comme de vulgaires puces, une petite gêne de surface.

Vous voulez savoir comment va la planète ? Demandez donc aux habitants de Pompéi, figés encore dans la même position à cause des cendres volcaniques. « Comment se porte la planète ? »

Vous voulez savoir si la planète va bien, demandez aux habitants de Mexico, d’Arménie ou d’autre endroits, enterrés sous des milliers de tonnes de gravats, s’ils se sentaient une menace pour la planète, cette semaine là ? Et à ces personnes d’Hawaï qui construisent leur maison sur le versant d’un volcan actif et qui se demandent pourquoi ils ont de la lave dans leur salon.

Oui, la planète sera là bien longtemps après notre disparition. Elle va se soigner, se nettoyer, parce que c’est ce qu’elle a toujours fait. Il s’agit d’un système auto-correcteur. L’air et l’eau vont se recycler, la terre se régénérera. Et s’il est vrai que le plastique n’est pas biodégradable, la planète va tout simplement incorporer le plastique dans un nouveau paradigme « Terre + plastique ».

C’est que la Terre ne partage pas nos préjugés à l’encontre du plastique. Le plastique vient de la Terre. Peut-être même que la Terre voit le plastique comme l’un de ses enfants. Peut-être est-ce là même, la seule raison qui explique notre présence sur Terre. Elle voulait du plastique et ne savait pas comment faire. Elle avait besoin de nous.

Peut-être est-ce là la réponse à cette éternelle question philosophique « pourquoi sommes nous ici ? »

« Le plastique, tas de crétins ! »

Donc, le plastique est là et notre œuvre est enfin terminée. Nous pouvons être éliminés. D’ailleurs, je pense que le processus a déjà débuté. D’ailleurs, histoire d’être juste, je crois que la planète nous voit comme un tout petit problème, quelque chose de tout à fait gérable. J’ai la certitude que la planète va se défendre comme un grand organisme, un peu comme une ruche ou une fourmilière peut organiser sa défense. Je pense que la planète va trouver une solution. Que pourrait-elle faire pour se défendre de cette espèce dérangeante et fauteuse de troubles ?

« Voyons, voyons, tiens, un virus, c’est bien, ça, les virus. Ils semblent vulnérables aux virus. Et puis les virus sont ingénieux, toujours en mutation, s’adaptant à chaque fois qu’un vaccin est développé. Peut-être que ce virus pourrait compromettre le système immunitaire de ces créatures et les rendre vulnérables à toutes le autres infections. Peut-être même qu’il pourrait se rependre par voie sexuelle les rendant peux enclins à se reproduire. »

C’était une note poétique. Je peux rêver n’est-ce pas ?

Je ne m’inquiète pas pour toutes ces petites choses, les arbres, les abeilles, les baleines, les escargots. Je crois que nous faisons partie d’une intelligence supérieure que nous ne comprendrons jamais. Un ordre supérieur ? Appelez-le comme vous voudrez. Savez-vous comment je l’appelle ? Le Grand Electron. Wow ! Woww ! Wowww !

Il ne punit pas, il ne récompense pas non plus. Il ne nous juge même pas. Il est, point ! Et nous aussi, pour peu de temps.

Merci d’avoir été avec moi ici, pour un peu de temps, ce soir…

mardi 16 mars 2010

Régionales 2010 : le déshonneur de Gauche et l’honneur de la Droite.


Et voilà, encore une fois, une Gauche qui part vers le second tour d’un scrutin après s’être « rassemblée », depuis le centre jusqu’à l’extrême gauche, depuis la gauche républicaine et progressiste jusqu’à la gauche totalitaire et obscurantiste. Ce qui qualifie son récurrent déshonneur.

Et voilà également une Droite qui s’en ira au charbon électoral en refusant de s’accoquiner avec l’extrême droite, démontrant ainsi qu’elle place les valeurs républicaines bien au-dessus de tout intérêt partisan, ce qui est tout à son honneur.

Ce qui n’empêchera pas tous les sans gêne, sans honte et sans honneur de gauche, de donner, encore et toujours, des leçons de morale, d’intelligence et de cœur…

Personnellement, le clemenciste que je suis (républicain de gauche) choisira le camp de l’honneur. C’est que malgré ma relative jeunesse, je ne suis plus client pour tout ce salmigondis idéologique et rhétorique, juste bon pour les boutonneux et autre prépubères cérébraux, que continue de nous servir cette « gauche solidaire » là !

ClemenSIL

lundi 15 mars 2010

Régionales 2010 : 52 % de Français ont voté pour les programmes suivants (plus de 52 % d’abstentionnistes)


Cliquez pour agrandir l'image

Selon les derniers calculs, le PS devance l’UMP de plus de trois points avec 29,5% des suffrages contre 26,2%, alors que le FN tire son épingle du jeu avec un peu plus de 11%. Les tractations à gauche pour le second tour débutent lundi matin.

La déroute se confirme pour le parti présidentiel. D’après le ministère de l’Intérieur, dans chacune des 22 régions de métropole, l’UMP est distancé au premier tour des régionales par le Parti socialiste, qui rafle 29,5% des suffrages. A noter, l’abstention particulièrement élevée, à 53,6% selon les chiffres définitifs, soit 14 points de plus qu’au premier tour des régionales de 2004. Elle demeure cependant moins élevée qu’aux européennes de 2009 (59,37%). pour en savoir plus...

dimanche 14 mars 2010

Private Joke-box : une femme avec une femme et vice-versa.



Spéciale dédicace à tous ceux et surtout toutes celles qui m’ont soutenu et accompagné lors de mon mémorable coming-out.

Spéciale dédicace également au fan-club, auquel j’appartiens, de la sublime Vega, qui reprend ici, dans sa version espagnole, la célèbre chanson de la non moins sublime Ana Torroja du groupe Mecano.

SILio Iglesias

samedi 13 mars 2010

Bébé Boubakeur pas content appelle papa Bouteflika allah rescousse


Que le petit Dalil Boubakeur dénonce dans le quotidien algérien Echorouk les diatribes lepénistes contre les musulmans et les actes de profanation de mosquées présentes sur notre territoire, soit. Me voilà de tout cœur avec lui.

Là où je m’inquiète pour l’avenir de nos relations comme pour celui du concept neogallican « d’islam de France » c’est lorsque le recteur de la grande mosquée de Paris se sent obligé de faire appel à ce qui semble être son autorité de tutelle, à savoir le président Algérien, papa Bouteflika, ce parfait parangon de vertu démocratique et de tolérance religieuse, comme chacun sait. Le tout en exagérant à la manière d’un vulgaire couineur islamiste.

C’est ainsi qu’il appelle notre brillant démocrate algérien « à intervenir pour que cessent les vexations (sic) et les discriminations publiques (ah bon) qui ne se comptent plus (au moins) contre l’islam et les musulmans » mais aussi « certains dérapages visant les personnes et les symboles de l’islam », ainsi que « les atteintes faites au culte musulman » et qui « prennent une intensité et une fréquence inquiétante (l’islam de France a peur !)».

Dis-moi mon petit Dalil, qu’entends-tu exactement par « à intervenir » ?

À montrer l’exemple, à l’image de la politique christianophobe que mène le gouvernement d’Alger ? À faire pression aussi bien religieusement que politiquement sur notre gouvernement, concourant ainsi à donner raison à cette affiche du FN (illustration ci-dessous) où se mêlent islamisme et drapeau algérien, inspirée pour partie des ticheurtes (ci-dessous itou) actuellement portés par de jeunes Algériens de France ? Tout de même pas « à intervenir » militairement, en faisant assassiner sur notre sol national ceux qui s’opposeraient à l’islam algérien de France ou à l’islam tout court ?

SILimalikoum



vendredi 12 mars 2010

Voile pas voile : oui mais sur prescription médicale


Le port du voile oui… mais sur prescription médicale et après acceptation de sa prise en charge par le Sécurité Sociale.

Docteur HouSIL

jeudi 11 mars 2010

Bande d’Avatars : avoir le Na’vice dans la peau (L.A.R.P. Live Avatar Role Playing).



Alors là c’est certain. Quand je vois ces fans d’Avatar, fans au point de vouloir vivre comme les grands schtroumpfs de la planète Pandora, avec leurs pupilles dilatées, symptôme évident d’une toxicomanie non moins évidente, je me dis que le grand arbre de la planète susvisée est une sorte de champignon hallucinogène géant dont les spores, appelés graines de l’arbre sacré, sont capables de venir à bout de la force morale du meilleur des marines qui soit, un peu à l’image des ravages occasionnés par l’opium et de la marijuana chez les soldats américains pendant la guerre du Vietnam.

Rappelez-vous comment le pseudo héros du film sort tout ébranlé de sa première rencontre avec les spores hallucinogènes.

En conclusion, ce film véhicule un message extrêmement nocif pour notre jeunesse et j’exige son retrait immédiat des salles du monde entier avant que d’autres êtres fragiles succombent à ce Na’vice…

Docteur HouSIL

mercredi 10 mars 2010

Free Tibet : au pays des gandhides


Histoire de répondre aux exigences de clarté chères à ce grand philosophe qu’était Gaston Berger, j’ai bien envie de commencer par dire « que les choses soient bien claires ». Oui, très clairement, je n’éprouve qu’une sympathie toute relative pour les représentants de la défunte théocratie tibétaine.

Une théocratie féodale dont la lâcheté, grimée de spiritualité dite compassionnelle ou quiétiste, a permis le maintien de tout ou partie du peuple tibétain dans la misère, le servage, sous la férule d’une aristocratie abjecte, ainsi que les horreurs dues aux invasions anglaise (1904) et chinoise.

Oui, peu de sympathie pour ces caresseurs de moulins à prières comme pour leurs salades lamaïques. Car si je confesse mon goût pour certaines techniques psychiques développées par les bouddhistes, notamment ces mantras tibétains avec lesquels j’ai bercé très efficacement mes gamins, toutes leurs autres considérations dogmatiques, dharmiques ou karmiques, sur lesquelles nos bonzes fondent leur pouvoir religieux, me laissent les chakras tout froids.

Les chakras seulement parce que s’agissant des muscles zygomatiques, leurs lois régissant le cycle des réincarnations ont tendance à me les bodybuilder. Figurez-vous que selon vos actes et vos pensées, votre niveau de conscience progresse ou régresse, vous faisant progresser depuis le stade minéral jusqu’à celui de Bouddha, du corps d’une limace à celui d’un lama, ou vice-versa.

« Oui mais que doit faire la limace pour espérer une meilleure réincarnation ? Elle doit baver bien droit, c’est ça ? » Question très pertinente que pose le personnage interprété par Jack Nicholson dans le film « Sans plus attendre » et qui suffit à foutre tout ce fatras karmique par terre.

Enfin tout personnellement, je n’avais pas besoin de cette remarque vu que les salades à limace ou à lama d’un gars nommé Bouddha, ayant abandonné femme et enfants sous prétexte qu’il devait délivrer le monde du cycle des réincarnations, d’un gars qui tourne le dos à la réalité en arguant du fait que « tout est illusion », me portent à une certaine circonspection.

« Chérie je ne peux pas m’occuper de la vaisselle car j’ai bouddhisme ce soir. Mais oui, chérie, j’ai le monde à libérer du Samsara. Mais non, ma maîtresse ne s’appelle pas Sarah. Tu mélanges tout comme d’habitude. T’embrasseras les gosses pour moi. À plus ! » Ben tiens ! Oui, au risque de pourrir tout mon karma ou de me coincer un chakra, j’ose un ben tiens !

Mais je m’éloigne du sujet. Donc, si je n’ai aucune sympathie pour la théocratie lamaïque, j’exècre infiniment plus encore la politique impérialiste chinoise, visant à dissoudre une branche de ma famille humaine. Voir disparaître corps et biens le peuple tibétain m’est en effet insupportable.

C’est pourquoi ce billet témoignera ma solidarité envers les « longues marches », peu médiatisées, qui se sont mises en branle aujourd’hui, un peu partout, dans le cadre des commémorations du 51e anniversaire de l’insurrection nationale tibétaine du 10 mars 1959.

Des marches qui s’inspirent de la marche du sel initiée par Gandhi en 1930, prélude à l’indépendance indienne, mais à ce jour bien moins efficaces pour la bonne raison que Ghandi était loin d’être Candide.

Je signale en effet qu’à l’inverse du Dalaï-lama, Gandhi était un avocat suffisamment retors pour savoir jouer de la complexité de la pensée indienne, se donnant ainsi le beau rôle à la face du monde, tout en laissant se battre ceux qui le voulaient, oups, « ceux qui n’avaient pas assez la foi ou de courage pour renoncer à toute forme de violence ». Une politique très efficace que celle de la technique Shiva. Un sourire divin en façade qu’accompagne le jeu d’une demi-douzaine de mains qui, sorties d’on ne sait où, viennent vous aplatir la face sans crier gare. De quoi convaincre les Anglais de négocier ;

Sacré Gandhi ! Encore un qui ne m’a jamais inspiré une très grande confiance. Il a eu beau se dire végétarien, cela ne m’a jamais retiré de l’esprit qu’il nous prenait quand même un peu pour des jambons...

Sérieusement, que voulez-vous que je pense d’un gars qui écrit à Hitler en 1939, en le traitant de « cher ami », pour lui demander de renoncer à la guerre et d’atteindre ses objectifs plutôt par la voie de la non-violence ; qui propose à l’Angleterre le soutien armé de l’Inde pendant la deuxième guerre mondiale en échange de l’indépendance ou qui encore qualifie les paroles de Mahomet « d’un trésor de sagesse pas seulement pour les musulmans mais pour l’humanité tout entière ? » De tels propos ne grandissent personne, mon petit mahatma.

Tout ça n’est pas sérieux, sans parler bien sur de sa tenue aussi ridicule que populiste.

« La non-violence ». J’écoutais une fois une tête de bonze qui disait « la violence ne mène à aucune autre solution que celle de la destruction ». Mais oui ! Mais oui ! Exceptés toutefois lorsqu’elle met fin à l’esclavage en Amérique lors de la guerre de sécession, fin au nazisme comme à l’impérialisme japonais, fin de façon plus froide au communisme…

Car pour l’instant, c’est surtout la non-violence qui ne mène à aucune autre solution que celle de la destruction du Tibet.

En l’absence d’une pression internationale efficace, la violence n’est-il pas le seul moyen de signifier au régime impérialiste chinois, « Quit Tibet », de bouter les 4 millions de Chinois fraîchement débarqués, contre 5 millions de tibétains, hors du Tibet. Vous voyez une autre solution, vous ? En plus franchement, ce n’est pas le terrain tibétain qui va empêcher une guerre de harcèlement. Un pays pareil, c’est l’endroit rêvé pour une guérilla. Même cet abruti de Yeti réussi à ne pas se faire prendre. Imaginez alors des commandos entraînés par quelques instructeurs américains, russes, voir vietnamiens, un peu désœuvrés, armés depuis l’Asie centrale ou l’Inde. Voilà toutes les conditions réunies pour que le toit du monde s’écroule sur le crâne de tous nos Hans aussi bâtés que butés.

Mais bon, dans ce dessein, il faudrait troquer la toge aussi ridiculement orange que peu favorable au camouflage.

Précisons quand même, histoire de ne pas corrompre d’innocents karmas et puisque les tentations terroristes ne sont jamais bien loin dans toutes ces luttes indépendantistes, que seules les cibles militaires ou ferroviaires sont légitimes. Ce n’est pas les ponts qui manquent au Tibet avec la toute nouvelle ligne ferroviaire censée faciliter la pénétration du pays tibétain. Les Chinois déplacés au Tibet pour œuvrer à l’exploitation des richesses minières du pays n’y sont pour pas grand-chose.

Cependant, si le gouvernement chinois devait copier la technique utilisée par les mouvements impérialistes panarabes, consistant à se servir de leurs civils comme d’autant de boucliers humains, ce qui entraînerait immanquablement des pertes parmi les colons chinois, sachez que je vous pardonnerai et expierai à votre place ces taches sur votre karma. Et ce même s’il me faut alors baver droit pendant mille réincarnations dans la peau d’une limace. Je préfère toujours cette peau-là à celle d’un lamentable lama."Om mani padmé hum"...

SILddharta

mardi 9 mars 2010

Tsahal compte une nouvelle bombe dans son arsenal : nom de code « Esti Ginzburg ».


En rejoignant les Forces de Défense Israéliennes, la jeune top-modèle Esti Ginzburg a déclaré « Le service militaire fait partie d’un devoir auquel je suis attachée ». C’est pas chez nous que l’on entendrait des choses pareilles. Sacrées bonnes femmes que les Israéliennes. Sacrée nation… (plus de photos ici…)

lundi 8 mars 2010

Journée de la femme : l’Amour de la femme d’Islam déterminera bien des choses


Attention, voici un billet lourdement chargé en lyrisme de-villepinien. Âmes insensibles s’abstenir.

je profite de la vague de bisous que nous adresserons à nos femelles chéries en cette journée de la femme pour surfer dessus et répondre à une question que l’on me pose parfois, « pourquoi insister sur la résistance féminine face à l’islam, sur toutes ces figures féminines en terre d’islam ». Pour deux séries de raisons, mes amours.

Tout d’abord parce que la seule divinité que craint Allah est la Femme. Ensuite parce que l’Amour de la femme d’Islam (Islam = monde islamique) sauvera sans doute le monde, en même temps que notre amour de la femme d’Islam nous permettra de ne pas sombrer, au cours de cette opposition à l’islam (islam = la religion), dans le grand n’importe quoi.

Pour ceux qui n’ont rien compris au lyrisme de-villepinien de ma phrase précédente, apprenez en gros, que l’émancipation, le progrès et la reforme du monde islamique, dépendront pour grande partie de l’énergie des femmes en terre d’islam ou issues du monde islamique, de leur courage et de leur amour pour leurs enfants comme pour ceux du monde entier. De même, ce qui peut empêcher de sombrer dans la haine, pas mal de ceux qui se trouveront engagés dans cette opposition à l’idéologie islamique, sera l’amour de ces femmes, de ces victimes de l’islam mais aussi de toutes ces héroïnes qui s’opposent à lui avec souvent bien plus de courage que nous tous réunis.

Bon, après ces belles paroles transies d’amour, qui me vaudront encore une scène de ménage par ma jalouse de femelle demi-orientale à moi que j’ai, voici maintenant quelques unes de ces héroïnes. Cliquez sur leur nom, inscrits sous les photos, pour en savoir plus à leur sujet.

SILidin le Magnifique


Djemila Benhabib


Rayhana


Nadine Al Bedair


Shoreh Aghdashloo


Sheikha Mozah


Wassyla Tamzali


Nadia Larguet


Taslima Nasreen


Rula Dashti


Rukhsana Hussain


Malika Sorel


Wajiha Al Howeidar


Wafa Sultan


Ayaan Hirsi Ali

dimanche 7 mars 2010

Private Joke-box : looking for the wind



Never took this road before - looking for the wind
Oh oh oh ohohoh - destination unknown...

misSILe Maverick

samedi 6 mars 2010

Hugogo chavez comédie club : la dévaluation c’est pour protéger le peuple de la Playstation !


Chavez exproprie une filiale de Casino ! VOSTFR
envoyé par librepenseur007. - L'info video en direct.

Chavez est un cocomique d’une valeur inestimable, au moins aussi bon que Dieudonné. Voici l’un de ses derniers sketchs. Une merveille. Il devrait penser à en faire des DVD. Cela ferait un produit d’exportation supplémentaire et une source de devises non négligeable. Petit résumé par El SIL :

Ah gaga, la dévaluation, c’est pour renchérir les importations et pour permettre au Venezuela de produire des jouets amérindiens à destination d’une enfance actuellement pervertie par la Playstation satanicapitaliste, hic !

Euh, le salaire minimum, qu’ai-je fait du salaire minimum, je l’ai oublié dans la voiture, ah gaga, non, il est là, sous ma pile de cours « les discours à la Fidel Castro pour les nuls ». Donc, oui, euh, le salaire minimum, hips, et bien, grâce à notre révolution, il augmente exponentiellement, et que l’on ne me dise pas que ces chiffres sont surtout liés à l’hyperinflation qui règne dans ce pays. Non tout ça, c’est la preuve de l’enrichissement du peuple, hic !

Bon, il y a juste un problème, les marchands capitalistes, afin d’adapter leurs prix à l’inflation, euh, que dis-je, afin de dérober des parts toujours plus grandes de cet enrichissement populaire permis par notre vaillante révolution, ne font rien d’autre que d’augmenter les prix. Nân mais quelle bande de voleurs. Bouhhhh ! Et bien, cela ne se passera pas comme ça ! Ex-pro-pria-tionnnn ! Révolution ! Hips !

vendredi 5 mars 2010

Tristes Tropiques II : Le syndrome du Scorpion


Réchauffement climatique oblige, j’apprends que le tropique du Cancer s’est pas mal déplacé vers le Nord. Pour les raisons qui suivent, je l’ai rebaptisé tropique du scorpion. Car il se trouve que nous autres Européens avons visiblement une coutume en commun avec cet insecte. Celle qui consiste, lorsque le feu l'entoure, à se piquer soi-même en se disant « la situation est critique, ce n’est pas grave, je me suicide et reviendrai jouer un peu plus tard ». Une idée qui m’est venue l’autre jour en conclusion d’une énième prise de tête entre proches, à table, au sujet de l’islam.

« Laisse tomber Sil », venait de conclure ma cousine polaque, « de toute façon l’islam et les islamistes sont les plus forts. Ils arrivent si bien à nous pourrir la tête que nous en sommes réduits à nous embrouiller entre nous alors qu’on se connaît très bien, que nous savons parfaitement qu’aucun d’entre nous n’est ni raciste, ni intolérant, mais tout le contraire ».

« T’as raison Bab’shk » que je lui ai répondu. En effet, c’est triste à dire mais depuis le 11 septembre 2001, à chaque fois que cette question revient sur la table, c’est toujours la même pièce qui se joue.

Les plus renseignés sur les assauts de l’islam, après avoir dressé un petit état de la situation, ne tardent pas à récolter de la part des plus aveugles les habituels « je ne suis pas d’accord », suivis d’un « je vois que votre Islamophobie ne s’arrange pas ». C’est en général le moment où l’action s’emballe.

L’un des supposés Islamophobes pique une gueulante à base de « non mais, t’as beau me connaître depuis des années, avoir collé avec moi des affiches contre le racisme et t’en es encore à suspecter chez moi une haine des musulmans. Et puis qui te parle des musulmans d’abord ? On parle de l’islam, des islamistes, de ce qu’ils font, du coran, de Mahomet, en précisant que les personnes en terre d’islam en sont les premières et principales victimes, et toi tu nous balances l’argument que Khomeiny envoyait à la tête de tous ceux qui s’attaquaient à l’idéologie islamique -Islamophobe-. C’est nul, putain ! »

À ce point de l’acte I, les contradicteurs embrayent sur un autre argument. « Ouais ben justement, vous êtes là avec votre coran, les hadiths, Mahomet, à nous balancer des faits et des textes à la figure, à étaler votre science, et nous on devrait juste être d’accord ? »

« À partir du moment où tu n’as rien lu de ce que nous avons lu, oui, c’est exactement ça » répondez-vous d’un ton agacé devant ce genre d’argument spécieux. « Étaler sa science, portenawak ! »

« C’est ça, c’est ça… ce qui est sûr c’est que vous êtes vraiment des fachos ». Suite à ça, le rideau se baisse sur l’acte I. Certains se lèvent et vont fumer une clope dehors. Les autres reprennent du café.

Acte II, ça redémarre sur une petite gêne. Le « facho » était vraiment de trop, alors l’accusateur revient dessus en essayant de calmer les choses. « Reconnais quand même que tu n’avais pas à nous dire de la boucler. »

De votre côté, pour avoir le « facho » en travers de la gorge, sur un ton calme mais ferme, vous précisez la chose suivante. « Écoute, personnellement, à la base, l’islam ne faisait pas vraiment partie de mes centres d’intérêts. Il se trouve juste que depuis qu’il nous a ouvertement déclaré la guerre, il a bien fallu appréhender le danger, chose que nous faisons tous les jours. Par conséquent il nous semble que nous avons plus de légitimité à en parler que vous. Attends, ne t’énerve pas. Prenons un exemple. Toi ta passion c’est le foot. Imagine que le foot soit devenu un enjeu planétaire, de pouvoir et tout et tout. Imagine maintenant qu’à chaque fois que ce sujet viendrait sur le tapis, nous nous amusions à te contredire en mélangeant les règles du rugby, du basket ou du tennis. À un certain moment, tu serais quand même tenté de nous inviter à fermer nos gueules, non ? Et bien, s’agissant de l’islam, pour nous, c’est pareil. Maintenant si le coran, les hadith, Mahomet, la science, ça te saoule, on peut te servir du fait-divers. On en a plein en stock ».

Touché par l'argumentation mais pas encore tout à fait disposé à déposer les armes, le contradicteur vous sert un « je ne suis pas certain que vous réussissiez à convaincre les gens de cette façon. »

En général, un peu dépité, vous balancez votre bouclier sur les pieds de votre familier en disant « tu sais quoi ? Le pire, le comble, c’est que nous ne devrions même pas avoir à convaincre, à étaler notre science. Le coran est là, les biographies de Mahomet sont disponibles ; les dictatures islamiques sont là ; les guerres, exterminations ou réductions en esclavage des minorités sont visibles aussi ; les souffrances endurées par les musulmans également, celles par les femmes encore plus criantes bien que bâchées ; les attentats, les crimes, les prêches, tout, tout est là qui s’étale jour après jour au grand jour. Non, nous devrions même pas chercher à convaincre, juste pleurer sur cette triste réalité et la combattre pour que nos enfants ne la subissent pas un jour. »

C’est là que votre cousine Bab’shk achève la discussion de façon pessimiste. « Laisse tomber Sil ». Oui, le feu nous entoure et la tentation qui semble nous envahir le plus est celle du scorpion. Un syndrome. Pauvre Occident. Tristes tropiques du scorpion. Baissé de rideau.

SILévi Strauss qui ne laissera pas tomber.