samedi 31 décembre 2011

Les moines de Shaolin se produisent à Bethléem (l’Orient compliqué)



Multiplication de pains à Bethléem : Avec dans la catégorie poids lourds en matière des querelles byzantines, nos habituels religieux grecs et arméniens (gros soupir !). En effet, une bagarre, pour le moins spectaculaire, a éclaté après les célébrations de Noel entre des prêtres arméniens et grecs orthodoxes à la suite d’un différend sur le nettoyage de la basilique de la Nativité, à Bethléem (pour en savoir plus).

Voyez-vous, plus j’observe certains Orientaux et plus je pense à cette phrase du plus grand résistant de loin, le Général De Gaulle qui, après un déplacement du côté du Levant, écrivit « vers l’Orient compliqué, je volais avec des idées simples ». J’y pense en me disant le petit haïcoup suivant :

En bon Occidental,
je préfère des gens complexes portés sur la simplicité,
à des gusses aux comportements de simplets tournés
vers les complications…


De fait, boudiou ce qu’ils sont con-pliqués ! A moins bien sûr, que ces moines grecs et arméniens ne cherchent à rivaliser avec les jolies chorégraphies produites par d’autres moines célèbres, ceux du temple de Shaolin. C’est raté petits scarabées !

Ce ballet de ballets ressemble plus à un sabbat de sorcières qu’à une danse du bâton. A tel point qu’en bande son, on aurait même pu rajouter celle de la chanson « la salsa du démon »…

SILévi-Strauss

vendredi 30 décembre 2011

Planète Atterrante


En l’an de grâce 2327, le service documentaire de l’agence Starfleet décide de rendre publique cette photo de la face cachée de la lune.

Elle aurait été prise fin 2011, après le passage d’explorateurs Vulcains. Les glyphes tracés sur la surface de la lune terrestre au canon à magma, caractéristiques de l’époque classique et utilisés alors comme éléments de langage intergalactique, signifient « Attention, planète de dingues (qui ne tourne pas rond) ».

On se demande bien pourquoi…

SIL Spock

jeudi 29 décembre 2011

Hugo Chavez : plus con tumeurs !


A en croire Hugo Chavez, l’un des derniers leaders charismatiques de nos altermondialistes (c’est qu’il n’en reste plus beaucoup, maintenant que Kadhafi et Kim Jong-Il ne sont plus de ce monde), le cancer dont il souffre serait susceptible de cacher quelque complot nord-américain.

Qu’il se rassure, l’explication est beaucoup plus simple.

Sa pauvre mère a visiblement accouché, il y a de ça 57 ans, d’une tumeur cérébrale. Une tumeur d’environ 3,5 kg qui depuis a grandi, ou plutôt grossi…

SILalutte finale

mercredi 28 décembre 2011

IRISK : ou la géostratégie pour cours de récréation


Pour Noël j’ai offert IRISK aux minots de mon entourage, le jeu de géostratégie mondiale édité par l’IRIS, l’institut de recherche (ah ah ah) où s’illustre Pascal Boniface.

Destiné, tout comme les analyses de ce centre, au moins de 7 ans, mes gamins vont désormais pouvoir briller en matière de géostratégie dans leur cour de récréation.

Un grand merci à l’IRIS qui pour une fois se sera montré réellement utile…

Sun Tsil

mardi 27 décembre 2011

islam : à genoux et face contre terre devant le conquérant


Plus ça va et mieux je comprends pourquoi l’islam et son prophète fascinaient tant Hitler, au point d’y voir, lui aussi, des modèles à suivre.

Car au fond, que des musulmans arabes, quel que soit le lieu où ils se trouvent, sur les terres qu’ils ont conquis, colonisé, ou en voie de le faire... se tournent cinq fois par jour vers la capitale de leur métropole d’origine, pourquoi pas.

Par contre que des populations conquises, colonisées ou converties, qu’elles soient européennes, noires, berbères, perses, turques, kurdes, indiennes, indonésiennes, chinoises et j’en passe, se prosternent de la même manière, à genoux, face contre terre, tournées vers la capitale de leurs maitres spirituels ou politiques, me fascinera toujours.

C’est qu’aucun peuple conquis par Rome ne se tournait cinq fois par jour vers la capitale de l’empire en ânonnant 'Caesar Maximus'. De la même façon, aucun catholique d’Europe ou d’ailleurs ne s’est jamais agenouillé vers le Vatican. Tout comme nul sujet de l’empire colonial français ne s’est jamais aplati en direction de Paris tout en meuglant 'Marianne est la plus Grande'. On a bien essayé de leur inculquer le « nos ancêtres les Gaulois », mais on s’est vite aperçu que c’était ridicule.

Au fond, il n’y aura que les conquérants Arabo-musulmans qui auront réussi un tel exploit. Absolument tout châtrer chez leurs esclaves, y compris leur âme. Aucun autre empire n’y sera parvenu. Et rien que pour ça, on peut dire qu’Allah est assez grand et balaise, à moins que ce ne soit ceux qui s’y soumettent d'une aussi plate manière qui soient à ce point faibles et insignifiants…

SILidim le Magnifique

lundi 26 décembre 2011

D’autodafé en autodafé, se soulignent les ténèbres…


Il est certain que le récent autodafé perpétré lâchement par nos très crasseux petits fascistes « modérés » d’Egypte a moins de gueule que ceux perpétrés alors par de beaux nazis tout blonds en uniforme et bras levés fièrement.

Cependant, cela n’en reste pas moins un autodafé, criminel envers le patrimoine de l’Egypte mais aussi envers le patrimoine culturel de l’humanité. C’est moi où nos indignés professionnels ne s’indignent pas trop de cette barbarie ? Trop modérée, peut-être ?


1) Institut d’Egypte : des milliers de documents inestimables détruits par le feu sous le nez de l’armée

Le patrimoine culturel égyptien a été profondément touché samedi. Des dizaines de milliers de livres rares d’Egypte et d’autres pays ont été brûlés sous les yeux de l’armée égyptienne qui contemplait l’incendie. (pour en savoir plus...)

2) Egypte : la vague islamiste se confirme (quelle surprise)

Les principaux partis islamistes ont confirmé leur domination en remportant plus de 65% des voix lors de la deuxième phase des élections législatives organisée entre le 14 et le 22 décembre, a annoncé samedi la commission électorale. (pour en savoir plus...)

Par ailleurs si les musulmans ne sont pas forcément responsables des dérives de l’islam et de ses très zélés serviteurs, en Egypte, en votant massivement pour les islamistes, on peut dire que les musulmans égyptiens seront désormais tenus pour responsables de toutes les dérives qui ne manqueront pas d’advenir ou qui adviennent déjà…

dimanche 25 décembre 2011

Les nettoyeurs



Parce que la plupart des musulmans ont de l’humour… et même un sacré humour… plus d’humour musulman par ici

NaSILreddin Hodja

samedi 24 décembre 2011

Petit cours polyculturel : Joyeux Noël et bonne Année en arabe



En parlant de Noël et des cadeaux qui vont avec, voici Maha Yacoub, ma délicieuse prof d’arabe. Je comptais garder ce joyaux arabe pour moi tout seul mais bon, demeurant un brave républicain de gauche, je me sens obligé de partager.

Allez comprendre pourquoi, je pourrais la regarder me parler arabe pendant des heures...

Dans cette vidéo, elle vous expliquera comment échanger un « joyeuses fêtes », un « joyeux Noël » ou une « bonne année » avec vos amis ou voisins Arabes, d’obédience islamoderne, chrétienne (comme Maha), agnostique, festive, athée ou autre…

SILidim le Magnifique

vendredi 23 décembre 2011

Christ et Antéchrist : vade rétro Allah-stor


Vu que c’est Noël, j’ai décidé de me montrer charitable envers l’église catholique. Puisqu’une partie de mon éducation, de ma culture familiale et de ma formation intellectuelle me le permettent, je lui offre en cadeau, un boulet de Canon théologique contre l’islam. Après tout, en mettant la raison un chouïa de côté, je peux moi aussi utiliser le système de pensée religieux pour vous servir un brillant exposé conforme à cette grille d’analyse. Profitez-en, ce ne sera pas noël tous les jours.

Anthropologiquement parlant, parmi tous les concepts créés par mon espèce animale douée, paraît-il, de raison, il y en a un dont les développements m’ont toujours fasciné par leur truculence. Le concept d’Apocalypse. Dans presque toutes les cultures, cette fin du monde ou de cycle se doit d’arriver comme un cheveux sur la soupe biologique et tout ravager d’un coup sec, comme ça, à brûle-pourpoint final. Le tout d’une façon grandiose, digne d’un péplum hollywoodien, avec moult légions sataniques, des armées angéliques aux épées flamboyantes ou encore des navettes spatiales crachant du feu non pas de dieu mais radioactif. Le monde se trouvant entièrement ravagé en moins de temps qu’il aura fallu pour le créer d’après les textes sacrés. Bref, un navet aux faux airs d’art et essai.

C’est indéniable, ce qui caractérise le primate sapiens-sapiens outre son côté poilant, c’est décidément son sens inné du spectaculaire.

Rien d’étonnant à tout cela après tout. Les individus de notre espèce sapienne, espèce narcissique au point de se croire le centre de la création divine, ballottés dans cet immense océan de vie tels des canots de sauvetage entre les crêtes de l’euphorie et les creux de la dépression, tendent à réduire toute échelle historique à celle de leur courte vie. La création comme la fin du monde se devant d’arriver de leur vivant ou pas du tout.

Il en va de la même façon dans notre culture judéo-chrétienne. Si le Messie n’est pas descendu du ciel dans le char d’Elie avec des bataillons d’anges à ses cotés, c’est qu’il n’est pas encore venu. Tout comme si Satan ne déboule pas depuis la porte Ouest de l’horizon, en chevauchant un dragon capable de noircir d’un clin d’œil démoniaque tous les pâturages de la Terre, c’est que son règne n’est pas encore advenu.

Mes pauvres enfants, malgré tout votre cinéma, comme vous manquez d’imagination et de capacités à vous projeter dans l’espace-temps.

À supposer que Satan existe, pourquoi ne serait-il pas patient ? Pourquoi ne conquerrait-il pas les nations les unes après les autres ? Pourquoi n’userait-il pas des mêmes stratagèmes militaires ou politiques que nous, alors que nous sommes censés lui devoir pas mal de nos ruses ? Avec toutefois cet avantage incomparable qu’il aurait lui le temps, beaucoup de temps, infiniment de temps…

De même, toujours d’un point de vue strictement religieux, à considérer que Jésus de Nazareth soit le Christ, le Messie des écritures bibliques, qui vous dit que l’antéchrist n’est pas déjà venu sur Terre lui aussi, et que son règne ne prospère pas depuis qu’il a ouvert les portes de l’enfer. Par conséquent pourquoi cet antéchrist ne serait-il pas Mahomet ? Cet « homme du péché », ce « fils de la perdition » (2Th 2:3) qui « nie que Jésus est le Christ » (1Jn 2:22) ressuscité.

Après tout, religieusement parlant, tout l’oppose au Christ. Des preuves ? En voici quelques unes !

Jésus ne convertissait que par la parole, n’hésitant pas à tendre sa joue gauche quand on lui giflait la joue droite ; Mahomet n’hésitait pas à recourir à l’épée, à trancher les mains et les langues qui le giflaient, à faire assassiner ses opposants et à exterminer des tribus entières. Épée que Mahomet utilisa pour unifier son royaume terrestre alors que celui de Jésus ne serait pas de ce monde.

Pour répondre à l’épée de Mahomet d’aucuns me parleront du « je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée » de Jésus ainsi que de son bâton. Je leur rétorquerai que ceux qui connaissent un tant soit peu la parabole de l'épée savent que cette lame n’était en rien l’outil du pouvoir du Christ ou de sa volonté de soumettre l’Homme mais bien l’une des conséquences prévisibles de la radicalité de son message d’Amour. Un message capable de diviser tel un couteau tranchant le pain, ceux qui l’accepteront de ceux qui le refuseront. Un message si radical qu’il en tranchera même des liens familiaux.

Quant au bâton, dont il se servit dans le temple pour chasser les marchands, il ne l’utilisa que pour renverser des tables et non pas pour verser le sang.

Les marchands. Alors que Jésus les chassait du sacré, Mahomet faisait commerce avec eux, les pillait ou les tuait pour son propre compte. « Le butin » est son message. Mahomet était un marchand. Un marchand que Jésus aurait chassé du temple.

Jésus était célibataire ; Mahomet polygame. Jésus guérissait, Mahomet assassinait. Mahomet fit de la pierre une arme ; Jésus fit baisser les bras de ceux qui les charriaient. Jésus bénit l’enfance ; Mahomet la souilla de sa perversion. Jésus prêchait la paix et l’amour ; Mahomet la guerre et la soumission. Jésus est alliance ; Mahomet un esclavage. Un inventaire ouvert que l’on terminera ici par un Jésus est le jour, la lumière de l'Esprit ; Mahomet l’astre de la nuit. Deux cornes en croissant de lune pour marque de la bête.

Ce faisant, il est totalement incongru de penser ou même de croire que Jésus et Mahomet servaient la même divinité. Celle de Mahomet, Allah, ne peut que participer de la racine du m-Al, trouver son écho dans les noms de pas mal de démons. Alocer comme Alastor, préfets des enfers. Il ne s’agit en rien du même dieu. Ce que confirment ironiquement les autorités islamiques de Malaisie. Celles-ci ayant interdit en 2007, à un hebdomadaire catholique de langue malaise, l’utilisation du mot « Allah » pour désigner Dieu.

« Les chrétiens ne peuvent pas utiliser le mot Allah, qui ne s’applique qu’aux musulmans. Allah est seulement pour le dieu musulman (…) L’hebdomadaire devrait plutôt utiliser le mot « Tuhan » qui est le terme générique pour Dieu ». Telles ont été les déclarations de Monsieur Din Che Yusoff, un haut fonctionnaire de l’unité de contrôle des publications du Ministère de la Sécurité intérieure de Malaisie. Tout à fait d’accord avec lui. « Allah » n’est pas « Tuhan ».

Certains prétendent que la meilleure ruse du Diable fut de faire croire qu’il n’existait pas. Je prétends-moi que sa plus géniale trouvaille fut de se faire Dieu en faisant main basse sur tout le legs judéo-chrétien. De se faire Dieu en se donnant un prophète digne de sa folie. Car si Mahomet est bien le sceau d’une quelconque prophétie, il est le sot qui a ouvert les portes des enfers pour les centaines d’années prévues au scénario eschatologique. Des centaines d’années pendant lesquelles des troupes infernales, diablement humaines, progresseront rapidement comme lentement, rageusement ou patiemment, toujours avec malice.

Tiens, histoire de faire également plaisir à ceux qui aiment les chiffres symboliques, il est curieux de constater que si on additionne l’age de Jésus lors de sa mort, 33, avec l’année de décès de Mahomet, autour de 632, on atteint 666, le chiffre de la bête. Étonnant non ! Par conséquent ne cherchez plus le Necronomicon ou tout autre bible satanique puisque vous avez le Coran, le Necoranomicon…

En conclusion, si l’islam est bien un fascisme d’un point de vue politique, il ne peut apparaître également que comme un satanisme selon une grille d’analyse religieuse.

Aussi, pendant que nous nous chargeons du volet politique, que les religieux s’occupent de prier pour que nos frères sous cette emprise puissent trouver les moyens de s’en libérer, au lieu de chercher querelle à la laïcité. Amen et Vade rétro Allah-stor !

Saint SILpeace

jeudi 22 décembre 2011

Kim Jong-il : « même la nature est en deuil » (cocos givrés, mon dessert préféré)


« Même la nature est en deuil ». Selon l’agence étatique d’information KCNA, d’étranges phénomènes naturels ont été observés en Corée du Nord depuis la mort de Kim Jong-il.

La glace a craqué sur un célèbre lac « tellement fort que cela semblait ébranler les Cieux et la Terre », et une lueur mystérieuse a été aperçue sur une montagne vénérée, toujours selon KCNA.

En effet, un message gravé sur la roche y brillait avec éclat, « mont Paektu, mont sacré de la révolution de Kim Jong-il. »

Le même jour, une grue de Mandchourie aurait adopté une posture de chagrin au pied d’une statue du père du défunt leader dans la ville de Hamhung.

« Même la grue semblait pleurer la disparition de Kim Jong-Il, née du ciel, après avoir volé bas au milieu de la nuit froide, incapable de l’oublier », a déclaré un cadre du régime, toujours selon KCNA.

Le culte de la personnalité entourant le père fondateur de la Corée du Nord et son fils leur confère un statut quasi divin.

source : BBC News, traduction partielle par bibi pour mes lecteurs chéris.

Sur la capacité des agences nord-coréennes à offrir des moments plaisants, lire ce vieux billet : "Communistic park, mes fous rires made in Pyongyang"

Kim Jong-Sil

mercredi 21 décembre 2011

Kim Jong-Il résurrection


Cliquez sur l'image pour agrandir. Plus d'explications par ici...

Quant à l’identité du (presque) prince (à peu près) charmant vous apprendrez qu’il s’agit du très fringuant Jimmy Carter (quel eternel guignol ce Carter).

Kim Jong-Sil

mardi 20 décembre 2011

Syrie : « George W Bush, tu nous manques »


Des manifestants syriens de la ville de Kafranbel, coutumiers des slogans percutants, adressent un nouveau message au monde et plus particulièrement à l’administration Obama :

« Les atermoiements d’Obama nous tuent. L’audace de Bush nous manque. Le monde est bien meilleur avec une Amérique républicaine. »

Bien envoyé ! (source)

John Portuguese Sillips

lundi 19 décembre 2011

« L’homme islamiste a la langue fourchue » Grand Sachem


1) Ghannouchi, ce qui attend les Tunisiens : ambigu. Voici ce que dit le président d’Ennahda. Modéré ou radical ?

Qui est Rached Ghannouchi ? Penseur islamiste fréquentable pour les uns, dangereux dissimulateur pour les autres, le fondateur et actuel président du parti Ennahda, vainqueur des récentes élections à l’Assemblée constituante tunisienne (89 sièges sur 217), est le personnage le plus contesté du pays. Un des plus mal connus aussi. Une petite histoire court les beaux quartiers de Tunis. Un Tunisien vient de décéder et arrive au paradis. Reçu par saint Pierre, il remarque que les murs de son bureau sont couverts d’horloges : « A quoi servent-elles ? interroge-t-il.

- Ce sont les horloges du mensonge, répond saint Pierre. Lorsqu’une personne dit un mensonge, son horloge personnelle avance d’une heure. Celle de Mère Teresa est bloquée sur midi, car elle n’a jamais menti. Celle de Martin Luther King marque 2 heures, car il a proféré deux mensonges.
- Je ne vois pas celle de Ghannouchi ?
- Elle se trouve dans le bureau de Jésus, il l’utilise comme ventilateur. » (pour en savoir plus...)

2) un excellent article, tout y est dit assez brièvement : « Les islamistes, sans naïveté ni cynisme » par Frédéric Pons

La vague islamiste qui submerge le monde arabe, de Rabat au Caire, ouvre une page nouvelle. Il faut la comprendre, sans naïveté ni cynisme. À la différence du christianisme (« rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »), l’islam traditionnel ne fait pas de distinction entre le temporel et le spirituel.

Il a réponse à tout et vocation à tout régenter, de l’individu à la société, dans le cadre de la charia. Appliquée intégralement, cette “loi de l’islam” est d’essence totalitaire, corsetant la vie individuelle et sociale par le “légitime” et l’“illégitime”. Les musulmans réformistes sont conscients de cette difficulté. Ils veulent moderniser l’islam. Les musulmans inté­gristes – les islamistes – veulent au contraire islamiser la modernité, ce qui signifie réislamiser les sociétés. (pour en savoir plus...)

dimanche 18 décembre 2011

Aimer c’est accepter de perdre le Contrôle



Suite à mes récents billets « sono un imbranato, je suis un empoté » et « la très puissante magie d’un regard », ma chère Madame d’Aucune me fait remarquer deux choses intéressantes :

1) À l’évidence, l’amour semble inspirer le cœur mais aussi le cerveau des plus grands penseurs de leur immeuble, dans mon genre, mais aussi celui de penseurs plus secondaires, tels que mon bon maître Alain Finkielkraut (« l'amour, c'est le fait d'éprouver un autre être comme irremplaçable et de le lui déclarer ») ou encore ce cher Pascal Bruckner (« le paradoxe amoureux »).

Oui, il semblerait que nous soyons quelques uns, non seulement à nous interroger sur les articulations possibles entre amour et liberté, mais surtout à avoir fait notre, l’un des désirs du roi Salomon, celui de bénéficier un jour d’un « cœur intelligent ». Ceci expliquant peut-être cela.

2) Que ma prose parait donner raison à une vieille citation de Paulo Coelho: « aimer c’est perdre le contrôle ». Je suis bien d’accord. Aimer c’est tout le contraire de calculer…

Ajoutons à ceci la suite logique : « l'art du sexe est l'art de contrôler la perte de contrôle », ce qui me va très bien aussi… you take my self, you take my self control...

SILove symbol ;-)

samedi 17 décembre 2011

Saturday night tender avec Diana Krall : la très puissante magie d’un regard



Bien plus que l’attirance physique, aussi puissante qu’elle puisse être, rien ne me fascinera jamais autant que cette si rare alchimie des regards susceptible de se produire entre deux êtres humains.

Deux êtres qui plongent l’un dans l’autre, sans que rien ne les y prépare, sans crier gare, à travers ces fenêtres de l’âme que seraient nos yeux.

Deux âmes qui semblent se reconnaître, qui demandent soudainement ou bien progressivement, à se toucher, se livrer, s’enlacer, sans mot dire. Fascinant !

« The look of love » : L’expression de l’amour selon Diana Krall, une superbe interprétation d’une superbe chanson (traduction ici) par une chanteuse non moins superbe…

Clignement de SIL

vendredi 16 décembre 2011

Profs : oui à l’évaluation… de leur état de santé


Vous ne le savez peut-être pas mais figurez-vous que les enseignants, ces professionnels soumis à des conditions de travail de plus en plus difficiles et sujets dans une trop grande proportion à des troubles psycho-sociaux, histoire d’utiliser un euphémisme technicien pour décrire des souffrances souvent aigües, figurez-vous, disais-je, que les professeurs ne bénéficient toujours pas d’un service de médecine du travail.

Tout bonnement scandaleux, non ?

Alors, pour le coup, oui à leur évaluation, mais d’un point de vue de la santé au travail. On verra après s’agissant de faire plaisir aux tendances petits-chefaillons de l’administration

AsclepioSIL

jeudi 15 décembre 2011

Charlie Hebdo vendu sous le manteau


Y’a pas à dire, nous vivons une époque formidable. Une époque où les donneurs de leçons n’ont visiblement tiré aucune de l’histoire.

Ce matin, alors que je m’en allais d’un pas benoît acquérir le tout dernier Charlie Hebdo auprès de mon kiosquier préféré, planté là, au beau milieu d’un quartier que des esprits faciles qualifieront de difficile, je remarque que mon bon Charlie est absent du présentoir situé en devanture de son commerce.

Surpris, je lui signifie mon étonnement et lui demande si tonton Charlie a connu un problème de distribution. Sa réaction ne manqua pas de m’étonner encore plus. En fait, je n’étais qu’au début de mes surprises (encore qu’après coup, pas tant que ça).

Un peu gêné, il me tend un exemplaire pris derrière son étal. Remarquant son embarras, je lui demande pourquoi il me sert mon Charlie un peu comme s’il me vendait une parution pornographique ultra-trash.

Après un petit coup d'oeil, comme pour voir si notre conversation risquait ou non de tomber dans les oreilles sourdes à tout humour, il me dit avoir reçu des menaces. Plusieurs esprits difficiles de ce quartier populaire sont venus lui demander de retirer les Charlie des présentoirs faute de quoi sa boutique risquait de partager le même sort que les locaux de l’hebdomadaire.

Me voilà littéralement sur le cul. Sur le cul sans savoir que mon coccyx allait devoir creuser, étant donné qu’il m’explique alors qu’il n’est pas le seul dans ce cas. Plusieurs de ses collègues, présents dans des quartiers en voie de monoculturalisation islamiste grâce aux tenants d'un multiculturalisme béat, lui ont fait part de situations semblables.

Si tout cela s’avère bien vrai, nous voilà pour le coup comme retournant, peu à peu, petite lampe caillassée après petite bougie soufflée, aux heures les plus sombres de notre histoire. Et dire qu’il y a encore dans ce pays moult ahuris pour ne pas voir où se situe un très éclatant fascisme. Va falloir se réveiller, c’est moi, et pas seulement, qui vous le dit. Se réveiller et vite…

SILidim le Magnifique

mercredi 14 décembre 2011

Le petit jeu du jour


Obama : Give me Republicans’ Email Addresses… (Donnez-moi des adresses mail républicaines…)

Le jeu : Remplacez « Obama » par George W Bush et « republicans » par democrats, et imaginez, à une époque pas si lointaine, les titres de notre presse pavlovienne en mal d’indignations selectives…

La petite explication : les équipes de campagne présidentielle d’Obama cherchent à collecter des adresses e-mail de républicains en invitant les partisans démocrates à adresser des informations sur leurs relations républicaines vers le site d’Obama 2012. Cette initiative pourrait aider la campagne d’Obama à établir une base de données qui lui permettrait de cibler les électeurs républicains pendant la campagne des élections générales (pour en savoir plus…)

John Portuguese Sillips

mardi 13 décembre 2011

La France : une petite « idée » juste bonne à « parier »


J’écoutais chez Yves Calvi, lundi soir dans son émission « mots croisés », cette épave du gauchisme qu’est Serge July et l’autre tête à claques (un sujet à la mode au PS) du sotialisme qu’est Julien Dray, nous expliquer qu’ils sont favorables au droit de vote des étrangers pour la bonne raison que c’est faire là un bon pari en matière d’intégration.

Un pari… un pari. Alors que je fulmine, je me dis, finalement, qu’il n’y a là rien de bien étonnant. Après tout, ce genre de lascars ont toujours aimé parier avec l’argent des autres, et comme la France n’est pas vraiment leur pays, ils font de même avec elle, ils parient avec ce qui n’est pas à eux.

Car toujours selon eux, figurez vous que la France ne serait qu’un universalisme, pire, juste une idée, l’idée égoïste qu’ils s’en font.

Passons sur cet universalisme français, qui comme tous les autres universalismes ethnocentrés m’a toujours bien fait rire, pour nous concentrer sur cette France décharnée, désâmée, dépersonnifiée, réduite à un vague objet politique, à l’idée que chaque imbécile s’en ferait.

Et histoire de montrer à quel point le propos de ce genre de gauchiste est aussi stupide que pervers, imaginons un type, du même genre, qui dirait à une femme :

« Ce que j’aime chez toi, ce n’est pas toi, ton être, ton essence, ton éventuelle beauté, classe, intelligence, esprit, idées, ta voix, tes propos, ce que tu a fais de ton histoire, ce que tu fais pour ton futur, tout ce qui fait ton identité, mais plutôt la petite idée egocentrique que je me fais de toi ? »

Imaginons surtout la réaction qui semblerait la plus légitime. Une bonne paire de claques, non ?

Mais aussi de dire à ces gens-là de soigner leurs petites pathologies mentales au lieu de vouloir s’occuper des problèmes de la France, non ?

ClémenSIL

lundi 12 décembre 2011

De l’universalisme français


De l’universalisme français,
Je me demandais…
Ce qu’en pensaient les extraterrestres
.

Han SILo

Car entre nous, aux petits universalismes ethnocentrés de type français, anglo-saxon, eurintelo-marxiste, catholique-romain ou arabo-islamique, je préfère largement l’universalisme humaniste cher à mon bon Socrate.

Celui stipulant que les humains, de tout coin de la planète, sont susceptibles de produire des raisonnements similaires et donc des valeurs communes, pour la très simple raison qu’ils partagent la même capacité à raisonner.

dimanche 11 décembre 2011

Chaîne alimentaire


La prédation microbienne ou
Lorsque la petite bête,
Cherche à manger la grosse…


Week-end de merde grâce à un microbe intestinal… un grand merci à lui…

AsclépioSIL

samedi 10 décembre 2011

La fièvre du samedi soir : Balkan girls (Dace Dance)



Histoire de rappeler que la Roumanie n’a pas que des voleurs de poules ou à la tire à exporter. Avec la ‘dance’ pour richesse nationale, on peut même dire que le PIB dace ne va pas tarder à grimper en flèche.

Un post avec de l’Inna, de l’Alexandra Stan, de l’Andra, et de l’Andreea Balan, dedans…

1) Après Mr Saxobeat, vous trouverez ici le nouveau carton de la délicieuse Alexandra Stan « Get back »

2) Au nouvel hit d’Inna « un momento », même pas bon visuellement, je préfère son tube précédent « sun is up » qui avait au moins l’avantage d’être plutôt glamour.

3) Andreea Balan, un regard à se damner. Voir ci-dessus. Remarquez, il n’y a pas que les yeux que l’on suivrait jusqu’en Enfer…

4) Ce que j’aime le plus chez Andra (ci-dessous), ce sont ses danseuses. « Telephone ». Hot, hot, hot-line…

A part ça, depuis quelques temps, la Roumanie exporte également de très bons artisans du BTP. Nos locaux n’ont qu’à bien se tenir…

vendredi 9 décembre 2011

9 décembre : journée de la laïcité


Ayant eu la chance de participer à un séminaire sur la laïcité, organisé ces deux derniers jours par le Haut Conseil à l’Intégration, à l’occasion de l’anniversaire de la loi de 1905, je vous offrirai sous peu un petit compte-rendu maison.

Encore que « chance » ne soit pas vraiment le terme approprié. Histoire de tout vous dire, comme pour ma précédente introduction dans les cénacles du pouvoir, j’ai dû coucher pour m’y insérer.

Mais bon, vu que c’est toujours un plaisir, je ne vais pas vraiment m’en plaindre, bien au contraire…

Sil grand rapporteur ou petit reporter, je ne sais plus…

jeudi 8 décembre 2011

FDesouche piraté par l’Elysée ou bien la rue Solferino…


« Depuis près d’une semaine, notre blog est victime d’une attaque informatique de grande ampleur. 
A quelques mois de l’élection présidentielle, ce piratage n’a rien d’anodin. Il a d’ailleurs été préparé – il faut bien le reconnaître – avec le plus grand soin. » FDS

FDesouche tout à sa paranoïa et à sa mégalomanie croit savoir qu’il a été piraté par les principaux acteurs politiques à craindre l’influence que cet illustre site d’information pourrait avoir sur l’élection présidentielle. Quelle bande de guignols ! Comme s’ils étaient les seuls à subir des attaques informatiques.

En fait, nos Fafounets Desouche me rappellent « les Benny B », ce vieux groupe de rap belge des années 80, dont on apprenait régulièrement la mort dans un accident de voiture, histoire sans doute de doper les ventes…

SILerse

mercredi 7 décembre 2011

VGE : the frenchouille spirit a encore frappé



Reprenant la thèse de Laurence Parisot au sujet du grand complot financier dont la zone euro serait victime, et semblant ignorer les effets positifs et négatifs de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 qu’il a fait voter, Valéry Giscard d’Estaing a soutenu le 28 novembre dernier sur l’antenne du Grand Journal de Canal +, « que la spéculation en Europe serait le fait de banques et d’officines Américaines ».

Histoire de me montrer aussi pédagogue que ce genre de discours peut être puéril, rappelons deux petites évidences :

Que nous n’ayons pas toujours les mêmes intérêts économiques que nos cousins américains ou autres, que nos positions et choix économiques puissent être parfois antagonistes, et que chaque « officine » joue la partie qui lui paraît la plus lucrative, est une évidence.

Par contre, parler de complot, de manipulation ou de manœuvres spéculatives qui auraient pour éventuel objectif celui de nous mettre dans de sales draps économiques, en plus de tenir du discours populiste, infantile, paranoïaque ou du loser incapable d’assumer des choix politiques et par conséquent de devenir force de propositions, fait tout simplement fi du fait qu’étant donné l’imbrication de nos économies, porter un coup sévère à l’européenne signifierait porter un contrecoup assez rude à l’américaine.

Bref, c’est moi qui délire ou bien c’est pourtant évident ?

mardi 6 décembre 2011

Ainsi parlait Zarathoustra : ce qui est bon est juste (et vice-versa)


Il fut un temps ancien où nos cousins Perses, avant de se voir entrainés dans la pathologie islamique, possédaient parmi leurs valeurs cette maxime zoroastrienne que je tente de faire mienne depuis des années :

« Humata, Hukhta, Huvarshta »,
soit « la pensée juste, la parole juste, l’action juste »

Puissent-ils redécouvrir cette vieille sagesse afin d’éviter de futures folies…

Hvare SILra

lundi 5 décembre 2011

Tant Eva la cruche écolo qu’à la fin, elle nous les brise


Oui, Eva Joly a raison, voilà une très vilaine attaque raciste que celle consistant à singer son accent. C’est que, histoire de continuer dans l’aveu, dans notre beau pays métissé, nous n’aimons pas les représentants des races supérieures venus du nord, tous ces bâtards d’aryens aux accents consanguins. Circonstance atténuante ou pas, chez nous, on aime le brun, le mulâtre, on préfère les accents du sud, ceux réellement exotiques…

Mais non, je plaisante. En dehors du fait que le billet de Patrick Besson est plutôt rigolo, et absolument pas xénophobe, toute cette histoire est juste une preuve supplémentaire que Madame Joly n’a toujours rien compris au pays qu’elle rêve de présider.

Un pays où on aime les accents, où on adore en rire. Pour le constater, il suffit de voir le nombre de comiques qui en jouent (les « Inconnus » avec l’accent antillais, la kyrielle de comiques marseillais, Coluche et l’accent titi parisien), des films qui s’en font l’écho (« bienvenu chez les ch’tis », « la vérité si je mens »…), ainsi que le fond humoristique populaire qui en regorge. Par contre pour s’en rendre compte, il faut aimer un peu ce pays et ses gens, chose dont Madame Joly et ses Gremlins Verts-tout-moisis semblent incapables.

Sinon, je constate qu’à ce jour, personne ne s’est attaqué à son physique particulièrement ingrat, et ce alors que notre président actuel a subi tant d’avanies de ce côté-là. De quoi me demander si cette attitude discriminatoire ne cacherait pas quelque relent xénophobe…

Silly Peltzer

dimanche 4 décembre 2011

Saturday night tender avec Tiziano Ferro : “sono un imbranato”



Au gré d’un enchainement aléatoire, parmi les centaines de chansons stockées, un vieux titre se trouve mis en lecture par mon iPod. Dès les premières notes, un sourire se glisse sur mon visage. « Sono un imbranato », « je suis un empoté » de Tiziano Ferro. Tout moi, mis en chanson.

« (…) E scusa se non parlo piano ; ma se non urlo muoio ; non so se sai che ti amo… E scusami se rido, dall'imbarazzo cedo ; ti guardo fisso e tremor ; all'idea di averti accanto ; e sentirmi tuo soltanto ; e sono qui che parlo emozionato… e sono un imbranato ! »


« (…) Et excuse-moi si je ne parle pas doucement ; mais si je n'hurle pas j’en crève ; sais-tu seulement que je t'aime… Et excuse-moi si j’en ris, si je cède à l'embarras ; je te regarde fixement et je tremble ; à l'idée de t'avoir à mes côtés ; de me savoir rien qu’à toi ; me voici ici, te parlant avec émoi... je suis si maladroit ! »

Empoté, maladroit, c’est exactement ça. Moi d’ordinaire si furtif et implacable sur le terrain des combats, deviens pour ainsi dire aussi balourd que vulnérable sur celui de l’amour. Remarquez, cela ne me dérange pas plus que cela. Il n’y a que de cette façon que je le conçois.

Car si j’envisage volontiers d’avoir à manipuler ou mettre à genoux les ennemis du genre humain, je n’ai jamais supporté l’emploi d’un langage conquérant, chasseur ou collectionneur, en matière de sentiments.

« Conquérir le coeur de quelqu’un », « nulle citadelle n’est imprenable », voilà des formules qui m’ont toujours inspiré un profond mépris. Tout comme ont toujours constitué pour moi, des actes de haute trahison sentimentale, les minauderies, les « je t’aime, moi non plus », la manipulation, ou toutes ces petites et grande manœuvres amoureuses s’écartant du domaine de la simple séduction.

L’amour, le désir, l’attachement, n’est beau qu’ainsi, énoncé aussi délicatement que possible, de la façon la moins intrusive qui soit, de celle qui me pousse à préférer caresser ses doigts du regard plutôt que de lui forcer la main, mais néanmoins le cœur à découvert, les cartes sur la table, loin d’un poker-menteur, debout, l’âme à nu, l’armure au vestiaire. La base de toute discussion sincère, d’un respect mutuel, quelle qu’en soit l’issue de l’aveu.

Cela étant dit, même brutal ou hurleur, je le préfèrerai toujours à des émois froids, fourbes, lâches ou fuyants. « …E scusa se non parlo piano ; ma se non urlo muoio ; non so se sai che ti amo… » En effet, au moins c’est clair… Bravo jeune homme !

SILimbranato

samedi 3 décembre 2011

Le Républicoin fait du bruit dans le Landerneau


Cette semaine, comme le démontre l’image ci-dessus, le Landerneau s’est connecté au Republicoin, preuve officielle, s’il en fallait, que le Republicoin agite désormais le Landerneau.

SILanderneau

vendredi 2 décembre 2011

Oui aux mariages théosexuels et à tous les droits qui vont avec (histoire de faire genre)


Dieux que c’est beau la modernité, sniff, sniff ! Excusez-moi mais j’écris les yeux emplis de larmes. Ce n’est pas très pratique pour tapoter sur mon clavier, mais là c’est irrépressible. Cela m’arrive parfois. Par exemple lorsque je me dis « dieux que c’est beau la modernité, absolument toute la modernité, et plus particulièrement ces jolies petites fuites en avant égocentriques ou autres acquis sociétaux que nous accordent sans discuter nos si permissifs papa-Etats modernes ». Je parle par exemple du mariage homosexuel qui après avoir été accordé dernièrement aux Portugays vient de l’être tout récemment par l’Argentine. J’en suis tout ému car je vais pouvoir faire progresser mes droits et plus globalement celui des hominidés dans et de mon genre. Je vais me gêner, tiens ! Après tout, il n’y a pas de raison que je cède encore une fois à ma dignité maladive, en ne réclamant pas mon dû, mon droit, ne serait-ce qu’au nom de l’égalité des droits. Allons-y. Taïaut ! Taïaut !

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je ne tape que dans la déesse. Non, non, il ne s’agit en rien d’une variété particulièrement délirante d’érotomanie mais bien d’un fait. Je ne sors qu’avec des déesses. C’est comme ça. Un peu de tolérance, je vous prie. Après tout chacun ses goûts, qu’ils soient naturels ou surnaturels. Et puis que voulez-vous, les déesses sont les seules à savoir me prendre, à pouvoir me comprendre, les seules à apprécier toute la complexité, subtilité, et puissance de mon essence. Mais je sens que je vous perds, que vous ne voulez pas entendre cela, voir cette aveuglante réalité en face, en vils réactionnaires théophilophobes que vous êtes. Dieux que c’est laid !

En tout cas, que vous soyez en mesure d’admettre un tel genre ou pas, le fait est que je vis depuis de nombreuses années une magnifique histoire d’amour avec la déesse Athéna. Une passion entrecoupée de coups de folie qui me poussent parfois à aller voir du côté des mortelles, mais qui ne m’empêchent pas pour autant d’affirmer qu’entre Athéna et moi, il s’agit bien là d’une affaire qui roule.

« Pourquoi de tels coups de folie quand on a la chance d’être aimé par la déesse de la sagesse ? » me demanderont les meilleurs d’entre vous.

C’est pourtant simple, très chers simples mortels. L’impossibilité de voir notre union reconnue par la société, ainsi que celle concomitante de toute parentalité, crée une certaine instabilité dans notre couple.

Ce que les choses seraient bien plus simples et merveilleuses si nous pouvions nous marier en Mairie et adopter des petits Athéniens. La cérémonie serait magnifique. Mes amis théophiles verraient à quel point ma déesse est belle dans sa robe hellène tissée de ses propres mains. Ils pourraient assister à l’impensable, une déesse disant oui et jurant fidélité non pas devant les dieux mais devant les hommes. Énorme, non ? Quant aux invités les plus primitifs, incapables de percevoir cette divine présence, ils auraient droit à celle d’une magnifique statue taillée pour l’occasion. Sans compter que nos enfants adoptifs ou conçus par voie de mère porteuse, seraient élevés dans la sagesse, la raison, le goût des sciences et de l’art du self-défense, mais aussi de la spiritualité. Quelle atmosphère plus saine peut-on rêver pour des enfants ?

Aussi je demande aux pouvoirs publics d’adapter le code civil à cette très raisonnable supplique. C’est qu’il en va de la sauvegarde de notre civilisation. Mais si voyons !

Allez, je saurai me montrer grand prince. Je vous accorde six mois pour le faire, histoire qu'en juillet prochain, pour la saison des panathénées, fêtes dédiées à ma déesse, je puisse convoler en justes noces. Et puis de vous à moi, Athéna m’a promis sa divine virginité si jamais j’accomplissais un tel exploit. Mais chut, cela reste entre nous. Allez dites oui bon sang !

SILruy chevalier d'Athena ;-)

Pour des arguments un peu plus sérieux mais aussi réellement progressistes sur cette question homoparentale, prière de lire le précédent mais non moins excellent billet « pro-vie, putain les homos aussi ». Profitez-en, je suis encore un peu de gauche, alors c’est gratuit.



jeudi 1 décembre 2011

Hiver islamiste : nos zpécialistes n’ont rien vu venir


Egypte: les Frères musulmans en tête (47%)

(…) « Dans plusieurs circonscriptions, notamment dans les zones rurales, les islamistes semblent arriver en tête, alors que leurs chances s’amenuisent dans les grandes villes », écrit le journal Al Ahram.

« Les premiers signes montrent que le PLJ (Frères musulmans) est crédité de 47% des voix tandis que le Bloc Egyptien (Libéraux) remporterait 22% », d’après Al Chourouq (indépendant). Selon Al Masri al Yom (indépendant), les premières estimations montrent également le PLJ en tête, tandis que les salafistes et les libéraux se disputent la deuxième place. (pour en savoir plus…)

Oh, et bien pour une surprise voilà encore une absence totale de surprise.

Quand je pense que (presque tous) nos spécialistes maison, et autres couillons à la Pascal Boniface, nous annonçaient très doctement au début du printemps, et même en plein été, que les islamistes pouvaient espérer récolter en Egypte, grand maximum, 25% des suffrages, faisant de ces fascistes à barbe, un non danger.

Si tous ces tocards disposaient d’un minimum d’honneur, il démissionneraient de leurs postes financés par de trop généreux et tolérants contribuables, et s’en iraient honorer les mouches en plein désert, au lieu de continuer à venir pérorer sur les plateaux télé. Mais ça, faut vraiment pas rêver…


Sil Fernandes

Addendum "Hiver islamiste"© : aux chroniqueurs du monde entier, prière de penser à mes droits d’auteurs, et de passer à la caisse pour ce concept historique qui appartient à bibi. Google étant prié de mieux référencer ce concept sur son moteur de recherche. La première place me revient de droit. Merci d'avance, non mais...

mercredi 30 novembre 2011

La Femme dans la peau


Difficile de ne pas avoir la femme dans la peau. Très difficile même. D’ailleurs je suis persuadé que Dieu est soit profondément hétérosexuel soit lesbienne. Non mais regardons nous les hommes. Même si globalement le mâle n’est trop mal fichu, pourquoi le Concepteur nous a-t-il collé au beau milieu du corps un appareil génital aussi pendouillant qu’inesthétique. Une sainte horreur ! Et que l’on ne me dise pas qu’il ne pouvait pas faire autrement pour maintenir les testicules à une température qui permette de conserver notre descendance au frais. Oui, trêve d’excuses bidons pour la bonne raison que tout le bazar de mes divins félins se trouve à l’intérieur. CQFD, Dieu après s’être appliqué sur la femme a bâclé l’homme parce qu’il est soit hétérosexuel soit lesbienne. Comme moi quoi !

Oui, j’ai la femme dans la peau. La femme, c’est plus fort que moi. Pas toutes, je vous l’accorde, mais celles qui me scotchent littéralement, oui. En leur présence, je me sens d’ailleurs comme superman au contact de la kryptonite, affaibli, perdant une partie de mes moyens, intimidé, troublé, la mâchoire du bas légèrement décrochée et le regard un tantinet hagard.

Tiens, illustrant cela, je me souviens de la fois où je suis rentré dans un bureau plongé dans la pénombre, tombant alors sur une reine brune qui en se tournant vers moi m’a laissé aussi coi que stupéfait, la mâchoire du bas légèrement décrochée et le regard hagard. Je devais avoir l’air aussi con qu’interdit. Sans doute étonnée, elle me demandait « ça va ». Me ressaisissant, j’ai répondu que oui alors que j’avais plutôt envie de dire « tu es encore plus belle dans la pénombre, une chose aussi rare que précieuse ». Ah, ce que la brute épaisse et velue que je suis peut aimer se sentir vulnérable, un peu défait, ces courts instants, avant de se draper fissa dans sa dignité toute guerrière.

Leur présence. Et je ne vous parle pas de la démarche, de la voix de ses mêmes femmes envoûtantes ; ni de leur regard où l’on retrouve aussi bien la fragilité de la petite fille apeurée que la fierté des déesses-mères ; ni de leur parfum, ou de leur si délicieuse saveur intime ; ni du grain de leur peau, et de la douceur de leur duvet.

Ce que je peux aimer y promener mes doigts. Que ce soit au milieu de sa chevelure, sur le lobe de ses oreilles, sur ses lèvres ; pianoter sur sa nuque, sur son dos, sur son ventre, m’attarder sur ses seins, en reconnaître le moindre détail, jouer avec et les faire miens ; puis perdre toute raison sur ses cuisses, son séant, les mains avides de ce contact, de cette préhension ; avides de toutes les sensations qu’elle me livre, jusqu’à la délivrance. J’aime exploser en elle, m’y abandonner. Autant que de la voir jouir, ses cornées se fissurant comme des boucliers ; la voir lâcher prise puis se recroqueviller, tremblotante, se réfugiant dans mes bras, la boucle ainsi bouclée, l’harmonie alors parfaite.

C’est certain, j’ai la femme dans la peau. Brune elle est mon yang, blonde elle est mon yin. Elle tourne en moi comme l’alpha et l’oméga, me rend aussi fou que sage, me capture et me libère, me comble et me vide, m’assombrit et m’éclaire ; mes plus jolies joies, mes plus belles peines, preuve ultime de son importance…

SILio Iglesias (photo "yin-yang" de Gino Quattrocchi)

mardi 29 novembre 2011

DSK : le complot, ça eût payé


« Il est beau, il est bon mon complot… allez… allez… messieurs dames… demandez mon complot »

Il y a que visiblement, le complot ça eût payé mais ça paye plus…

Thierry MeysSIL

lundi 28 novembre 2011

Et un Coming out historique, un ! (faute de genre)


Après en avoir longuement discuté avec ma femme, puis obtenu son accord pour le faire, apprenez que je me suis décidé à passer le Rubicon. Oui je fais mon Coming out. De toute façon, cela ne pouvait plus durer comme ça. Il fallait bien que je mette des mots sur ce que je vis intérieurement, un conflit particulièrement douloureux, pardon, je voulais dire délicieux. Oh oui, que je cherche à mettre des mots ou plutôt le doigt sur le mot car pour tout vous dire, ce n’est pas tant que je l’avais sur le bout de la langue mais plutôt qu’il n’existe pas encore. Mais je vous vois tout emberlificotés dans les méandres de mes circonvolutions narratives. Accouchons !

Apprenez messieurs et surtout mesdames que je suis une sorte de lesbienne, une femme dans un corps d’homme qui aime exclusivement les femmes. Un genre sans nom. Mais pas seulement, car bien qu’étant tout ce qu’il y a de plus caucasien comme garçon, intérieurement, je me sais non seulement lesbienne mais aussi Japonaise.

Comment en suis-je venu à cette conclusion incongrue ? À vrai dire, étant loin d’être con bien qu’aimant l’approcher, j’avais remarqué par quelques indices, tels qu’une Anima, un instinct et une langue de chat (et non de pute) aussi développés qu’assumés, que la conclusion susvisée pointait déjà le bout de son clitoris. Cependant, cela restait encore un peu latent. Latent jusqu’au jour où je suis tombé sur une vidéo lesbienne, dont je raffole, made in Japan, dont je suis fou. Une vidéo intitulée « sweet as honey » (http://www.tube8.com/lesbian/sweet-as-honey/69790/) « douces comme le miel ».

D’habitude, une vidéo porno, on s’en branle un peu de la qualité des images. Là non ! Je suis resté scotché à mon écran pendant les 10 minutes que dure la scène, totalement captivé par le spectacle. Deux jolies nippones délicieusement friponnes qui s’embrassent doucement, nerveusement, tendrement, goulûment, chaudement, langoureusement, les mains se baladant sur les chemisiers. Par Sappho, j’étais toute émoustillée.

À tel point que je me suis mis après ça, et en boucle, la chanson du groupe Mecano « une femme avec une femme », histoire de continuer à rêvasser. Or en l’écoutant, je me suis rappelé soudainement que j’avais déjà vécu, toute une soirée durant, une scène comme celle-là. L’une des plus belles de ma vie sexuelle. C’était certes non prémédité puisque la dame en question, alors mariée, n’avait pas voulu aller, ce soir-là, plus loin que ce jeu-là, pour se refuser à verser aussi totalement qu’immédiatement dans la félonie conjugale. Cependant je me souviens que je n’avais ressenti aucune frustration particulière. Loin de là. Ce jeu amoureux, aussi délicieux que le miel, m’avait comblé.

Alors « ça fait quoi d’être une lesbienne japonaise dans un corps d’homme caucasien ? »

Je ne vous cacherai pas que je préférerais l’enveloppe charnelle d’une jolie nippone, de préférence sévissant chez mon girls-band préféré, les « Morning Musume » (photo ci-dessus), mais ce n’est pas désagréable, non. Exception faite des aspects vestimentaires, étant donné que minimum de respect pour mon enveloppe masculine ainsi que pour l’esthétisme, oblige, je me refuse à m’habiller en femme, ce qui me manque. Sinon, histoire de rester encore un peu sur mon corps d’homme, je me dis parfois que Vénusia devait ressentir la même chose que moi lorsqu’elle pilotait le module amphibie de Goldorak. Ce qui n’est pas une critique, bien au contraire. Un module corporel tel que le mien, en cas d’agression contre la femme que je suis, ça peut toujours être très utile. Et puis j’avoue pour conclure qu’étant le genre de Japonaise à aimer vivre mes expériences à fond, le fait d’apprendre à maîtriser un pénis, c’est assez bandant comme affaire. Quelle lesbienne n’en a jamais rêvé…

AmateraSIL

dimanche 27 novembre 2011

La fièvre du samedi soir dans un IRM : un orgasme et tout s’éclaire



Au rayon nouvelles expressions érotiques voici :

- Dis-moi chérie, ça te dirait qu’avec ma grosse guirlande, je transforme ton cerveau en sapin de Noël ?
- Oh oui, mon amour, prends-moi la tête…


Rocco SILffredi

VIDÉO – Grâce à l’IRM fonctionnelle, des chercheurs américains ont réalisé une vidéo spectaculaire montrant l’illumination du cerveau au cours de l’orgasme.

L’orgasme de Nan Wise enregistré enIRM fonctionnelle pourrait devenir la vidéo de l’année. On y voit le cerveau de cette femme de 54 ans, initialement au repos (en rouge), s’activer progressivement (en jaune) alors qu’elle s’autostimule dans l’intimité de la machine, pour terminer par une illumination de la quasi totalité des structures cérébrales (en blanc, le maximum d’activité) au moment du pic orgasmique, avant l’apaisement post-orgasmique. La vidéo montre deux séquences, de profil puis de face, du phénomène.(plus dans Le Figaro…)

samedi 26 novembre 2011

Mon Temple d’or


1) Excision et commercialisation de clitoris au Burkina Faso :

"Daouda n’a pas nié son acte. Il avoue qu’il a effectivement porté atteinte aux organes génitaux des quatre filles dont l’âge est compris entre 1 et 3 ans. Mieux, qu’il avait l’intention de commercialiser chaque clitoris à 150 000F. Parce que sa grande mère lui aurait confié que le clitoris attirait de l’or lorsqu’on le met dans une mine d’or." (source : Le Faso)

2) Quel antre plus beau que celui des femmes mériterait l’érection d’un monument ?

Aucun ! C’est pour cette raison, qu’à chaque fois que j’entends parler d’excision, je rêve de voir surgir un peu partout des temples à la gloire de l’intimité féminine.

Ils reprendraient de façon stylisée ses jolies formes florales ou son design. De quoi faire aussi bien dans le baroque que dans le zen, avec un majestueux clitoris pour clocher ou coupole, du sommet duquel s’écoulerait le fluide tiède d’une source sacrée. Quelle ablution plus douce que celle-ci ?

En parfait officiant, après un vibrant appel à la prière, je m’en irai susurrer en sa direction : « laisse-moi caresser la porte de ton temple d’or, d’un mot, d’un Sésame ouvre toi, du toucher, du regard, d’un baiser »…

Car au mur des lamentations, je préfère largement la porte des soupirs et la douceur de ta chambre pourpre. Les dieux m’en sont témoins. Plutôt qu’envers le saint des saints, je penche pour ton Intime. Ainsi soit-il…

Frère SILas

Quand soudain, un oasis…

vendredi 25 novembre 2011

Demain on rase gratis


N’oublions pas l’essentiel : mon programme pour les islamistes...

Il barbiere di SILviglia

jeudi 24 novembre 2011

T’aimes pas les musulmans


« Au vu de tout ce que je lis de toi, je crois que tu n’aimes pas les musulmans », me dit un triste imbécile.

Penses-tu que je m’attaquerais avec une telle détermination aux chaines qui les entravent, que je chérirais à ce point l’avenir de leurs enfants, un avenir à partager avec les miens, tout en prenant un certain nombre de risques et pas des moindres, si je n’aimais pas la plupart des musulmans, finalement et au fond, bien plus qu’ils ne s’aiment eux-mêmes ?

Bref, arrête de croire, imbécile, et examine plutôt les évidences…

ImbéSIL heureux

mercredi 23 novembre 2011

Caricatures de Mahomet


Bonne nouvelle : plus besoin de dessiner des caricatures de Mahomet vu qu’il y en a de plus en plus dans nos rues. Il suffira désormais de les photographier.

C’est vrai ça, sans même parler des millions de musulmans à qui on a donné le prénom de leur prophète, regardez-moi tous ces clones d’un « beau modèle » qu’Allah aurait ordonné d’imiter en tout point…

Mais à par ça, tous ces abrutis de fanatiques ne baignent absolument pas dans l’idolâtrie la plus forcenée qui soit. Cette idolâtrie que l’islam est censé condamner par dessus tout. Préférant l’idolâtrie en chair et en os à celle en bois et stuc, ces débiles pensent peut-être que nous n’y verrons que du feu. Boudiou qu’ils sont cons ces barbus.

SILidim le Magnifique

mardi 22 novembre 2011

Demain j’installe la clim en Enfer (votez pour moi)


On me fait parfois remarquer que l’arrivée de Mahomet dans le paysage religieux arabe a induit quelques progrès, notamment pour les femmes de la péninsule. Par exemple, jusqu’alors, pas mal d’entre elles étaient ensablées vivantes à la naissance. Depuis Mahomet, les voilà emmurées jusqu’à leur mort, ce qui constitue, qu’on le veuille ou non, un sacré progrès.

Histoire de répondre par une petite parabole à cette judicieuse remarque, disons que la prise de contrôle par Mahomet du domaine politico-religieux s’est passée un peu comme si demain l’un des préfets des Enfers se lançait à la conquête du trône de Lucifer en promettant l’installation de la climatisation dans les demeures du Pandémonium ainsi que son activation 3 jours par an. Succès garanti, sans oublier le progrès que cela constituerait, en effet…

NaSILreddin Hodja

lundi 21 novembre 2011

samedi 19 novembre 2011

Elmahdy « la liberté ou la mort » (Aliaa Wakbar)


1) Afin de revendiquer sa liberté de femme, mais aussi de se faire «l’écho des cris contre une société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d’hypocrisie», Aliaa Elmahdy, une jeune Egyptienne qui se décrit comme « libérale et non religieuses », a décidé de poser nue sur son blog, en s’inspirant «des modèles qui posaient à la faculté des Beaux-Arts du Caire dans les années 1970».

«Regardez-vous dans un miroir », ajoute-t-elle sur son blog. « Pourquoi détestez-vous votre corps? Vous devez avoir un problème avec votre sexualité

Cette très courageuse jeune femme, qui défie le danger mortel véhiculé par les fascistes à barbe qui travaillent à la prise de contrôle de l’Egypte, est également l’amie de Karim Amer (photo ci-dessous), un blogueur alexandrin condamné en 2007 à quatre ans en prison pour avoir «insulté l’islam» sur son blog.


Bon courage et longue vie à vous deux… Avec mon plus profond respect…

2) Ces salopards de barbus ont fait savoir qu’ils nourrissent le désir préliminaire de châtier Aliaa de 80 coups de fouet (plus ici).

3) 40 Israéliennes ont posé dénudées afin de lui manifester leur soutien : « Amour sans frontières », voilà ce qu’indique la banderole (plus d'infos -en hébreu- par là).

Si seulement cette initiative pouvait prendre de l’ampleur à travers tout le monde libre

vendredi 18 novembre 2011

Luciano Benetton ou le pull dans la peau


J’adooooore la dernière campagne de pub Benetton. Par contre je trouve qu’il manque une affiche très en rapport avec la marque susvisée. La voici…


Après tout, moi aussi j’aime bien la provoc. Et puis, je me demandais comment réagiraient certaines sacro-saintes icônes commerciales si on les désacralisait un tantinet avec une très féroce campagne de publicité. Pas avec un procès pour atteinte à l’image quand même ? Et si on essayait pour voir.

D’autres idées de slogans : ‘Benetton ou la passion du pull’… ‘Benetton, au plus près de la matière première’… ‘Oh oui Luciano, empull-moi encore une fois !’…

Sill Bernbach

mercredi 16 novembre 2011

Les Juifs dirigent le Monde


Énième prise de tête du genre, cette fois-ci avec une tête de nœud qui n’aime pas les Chuifs mais qui cherche à en fréquenter parce qu’ils domineraient le monde.

« Les Chuifs sont partout » parait-il.

Oui, ils sont 13 millions dans le monde entier, dont près de la moitié en Israël. Avec un tel effet de masse, le péril étoile-jaune n’est vraiment pas loin. Ah j’oubliais, la plupart d‘entre eux, bien que reconnaissables à de très distinctifs traits physiques, se cacheraient sous des allures ordinaires. Certains analystes à la Thierry Meyssan ou à la Dieudonné évalueraient même le nombre total de Juifs à 3 milliards. Si c’est exact, nous voilà soit Chuifs, soit fichus. Toutefois les plus raisonnables d’entre ces dingos vous diront que ces 13 millions constituent surtout une élite mondiale. Ce qui en plus d’être raisonnable est tout à fait vrai. La plupart des Juifs que je connais ou que j’ai connu vit à ne pas en douter de façon élitiste, soit d’une manière extraordinairement banale ou bien d’une façon scandaleusement modeste. Boudiou, quel scandale ! D’autant plus lorsque l’on sait que toute cette aristocratie juive ne fout rien de la journée (à part diriger le monde, bien sûr), préférant vivre d’allocations judéo-sionistes.

« Le poids financier des Chuifs est gigantesque ».

Oui, en effet, et celui du gigantesque empire (20 000 km2 soit l’équivalent de la Sardaigne ou des 2/3 de la Belgique) qui leur sert de patrie, en est le parfait exemple. Avec un PIB global inferieur à celui du Portugal et un PIB par tête égal à celui des Grecs, on voit bien que ce délire antisémite tombe sous le sens. Remarquez, les Chuifs sont suffisamment fourbes pour planquer leur PIB au Liechtenstein. Un PIB essentiellement généré par leurs activités militaro-impérialistes et leurs trafics d’armes, se doit en effet d’être planqué dans des paradis fiscaux judéo-germaniques. Ben, oui, tous les gens un tant soit peu sérieux savent très bien que les dépenses militaires qu’Israël engage pour sa survie ne sont pas du tout un fardeau que ce pays souhaiterait le plus léger possible, et un frein à son développement économique qu’il cherche à lever, mais plutôt une source intarissable de revenus.

Moralité : au secours, je suis entouré de débiles…

SILomon

mardi 15 novembre 2011

Face à la folie furieuse des mollahs : optimisme ou pessimisme ?


Disons que la meilleure façon d’y répondre est peut-être de rappeler une vieille blague juive voulant qu’il y a un demi-siècle, les pessimistes ont fini à Brooklyn et les optimistes à Auschwitz

SILomon

lundi 14 novembre 2011

Raser Israël stabiliserait la région, c’est certain (ground zero)


Après avoir indiqué le dimanche 6 novembre qu’une attaque israélienne préventive « pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice pour la région », voici qu’Alain Juppé remet ça ce lundi 14, en déclarant que la volonté de l’Iran de se doter de l’arme nucléaire représentait « un danger majeur pour la stabilité de la région et pour la stabilité du monde » mais « qu’une intervention militaire serait pire que le mal et nous entraînerait dans une spirale non maîtrisable ».

Oui c’est sûr, tout cela est fort déplaisant voire même extrêmement fâcheux, et le mieux serait qu’Israël se laisse atomiser la gueule, histoire que la stabilité revienne de nouveau dans la région, n’est-ce pas Monsieur le « meilleur d’entre nous » ?

Bien évidemment qu’une intervention n’est pas sans risques majeurs. Cependant j’aimerais bien savoir quelle serait la réaction du ministre Juppé si un voisin de la France menaçait, plusieurs fois par an et devant le monde entier, de rayer notre pays de la carte et finissait par se doter du moyen militaire de le faire. Monsieur Juppé resterait-il tout aussi mesuré ? Personnellement j’en doute.

Aussi, le conseilleur n’étant pas le payeur, j’ai tout de même envie de rappeler que les principaux concernés sont nos cousins Israéliens, rajoutant un petit ‘bon courage à vous et faites du mieux que vous pourrez, on vous aime’…

SILomon

samedi 12 novembre 2011

Ma cabane à Miyajima


Nombreux sont ceux à avoir affirmé que les plus beaux et grands voyages se font intérieurement. Sans être forcement en désaccord, je suis bien content de m’être rendu au Japon en aout 2010.

Car maintenant, lorsque je m’y rends intérieurement, pour ainsi dire quotidiennement, c’est avec des souvenirs bien réels plein la tête. Ceux des rues de Tokyo, Kyoto, Nara, Hiroshima, mais aussi et surtout ceux des sentiers de l’île de Miyajima.

Le Japon, mon archipel sacré, mon refuge, l’endroit où je ne me suis jamais senti aussi bien, à ce point connecté avec ma nature et mon essence. Mon archipel, mon île, et ma cabane à Miyajima, auxquels je pensais plus particulièrement aujourd’hui, avec juste l’envie de dire merci…