lundi 28 février 2011

2011 : Menace terroriste et niveaux d’alerte en Europe et au-delà


Les plus récents rapports émis par les services de renseignement occidentaux confirment que le risque terroriste sera à son maximum en 2011, ce qui pousse nos gouvernements à prendre des mesures appropriées.

C’est ainsi qu’aux prises avec cet accroissement sensible de la menace terroriste, les Anglais ont décidé d’augmenter leur degré de sécurité en passant le niveau d’alerte de « fâchés » à « irrités ». Toutefois, des informations de source sûre porteraient à croire que ce niveau de sécurité pourrait être relevé de nouveau, notamment au stade de « passablement agacés », ou encore « un tantinet emmerdés ».

Les Anglais n’avaient pas été « un tantinet emmerdés » depuis le blitz allemand de 1940 lorsqu’ils s’étaient retrouvés à court de thé.

Les terroristes ont quant à eux été reclassés de « ennuyeux » à « sacrée emmerde ». La dernière fois que les Britanniques ont émis une alerte de niveau « sacrée emmerde » c’était en 1588, année où ils ont été menacés par l’Armada espagnole.

Les Ecossais ont relevé leur niveau d’alerte de « j’en ai marre » à « sus aux bâtards ». Ils n’ont pas d’autres niveaux d’alerte. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils ont été utilisés sur toutes les lignes de front de l’armée britannique depuis 300 ans.

Le gouvernement français a annoncé hier qu’il avait relevé sa côte d’alerte de « fuyons » à « cachons-nous ». Les deux niveaux d’alerte les plus élevés qui restent en France sont « collaborons » et « rendons-nous ». Le relèvement du niveau d’alerte fait suite à la destruction de l’usine nationale de drapeaux blancs dans un incendie criminel, évènement tragique qui paralyse depuis toutes les capacités militaires du pays.

L’Italie a augmenté le niveau d’alerte de « s’époumoner » à « élaborer une posture militaire ». Il reste toutefois deux niveaux plus élevés : « opérations de combat totalement inefficaces » ainsi que « changer de camp »

Les Allemands sont passés du degré « arrogance dédaigneuse » à « mettez votre uniforme et chantez des marches militaires ». Ils possèdent eux aussi deux niveaux plus élevés : « envahir un voisin » et « perdre la guerre ».

Par ailleurs, les Belges sont tous en vacances, comme d’habitude. La seule menace qui les inquiète serait un éventuel déménagement du siège de l’OTAN situé actuellement à Bruxelles.

De leur côté les Espagnols seraient très impatients de pouvoir déployer leurs tout nouveaux sous-marins.

Ces sous-marins magnifiquement conçus, disposent d’un plancher de verre, permettant ainsi à la nouvelle marine espagnole de contempler comme jamais auparavant l’ancienne marine espagnole.

L’Australie, quant à elle, a augmenté son seuil de sécurité de « pas de soucis » à « t’inquiète pas mon pote, tout se passera très bien ». Deux autres niveaux demeurent disponibles : « mince alors ! Je pense que nous allons devoir annuler le barbecue de ce week-end ! » et « Le barbecue est annulé ». Jusqu’à présent, aucune situation n’a jamais justifié l’utilisation du degré d’alerte ultime.

Loch SIL (prononcé Shiel) qui vous a traduit et adapté cette blague anglo-saxonne qui circule par courriel depuis quelque temps

dimanche 27 février 2011

Kadhafiesta : voici la « zenga zenga song » de DJ Gaddafi



Ah mes aïeux, quelle soirée du feu de dieu, que celle que je viens de passer. Un sorte de « before » pour célébrer la fête que ne manquera pas de faire le peuple libyen à son Maitre de Cérémonie déchu.

Quelle Kadhafiesta ! Nous avons dansé toute la nuit sur la « zenga zenga song » du DJ Gaddafi. Vivement « l’after »…

MC SILar

samedi 26 février 2011

Hillary Clinton: « Les USA ne s’opposeront pas à la prise du pouvoir par les Frères musulmans en Egypte »


"J’adooooooore l’aventure !"

La ministre américaine des Affaires étrangères, Hillary Clinton, a déclaré que les Etats-Unis « ne s’opposeraient pas à la prise de pouvoir par les Frères musulmans en Egypte, s’ils renoncent à la violence, adhérent à la démocratie et garantissent les droits de toutes les parties de la société égyptienne ». « Le peuple égyptien a le droit de choisir qui va le gouverner », a-t-elle dit. (source : News-Israel)

NDLR : Je suppose que tout cela procède d’une magnifique et gentille logique : Si Moubarak a été perçu comme un tyran parce qu’il s’attaquait aux Frères musulmans, soyons de gentils Démocrates en étant très gentils avec ceux-ci et on nous aimera.

Que c’est mignon ! Comme si on ne pouvait pas laisser ces crevures concourir aux élections tout en affirmant haut et fort que ce sont des crevures aussi tyranniques que le tyran précédant, et en leur mettant un maximum de bâtons dans les roues.

A moins qu'ils n'espèrent jouer, avec ce genre de sornettes, les charmeurs de serpents à sonnettes. Oubliant ainsi que ce n'est pas à un vieux singe barbu que l'on apprend à faire la grimace.

Bref, on s’éloigne de la doctrine Truman-Krauthammer et on se rapproche d’un scenario Carterstrophe. Bravo les aventuriers…

Réaction logique : les Frères musulmans se poilent, dans tous les sens du terme…

Clinton satisfait les Frères musulmans AFP-Figaro 25/02/2011

Les Frères musulmans se sont félicités de récents propos de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton à leur sujet, estimant que la stratégie « erronée » de Washington faisait l’objet d’une inflexion après la révolution ayant abouti au départ de Hosni Moubarak. (pour en savoir plus...)

jeudi 24 février 2011

Formule fort peu populiste du jour : « Si tu ne viens pas à la révolution arabe, la révolution arabe ira à toi ! »


A en croire Nicolas Doze, l’excellent chroniqueur de BFM TV, « le printemps arabe » ne mobiliserait pas trop les foules, d’un point de vue médiatique et autre. Rien d’étonnant à cela. Pour nos enfants gâtés de la démocratie, ce sont les vacances d’hiver. Or on ne va tout de même pas leur gâcher les descentes de piste avec des enjeux démocratiques ou totalitaires, et ce même si le sort d’une partie de la planète se joue actuellement sous nos yeux.

Et Nicolas Doze de conclure : « peut-être se sentiront-ils concernés lorsque le sans plomb sera hors de prix, que des milliers de refugiés se retrouveront sur la Côte d’Azur et que d’éventuelles montées fanatiques frapperont à leur porte ? »

Peut-être ? En attendant, bonne nuit les petits !

SILimalikoum mes frères

mercredi 23 février 2011

Un drame écologique d’une ampleur sans précédent toucherait les côtes sud de la Méditerranée


Alerte à la marée rouge : des images satellite montreraient « des rivières rouges de sang », mais aussi des côtes souillées par des nappes sanguinolentes, dont une partie migrerait déjà vers le nord au gré des courants…

SILimalikoum

mardi 22 février 2011

eXclusivité présidentielle 2012 : DSK ne sera pas candidat mais candidate (désirs à venir)


Anne Sinclair par-ci, Anne Sinclair par-là, nous voilà fixés. De toute évidence Dominique Strauss-Kahn a décidé d’envoyer sa femme briguer la présidence, à sa place. Excellente décision. Dame Sin-Klair ne manquera pas de faire un carton…

SILgolène

lundi 21 février 2011

Egypte : des centaines de milliers de « amen », place Tahrir, suite à l’appel au djihad de Al Qaradawi



En complément du billet de samedi «Egypte : cette crevure d’Al Qaradawi fait son show place Tahrir et appelle à la prise de Jérusalem», voici des extraits du sermon d’Al Qaradawi sous-titré en anglais, avec pour perle ce « message à nos frères en Palestine: je nourris l’espoir que, tout comme Allah m’a permis de voir triomphe de l’Egypte, Il me permettra d’assister à la conquête de la mosquée Al-Aqsa (Jérusalem) et d’y prêcher » Le tout agrémenté de dizaines voire de centaines de milliers de « amen ».

Voilà un processus révolutionnaire qui débute sous les meilleurs auspices, n'est-ce pas ?

SILimalikoum

dimanche 20 février 2011

Private joke-box : révolusongs d'Egypte « the voice of freedom calls » suivi de « Ezzay »



« Voice of Freedom », « Sout Al Horeya » par Amir Eid et Hany Adel



J’aime beaucoup celle-ci, « Ezzay » de Mohamed Mounir, sur laquelle la place Tahrir aurait dansé il y a plus d'une semaine, et plus particulièrement la musicalité du texte. Si quelqu’un connait le sens des paroles, je suis preneur...

samedi 19 février 2011

Egypte : cette crevure d’Al Qaradawi fait son show place Tahrir et appelle à la prise de Jérusalem


Ce vendredi 18 février 2011, « Youssef Al-Qaradawi, un influent théologien d’origine égyptienne basé au Qatar », est rentré après trente années d’exil pour diriger la prière place Tahrir devant des dizaines de milliers de fidèles, réunis là pour fêter le départ d’Hosni Moubarak. Il y délivra un magnifique sermon politique sur sa vision de la suite des évènements.

Or c’est à ce genre d’occasions que l’on se rend compte qu’un certain nombre de nos journalistes se comportent comme de vulgaires moutons, bêtes à brouter du foin halal.

Regardez-moi ça. Cette immonde crevure d’Al Qaradawi, bien connu par ici, s’en vient faire son show place Tahrir, et voilà tout ce qu’en retiennent nos journaleux ayant pignon sur rue (voir plus bas). Pas un pour se renseigner sur ce proxénète d’houris d’Allah.

Depuis Libération jusqu’au Point en passant par Le Figaro et j’en passe, pas un pour relater autre chose que la formule soufflée par l’Agence France-Presse « Youssef Al-Qardaoui, a appelé les leaders arabes à écouter leur peuple ». Pas un seul pour s'informer sur l’intégralité du prêche et pour se dire « tiens, il y a comme un petit gout du discours de Khomeiny tenu le 1 février 1979 lors de son retour d’exil en Iran (notamment le rôle assigné à l’armée)».

Voilà en gros ce qu’ils ont retenu de son sermon : «Je m’adresse aux dirigeants arabes: n’arrêtez pas l’Histoire. Le monde a changé, le monde avance et le monde arabe a changé de l’intérieur». «Mon message aux dirigeants arabes est qu’ils ne se lancent pas dans des discours creux, mais qu’ils engagent avec les peuples un dialogue constructif».

Heureusement, par ailleurs, et plus particulièrement par Il Giornale, nous apprenons que ce prêcheur de haine, admirateur d’Hitler, et très respecté des Frères musulmans comme du frère Tariq Ramadan, a appelé au djihad, à l’ouverture de la frontière avec Gaza, à la libération de la Palestine, et à la prise de Jérusalem.

Vous voilà un peu plus correctement informés. Le tout gratuitement.

SILidim le Magnifique

Vous trouverez en cliquant sur le lien suivant plus d’informations, mais aussi quelques vidéos édifiantes (sous-titrées en anglais) sur l’enseignement islamique que véhicule ce très admirable guide spirituel.

jeudi 17 février 2011

eXclusivité : Ben Ali aurait laissé un dernier message


« Leïla m’a tuer »
Qu’a-t-il bien voulu dire par là ?


Ben Ali serait dans le coma, mais sans Leila (pour en savoir plus…)

mercredi 16 février 2011

Et si on négociait avec les islamistes : à la vie, à la mort.


Alors que j’écoutais Fathi Hammad (vidéo –en anglais- visible en cliquant ici), l’un des dirigeants de cette succursale gazaouite des Frères musulmans qu’est le Hamas, m’expliquer le bien fondé de l’utilisation des boucliers humains, en concluant notamment par ce slogan cher aux islamistes de tout poil « nous désirons la mort autant que vous désirez la vie », je me suis dit subitement, que finalement, un terrain d’entente était possible avec nos amis islamistes.

Puisque vous désirez la mort et que aimons la vie, on n’a qu’à vous laisser la mort, y compris en vous l’offrant d’une façon particulièrement généreuse, pendant que nous continuerons de chérir la vie. Ne nous remerciez pas. Nous adorons rendre service…

SILidim le Magnifique

mardi 15 février 2011

Charles Krauthammer : "Débarrassez-vous des islamistes, et la liberté s’épanouira"


Encore un eXcellent article du chroniqueur politique américain Charles Krauthammer paru le 11-02-2011 dans le New York Daily News...

traduit cette fois-ci par votre Sil pour eXc, Le Republicoin et tous mes lecteurs chéris.


« L’Egypte et l’avenir de la démocratie arabe: Débarrassez-vous des islamistes, et la liberté s’épanouira »



Aujourd’hui, tout le monde et son cousin soutient le « programme pour la liberté ». Bien entendu, hier, c’était juste George W. Bush, Tony Blair et une bande de néoconservateurs disposant d’inhabituels pouvoirs hypnotiques, qui avaient osé contester les idées reçues sur l’exception arabe – la notion que les Arabes, par opposition aux Asiatiques de l’Est, Latino-Américains, Européens et Africains , étaient particulièrement allergiques à la démocratie. En effet, la gauche a passé la majeure partie des années Bush à écorcher l’agenda de la liberté soit qu’il s’agissait là d’une fantaisie ou encore d’un autre sordide exemple de l’impérialisme américain.

Maintenant tout le monde, même la gauche, se montre enthousiaste pour la démocratie arabe. Très bien ! Compagnons de route, soyez les bienvenus. Cependant le simple fait d’être en faveur de la liberté ne suffit pas. Avec l’Egypte dans la tourmente et au beau milieu d’une transition périlleuse, nous avons besoin de principes de politique étrangère afin d’assurer la démocratie pour le long terme.

Nul besoin de réinventer la roue. Nous avons déjà vécu quelque chose d’analogue dans le passé. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Europe occidentale venait d’être libérée, mais demeurait instable, en ruines – et en jeu. La démocratie, nous l’avons privilégiée, sur le continent, face aux menaces internes et externes du totalitarisme communiste. Les États-Unis ont adopté la doctrine Truman qui a déclaré l’intention de l’Amérique de défendre ces nouvelles nations libres.

Cela ne signifiait pas seulement protéger des alliés à la périphérie, comme la Grèce et la Turquie, de l’insurrection et des pressions extérieures, mais aussi de soutenir les éléments démocratiques au sein de l’Europe occidentale contre les puissants et très déterminés partis communistes.

Puissants, ils l’ont été. Les communistes n’étaient pas seulement les mieux organisés et les plus disciplinés. En France, ils devinrent le plus grand parti de l’après-guerre ; en Italie, le deuxième. En vertu de la doctrine Truman, les présidents américains ont utilisé tous les instruments disponibles, y compris l’assistance massive – secrète et manifeste, financière et diplomatique – des partis démocratiques afin de maintenir les communistes éloignés du pouvoir.

De même, les Etats de l’Orient arabe, après s’être débarrassés de décennies de dictature, voient leur avenir démocratique faire face à la menace majeure d’un nouveau totalitarisme : l’islamisme. Comme à l’époque soviétique, la menace est à la fois interne et externe. L’Iran, une mini version de l’ancienne Union soviétique, a ses propres alliés et satellites – la Syrie, le Liban et Gaza – et son propre Komintern, avec des agents dans toute la région chargés d’étendre l’influence des islamistes et de saper les États laïques pro-occidentaux. C’est précisément pourquoi, dans ce moment révolutionnaire, l’Iran se targue du fait qu’une onde islamiste balaie le monde arabe.

C’est ainsi que nous avons besoin d’une politique étrangère qui ne soutient pas seulement la liberté en théorie, mais qui soit guidée par des principes pratiques inscrits sur le long terme afin d’y arriver – une doctrine de la liberté composée des éléments suivants:

(1) Les États-Unis soutiennent la démocratie dans tout le Moyen-Orient. Ils useront de leur influence pour aider tous les démocrates à se débarrasser de la dictature.

(2) La démocratie est bien plus que des élections. Elle requiert une presse libre, la primauté du droit, la liberté d’organiser la création de partis politiques indépendants et le transfert pacifique du pouvoir. Par conséquent, la transition vers la démocratie et des élections initiales doit permettre à ces institutions, notamment les partis politiques, de se mettre en place.

(3) Le seul intérêt des États-Unis dans la gouvernance interne de ces nouvelles démocraties est d’aider à les protéger contre les totalitaires, étrangers et nationaux. Le récent coup d’État du Hezbollah au Liban et la dictature du Hamas à Gaza ont démontré de façon spectaculaire comment des éléments anti-démocratiques peuvent atteindre le pouvoir démocratiquement et détruire la démocratie qui les avait mandatés.

(4) Par conséquent, tout comme pendant la guerre froide les Etats-Unis ont contribué à maintenir les partis communistes d’Europe éloignés du pouvoir, la politique des États-Unis sera de s’opposer à l’inclusion des partis totalitaires – les Frères musulmans ou, d’ailleurs, les communistes – dans tout gouvernement, qu’ils soient provisoires ou élus, issu des Etats arabes nouvellement libérés.

Certes nous n’avons pas le pouvoir d’empêcher cela. Les Frères Musulmans sont-ils même déjà suffisamment puissants en Egypte, pour que l’obtention d’un siège à la table des négociations soit inévitable. Cependant en aucun cas un porte-parole présidentiel devrait se permettre de dire, à l’instar de Robert Gibbs, que le nouveau régime « devra inclure toute une série d’importants acteurs non séculaires ». Pourquoi légitimer aussi gratuitement les islamistes? Au lieu de cela, les Américains devraient de toute urgence soutenir les partis laïques et démocratiques en Egypte ou ailleurs, en conseils, en ressources et en diplomatie.

Nous sommes, encore une fois involontairement, les pions d’une longue lutte crépusculaire, cette fois-ci avec l’islamisme – notamment l’Iran, ses mandataires, et ses alliés potentiels, sunnites et chiites. Nous devrions être lucide sur nos objectifs – de véritables démocraties régies par des démocrates engagés – et élaborer des politiques pour les atteindre.

Une doctrine de la liberté est un agenda de la liberté fixant un cap avec l’aide de principes directeurs. Truman l’a fait. En sommes-nous capables ?

lundi 14 février 2011

Saint-Valentin : le choc amoureux des civilisations (Eros versus Thanatos)


Comme chaque année, à l’occasion de la Saint-Valentin, un peu partout dans le monde islamique, de très zélés serviteurs d’Allah manifesteront leur intention d’égorger le petit Cupidon. Il paraitrait que c’est ainsi qu’Allah est grand.

Parmi ces ennemis de l’amour, en plus des très fidèles et efficaces officiers de la police religieuse saoudienne, signalons de nouveaux empêcheurs d’aimer en rond au Pakistan et en Iran.

Au Pakistan, le Tehrik-e Tahaffuz Namoos-Risalat, une coalition de groupes religieux formée en vue de s’élever contre l’abrogation ou la modification de la loi sur le blasphème, a annoncé, il y a de ça une semaine, le lancement d’une manifestation à Lahore prévue le 14 février pour s’opposer aux forces “laïques” dans le pays.

Selon le journal Express Tribune, Muhammad Ali Naqashbandi, le secrétaire général du regroupement, a annoncé que les partisans de l’alliance protesteront le jour de la Saint-Valentin lors d’un rassemblement en face du sanctuaire Data Darbar. « Nous marquerons le 14 février, comme une journée noire, contrairement aux partisans de l’Occident qui fêtent la Saint-Valentin », a déclaré Naqshbandi.

En Iran, les commerçants se sont vus interdire la vente de cartes ou cadeaux pour la Saint-Valentin, une fête de plus en plus populaire dans la République islamique, a rapporté l’agence Ilna. « En vue de la Saint-Valentin le 14 février, le syndicat des responsables d’imprimeries a publié une directive interdisant l’impression et la distribution de tout produit faisant la promotion de ce jour » (…) « Les points de vente qui violeront (cette directive) auront à faire à la justice », met en garde le syndicat.

Le régime conservateur iranien lutte depuis les années 80 contre l’influence de la culture occidentale sur sa jeunesse. Or la Saint-Valentin est devenue une fête populaire en Iran au cours de la dernière décennie. Les jeunes gens s’échangent ce jour-là des présents, fleurs, chocolat, parfum, ours en peluche, etc. Ce qui n’est pas du gout d’un dieu jaloux.

Vivement le V-day, le jour où Cupidon vaincra…

EroSIL roi du Morb’art


« Un arc et des flèches ? Redescends sur Terre, Ben Laden, même Cupidon a ses limites » dessin de Randy Bish pour The Tribune Review .

dimanche 13 février 2011

Private joke-box : « la Belle et la Bête » en guise de prélude à la Saint-Valentin



Parce que l’on peut aimer les femmes tout en aimant une seule, un peu comme si elle était l’unique femme sur Terre, j’aime écouter la belle Rihanna m’expliquer cela, tout en pensant à ce que la bête velue que je suis serait susceptible de répondre à la femme qui m’avouerait se sentir aimée ainsi par bibi : « I was made for loving you baby, you were made for loving me »

KisSIL

samedi 12 février 2011

Egypte : « Alexandrie où l’amour danse avec la nuit » par Khalod al-Franswa



Petite musique de circonstance, avec "Alexandrie, Alexandra" de Claude François, afin de faire la fête aussi bien du côté de Paris que d’Alexandrie.

Après tout, comme on le dit ici, « quand le chat n’est pas là, les souris dansent ». Alors dansez, petites souris, dansez…

Egalement avec Dalida sur « Helwa ya baladi » (mon beau pays), histoire de rester dans la même veine nilotique.

SILure du Nil

vendredi 11 février 2011

jeudi 10 février 2011

Egypte : « le père de la terreur » changera-t-il de camp ? (Abou al-Hôl en a ras-le-bol)


Abou al-Hôl
en a ras-le-bol...


NaSILreddin Hodja

« Le père de la terreur », Abou al-Hôl en arabe, est le surnom que l’on donne au Sphinx de Gizeh.

Illustrations de John Sherffius (ci-dessous) et de J.D. Crowe (ci-dessus)

mercredi 9 février 2011

Nouvelle estocade du CRAN-d’arrêt : Agatha Christie au pilori


Sur nouvelle proposition du CRAN, le Politcorrectburo de notre glorieux pays a décidé de renommer les « dix petits nègres » d’Agatha Christie.

La Nouvelle-Pravda annonce que des manifestations de joie transportent actuellement les masses populaires.

Kliment VoroSILov (illustration chipée chez CGB)

mardi 8 février 2011

Nouvelles expressions de la langue française : « on se croirait place Tahrir »


Hier, en visitant l’un de mes chantiers en cours, ne voilà-t-il pas que je tombe sur l’exemple type du chantier foutoir. Pas moyen de retrouver le moindre outil.

Allez savoir pourquoi, la première expression qui m’est venu à la bouche a été : « c’est quoi ce bazar, on n’est pas place Tahrir, ici ». Allez comprendre, personne n’a saisi l’allusion. Je suis entouré de médiocres, sniff !

SIL Meier’s Tycoon

lundi 7 février 2011

Moyen-Orient : Intégrer les islamistes dans des coalitions gouvernementales, en voilà un raisonnement bien de chez nous


« En Egypte, en Tunisie ou ailleurs, il faut intégrer les islamistes au jeu démocratique ainsi que dans des coalitions gouvernementales », voilà ce que l’on entend souvent ces temps-ci, soit le raisonnement typique du gogaulois moyen, et autre Miquai d’Orsay, qui prend les barbus pour de vulgaires communistes bien de chez nous, solubles dans un étatisme à la française.

Une connerie de neuneu qui ne comprend rien à la nature de ce très vieux totalitarisme d’inspiration pseudo-divine qu’est l’islam.

SILidim le Magnifique

dimanche 6 février 2011

Private joke-box : jeu de mains pas vilain pour le nouvel an chinois (Qian Shou Guan Yin par Tai Lihua)



Afin de fêter le nouvel an asiatique voici la « danse de Guan Yin », déesse de la miséricorde, connue également sous le nom de bodhisattva à mille bras, menée par la resplendissante danseuse sourde-muette Tai Lihua. Un sublime jeu de mains du chorégraphe Zhang Jigang. Sublime à ravir.

Mon grand-père maternel dont une partie de son sang provenait de Macao m’a dit un jour que « les Chinoises ne sont pas toujours belles mais quand elles le sont, leur beauté éblouirait l’éclat du jour ». Une maxime transmise de pères en fils, sans doute depuis Macao.

Il avait raison. Cette photo de la danseuse Tai Lihua est aveuglante de vérité (cliquez pour agrandir). Vite, un petit coup de collyre, histoire de finir sur cette autre danse de Tai Lihua. « L’esprit du Paon ».

SILóng Tài-Yáng

samedi 5 février 2011

Révolte égyptienne : humour juif à destination des voisins égyptiens


A l’attention des émeutiers égyptiens : Chers amis égyptiens, vous êtes priés de ne pas abimer ou de détruire les pyramides. Nous ne les reconstruirons pas. Bien cordialement. Les Hébreux.

Version originale circulant sur le Net « Dear Egyptian rioters, please don’t damage the pyramids.
We will not rebuild.
Thank you. »

SILomon

vendredi 4 février 2011

Révolution ou révolte arabe : Mohamed Bouazizi, l’homme qui a mis le feu aux poudres (la minute hommage)



Révolte arabe : et si tout cet embrassement, n’était finalement qu’un feu de paille dont nos cousins Arabes ont le secret ?


Petite réflexion, bien plus circonspecte que douteuse, qui m’est venue subrepticement en observant des fumeurs, civils et militaires, de narguilé.

En gros, on crame et fume tout, un bon petit coup, avant de s’en retourner vers un nouveau tyran, ou bien l’ancien…

C’était la minute politiquement incorrecte.

NaSILreddin Hodja

jeudi 3 février 2011

Nouvel an chinois : pour emballer les filles, préférez les carottes aux salades (des carottes, ça tombe bien, c’est l’année du lapin)


Bonne année du lapin : selon des chercheurs des universités de St Andrews et Bristol, il existerait une relation entre la couleur de la peau et l’attractivité, les teintes jaunes étant perçues comme plus saines et attirantes. Ils ont également établi que les pigments jaunes (caroténoïdes) de certains fruits et légumes jouent un rôle clé dans le jaunissement de la peau. (Pour en savoir plus…)

SILvilagus

mercredi 2 février 2011

Révolution égyptienne : l’influence de la France se fait sentir (reopen Tahrir)


En Egypte, au moins une chose est d’ores et déjà certaine. L’influence de la France ou plutôt du français se fait sentir de façon indéniable. Les « Moubarak dégage » qui s’affichent ici et là sont donc une excellente nouvelle pour la Francophonie.

À moins que cela ne soit la preuve de l’implication des services secrets français dans cette révolution égyptienne. On comprend mieux ainsi le silence de notre gouvernement. Pire encore, doit-on y voir l’estampille d’une confrérie de francs-maçons bien de chez nous, cherchant à damer le pion aux confréries plus locales des frères musulmans ? Hein ? Hein ? Reopen now !

OSSil 117

mardi 1 février 2011

Affaire Louis Ferdinand Céline : l’affaire d’état d’un étrange pays.


Etrange pays que le notre. Etrange pays où la création n’est pas une affaire d’auteur mais une affaire d’état. Etrange pays où à l’heure de l’indignation participative et obligatoire, d’aucuns ont choisi de s’indigner du fait qu’un Céline, un temps condamné à l’indignité nationale pour ses agissements, soit privé d’une dignité qui lui serait due en vertu de son œuvre. Etrange pays où un homme se doit d’être jugé pour ses romans plutôt que pour sa biographie : une vie marquée par la haine, au cours de laquelle ce nazi français, après s’être déclaré « l’ennemi numéro un des Juif », appela à l’élimination des Juifs. Etrange que ce pays de cocagne ou tout va cul par-dessus tête.

Mis à part ça, histoire d’y aller de mon petit commentaire, et puisque j’ai la nuit devant moi, insomnies oblige, disons que je n’ai jamais pu encadrer Céline, étant donné que même en matière de littérature, j’aime bien voir à qui j’ai affaire. J’ai en effet pour habitude de contempler les portraits des écrivains que je m’apprête à lire. Or là, rien de bon. Avec Louis-Ferdinand Céline nous avons droit aux traits épais de la brute. Une face de dégénéré, celle du fin de race, histoire d’employer une terminologie qu’il appréciait tant.

A la limite, son pseudo m’a suffisamment excité pour le lire. Que voulez-vous j’ai toujours aimé les prénoms en –ine, Caroline, Clémentine, Marine, Céline. Pas assez cependant pour voyager avec son roman jusqu’au bout de la nuit, du moins éveillé.

C’est que malgré tout, j’ai lu du Céline. Histoire de ne pas insulter, ni ma curiosité, ni mon intelligence, ainsi qu’en vertu de la jurisprudence Voltaire. Il est vrai que s’il fallait écarter du regard les écrits de tous les antisémites ou racistes bien de chez nous, on ne lirait pas grand monde. Or Voltaire, ses égarements judéophobes mis à part, n’en vaut pas moins le détour pour tout le reste. Ce qui n’est pas le cas de Céline.

Comme je le disais plus haut, son roman phare ne m’a pas tenu éveillé toute la nuit. A peine le début. Malgré le style parlé, je n’ai pas accroché, et l’ennui fut le seul voyage que m’offrit Céline. Le premier soir, je tenais quarante pages avant de m’assoupir. Le lendemain je me motivais en me disant, allez, encore quelques feuillets, histoire de découvrir le prochain des dessins de Tardi qui illustraient la version que j’avais en main. Trente pages plus loin, je le posais définitivement, en lâchant un « quel ennui », agacé par le sentiment d’être mené en bateau par un auteur chez qui déborde un nihilisme de plus déprimants. Bref, je n’y ai trouvé aucun génie, sinon mauvais. Bonne nuit.

SILine