mercredi 30 novembre 2011

La Femme dans la peau


Difficile de ne pas avoir la femme dans la peau. Très difficile même. D’ailleurs je suis persuadé que Dieu est soit profondément hétérosexuel soit lesbienne. Non mais regardons nous les hommes. Même si globalement le mâle n’est trop mal fichu, pourquoi le Concepteur nous a-t-il collé au beau milieu du corps un appareil génital aussi pendouillant qu’inesthétique. Une sainte horreur ! Et que l’on ne me dise pas qu’il ne pouvait pas faire autrement pour maintenir les testicules à une température qui permette de conserver notre descendance au frais. Oui, trêve d’excuses bidons pour la bonne raison que tout le bazar de mes divins félins se trouve à l’intérieur. CQFD, Dieu après s’être appliqué sur la femme a bâclé l’homme parce qu’il est soit hétérosexuel soit lesbienne. Comme moi quoi !

Oui, j’ai la femme dans la peau. La femme, c’est plus fort que moi. Pas toutes, je vous l’accorde, mais celles qui me scotchent littéralement, oui. En leur présence, je me sens d’ailleurs comme superman au contact de la kryptonite, affaibli, perdant une partie de mes moyens, intimidé, troublé, la mâchoire du bas légèrement décrochée et le regard un tantinet hagard.

Tiens, illustrant cela, je me souviens de la fois où je suis rentré dans un bureau plongé dans la pénombre, tombant alors sur une reine brune qui en se tournant vers moi m’a laissé aussi coi que stupéfait, la mâchoire du bas légèrement décrochée et le regard hagard. Je devais avoir l’air aussi con qu’interdit. Sans doute étonnée, elle me demandait « ça va ». Me ressaisissant, j’ai répondu que oui alors que j’avais plutôt envie de dire « tu es encore plus belle dans la pénombre, une chose aussi rare que précieuse ». Ah, ce que la brute épaisse et velue que je suis peut aimer se sentir vulnérable, un peu défait, ces courts instants, avant de se draper fissa dans sa dignité toute guerrière.

Leur présence. Et je ne vous parle pas de la démarche, de la voix de ses mêmes femmes envoûtantes ; ni de leur regard où l’on retrouve aussi bien la fragilité de la petite fille apeurée que la fierté des déesses-mères ; ni de leur parfum, ou de leur si délicieuse saveur intime ; ni du grain de leur peau, et de la douceur de leur duvet.

Ce que je peux aimer y promener mes doigts. Que ce soit au milieu de sa chevelure, sur le lobe de ses oreilles, sur ses lèvres ; pianoter sur sa nuque, sur son dos, sur son ventre, m’attarder sur ses seins, en reconnaître le moindre détail, jouer avec et les faire miens ; puis perdre toute raison sur ses cuisses, son séant, les mains avides de ce contact, de cette préhension ; avides de toutes les sensations qu’elle me livre, jusqu’à la délivrance. J’aime exploser en elle, m’y abandonner. Autant que de la voir jouir, ses cornées se fissurant comme des boucliers ; la voir lâcher prise puis se recroqueviller, tremblotante, se réfugiant dans mes bras, la boucle ainsi bouclée, l’harmonie alors parfaite.

C’est certain, j’ai la femme dans la peau. Brune elle est mon yang, blonde elle est mon yin. Elle tourne en moi comme l’alpha et l’oméga, me rend aussi fou que sage, me capture et me libère, me comble et me vide, m’assombrit et m’éclaire ; mes plus jolies joies, mes plus belles peines, preuve ultime de son importance…

SILio Iglesias (photo "yin-yang" de Gino Quattrocchi)

mardi 29 novembre 2011

DSK : le complot, ça eût payé


« Il est beau, il est bon mon complot… allez… allez… messieurs dames… demandez mon complot »

Il y a que visiblement, le complot ça eût payé mais ça paye plus…

Thierry MeysSIL

lundi 28 novembre 2011

Et un Coming out historique, un ! (faute de genre)


Après en avoir longuement discuté avec ma femme, puis obtenu son accord pour le faire, apprenez que je me suis décidé à passer le Rubicon. Oui je fais mon Coming out. De toute façon, cela ne pouvait plus durer comme ça. Il fallait bien que je mette des mots sur ce que je vis intérieurement, un conflit particulièrement douloureux, pardon, je voulais dire délicieux. Oh oui, que je cherche à mettre des mots ou plutôt le doigt sur le mot car pour tout vous dire, ce n’est pas tant que je l’avais sur le bout de la langue mais plutôt qu’il n’existe pas encore. Mais je vous vois tout emberlificotés dans les méandres de mes circonvolutions narratives. Accouchons !

Apprenez messieurs et surtout mesdames que je suis une sorte de lesbienne, une femme dans un corps d’homme qui aime exclusivement les femmes. Un genre sans nom. Mais pas seulement, car bien qu’étant tout ce qu’il y a de plus caucasien comme garçon, intérieurement, je me sais non seulement lesbienne mais aussi Japonaise.

Comment en suis-je venu à cette conclusion incongrue ? À vrai dire, étant loin d’être con bien qu’aimant l’approcher, j’avais remarqué par quelques indices, tels qu’une Anima, un instinct et une langue de chat (et non de pute) aussi développés qu’assumés, que la conclusion susvisée pointait déjà le bout de son clitoris. Cependant, cela restait encore un peu latent. Latent jusqu’au jour où je suis tombé sur une vidéo lesbienne, dont je raffole, made in Japan, dont je suis fou. Une vidéo intitulée « sweet as honey » (http://www.tube8.com/lesbian/sweet-as-honey/69790/) « douces comme le miel ».

D’habitude, une vidéo porno, on s’en branle un peu de la qualité des images. Là non ! Je suis resté scotché à mon écran pendant les 10 minutes que dure la scène, totalement captivé par le spectacle. Deux jolies nippones délicieusement friponnes qui s’embrassent doucement, nerveusement, tendrement, goulûment, chaudement, langoureusement, les mains se baladant sur les chemisiers. Par Sappho, j’étais toute émoustillée.

À tel point que je me suis mis après ça, et en boucle, la chanson du groupe Mecano « une femme avec une femme », histoire de continuer à rêvasser. Or en l’écoutant, je me suis rappelé soudainement que j’avais déjà vécu, toute une soirée durant, une scène comme celle-là. L’une des plus belles de ma vie sexuelle. C’était certes non prémédité puisque la dame en question, alors mariée, n’avait pas voulu aller, ce soir-là, plus loin que ce jeu-là, pour se refuser à verser aussi totalement qu’immédiatement dans la félonie conjugale. Cependant je me souviens que je n’avais ressenti aucune frustration particulière. Loin de là. Ce jeu amoureux, aussi délicieux que le miel, m’avait comblé.

Alors « ça fait quoi d’être une lesbienne japonaise dans un corps d’homme caucasien ? »

Je ne vous cacherai pas que je préférerais l’enveloppe charnelle d’une jolie nippone, de préférence sévissant chez mon girls-band préféré, les « Morning Musume » (photo ci-dessus), mais ce n’est pas désagréable, non. Exception faite des aspects vestimentaires, étant donné que minimum de respect pour mon enveloppe masculine ainsi que pour l’esthétisme, oblige, je me refuse à m’habiller en femme, ce qui me manque. Sinon, histoire de rester encore un peu sur mon corps d’homme, je me dis parfois que Vénusia devait ressentir la même chose que moi lorsqu’elle pilotait le module amphibie de Goldorak. Ce qui n’est pas une critique, bien au contraire. Un module corporel tel que le mien, en cas d’agression contre la femme que je suis, ça peut toujours être très utile. Et puis j’avoue pour conclure qu’étant le genre de Japonaise à aimer vivre mes expériences à fond, le fait d’apprendre à maîtriser un pénis, c’est assez bandant comme affaire. Quelle lesbienne n’en a jamais rêvé…

AmateraSIL

dimanche 27 novembre 2011

La fièvre du samedi soir dans un IRM : un orgasme et tout s’éclaire



Au rayon nouvelles expressions érotiques voici :

- Dis-moi chérie, ça te dirait qu’avec ma grosse guirlande, je transforme ton cerveau en sapin de Noël ?
- Oh oui, mon amour, prends-moi la tête…


Rocco SILffredi

VIDÉO – Grâce à l’IRM fonctionnelle, des chercheurs américains ont réalisé une vidéo spectaculaire montrant l’illumination du cerveau au cours de l’orgasme.

L’orgasme de Nan Wise enregistré enIRM fonctionnelle pourrait devenir la vidéo de l’année. On y voit le cerveau de cette femme de 54 ans, initialement au repos (en rouge), s’activer progressivement (en jaune) alors qu’elle s’autostimule dans l’intimité de la machine, pour terminer par une illumination de la quasi totalité des structures cérébrales (en blanc, le maximum d’activité) au moment du pic orgasmique, avant l’apaisement post-orgasmique. La vidéo montre deux séquences, de profil puis de face, du phénomène.(plus dans Le Figaro…)

samedi 26 novembre 2011

Mon Temple d’or


1) Excision et commercialisation de clitoris au Burkina Faso :

"Daouda n’a pas nié son acte. Il avoue qu’il a effectivement porté atteinte aux organes génitaux des quatre filles dont l’âge est compris entre 1 et 3 ans. Mieux, qu’il avait l’intention de commercialiser chaque clitoris à 150 000F. Parce que sa grande mère lui aurait confié que le clitoris attirait de l’or lorsqu’on le met dans une mine d’or." (source : Le Faso)

2) Quel antre plus beau que celui des femmes mériterait l’érection d’un monument ?

Aucun ! C’est pour cette raison, qu’à chaque fois que j’entends parler d’excision, je rêve de voir surgir un peu partout des temples à la gloire de l’intimité féminine.

Ils reprendraient de façon stylisée ses jolies formes florales ou son design. De quoi faire aussi bien dans le baroque que dans le zen, avec un majestueux clitoris pour clocher ou coupole, du sommet duquel s’écoulerait le fluide tiède d’une source sacrée. Quelle ablution plus douce que celle-ci ?

En parfait officiant, après un vibrant appel à la prière, je m’en irai susurrer en sa direction : « laisse-moi caresser la porte de ton temple d’or, d’un mot, d’un Sésame ouvre toi, du toucher, du regard, d’un baiser »…

Car au mur des lamentations, je préfère largement la porte des soupirs et la douceur de ta chambre pourpre. Les dieux m’en sont témoins. Plutôt qu’envers le saint des saints, je penche pour ton Intime. Ainsi soit-il…

Frère SILas

Quand soudain, un oasis…

vendredi 25 novembre 2011

Demain on rase gratis


N’oublions pas l’essentiel : mon programme pour les islamistes...

Il barbiere di SILviglia

jeudi 24 novembre 2011

T’aimes pas les musulmans


« Au vu de tout ce que je lis de toi, je crois que tu n’aimes pas les musulmans », me dit un triste imbécile.

Penses-tu que je m’attaquerais avec une telle détermination aux chaines qui les entravent, que je chérirais à ce point l’avenir de leurs enfants, un avenir à partager avec les miens, tout en prenant un certain nombre de risques et pas des moindres, si je n’aimais pas la plupart des musulmans, finalement et au fond, bien plus qu’ils ne s’aiment eux-mêmes ?

Bref, arrête de croire, imbécile, et examine plutôt les évidences…

ImbéSIL heureux

mercredi 23 novembre 2011

Caricatures de Mahomet


Bonne nouvelle : plus besoin de dessiner des caricatures de Mahomet vu qu’il y en a de plus en plus dans nos rues. Il suffira désormais de les photographier.

C’est vrai ça, sans même parler des millions de musulmans à qui on a donné le prénom de leur prophète, regardez-moi tous ces clones d’un « beau modèle » qu’Allah aurait ordonné d’imiter en tout point…

Mais à par ça, tous ces abrutis de fanatiques ne baignent absolument pas dans l’idolâtrie la plus forcenée qui soit. Cette idolâtrie que l’islam est censé condamner par dessus tout. Préférant l’idolâtrie en chair et en os à celle en bois et stuc, ces débiles pensent peut-être que nous n’y verrons que du feu. Boudiou qu’ils sont cons ces barbus.

SILidim le Magnifique

mardi 22 novembre 2011

Demain j’installe la clim en Enfer (votez pour moi)


On me fait parfois remarquer que l’arrivée de Mahomet dans le paysage religieux arabe a induit quelques progrès, notamment pour les femmes de la péninsule. Par exemple, jusqu’alors, pas mal d’entre elles étaient ensablées vivantes à la naissance. Depuis Mahomet, les voilà emmurées jusqu’à leur mort, ce qui constitue, qu’on le veuille ou non, un sacré progrès.

Histoire de répondre par une petite parabole à cette judicieuse remarque, disons que la prise de contrôle par Mahomet du domaine politico-religieux s’est passée un peu comme si demain l’un des préfets des Enfers se lançait à la conquête du trône de Lucifer en promettant l’installation de la climatisation dans les demeures du Pandémonium ainsi que son activation 3 jours par an. Succès garanti, sans oublier le progrès que cela constituerait, en effet…

NaSILreddin Hodja

lundi 21 novembre 2011

samedi 19 novembre 2011

Elmahdy « la liberté ou la mort » (Aliaa Wakbar)


1) Afin de revendiquer sa liberté de femme, mais aussi de se faire «l’écho des cris contre une société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d’hypocrisie», Aliaa Elmahdy, une jeune Egyptienne qui se décrit comme « libérale et non religieuses », a décidé de poser nue sur son blog, en s’inspirant «des modèles qui posaient à la faculté des Beaux-Arts du Caire dans les années 1970».

«Regardez-vous dans un miroir », ajoute-t-elle sur son blog. « Pourquoi détestez-vous votre corps? Vous devez avoir un problème avec votre sexualité

Cette très courageuse jeune femme, qui défie le danger mortel véhiculé par les fascistes à barbe qui travaillent à la prise de contrôle de l’Egypte, est également l’amie de Karim Amer (photo ci-dessous), un blogueur alexandrin condamné en 2007 à quatre ans en prison pour avoir «insulté l’islam» sur son blog.


Bon courage et longue vie à vous deux… Avec mon plus profond respect…

2) Ces salopards de barbus ont fait savoir qu’ils nourrissent le désir préliminaire de châtier Aliaa de 80 coups de fouet (plus ici).

3) 40 Israéliennes ont posé dénudées afin de lui manifester leur soutien : « Amour sans frontières », voilà ce qu’indique la banderole (plus d'infos -en hébreu- par là).

Si seulement cette initiative pouvait prendre de l’ampleur à travers tout le monde libre

vendredi 18 novembre 2011

Luciano Benetton ou le pull dans la peau


J’adooooore la dernière campagne de pub Benetton. Par contre je trouve qu’il manque une affiche très en rapport avec la marque susvisée. La voici…


Après tout, moi aussi j’aime bien la provoc. Et puis, je me demandais comment réagiraient certaines sacro-saintes icônes commerciales si on les désacralisait un tantinet avec une très féroce campagne de publicité. Pas avec un procès pour atteinte à l’image quand même ? Et si on essayait pour voir.

D’autres idées de slogans : ‘Benetton ou la passion du pull’… ‘Benetton, au plus près de la matière première’… ‘Oh oui Luciano, empull-moi encore une fois !’…

Sill Bernbach

mercredi 16 novembre 2011

Les Juifs dirigent le Monde


Énième prise de tête du genre, cette fois-ci avec une tête de nœud qui n’aime pas les Chuifs mais qui cherche à en fréquenter parce qu’ils domineraient le monde.

« Les Chuifs sont partout » parait-il.

Oui, ils sont 13 millions dans le monde entier, dont près de la moitié en Israël. Avec un tel effet de masse, le péril étoile-jaune n’est vraiment pas loin. Ah j’oubliais, la plupart d‘entre eux, bien que reconnaissables à de très distinctifs traits physiques, se cacheraient sous des allures ordinaires. Certains analystes à la Thierry Meyssan ou à la Dieudonné évalueraient même le nombre total de Juifs à 3 milliards. Si c’est exact, nous voilà soit Chuifs, soit fichus. Toutefois les plus raisonnables d’entre ces dingos vous diront que ces 13 millions constituent surtout une élite mondiale. Ce qui en plus d’être raisonnable est tout à fait vrai. La plupart des Juifs que je connais ou que j’ai connu vit à ne pas en douter de façon élitiste, soit d’une manière extraordinairement banale ou bien d’une façon scandaleusement modeste. Boudiou, quel scandale ! D’autant plus lorsque l’on sait que toute cette aristocratie juive ne fout rien de la journée (à part diriger le monde, bien sûr), préférant vivre d’allocations judéo-sionistes.

« Le poids financier des Chuifs est gigantesque ».

Oui, en effet, et celui du gigantesque empire (20 000 km2 soit l’équivalent de la Sardaigne ou des 2/3 de la Belgique) qui leur sert de patrie, en est le parfait exemple. Avec un PIB global inferieur à celui du Portugal et un PIB par tête égal à celui des Grecs, on voit bien que ce délire antisémite tombe sous le sens. Remarquez, les Chuifs sont suffisamment fourbes pour planquer leur PIB au Liechtenstein. Un PIB essentiellement généré par leurs activités militaro-impérialistes et leurs trafics d’armes, se doit en effet d’être planqué dans des paradis fiscaux judéo-germaniques. Ben, oui, tous les gens un tant soit peu sérieux savent très bien que les dépenses militaires qu’Israël engage pour sa survie ne sont pas du tout un fardeau que ce pays souhaiterait le plus léger possible, et un frein à son développement économique qu’il cherche à lever, mais plutôt une source intarissable de revenus.

Moralité : au secours, je suis entouré de débiles…

SILomon

mardi 15 novembre 2011

Face à la folie furieuse des mollahs : optimisme ou pessimisme ?


Disons que la meilleure façon d’y répondre est peut-être de rappeler une vieille blague juive voulant qu’il y a un demi-siècle, les pessimistes ont fini à Brooklyn et les optimistes à Auschwitz

SILomon

lundi 14 novembre 2011

Raser Israël stabiliserait la région, c’est certain (ground zero)


Après avoir indiqué le dimanche 6 novembre qu’une attaque israélienne préventive « pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice pour la région », voici qu’Alain Juppé remet ça ce lundi 14, en déclarant que la volonté de l’Iran de se doter de l’arme nucléaire représentait « un danger majeur pour la stabilité de la région et pour la stabilité du monde » mais « qu’une intervention militaire serait pire que le mal et nous entraînerait dans une spirale non maîtrisable ».

Oui c’est sûr, tout cela est fort déplaisant voire même extrêmement fâcheux, et le mieux serait qu’Israël se laisse atomiser la gueule, histoire que la stabilité revienne de nouveau dans la région, n’est-ce pas Monsieur le « meilleur d’entre nous » ?

Bien évidemment qu’une intervention n’est pas sans risques majeurs. Cependant j’aimerais bien savoir quelle serait la réaction du ministre Juppé si un voisin de la France menaçait, plusieurs fois par an et devant le monde entier, de rayer notre pays de la carte et finissait par se doter du moyen militaire de le faire. Monsieur Juppé resterait-il tout aussi mesuré ? Personnellement j’en doute.

Aussi, le conseilleur n’étant pas le payeur, j’ai tout de même envie de rappeler que les principaux concernés sont nos cousins Israéliens, rajoutant un petit ‘bon courage à vous et faites du mieux que vous pourrez, on vous aime’…

SILomon

samedi 12 novembre 2011

Ma cabane à Miyajima


Nombreux sont ceux à avoir affirmé que les plus beaux et grands voyages se font intérieurement. Sans être forcement en désaccord, je suis bien content de m’être rendu au Japon en aout 2010.

Car maintenant, lorsque je m’y rends intérieurement, pour ainsi dire quotidiennement, c’est avec des souvenirs bien réels plein la tête. Ceux des rues de Tokyo, Kyoto, Nara, Hiroshima, mais aussi et surtout ceux des sentiers de l’île de Miyajima.

Le Japon, mon archipel sacré, mon refuge, l’endroit où je ne me suis jamais senti aussi bien, à ce point connecté avec ma nature et mon essence. Mon archipel, mon île, et ma cabane à Miyajima, auxquels je pensais plus particulièrement aujourd’hui, avec juste l’envie de dire merci…



vendredi 11 novembre 2011

Le 11/11/2011 à 11h11


Et bien, voilà qui valait la peine d’attendre, le ventre pris en tenaille entre une boule d’angoisse et une autre d’espoir, l’évènement parmi les évènements, celui qu’il nous faudra désormais stabiloter avec application dans les livres d’histoire.

Le 11-11-11 à 11:11:11, j’ai appris via dépêche AFP que Pippa Middleton retournait au célibat après s’être séparée de son compagnon. Pippa de nouveau libre. Si c’est pas une nouvelle exceptionnelle, ça, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

Grands dieux ce que tous ces fétichistes peuvent être cons, mais d’un con (lire "Vent de folie autour du 11/11/11 à 11h11"). Boudiou !

Sil le Grand, si l’on en croit Nostradamus :-)

jeudi 10 novembre 2011

Marrons chauds


Il y a de ça trente ans, le 11 novembre 1981, je fêtais la Saint Martin au nord du Portugal, dans le village galicien de mes parents. Je m’en souviens comme si c’était hier.

L’une des femmes de ma vie, Dona Margarida, ma maitresse d’école, qui me subjuguait par sa rayonnante beauté, sa douceur, et son extrême intelligence, sans oublier sa magnifique paire de seins dans laquelle je rêvais parfois de m’enfouir, nous emmenait, avec l’aide de ses collègues, en lisière de forêt pour fêter le « magusto » à l’occasion de la Saint Martin.

Je me souviens encore de ce grand bucher, constitué de bois menu, d’écorces et d’épines de pin, accueillant en son sein moult marrons prêts à se faire dorer. Mais aussi de nos jeux et rondes autour des flammes, de m’être brulé les doigts en dévorant ces fruits des bois, ou encore de la bataille de cendres qui s’en suivie, et surtout de la tête de ma mère lorsque je suis rentré. Ah ça, il aura fallu frotter…

Plusieurs années après, je devais découvrir que ce « magusto », cette fête païenne, dédiée à Saint Martin, christianisation oblige, remontait bien loin, à une époque où régnait en Portugalice la magie celtique, où les principales fêtes du calendrier duraient une douzaines de jours, le « magusto » venant clôturer celles ayant lieu à l’occasion du nouvel an druidique.

Comme chaque 11 novembre, il y aura des marrons chauds sur ma table, cuits pour mes diablotins en pensant à mes ancêtres, tout en ayant à l’esprit ce feu où l’on réduit en cendres les épines que l’on aura trouvé sur notre chemin toute l’année durant, mais aussi les buches et autres embuches, celles de nos illusions et déceptions, histoire de repartir le cœur léger mais pas le ventre vide… Bonne année !

SILinho (photos chapardées sur le blog suivant)

mercredi 9 novembre 2011

Charlie Hebdo : Charb embrasse l’Islam


Couverture du 9 novembre : «L’amour plus fort que la haine».

Charb embrasse l’Islam et déclare sa flamme aux musulmans très pratiquants (ou impraticables, c’est selon).

Déclarant également dans son édito « même pas mal » :

« J’ai la trousse qui sent quelque chose entre la saucisse fumée et le pneu brûlé. Ce n’est pas une allusion graveleuse. C’est tout ce que j’ai sorti du tas de suie qui recouvre notre journal : la trousse où je range mes stylos, feutres et gommes. C’est donc ce matériel dérisoire qui nous permet de lutter à égalité avec les pires armées de connards… Ouah ! C’est dingue, le pouvoir de l’humour et de la dérision. Plutôt que de chercher à avoir la bombe, le pouvoir iranien devrait distribuer des crayons aux Gardiens de la révolution… » (…) « Ça fait quoi pour un journal en marge de provoquer un tel consensus dans le pays? Hein? Eh ben, ÇA FAIT DU BIEN ! ».

Oui, ça fait du bien, tout comme une bonne soupe allah grimace :-)

mardi 8 novembre 2011

Tour de cochon ?


« Mais pourquoi vous moquez-vous ainsi de l’islam ? » nous demandent souvent tout un tas de gens plus ou moins bien intentionnés. Pour de très bonnes raisons, ai-je l’habitude d’indiquer en introduction.

C’est vrai ça, à partir du moment où cette religion s’est invitée chez nous, il n’y a pas de raison que nous ne lui réservions pas le même sort qu’à toutes celles déjà installées, non ? À plus forte raison que l’islam, en plus d’être « la religion la plus con du monde », comme l’affirmait avec raison Michel Houellebecq, est certainement la plus ridicule et risible d’entre elles…

Et puis qu’espéraient les islamistes et autres petits serviteurs d’Allah. Qu’ils se contenteraient de récolter de la méfiance, du rejet, de la phobie, de la lâcheté, de l’hystérie, de la part de mauvais Français confondant souvent islam avec musulmans, musulmans avec pratiquants, pratiquants avec intégristes…

Voyons, tous ces braves gens ont déjà oublié ce que ce pays est capable d’enfanter de meilleur. De très humanistes et voltairiens petits génies, portés sur l’humour décapant et un esprit particulièrement frappeur. Messieurs les islamistes, le temps est enfin venu d’apprendre à nous connaître, nous autres véritables Français, à nous connaitre enfin et vraiment…

La dernière très bonne raison sera adressée à mes compatriotes musulmans, qu’ils le soient de gré, de force ou forcenés :

Chers compatriotes, soit les musulmans sont bien des nôtres, appartiennent bien à ce pays, et dans ce cas, il va falloir qu’ils acceptent que nous les traitions comme les autres membres de notre famille nationale, croquant leurs travers comme s’ils étaient les nôtres, soit les musulmans refusent de l’être, auquel cas il faudra qu’ils tirent toutes les conséquences de leur volonté de faire bande à part. Pour ma part, je crois en notre intégration...

SILidim le Magnifique

lundi 7 novembre 2011

Au rayon bonnes résolutions du nouvel an celtique : un syllogisme bardique


Seul le souverain est digne de ma satire ;
Seul le peuple est souverain ;
Seul le peuple est vraiment digne de ma satire...


TalieSIL

dimanche 6 novembre 2011

Petite prière en musique pour le nouvel an celtique



Et une petite prière, une, et une seule, pour le nouvel an celtique, interprétée par la magnifique Méav Ní Mhaolchatha, celle qui sait si bien m’arracher toutes les larmes du corps lorsqu’elle interprète Ailein Duinn (ci-dessous), ou qui sait si bien me consoler quand elle se met à susurrer « one I love »…

Une prière pour que la nouvelle journée, du nouvel an de nos enfants, soit meilleure que celle de l’année dernière…

Sil

samedi 5 novembre 2011

islam : combattrez vous l’esclave ou bien l’esclavage ?


Désolé de me montrer aussi péremptoire que définitif, mais aucun doute n’est permis. La connerie de gauche m’énerve tout autant que celle de droite et vice-versa. Et de grâce épargnez-moi le « on est tous le con de quelqu’un » ou vice-versa. Car le double drame est bien là. Non seulement on ne se sent pas forcément heureux lorsque l’on a raison mais pire que ça, on est souvent attristé de constater que trop peu de monde s’incline comme vous devant certaines évidences. Donc, en matière d’islam, je commence sérieusement à me lasser de toutes les niaiseries de gauche comme de droite qui monopolisent encore le débat à l'occasion de la nouvelle affaire Charlie Hebdo.

Pour le crétin de droite, droit dans ses bottes, avec sa manie de racialiser toute question, tout ça est la faute exclusive des musulmans. Ce n’est pas l’idéologie islamique qui serait délétère, mais tous ces musulmans qui ne sont vraiment pas comme nous. Ben oui, c’est bien connu, comme partout, ce sont les fidèles qui composent les religions ou les dogmes et non le clergé. On peut même dire que le coran est une œuvre collective en perpétuelle composition soumise à vote populaire. Il existerait d’ailleurs un groupe facebook qui appelle à ce que le concept de « djihad » prenne un jour le sens de « batailles de polochons ». Portenawake !

Pour le neuneu de gauche, confit dans ses certitudes préconçues, avec sa manie de socialiser toute question, ni l’islam, ni aucun musulman n’est responsable de quoi que ce soit. Le musulman est un éternel opprimé et sa religion un baume pour calmer les effets de l’oppression, de notre oppression qui pesait déjà, c’est certain, au 7e siècle, sur les frêles et délicates épaules du paraclet (consolateur) Mahomet. Et oui ! C’est là le plus comique. Tout occupé à fantasmer notre supposée oppression occidentale ou capitaliste, le neuneu de gauche en oublie une d’évidente, d’explicite, écrite et psalmodiée on ne peut plus clairement. L’islam. L’islam qui signifie soumission. L’islam qui signifie oppression. L’islam qui signifie esclavage.

Alors aux crétins de droite et aux neuneux de gauche, pour faire simple et clair, je leur poserai juste une question.

Dans cette guerre qui nous oppose à l’idéologie islamique actuelle, que ferez-vous ? Combattrez-vous les esclaves en légitimant le système esclavagiste ou bien combattrez-vous cet esclavage ainsi que les esclavagistes afin que nos frères actuellement soumis puissent être libres un jour, libres de leur vie, de leur pensée, de leur spiritualité, etc ?

Libres comme nous avons fini par l’être après moult combats passés. « Ecrasons l’infâme » écrivait Voltaire au XVIIIe siècle en parlant de l’Eglise, de son clergé et de ses dogmes, dans le but de libérer la chrétienté de certaines chaînes. Au XXIe, dans la même veine, saurons-nous dire « éclatons cet infâme islam » dans le but de libérer les musulmans de chaînes semblables…

SILimalikoum

vendredi 4 novembre 2011

« islamophobie »


Un mot à dire, islamopposant (je t’en foutrais, moi, de l’islamophobie)

Lorsque j’ai commencé à vouloir m’opposer à la montée des islamistes et de leur islam dans mon pays, avec mes gros bras velus et musclés, je me suis retrouvé un petit peu gêné aux entournures par les qualificatifs à ma disposition.

Pour me qualifier, je ne disposais alors que d’un seul mot. « islamophobe ».

J’avais beau me forcer, je n’arrivais à déglutir ce mot-là que très difficilement. Ce faisant je ne l’ai prononcé puis écris qu’une ou deux fois puisque mon stylo s’est mis à fuir et mon clavier à bugger. Sans oublier l’haleine fétide que le fait de prononcer ce mot me donnait. En effet, bien que mis en avant par le régime khomeyniste afin de contrer tout blasphème contre l’islam, terme qui joue au passage sur l’ambiguïté entre islam (la religion) et Islam (la communauté des fidèles) afin de susciter l’amalgame, avant d’être utilisé également par ceux qui critiquent cette religion, le mot islamophobe n’en raisonnait pas moins à mes oreilles comme phobique, épidermique, mal ressenti, bileux, limite xénophobe, bref tout sauf raisonnable.

Peu de temps après, j’ai découvert le mot « islamosceptique ». Ce mot a commencé par me plaire. Me plaisant, je l’ai tutoyé. Il avait l’avantage de procéder du questionnement et du doute qui me sont tous deux chers. Toutefois, ce n’était pas encore ça. Après avoir lu et relu, encore et encore, ces 8 dernières années, le coran, les hadiths, des biographies de Mahomet et moult autres ouvrages, que voulez vous, niveau doutes, je n’en ai plus le moindre quant à l’aspect mortifère et totalitaire de cette idéologie religieuse. Les seuls doutes demeurant sur la façon de la combattre, au mieux des intérêts des peuples déjà soumis ou bien en cours de soumission.

C’est alors qu’une idée m’assaillit, un matin, peu après mon réveil, tout en savourant mon Nesquik (PUB). Je me suis rappelé que les opposants aux régimes fascistes ou communistes n’avaient jamais été qualifiés de fascistophobes, communistophobes ou bien de fascitosceptiques et communistosceptiques mais plutôt d’opposants au fascisme et d’opposants au communisme. C’est ainsi que dans une même éructation synaptique me vinrent les notions « d’idéologie fascislamique » et de « Fascislm » ainsi que le qualificatif d’islamopposant. Qualificatif qui me va comme un gant.

islamopposant™, islamopponent™, la marque des vainqueurs... Crush the Fascislm...

SIL ganté de velours.

Illustration : il s’agit du drapeau saoudien, la seule caricature islamique autorisée. On peut y lire la Shahada, soit la profession de foi musulmane, précisant « qu’il n’y de dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète ». Voici pour la représentation textuelle de Mahomet. Quant aux armes, en guise de bombe, on y voit un sabre. C’est mieux ! Ça fait sans aucun doute bien plus orthodoxe…

Addendum : lire également "L'invention de l'islamophobie" par Pascal BRUCKNER...

jeudi 3 novembre 2011

Caricatures de Mahomet : Mahomerde alors !!!


Parce qu’une politique de la riposte systématique demeure la meilleure réponse apportée à ces fascistes à barbe…

En guise de modeste soutien à Charlie Hebdo, voici quatre de mes créations personnelles en matière de caricatures mahométanes, des créations, ma foi, aussi subversives que d’une eXc-ellente facture, n’est-ce pas ?

SILidim le Magnifique


« Un jour, chacun pensera exactement ce qu’il a envie de penser, et alors tout le monde partagera probablement les mêmes opinions. » Andy Warhol


« La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive contre l’ennemi. » Pablo Picasso


La vanité de Mahomet : comme l’aurait dit Lacan, « Allah est mort, le problème est qu’il refuse de le savoir »


Mahom-E.T. go home

Lire également l'indispensable : Oh les vilaines caricatures que voilà (in bed with Mohamed) ! Un must...

mercredi 2 novembre 2011

Riposte Laïque responsable de l’attentat chez Charia Hebdo (!)


Dans un entretien eXclusif accordé au Republicoin, la Ligue des Droits d’AllaH (LDH) affirme que l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo a été perpétré par les responsables de l’association Riposte Laïque.

En effet, plusieurs témoins auraient aperçu Pierre Cassen lançant des cocktails pinard-molotov à travers une vitre brisée des locaux du périodique, pendant que Christine Tasin se ruait à l’assaut, un bâton de berger Justin Bridou (king size) à la main pour tout défoncer, le tout en gueulant « mort à la dhimmitude ».

Certains analystes de la LDH pensent en effet, que des éléments particulièrement paranoïaques, appartenant à l’association, auraient convaincu notre brave Christine et ce bon vieux Pierre de la conversion à l’islam de Charb(el cheikh) et (anda)Luz, et que le nom d’emprunt « Charia Hebdo » cachait bel et bien une opération de conversion de l’opinion publique.

La LDH demande bien évidemment l’arrestation et l’internement, voire la déportation à Saint-Pierre et Miquelon de ces dangereux ennemis de la démocratie…

SILidim le Magnifique

Addendum sérieux : un grand merci aux responsables du journal Libération, et plus particulièrement à Nicolas Demorand, pour leur généreuse offre d’assistance aux petits gars de chez Charlie. Pour une fois, Libé mérite bien son nom…