vendredi 31 janvier 2014

Dopage : le mythe Steve Jobs s’effondre


A l’heure ou l’action Apple rencontre quelques déboires, j’apprends via une biographie de Steve Jobs que le fondateur de la marque à la pomme devait ses idées novatrices à des prises régulières de LSD dont il a fait par ailleurs la promotion. « Think Different » signifiant à priori « pensez drogués »

Voici par conséquent ce « grand créatif » et esprit visionnaire disqualifié pour dopage. Un mythe s’effondre ! C’est triste. Aussi triste que ce cancer accréditant la thèse du dopage en question…

Qu’on se le dise, la seule  substance stimulante autorisée pour les grands esprits visionnaires demeure le thé et rien d’autre. Par conséquent dites non à la drogue. Au suivant :-)

SILong Jing

jeudi 30 janvier 2014

Tranche de vie métropolitaine : quand le Jeune se la pète (les coutures)


Grands dieux, ce que l'on ne fait décidément "pas sérieux quand on a dix-sept ans" :

"Ouais, je sais, je suis trop un gosbô, avec mes grolles de chez Nike posées sur le strapontin d’à côté, histoire de marquer mon territoire de roquet grimé aux couleurs du PSG et à la cervelle assistée par téléphone-intelligent. Ouais, je me la pète  à m’en faire craquer les coutures de l’entrecuisse. Ouais, je sais, j’ai l’air d’un con…"

SIL l'Ancien

mardi 28 janvier 2014

Le vin c’est mauvais et puis c’est tout


Bande d’alcooliques, oui, misérable bande d’alcooliques, va ! « Pourquoi je m’énerve ? ». Déjà, d'une, je ne m’énerve pas puisque j’invective avec ce qu’il faut de chaleur et de bienveillance pour rendre mon propos digeste. Ensuite je ne fais que répondre à la volée de verts cépages que me valu mon billet du 22 novembre dernier, « Beaujolais : 'in vinasse, veritas, my ass !' ». Et vas-y que je ne comprends rien au vin, que je suis dénué du moindre goût en la matière. C’est simple, j’en ai entendu vraiment des vertes et de pas mûres, ce qui me laisse un goût amer et me pousse à dire à la bande d’alcooliques que je fréquente qu’elle a décidemment l’alcool mauvais et le vin intolérant, ce qui est triste. Alors que moi, preuve, encore une fois de ma supériorité, j’ai le thé joyeux.

Mais oui, messieurs les rougeauds, point d’ambages, dois-je vous rappeler que le vin, tout comme pas mal d’autres alcools, ça a surtout servi, pendant longtemps, à se démonter la tête pour mieux se jeter dans la bataille, puis après, afin de noyer dans l’alcool les images des carnages, mais aussi à s’étourdir suffisamment pour en arriver à sodomiser des jeunes garçons dans d’ahurissantes orgies.

N’oublions pas non plus, notre brave pécore occidental, qui en l’absence de café à prix abordable, en a été réduit, tout aussi longtemps, à se réveiller avec les calories et l’aigreur de cette vinasse, mais également, à oublier dans ses éthers, les difficultés de la vie.

Moralité, Il faut vraiment être un médiocre bourgeois de la plus vile bouture qui soit pour trouver gouleyant, dans le vin, cet âpre gout de terre dont le paysan passait la journée à avaler, involontairement, la poussière. Et dire, qu’il y en a qui poussent le snobisme jusqu’au point de décliner dans cette science oiseuse qu’est l’œnologie toutes les nuances poussiéreuses de ce jus de caillasse.

Non, goûter, sentir, décliner les nuances d’un thé, je peux aisément le comprendre. Il y a quelque chose de floral, d’aérien, d’infiniment subtil dans le thé. Pas dans le vin ! A moins d’avoir l’esprit suffisamment embrumé pour oser s’amuser à ce jeu-là avec cette aberration végétale et gustative.

D’ailleurs, c’est à ce genre de détails, que l’on départage la grandeur des civilisations. Le paysan asiatique ou le samouraï qui boit son thé, pour garder les idées claires et l’esprit alerte, pendant sa journée de travail, ou dans l’enfer des grandes batailles, voilà qui en impose ; ça, c’est la classe ! La vinasse, surement pas !

Maintenant, vous faites ce que vous voulez, je suis plutôt libéral comme garçon, mais de grâce, ne cherchez pas à me faire avaler n’importe quoi.

Tiens, tout ça m’a donné comme une envie de sencha de la maison Harney & Son, servi par mes jolies maitresses de cérémonie, du thé. Je vous laisse...

SILong Jing

lundi 27 janvier 2014

Nabila Ben Youssef : Vive la Québézienne Libre !


« Je parle trois langues, le français, l’arabe et sous la torture »

Attention bouffée d’oxygène sur Paris, au Théâtre Popul’Air du Reinitas (Paris 20e) avec Nabila Ben Youssef, artiste Québécoise d’origine tunisienne, qui nous en a mis, samedi soir, plein les yeux, les oreilles, les bronches, les chakras, etc.

Pendant une heure et demie, ce petit bout de femme, ayant tout de la grande dame, drôle au possible, sensuelle à souhait, « française de bouche » aux jolies lèvres quoi qu’elle en dise, nous a offert une revue complète.

De l’Afrique au Québec et de l’Europe au bled, avec cet humour propre aux gens qui ont des choses à dire, tout y est passé : les femmes, les hommes, le sexe, les langues, la religion, la politique, pour notre plus grand plaisir, son spectacle frisant souvent l’orgasme.

Avec cette Nabila là, vous découvrirez la différence entre un imam et un curé ; comprendrez en quoi le voile est fait pour séduire et non pour faire fuir ; reconnaitrez un orgasme arabe et trouverez également son point G ; apprendrez à faire fuir des témoins de Jéhovah, et plein d’autres choses encore…

A voir absolument, et à inviter sur les plateaux télé, en attendant la sortie du DVD.

En bonus, voici quelques petites mise en bouche, ici, et ...

SILimalikoum

dimanche 26 janvier 2014

Comme une envie de sentimentalisme combatif


« Nous ne sommes pas indestructibles, mais ne cédons pas à la fatalité,
 Certaines choses méritent d’être défendues, certains sentiments ne meurent jamais,
Il n’y a pas d’échappatoire, il n’y a pas de raccourci vers un abri. 
Il n’y aura pas d’échappatoire en versant dans la facilité… » 

Robert Tepper « No Easy Way Out » pour Rocky IV

vendredi 24 janvier 2014

Une semaine très « match-retour » vue d’ici


Dimanche 19 janvier : la revanche du général Hiver. Encerclé, parait-il, par le réchauffement climatique, le général Hiver a mené deux percées largement victorieuses, puisqu’il a poussé celle sur le flanc ouest-américain jusqu’au sud du pays, pendant qu’à l’est, il a déjà largement dépassé Moscou, espérant maintenant prendre Berlin puis Paris. Chaud devant !

Lundi : tarte dans la gueule après tarte dans la gueule, ceux qui espéraient fourrer leur quenelle dans le cul des juifs, se retrouvent maintenant avec le coude en travers de la gorge, et le reste baignant dans la bile. De quoi s’étouffer de rire, non ?

Mardi : Bis repetita placent. Malgré les petites et grandes manœuvres des islamistes, sans oublier leur avalanche de coups tordus,  la nouvelle constitution égyptienne redevient militaire et celle de la  Tunisie espère redevenir laïque. Comme quoi Allah n’est pas si grand.

Mercredi : l’Iran revient à la charge fissile. Toujours au rayon « Orient compliqué »,  l’Iran des mollahs a fait savoir que l’accord sur lequel ils s’étaient accordés avec les Occidentaux n’est pas du tout le même que celui sur lequel ils s’étaient mis d’accord entre eux, si vous voyez ce que je veux dire, mais également que leur signature n’engage que ceux qui la souligneraient…

Jeudi : ironies de l’histoire et retour de bâton karmique. A l’Élysée, la briseuse de couple voit ses rêves de dorures brisés, pendant que le « ça président » se retrouve dans de beaux draps politiques et médiatiques. Ainsi va la divine comédie du pouvoir.

Vendredi : Mais ce n’est pas tout puisque les augures nous font savoir que la méduse Massonneau, alias Valérie Trierweiler, attend désormais son heure pour figer le malotru qui l’a répudiée d’une façon aussi infamante. Le Flan n'a qu'à bien se tenir...

jeudi 23 janvier 2014

mardi 21 janvier 2014

Toujours raison ou presque


Les joyeuses résolutions que je proposais la semaine dernière ont fortement déplu à Madame Quidam, d’où l’échange qui suit :

- Parce qu’il ne vous arrive jamais de vous tromper peut-être ?
- Bien sûr que si, sauf qu’en général, même en matière d’erreur, je m’applique. Quand je me plante, c’est magistralement, et quand je mets à côté, c’est pile-poil dedans.
- Et plus sérieusement ?
- Plus sérieusement, je me trompe surtout quand je ne m’écoute pas assez, ou plutôt lorsque j’écoute moins  mon instinct que mon cœur. Quel crétin ce dernier, des fois. En même temps, si j’avais toujours raison, je serai un dieu. Or je n’en suis qu’un demi :)
- Mais vous êtes insupportable !
- Certes mais délicieusement… d’après celles et ceux qui me connaissent vraiment, bien sûr :)

SIL le Grand

lundi 20 janvier 2014

« Match Retour » : vive le papy boom boom !


Au rayon nanar-magnifique, en voici un fort sympathique mais pas seulement puisque j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder ce « match retour » opposant le toujours aussi athlétique Sylvester Stallone au tout aussi viril Robert De Niro. L’aussi belle qu’agréable surprise du film étant la présence de Kim Basinger pas moins sexy qu’il y a neuf semaines et demi.

Outre l’humour, l’autodérision, les multiples clins d’œil, mais aussi la tendresse et une forme de sagesse saupoudrée de testostérone sexagénaire, je me suis dit la chose suivante :

A une époque où la quarantaine est devenue l’âge de la crise d’adolescence et où la soixantaine est désormais celui d’une certaine fleur, où pas grand-chose n’est impossible, à plus forte raison dans un pays où tout un chacun garde intact son droit à l’héroïsme, il n’est finalement pas si étonnant d’y trouver un film damant le pion aux jeunes cons de maintenant. Remarquez, ce n’est pas le premier. Rappelez-vous du « Space Cowboys », dans un genre un peu plus grandiloquent.

Un élément que nos très jouvenceaux chroniqueurs n’auront sans doute pas saisi. Trop jeunes, sans doute. Bref, un film « only possible » aux USA. A voir !

SILvester

samedi 18 janvier 2014

Une furieuse envie de gâteau basque :-)


Mon pingouin ayant manifesté une furieuse envie 
de gâteau basque, piquillos et chipirons,
je l'ai emmené surfer du côté de Donibane-Lohizune

SILohizune ;-)



vendredi 17 janvier 2014

Vues sur Mer à Saint-Jean-de-Luz


Preuve que la Basque, 
a froid aux yeux, 
mais pas au reste...

SILpiron



jeudi 16 janvier 2014

Vos très résolues résolutions pour 2014


Pour celles et ceux qui n’auraient toujours pas trouvé la moindre bonne résolution à se mettre sous la dent, voici au moins une série de résolutions d’offerte par leur serveur-serviteur favori.

Vous conviendrez que le SIL du Republicoin met souvent dans le mille. À titre d’exemple, j’ai été des premiers à sentir que Barack Obama avait de fortes chances de correspondre à l’air du temps, mais aussi d’être un président baudruche fort peu utile à l’Amérique

J’ai également été de ceux à ne pas paniquer face à la crise financière mais également devant le catastrophisme écologique ambiant. Sans compter que j'ai écrit le scénario présidentiel 2012, au final près :-) avec un an et demi d'avance...

Par ailleurs je demeure parmi les rares à critiquer l’islam et à combattre résolument l’agenda islamiste sans verser dans le grand n’importe quoi haineux ou liberticide, etc.

Aussi puisque que le Republicoin a très souvent raison, j’encourage mes lecteurs peu assidus à me lire d’avantage et aux plus assidus à ne surtout rien changer. Les plus sportifs peuvent s’initier avec moi au kyudo (l’art de mettre dans le mille) ou alors tenter d’attraper des mouches avec des baguettes (une autre discipline SILienne). Les jolies filles n’ont qu’à se tatouer un SIL dans un endroit bien centré. Quant aux fans les plus exaltés, je les invite à chanter des odes à la gloire de leur iHéros préféré. N’est-elle pas belle, franchement, cette série de bonnes résolutions ?

SIL le Grand... selon Nostradamus :-) 

mercredi 15 janvier 2014

Star Wars "le retour" : « You must use de Force »


A l'occasion de la diffusion par M6 de la saga "Star Wars",  voici cette magnifique vidéo où l’on peut apprécier les exploits vocaux que ce talentueux jeune homme dédie à John Williams, le compositeur des musiques de la même série.

Pendant que vous écouterez cette chanson, faites-moi plaisir en méditant sur cette grande question qui nous a occupé, des amis et moi, pendant quelques heures. Les Jedi sont-ils des couilles molles, pour ne pas dire des incapables ? Importante question s’il en est, à l’heure où le Jediisme se développe avec 500 000 personnes se réclamant déjà de ce nouveau mouvement religieux.

Une question fondamentale qui nous a été suscitée par une interrogation plus secondaire mais toute aussi pertinente. Existe-t-il des Jedi de gauche et de droite ?

D’extrême groite ou drauche, c’est certain ! Les Sith en sont le parfait exemple. Rouges et bruns à la fois. Anakin Skywalker illustrant quant à lui la possibilité de passer d’un extrême à l’autre. Jeune gauchiste franchement rebelle, le voilà qui au contact du Pouvoir bascule du côté fasciste de la Force avec vengeances, massacres, matérialisme spirituel et un bon gros totalitarisme à la clef.

De Gauche, il semble y en avoir pas mal, à commencer par maître Yoda chez qui certains de mes amis ont détecté un côté Jospin. Notamment par cette capacité à se retirer de la vie Jediique, dans une planète pourrie, histoire d’expier ses aveuglements et son angélisme. Il faut dire qu’il y avait de quoi. Soi disant que ça sentirait les déséquilibres dans la Force jusqu’au niveau de la galaxie, que ça prédirait le futur proche, et ce n’est même pas fichu de voir que le sénateur Palpatine est une ordure de la pire espèce. Accessoirement, presque tous ceux qui ont vu le film, sans être nécessairement des Jedi, l’avaient vu venir gros comme un astre noir, celui-là. Maître Obi-Wan-Kenobi, le professeur d’Anakin skywalker, étant lui aussi à mettre dans le même panier. En effet, on a pu se rendre compte des résultats désastreux que son pédagogisme et son trop grand laxisme ont produits sur le jeune Anakin. C’est sûr, on ne vous félicite pas, tas d’incompétents !

De droite, c’est moins sûr. À première vue il y aurait bien maître Windu (interprété par Samuel L. Jackson) et ses trois acolytes, ceux qui acceptent de le suivre lorsqu’il se décide à arrêter le sénateur Palpatine, histoire que force reste à la loi, à la république et au côté lumineux de la Force, les Lumières. Cependant vous pourrez observer qu’après avoir terrassé le futur empereur, maître Windu ne peut pas s’empêcher de tenter de recueillir l’assentiment du jeune Anakin avant de mettre à mort le tyran, et ce alors que pendant ce temps l’empereur torture l’âme du jeune Jedi dont il obtiendra l’asservissement. Flancher ainsi alors qu’il aurait pu d’un petit coup de sabre-laser éviter autant de destructions et de souffrances, le tout en état de légitime défense. Quelle preuve de faiblesse et d’incapacité à assumer une option nécessaire. Pas assez conservateur en définitive. Face à la tyrannie, pas assez d’instinct de conservation. Quels faibles ces Jedi !

D’extrême-centre, aucun, c’est certain ! Du moins à ce stade de l’histoire. Sinon, non seulement le conseil Jedi aurait vu venir de loin les petites manigances du sénateur Palpatine mais en plus il lui aurait taillé les oreilles en pointe à coup de sabre laser.

Les Jedi eXcentristes viendront après, avec Luc et Leïa par exemple. Inlassables combattants de la Liberté, libérateurs de peuples de la tiers-galaxie, capables de penser et d’agir, de méditer activement, de combattre et d’aimer, d’affronter leur terrible père tout en lui manifestant cet amour qui le libérera à la toute fin du parcours, lors de la mort du tyran. Ça c’est du Jedi ! Pas comme les autres couilles molles qui n’auront servi à pas grand-chose, si ce n’est mourir stupidement dans une bataille aussi ridicule que celle menée contre des vulgaires droïdes dans l’arène de Géonosis. Franchement…


SILuc Skywalker ninjedi republicain

mardi 14 janvier 2014

François Hollande : un président fascinant


Le problème avec François Hollande, c’est que l’exercice consistant à se rappeler toutes ses bévues depuis qu’il est président tiendrait du TOC. Il y en a, au moins, une par semaine. Avec Julie Gayet, il démarre même l’année 2014 en fanfare.

Et le chœur de flutes de ses supporters n’y changera rien. Ce qu’il y a désastreux n’est pas tant qu’on touche à sa vie privée de président, mais bien l’image qu’il donne de la magistrature suprême. D’ailleurs plusieurs choses me fascinent.

Alors que le code militaire américain interdit formellement l’adultère pour des raisons de discipline et de vertu, mais aussi et surtout histoire qu’un soldat ou plus encore un officier ne soit pas piégé par l’ennemi ou victime de chantage, je suis fasciné de constater que nos porteurs de valise nucléaire, qu’ils soient Américains (enfin, surtout démocrates) ou Français, puissent courir la gueuse sans se soucier des éventuelles conséquences pour leur sécurité et par ricochet la nôtre.

Alors que le Statut général de la fonction publique impose à tout fonctionnaire un devoir de probité (ex : ne pas utiliser les moyens du service à des fins personnelles) et de moralité y compris en dehors du service (ex : en évitant tout scandale ou comportement infamant), je suis fasciné de voir que le chef de l’Etat puisse utiliser les moyens mis à sa disposition pour s’en aller tringler ou nourrir sa ribaude, et puisse faire scandale sans que cela ne pose de problème fondamental à notre pays.

Sans compter que cela ressemble à quoi, franchement, un chef de l’État enfourchant un vulgaire scooter au risque du misérable désastre routier. J’imagine d’ici les gros titres : le président percute une benne en s’en allant honorer sa gourgandine…

SILarose l’important

lundi 13 janvier 2014

Si vis pacem, para bellum


Parmi les cadeaux déposés au pied du sapin : la superbe version illustrée de "l'Art de la guerre" de Sun Tzu... avec mon vieux sabre pour parfait marque page. 

La principale sagesse du stratège est de tout faire pour éviter la guerre... et de tout faire pour la remporter quand elle est là... 

Bref, la paix, une chose beaucoup trop précieuse, vitale et sérieuse pour être laissée aux pacifistes :-)

Sun TSIL 

dimanche 12 janvier 2014

Comme une envie de sentimentalisme montagnard


" Étoile des neiges
                                                          Mon coeur amoureux
                                                           S'est pris au piège
       De tes grands yeux..."

Dendrite SILiforme

vendredi 10 janvier 2014

Face à l'antisémitisme ayez le reflexe Nin-jewtsu


Devant la multiplication du nombre de crevures antisémites venues balafrer  le très candide visage de nos sociétés, j’ai l’honneur de vous annoncer l’ouverture d’une 37e chambre dans le temple de Shaolin. La chambre Shalomin. Avec quelques amis, nous y enseigneront entre autres Jew-do, le Ninjewtsu et  Jew-Jitsu.

SILóng Tài-Yáng

jeudi 9 janvier 2014

Antisémitisme-islamophobie : deux poids, deux mesures?


Voilà ce que l’on peut lire en conclusion d’un article du Monde sur le goût assez prononcé d’une partie de notre jeunesse musulmane pour « l’antisionisme » du sieur Dieudonné.
(…) Tous dénoncent en effet le « deux poids deux mesures » dont feraient preuve les pouvoirs publics en matière de liberté d’expression et dans leur combat contre l’antisémitisme et contre l’islamophobie. « C’est vrai qu’avec l’affaire des caricatures , politiques et intellectuels ont posé le principe que l’on pouvait rire de tout. Du coup, beaucoup se disent, si on peut rire du Prophète, on peut rire de la Shoah », résume M. Kimouche (du site Al Kanz). A sa manière, M. Boubakeur ne dit pas autre chose : « Quand nous sommes attaqués, nous aussi attendons des réactions. »
Grands dieux ce qu’ils peuvent être cons ! Par conséquent faisons simple pour ces demeurés-là aussi.

Voyez-vous, chez nous en France, vous ne trouverez pas grand monde (à ma connaissance) pour rigoler grassement (du moins publiquement) des horreurs de l’esclavage, des massacres intervenus dans nos anciennes colonies, ou encore des Algériens jetés dans la Seine le 17 octobre 1961. Un certain sens du respect de la vie humaine, sans doute. Aussi vous comprendrez que l’idée de se moquer de la Shoah nous dégoute bien plus encore…

Par contre, il est vrai que nous adorons railler (et ce n’est pas près de changer) tous les mégalomanes particulièrement déjantés, religieux ou profanes, amateurs de brebis à abuser, et bien évidemment, les brebis qui ne trouveraient rien à redire si ce n’est bêler des « mêêê mêêê (= on n’a pas le droit de se moquer) ». C’est notre façon de garder notre humanité bien droite sur sa plante des pieds, de ne blesser que des ego ou orgueils quelque peu démesurés, mais aussi de cultiver un certain sens de la liberté.

Maintenant, si vous ne faites toujours pas la différence entre les deux démarches, surtout n’hésitez pas à vous en aller brouter là où l’herbe vous paraitra plus verte…

TalieSIL

mercredi 8 janvier 2014

Eusébio : une « perle noire » brille dans le ciel lusitanien


La sublime chanteuse de fado, Ana Moura, a raison de rappeler ce qui suit :

« A une époque où les Portugais avaient les pieds pris dans la pauvreté, la dictature et la guerre, tu t’es envolé et emporté le Portugal avec toi. Tu as apporté du rêve au pays. Avec notre immense Amalia tu nous a appris à relever la tête devant le monde. Merci pour la magie et pour l’exemple. Repose en paix. »

J’ajouterai, qu’à une époque, celle des guerres coloniales, où les officiers de l’armée de Salazar organisaient des matches de foot avec des têtes d’indigènes, en devenant un héros portugais, tu as contribué à saper avec tes pieds, et ce malgré la volonté du régime de t’instrumentaliser,  l’un des piliers du régime fasciste de l’époque, le racisme…

Par ailleurs, c’est à ce genre d’hommage national que l’on se demande si le football n’est pas la première religion du Portugal. Aucun pape n’aurait eu droit à trois jours de deuil national :-)

EuSILbio 

mardi 7 janvier 2014

Mes très résolues résolutions pour 2014


Les récits mythiques anciens abordent parfois ces moments de lassitude que rencontrent bien des héros, ces moments où ils en ont marre de recevoir sur la nuque des cascades entières de conneries bien humaines. Grands dieux ce que je les comprends car je connais ça, moi aussi, parfois :-) Cependant cela ne dure jamais bien longtemps car en bon chevalier du dragon, un entraînement particulièrement poussé a fait de votre serviteur l’un des rares héros à espérer pouvoir inverser un jour le cours d’une cascade niagaresque. Mais si ! Mais si !

C’est ainsi que je poursuivrai tous les jours mon entraînement, en continuant à me disputer avec les tenants des idéologies les plus funestes que l’esprit humain a su créer ; avec tous ces gens un peu rouges, verts ou bruns, qui tachent tout ce qu’ils touchent ; avec tous ces frustrés de révolutionnaires à deux balles, très souvent collés aux radiateurs d’une fonction publique ou semi-privée, juste bons à destiner les autres au casse-pipe idéologique, tous ces jean-foutre de bourgeois médiocres aussi idiots qu’inutiles qui ne savent rien faire d’autre qu’inviter les gosses de l’immigration ou du petit peuple d’ici à vomir sur ce pays, ses valeurs, ses réussites et les acteurs de celles-ci ;  des mauvais conseils qui n’ont jamais aidé quiconque à s’intégrer ou à se hisser socialement.

C’est ainsi également que je continuerai de recevoir sur la cou des cascades de leçons de morale par des dépravés ; des leçons de vie par des irresponsables même pas foutus de s’occuper d’eux-mêmes ; des leçons d’éducation par des immatures qui ne veulent pas d’enfants ; des cours de grandeur par des foutriquets, de courage par des couards ou de solidarité par des petits égoïstes qui vont jusqu’à se briquer le nombril en ânonnant le mot « gauche » à longueur de journée ; mais encore d’intelligence par des demeurés chez qui l’imagination tient lieu de réflexion et l’opinion d’imagination (un beau bordel) ; et pour finir, de créativité par des gens totalement stériles ; par des gens qui ne savent faire les choses qu’avec le muscle stylo-glosse, le seul outil dont ils disposent…

Comble de l’obstination, je me coltinerai même ceux, qui par je ne sais quel prodige, parviennent à être tout cela à la fois. Si, si, j’en connais.

Allez « Rozan Sho Ryû Ha » 

SILryu, chevalier d'Athéna, en stage du côté d’Iguaçu ;-) 

lundi 6 janvier 2014

Belle et Sébastien


Voilà un film beau à en pleurer. J’ai d’ailleurs pleuré, le plus discrètement possible, histoire que mes gosses, ces adorables petits monstres pyrénéens, ne se moquent pas de moi.

Le spectacle était grandiose… simple et grandiose… tout en zooms et en contrastes… entremêlant petite et grande histoire ; rugosité et beauté ; dureté et tendresse ; rudesse de survie et amour de la vie ; sauvagerie et humanité ; froideur montagneuse et chaleur montagnarde ; étroitesse des refuges et grands espaces… de ceux qui coupent le souffle, à l’exception de l’épique…

Le tout servi par un monstre sacré, Tcheky Karyo, mais aussi un gamin magnifique, et d’autres acteurs non moins beaux… chienne y compris…

Merci Nicolas Vannier. Merci pour cette grande bouffée d’oxygène… On en reprendra.

SILbastien

PS : merveille supplémentaire ; je suis parvenu à écouter Zaz chanter la chanson du film sans avoir été pris d'une crise de colique ou d'urticaire...

dimanche 5 janvier 2014

Comme une envie de sentimentalisme néo-annuel


"Parfois je vois
                                Comment le nouveau monde courageux arrive
Et je vois comment il prospère
Sur les cendres de nos vies"

SILyngstad

vendredi 3 janvier 2014

Ses vœux les plus chaleureux pour l’année 2014


Malgré un réchauffement climatique en rade,
Je vous souhaite une chaleureuse année 2014,
Ou du moins plus douce que celle de 2013.


SILs Olav

jeudi 2 janvier 2014

La France en pleine épidémie de Quenellose


Cet hiver, chez nous en France, le principal virus à craindre ne sera pas celui de la grippe ou bien de la gastro-entérite, mais une variante du virus Z (zombi), la Quenellose antisémite…

Docteur HouSIL



mercredi 1 janvier 2014

Bonne Année !


Meilleurs Voeux, 
de bonheur, paix, pognon, sexe, etc, 
à toutes et à tous...

SILounet