vendredi 30 janvier 2015

Survivante d’Auschwitz : «Les Français seraient-ils descendus dans la rue si les victimes avaient été juives?»

Au risque de verser un supertanker de glace pilée supplementaire, cette dame a parfaitement raison. Les Français ne seraient pas descendus dans la rue si on n’avait tué que des Juifs il y a 15 jours. Ils ne l’ont pas fait suite aux attaques de Mohammed Merah. Et le fait qu’il a abattu une petite fille juive âgée de 8 ans, d’une balle dans la tête à bout portant, n’a pas vraiment secoué l’opinion. Pourquoi ? C’est simple.
Des décennies (pour ne rester qu’à la partie récente) de propagande antisémite (de droite) et antisioniste (la même mais de gauche) ont rendu l’opinion insensible au sort des Juifs (y compris les nôtres). Pour bon nombre de Français, les Juifs qui sont morts ne sont que les victimes collatérales d’une guerre entre Juifs et Arabes qui emmerde tout le monde. La seule erreur des derniers terroristes a été de s’attaquer au mode de vie des Français. Ils se mobiliseront toujours bien plus pour leurs journaux-de-branleurs, pinard et sauciflard, que pour leurs Juifs… du moins tant qu’on n’aura pas karchérisé la propagande en question…
SILomon 

Vidéo : Marceline Loridan-Ivens est l’une des dernières survivantes d’Auschwitz encore en vie. Elle a témoigné sur France Inter, hier, sans mâcher ses mots, et jète un froid. (source)


mardi 27 janvier 2015

70e commémoration de la libération du camp d’Auschwitz : plus jamais ça, c’est plus jamais ça !


Israël calomnié, torturé, martyrisé, génocidé…
Mais Israël ressuscité… 
Et désormais en État de se défendre…

SILomon

samedi 17 janvier 2015

Charlie Hebdo : c’est la faute à l’idéologie, imbécile ! (ni économie, ni école, ni immigration, ni conflit israélo-arabe)


Je ne sais pas vous, mais moi, j’en ai plus que soupé des sempiternelles niaiseries débitées, encore et toujours, malgré les derniers actes de guerre, par les crétins télévisuels habituels qui, après n’avoir rien compris toutes ces décennies, ne parviennent qu’à nous démontrer définitivement qu’ils font bien plus partie du problème que de la solution…

Eh vas-y que j’éructe les mêmes banalités sur la croissance, l’immigration, les prisons, l’école, le conflit israélo-arabe, etc. Marre à la fin ! Marre de toute cette cécité capitularde ! P’tain de cauchemar. 

Reprenons :

1) « La croissance apaiserait les tensions » : C’est moi ou la croissance que l’on peut observer en Suède, en Allemagne, et dans d’autres pays, n’apaise aucune tension avec une frange des musulmans ? Pourquoi donc ?!?

2) « Il faudrait que l’école soit plus ceci, moins cela, et vice-versa » : s’il est certain qu’une école bonnet d’âne menée par des enseignants englués dans la plus médiocre et misérabiliste des bien-pensances participe du problème, serait-elle en mesure, en situation de réveil, de résoudre ceux que posent justement les enfants de cette frange des musulmans qui refuse à cette même école toute voix au chapitre ? Peut-être à coups de torgnoles… en aura-t-elle le courage ?

3) « l’immigration n’a rien à voir avec ceci, est une chance de cela, etc » : ras-le-cul de voir le terme immigration récupéré par l’immigration musulmane. Les musulmans ne sont pas « l’immigration ». Il n’y a pas une immigration. Il y en a plusieurs. Certaines sont bénéfiques, et effectivement une chance autant pour la France que pour les immigrés, d’autres une nuisance. Aussi, mettons les pieds dans le plat, en nous demandant si l’immigration en général est un problème ou bien si le problème ne réside pas dans une immigration en particulier, et plus précisément dans une partie de celle-ci ? En cas de réponse positive, il conviendra de se demander si on doit continuer une telle folie migratoire ? En se demandant également comment faire pour continuer d’accueillir des immigrés musulmans chérissant notre mode de vie, en quête de liberté et d’opportunités d’une meilleure vie pour eux et leurs enfants, tout en écartant ceux qui n’espèrent qu’une chose, nous tondre comme des moutons en attendant que leurs enfants soient en âge de nous égorger ?

4) « Y’a qu’à éviter l’emprisonnement, facteur de radicalisation » : bah tiens ! Perso, au-delà du débat sur la radicalisation en prison, ce qui m’étonne c’est que personne ne réclame le retour immédiat de « la double peine », préférant imposer aux français une quintuple peine : recevoir chez eux des connards non-invités ; accepter de se faire voler, violer ou tuer par ces raclures ; leur payer un fort couteux séjour en prison-club-med ; les voir de nouveau commettre leurs forfait en quasi-totale impunité ; quand ce n’est pas nous faire la guerre… Palsambleu ! Que l’on expulse tous les délinquants « étrangers ». S’ils nous disent qu’ils ont une famille, répondons-leur qu’il fallait y penser avant. Quant aux criminels « étrangers » ou français-de-papier, pourrissons leur la vie jusqu’à plus soif par de lourdes peines, jusqu’à ce qu’ils aient envie d’aller voir ailleurs si l’herbe ne serait pas plus verte. Et si c’est pour faire le djihad, tant pis ou tant mieux…

5) « le jour où le conflit israélo-arabe sera résolu, gnignigna, gnagnagna » : Ah oui ! Pourrait-on me dire quelle résolution de quel conflit empêchera les Yezidis, les kurdes et les chrétiens du Levant de se faire expulser, massacrer ou vendre comme esclaves… les chrétiens du Nigéria d’être victimes des mêmes criminels… sans oublier les Fours du Soudan… les Coptes d’Égypte… les non-musulmans du Mali, du Centrafrique, du Kenya, du Pakistan, de Malaisie, d’Indonésie, des Philippines… mais aussi les libéraux et progressistes arabes ou autres du monde arabo-islamique…

Conclusion pour ceux qui n’auraient toujours pas compris, le problème est culturel, idéologique et politique. Tant que cette idéologie rigoriste-islamique, ayant pris possession du coeur du monde musulman au 19e siècle et ayant le vent en poupe grâce à l’argent du pétrole, à laquelle s’est ajoutée un nationalisme arabe de type fasciste, ne sera pas défaite idéologiquement, politiquement, ou militairement, nous continuerons à patauger dans la même merde…

SILiman le Magnifique

mercredi 14 janvier 2015

dimanche 11 janvier 2015

Je suis Charlie : « Nous serons beaucoup trop nombreux pour être récupérables. »


Nombreuses étaient les raisons pour que je ne participe pas à la manifestation d’aujourd'hui : la présence aux premiers rangs de cyniques, d’hypocrites, de collabos, d’imbéciles-utiles de l’islamisme et nationalisme-arabe, d’ennemis d’Israël, de destructeurs de la France…

Mais plus forte était l’envie d’envoyer un message d’insoumission aux djihadistes et au monde…

Une envie renforcée par cette phrase lue chez Brice Couturier « nous serons beaucoup trop nombreux pour être récupérables. »

C’etait on ne peut plus vrai !

SIL

PS : sinon, au rayon évidences politiquement incorrectes, ni le soir du 7 janvier 2015, ni l’après-midi du dimanche 11 janvier 2015 n’entreront dans les livres d’histoire comme les dates où les musulmans de France auront manifesté (peu ou prou) leur solidarité avec leurs autres concitoyens et les valeurs fondatrices de leur (notre) pays… vu que le peuple de Paris présent place de la République mercredi soir, et celui de France défilant hier était essentiellement « de souche », évidence qui n’a pas manqué de sauter aux yeux du public…

Ce faisant, ils n’auront toujours pas commencé l’indispensable travail de « désamalgamage » puisque leur silence tend (dans l’esprit du plus grand nombre) à les rendre solidaires des fascistes sortis de leur rang et parlant en leur nom…

mercredi 7 janvier 2015

Insoumission Place de la République



Ce soir Place de la République : 
Le peuple de Paris insoumis, tous âges confondus, avec beaucoup de jeunes, 
scandant « Liberté des Crayons », « Charlieberté ! », « Not Afraid »…

De toute évidence, la « soumission » restera bel et bien une fiction…

SIL




dimanche 4 janvier 2015