dimanche 30 août 2015

vendredi 28 août 2015

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou...


Pendant ce temps-là au 'Cercle des Pères Divorcés Pas Anonymes' le monologue de Cyrille :

"J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou lors de son premier "ta gueule" à mon endroit, devant son frère en vacances. J'ai mis ça sur le coup de la fatigue du voyage...

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou lorsqu'elle m'a traité de "gagne petit" en mettant ses mots, comme à son habitude, dans la bouche de quelqu'un d'autre, qui plus est parmi mes proches. Comme un con, je l'ai cru, et mensonge après mensonge, commencé à m'éloigner des proches qui ne lui plaisaient pas...

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou lorsque s'étala devant moi l'évidence d'un modèle familial matriarcal de type Amazone, où les hommes étaient soit malades, soit morts, soit soumis, et où presque toutes ces femmes seules, travaillées par des frustrations diverses et variées, ne vivaient que pour transmettre la malédiction des Amazones, celui du caprice et du malheur. Je me suis dit qu'elle était suffisamment intelligente pour briser les chaines de ce schéma morbide...

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou lorsque je me suis fait traiter  on ne peut plus gratuitement de "mange merde" lors d'un repas dans sa famille et qu'elle n'a pas bougé le moindre cil. J'ai préféré ravaler ma fierté...

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou, lorsque pour tenter de me faire entendre dans cette relation qui virait au permanent rapport de force, j'ai opté pour le détestable choix de m'enfermer dans de plus en plus fréquents éclats de voix. J'ai préféré très lâchement intégrer ce très dégradant mode de fonctionnement...

J'aurais dû prendre mes jambes à mon cou lorsque je l'ai entendu féliciter sa petite cousine de 9 ans, avec qui on avait passé de merveilleux moments en vacances, en lui disant qu'elle "faisait ce qu'elle voulait" de moi. J'ai rangé ça au rayon humour féminin...

Il était trop tard pour prendre mes jambes à mon cou lorsqu'à la naissance de notre premier enfant, elle me regarda en disant "j'ai mon petit toi" avec un regard semblant me dire "je n'ai plus besoin de toi". J'ai mis ça sur le compte de mon imagination...

J'aurais dû lâcher prise lorsqu'elle me jeta comme une merde la première fois, en me présentant comme un monstre aux yeux de tout le monde, à commencer par mes proches, avant de vouloir recommencer en me disant que "j'étais son soleil". J'étais tellement sonné et heureux à la fois que j'ai tout accepté après ça par "amour" y compris de notre vie de famille...

J'ai finis par lâcher l'affaire, après une deuxième rupture encore plus violente et humiliante que la première, lorsque j'ai enfin compris que la seule chose à sauver dans cette relation c'était moi et ma santé... 

Putain ! Ce que je peux m'en vouloir de m'être à ce point planté.  Tout ça finalement pour une pedzouille qui se prend pour une princesse et qui rêve d'un monde à ses pieds. Comme quoi un certain type d'amour est décidément "l'absence (totale) de jugement".  Enfin, cela m'aura fait une belle leçon d'humilité..."


mercredi 26 août 2015

En voilà une question qu'elle est bonne...


Ce n’est pas au niveau de l’Union Européenne qu’il faut palabrer pour répartir les réfugiés du bordel national-islamiste-arabe. 

C’est au niveau de L’Union pour la Méditerranée (UpM). Quitte à avoir créé ce Machin autant qu’il serve à quelque chose, au moins pour dire à nos « partenaires » de l’autre rive :

‘Vous vous répartissez les réfugiés musulmans. Nous on se répartit les réfugiés chrétiens et autres !’

SILimalikoum mes frères

lundi 24 août 2015

Tiens ! V'là encore un terroriste "modèle" !


L’un des employeurs du terroriste du Thalys a décrit un employé modèle. Du coup, je suis perdu. 

Avec tous ces terroristes décrits comme des employés modèles, voisins modèles, parents modèles, frères modèles, SDF modèles, etc.

Je me demande si je dois me méfier des musulmans parfaitement intégrés, des barbus gentils, et n’avoir d’amis maghrébins que parmi les malfrats de cité et autres dealers de drogue.

SILouplaît aidez moi :-)

vendredi 21 août 2015

Thank You !!!


Merci Messieurs pour les nombreuses familles qui ont pu retrouver les leurs sains et saufs ce soir… 
J’espère que nos autorités salueront le geste comme il se doit...

Sil 
 

mardi 18 août 2015

Pervers narcissiques et/ou idiotes égocentriques


Pervers narcissiques ?

Ou idiotes égocentriques ?

Telle est la question !


Sans nier la réalité constituée par tou(te)s ces pervers(ses) manipulateurs(trices)  susceptibles de nous pourrir la vie dans bon nombre de domaines de notre quotidien (affectif, professionnel, commercial ou politique), je me demande si ce qui ressemble à une véritable épidémie, tant sont celles (et ceux) que j’entends hurler au PN, ne cacherait pas plutôt une vraisemblable pullulation de gamin(e)s ou idiot(es) égocentriques qui prennent pour de la manipulation le simple fait de résister un tant soit peu à leurs caprices divers et variés…

Car au fond, je suis de plus en plus persuadé que l'immaturité est la réelle maladie de ce siècle, cette immaturité qui nous fait à la fois manipulables et manipulateurs à commencer par manipulateurs de nous mêmes, et qui nous fait surtout générer et entretenir des relations immatures,  dans lesquelles nous projetons des attentes et des fantasmes y compris victimaires, au lieu de chercher à grandir...

SILgmund



samedi 15 août 2015

dimanche 2 août 2015

« Laisse la porte de la cage ouverte et l’oiseau finira par revenir »


Je crois que j’ai finis par comprendre ce qui me faisait parfois regarder en arrière... 

Outre la souffrance de mes enfants devant les ruines de leur famille décomposée, en dépit de tout ce qu’elle me coutait ou avait de pénible avec une femme immature, la vie de famille est ce qui me manquera le plus…

Dans une prochaine vie peut-être...

Une minute de SILence