mardi 27 décembre 2016

Venise Est Une Fable : un pingouin dans la lagune vénitienne


Florence est Magnifique,
Mais Florence reste une Ville...
Alors que Venise est tout autre Chose, 
Venise est une Fable...

vendredi 23 décembre 2016

vendredi 16 décembre 2016

Sirat al Bunduqiyyah : la Fable Maure de Venise


1) Marchands vénitiens emportant les reliques 
de Saint-Marc dans des caisses de jambon, 
au nez et à la barbe des douaniers arabes d’Égypte... 
2) Frères Mastelli du Campo dei Mori... 
3) et 4) Palais Mastelli et son caravanier... 
5) Une légende raconte que les ailes ténébreuses de ce très discret palais abritaient une secte d'aventuriers arabes ayant fait alliance avec une famille vénitienne... 
6) Et 7) portes et pont maures... 
8) Trône de Saint-Pierre à Antioche décoré de motifs arabes... 
9) Croix solaire orientale de l’Éternité...


mercredi 14 décembre 2016

La Venise Hermétique : "sapienta aedificavit sibi domum"


- Palazzo Lezze : "la demeure philosophale de Venise" 
avec ses hauts-reliefs initiatiques 
(le Roi couronné de flammes;  l'Ange de la Charité).
  - Sur la Chemin sous le regard d'Isis à l'enfant Horus.
  - L'Ancien siège de la confraternité des Maçons.
  - L'église de la Madeleine et ses symboles maçonniques.
#Hermétique #RobertLangdonStyle #IlluminatitiEtGrosMinet


lundi 12 décembre 2016

Ballet magique à Venise


« Vieni con me, j’ai quelque chose à te montrer » me dit Caterina, en plongeant ses mains dans son châle et en commençant à claquer les talons, qui soulignent ses très jolis mollets dépassant sa non moins jolie jupe mi-longue en flanelle grise, sur les pavés des ruelles de Dorsoduro.

Caterina, blonde vénitienne de 45 ans, aux traits aussi fins que ses manières, et peu impressionnée par le froid humide qui, en cette saison, parvient à te chatouiller la moelle épinière, connait sa ville comme personne. « Vieni con me ». Je la suivrais bien dans les neuf enfers de Dante, me dis-je dans ma barbe de trois jours.

Nous y voilà, au beau milieu d’une placette du quartier populaire de Dorsoduro. Il est 18 heures, et le soleil de décembre s‘est couché depuis plus d’une heure. « Le ballet ne va pas tarder à commencer » m’annonce Caterina, avec une certaine solennité, un peu comme on frapperait le brigadier par trois fois sur le plancher d’une scène de théâtre.

Il ne tarde pas, en effet. Les gens sortent du travail et rentrent chez eux. Et cette placette plongée dans la pénombre, ressemblant à une passoire trouée de ruelles et arcades, venant et menant on ne sait où, voit soudainement sortir, traverser puis s’enfouir, dans tous les sens, des gens pressés par le froid, bouches et nés plongés dans leurs écharpes, cavalant en mode pilote automatique dans le dédale vénitien.

Je lâche un « Génial ! », émerveillé que je suis par le spectacle, tel un gosse admirant une pluie de météorites. Caterina m’observe du coin de l’œil. Elle sourit du regard.


Nous restons là quelques minutes puis elle me dit, « j’ai autre chose à te faire découvrir, l’un des secrets de Venise ». Nous voilà repartis en direction du pont des merveilles, non loin de l’Académie.

Sur le chemin Caterina, aux longs silences énigmatiques, chose que j’adore, finit par me dire « vois-tu, le secret de Venise ne réside pas tant dans ses rues que dans les portes que l’on peut y pousser ». En finissant sa phrase, elle s’arrête devant l’entrée d’un établissement qu’elle ouvre. La rue restée jusqu’alors dans un relatif silence résonne d’éclats de joie. Ils proviennent du très chaleureux troquet qui sent bon le repère d’amis, comme il y en a finalement tant à Venise, et dans lequel nous nous engouffrons avides de la joie de vivre qui y règne.

Nous en ressortirons trois heures plus tard. Je suis aux anges. Nous déambulons tranquillement dans les ruelles de San Polo. Nous ne croisons quasiment personne. Les volets des bâtiments sont fermés. Certains laissent passer un peu de lumière mais globalement, la Serenissima est belle et bien plongée dans le noir. Le brouillard accentue l’effet d’outremonde. C’est tout bonnement merveilleux. Nous marchons sans mot dire pour mieux savourer le rythme du cliquetis de nos pas sur les pavés ainsi que les quelques bruits épars qui émergent, parfois, de ci, de là.

« Venise se goute comme ça » me fait comprendre Caterina. Nous flirtons du regard drapés dans la brume vénitienne… 
 

vendredi 9 décembre 2016