vendredi 2 novembre 2007

LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE SOCIAL


Délits d’initiés par des fils à papa railleurs qui ne méritent rien d’autre si ce n’est une bonne grosse paire de claques ; patrons fautifs qui nous gratifient d’en haut, d’un bon gros doigt d’honneur pendant qu’ils font du parapente en golden parachute ; travailler plus pour mourir plus vite dans les locaux même de l’entreprise ; nivellement par le bas pour les salariés mais nivellement par le haut pour notre président ; le tout au nom d’une modernité qui fleure bon parfois l’ancien régime…

Vous savez quoi ? Surtout ne changez rien. Ignorez donc « l’action-réaction », ce principe fondamental de la physique et continuez à faire montre d’une arrogance sociale totalement décomplexée. Continuez car vous ne manquerez pas de ressusciter une notion que j’espérais morte à jamais, celle de la lutte des classes. Au fait, quand je dis « continuez », c’est pour rire. Vous êtes à ce point inquiétants que je tenais quand même à prévenir.

Quant aux intermittents du spectacle social, les Augustin Legrand, les Balasko, Béart et autre Depardieu qui entre deux rôles surjouent la solidarité, oups qui militent légitimement pour que tout le monde bénéficie d’un logement décent, ils ont raison. Faut pas laisser les gens dehors par ce réchauffement climatique global. Les hôtels c’est nul, vos hôtels particuliers c’est mieux. À votre bon cœur, messieurs dames. Et surtout n’hésitez pas à loger chez vous tous ces pauvres malheureux et à faire du monopole du cœur votre service public. C’est vrai quoi, vous savez bien que le bon peuple a besoin de guides, d’exemples venus d’en haut. Or qu’y-t-il de plus haut et de plus lumineux qu’une étoile du show bizness et ce même s’il s’agit de vulgaires naines blanches ?

Sinon, vous en êtes où de vos contributions fiscales ? Vous savez, cet argent que de moins en moins de gens reversent de bonne grâce et qui sert à financer cette solidarité nationale qui vous tient tant à cœur, de temps en temps…

SILex tranchant

2 commentaires:

Nina a dit…

Concernant les sabres du drapeau saoudien mon doux Sil, c'est pour faire référence au prophète qui lustrait ses 9 sabres quand il n'était pas occupé à besogner ses femmes et concubines.
C'est que Momo était un bon coup rapport à la sunna le décrivant comme un Superman du zboub : "Il avait la virilité de 30 hommes" !
Ouallah...c'est vrai !
La sunna donne des luxes de détail scabreux sur les nuits et les jours que le prophète passa avec sa jeune épouse Aisha qui n'avait alors que 9 ans...Les tourtereaux n'ont pas arrêté de s'envoyer en l'air au point que les autres gonzesses du harem de Momo envoyèrent des émissaires.
Un hadith attribué à Aisha va même jusqu'au détail peu ragoûtant racontant comment après une bonne partie de jambes en l'air, le prophète n'eût pas le temps de se faire une petite toilette avant d'aller à la mosquée pour la prière et "affectueusement...avec mon voile, j'ôtais une tache de sperme du manteau du prophète..." (Aisha)
Authentique mon Sil d'amour...

Melle E a dit…

Ben moi,

je paye mes impôts et en plus je suis assez maso pour trouver ça tout à fait normal et ne pas me plaindre...Je n'en redemande pas, mais presque...lol...

Cependant tu n'imagines pas tout ce que je peux entendre de partout pour ne pas payer d'impôts (je ne sais pas si la vie à Paris permet la même chose, mais en province les chèques emploi services pour certains..."c'est travailler moins pour gagner moins" en calculant bien...) mais profiter à fond de la solidarité nationale, tout en pleurant sur les 35h, la CMU etc... ("qui enrichissent nos voisins d'immigrés" (sic)) alors que beaucoup de ceux dont je parlent font tout pour en bénéficier...Sans compter les cadres qui travaillent dans les assurances ou dans la banque..."les pauvres"...14 mois et demi de salaire par an dont presque 2 non imposables grâce à des placements maisons exonérés...Mais disent-ils vraiment "on paye trop en France!!"

Alors oui je suis maso, mais je me demande parfois si j'ai raison de l'être...En tout cas il faudrait des cours d'éducation civique à de nombreux adultes pour leur rappeler que les charges sur leurs salaires et leurs impôts nous servent à tous tous les jours...Mais là, je ne suis pas pédagogue...J'ai parfois le sentiment de parler dans le vide...