vendredi 6 juillet 2018

Le Secret de tout être Humain...


"En fait la plupart des gens ne savent ni aimer ni être aimés. Leur lâcheté et leur vanité s'y opposent. Ils ont peur de l'échec, peur de se livrer à autrui, puisque craignant de révéler leur secret, le faible secret de tout être humain, ce besoin vital de tendresse." 

"Métamorphoses d'un mariage" de Sandor Marai 



mercredi 4 juillet 2018

S'embrasser au-delà des lèvres...

 
"Bénis soient ceux qui s'embrasseront toujours au-delà des lèvres, 
franchissant ainsi la limite du plaisir, 
pour se nourrir de rêves."
 
Alda Merini



lundi 2 juillet 2018

"Les Charnelles"


"On les appelle "charnelles" ces personnes qui donnent tout émotionnellement, âme, cœur, corps et esprit. Celles qui, une fois entrées dans ta vie, te bouleversent intégralement, celles qu'on écoute au-delà de la peau, jusqu'à l'intérieur des os, celles qui de la passion en font une raison de vivre, celles dont si tu tombais amoureux, eh bien, il te faut d'abord en trouver une ! Seulement après cela, tu me comprendras."   

Fernando Pessoa 

vendredi 29 juin 2018

Ces âmes qui existent pour se connaitre



"Il est des âmes qui existent pour se connaître et qui finiront par le faire. Parce que les âmes conscientes savent s'attendre, se reconnaitre et communiquer. Ça arrive rarement mais quand ça arrive, débute alors une sorte de mystérieuse connexion. Les âmes apparentées se parlent aussi de loin, se sentent toujours proches." Augustin Degas


mercredi 27 juin 2018

Peut-être que tout ça devait arriver...


"Je ne sais pas exactement qu’est ce qui pousse deux personnes à se lier. Peut-être la syntonie, peut-être les rires, peut-être les mots. Il se peut qu’en commençant à partager quelque chose, elles vont découvrir tout doucement ce que l’âme sait déjà. Peut-être aussi, qu’avec le temps elles apprennent à s'aimer, à s’accepter les défauts et les qualités, les colères et les rires. Ou peut-être que tout cela se produit parce que ça devait se produire. Parce que les âmes sont destinées à se trouver, tôt ou tard." Paulo Coelho


lundi 25 juin 2018

Une fenêtre pleine de lumière...



"Il est des âmes
dont on cherche à s'approcher
comme d'une fenêtre pleine de lumière"

Federico Garcia Lorca 


vendredi 22 juin 2018

Le bruit du désir vient de l'esprit...



"Nous attribuons au corps la tentation,
mais le bruit du désir vient de l'esprit."

Erri de Luca
 

mercredi 20 juin 2018

lundi 18 juin 2018

Tu seras aimé le jour où...


"Tu seras aimé le jour où 
tu pourras montrer tes faiblesses 
sans que l'autre s'en serve pour affirmer sa force"

Cesare Pavese 

#ThisDayHasCome 
 



vendredi 15 juin 2018

Je me suis battu...


Je me suis battu,
j'ai gagné et j'ai perdu,
mais entre mes mains, il me restera toujours
mon amour à offrir en cadeau.


mercredi 13 juin 2018

Pour toi mon Amour qui es venue comme le Jour…


Parce que l’Amour est voyage, parce que telle est la loi qui me gouverne, après toutes ces années d’errance sentimentale, et plusieurs mois hors de chez moi au cours desquels tu as entrelacé ma route, tu m’es venue comme le jour, le jour de ceux qui croient encore en l’Amour, de ceux qui aspirent à retrouver leur Ithaque…

Après toutes ces années d’histoires compliquées et brouillonnes, brûlantes mais blessantes, attristantes ou si peu épanouissantes, finissant par obscurcir mes espoirs, tu as surgi comme le jour, le jour qui, j’aime à le croire, devait advenir…

Tu es venue comme un grand Ciel bleu, simplement, sans calcul, en confiance, avec un regard franc, des mots clairs, en sachant ce que tu voulais, avec cet enthousiasme qui te fait, me livrant tes secrets et tes éclats de rire. Moi qui croyais te connaitre après  toutes ces années. Je n’ai rien vu venir. C’est là le propre de la magie, sa surprise. Ce soir-là, en te livrant, tu m’as bouleversé comme jamais personne ne l’avait fait. Et pris dans « cet implacable sortilège », je me suis rendu à mon tour, déposant toutes mes armes, tous mes boucliers, ouvrant en grand les portes et fenêtres de mon âme pour que tu puisses y pénétrer et en explorer chaque recoin que je veux désormais faire tiens.

Pour la première fois de ma vie, ne plus souhaiter me protéger de quelqu’un, juste m’abandonner à son être. Être chéri et chérir à mon tour. Dire qu’il m’aura fallu arriver à mi-vie pour pouvoir affirmer que j’ai été réellement aimé, aimé de toi mon Amour.

Pour la première fois de ma vie, ne plus trahir ma nature, juste m’ouvrir et offrir, mais aussi ne plus me sentir seul, parler d’une même langue, être finalement compris. T’entendre me chuchoter « je veux aller partout avec toi ». Écarquiller les yeux et rêver de fabuleux voyages nos mains tressées.

Pour la première fois de ma vie, ressentir qu’une femme, « une vraie merveille de femme », me fait vraiment l’amour. M’en sentir vierge, ému aux larmes. Me dire que ce n’est possible que parce que c’est nous. Et de mon éloquent désir, de mes râles de plaisir, de ton prénom que je susurre telle une invocation, de ton corps que j’amarre au mien, en tirer la certitude que j’aime comme je n’ai jamais aimé, que j’aime enfin. Que j’aime librement, pleinement, d’une passion non pas dévorante mais nourricière puisque passionnément serein.

Pour la première fois de ma vie, être tenté d’envoyer le monde au diable lorsqu’il se consume dans ses régulières crises d’hystérie. Quand je suis dans tes bras, j’ai si peu envie d’éteindre des incendies. Tu es mon paradis, ma source sacrée, celle que j’ai attendu toute ma vie afin de m’y abreuver. Chaque instant collé à toi a un goût d’éternité. Et vu que nous sommes condamnés, tu sauras à quel point je tiens à ne pas en perdre goute.

Dès lors, ce ne sont que des nuits d’amour à n’en plus finir, au cours desquelles je recueille les soupirs et les liqueurs que toute ta chair veut m’offrir. Tu me fais jouir, nos yeux enlacés, en dansant comme une reine, en te faisant entièrement mienne, en m’appelant « mon homme », en me disant « je t’aime ». Et moi, en écho, qui t’adore dans tous les sens du terme. Tu blottis ton corps frémissant dans mes bras ardents. Tu t’endors sous mes caresses, mon nez dans tes boucles ensoleillées. Je sombre de bonheur, toutes ces images en tête et sensations dans la poitrine, en te serrant contre moi, en te disant à demain. A deux mains, au matin, je te réveille sous mes baisers, mes doigts se perdant sur ton soyeux duvet. Je t’appelle mon Aurore. Ta nudité m’illumine. Nous nous disons bonjour en nous faisant encore et en corps l’Amour. Suivent de tendres moments faits d’éclats de joie, de bonheurs variés, d’une complicité de chaque instant, et de longues promenades ponctuées de discussions amusées entre la disciple de Sénèque que tu es et celui de Socrate que je suis.

Des nuits et des jours d’Amour où je peux enfin souffler tous ces mots que je griffonnais de rage de ne jamais être autorisé à les vivre ou à les dire. Des mots gribouillés, auxquels j’accorde désormais le parfum prémonitoire du prédire. Mes verbes t’attendaient. Ils savaient que tu allais venir. Désormais, par tout moyen, ils se déversent à l’envie, avides comme jamais, du moindre contact avec toi.
                                                                                       
Et pour finir, j’ai pu faire miens les écrits suivants, ceux d’autres que je lisais quelque peu jalousement, en en cherchant le sens sans y parvenir. Et pour cause. Depuis toi, ils sont devenus évidents, on ne peut mieux évidents :

"Un jour une personne entrera dans ta vie, et elle te fera comprendre pourquoi ça n'a jamais marché avec quelqu'un d'autre" Bell Hooks. 

"As-tu déjà fait l'amour avec une vraie merveille de femme ? Et lorsque tu fais l'amour avec elle, ressens-tu une véritable et belle passion qui, au moins pour ce moment, te fais oublier la peur de la mort ? Je pense que l'amour vrai et authentique, crée une trêve de la mort. Penses-y" Ernest Hemingway.

"Sa présence en pensée était toujours avec moi : ce n'était pas une brume matinale que le soleil pouvait disperser ; ni une image tracée sur le sable que les tempêtes pouvaient effacer ; c'était un nom écrit sur le marbre, destiné à durer aussi longtemps que le marbre sur lequel il était gravé" Charlotte Brontë.

#JeSuisDuMarbreGalicienAvecTonNomSolaireGravéDessus