samedi 14 avril 2007

LA REVOLUTION CLEMENTINE SENT LE ROUSSI


Je ne sais pas trop ce qu’il en est chez les pécores mais chez nous à la ville, les sympathisants socialistes tels que moi, issus de la génération Mitterrand et pourris jusqu'à la moelle par le machiavélisme de notre guide suprême, notre grand-pope, sont sans doute en train de faire gagner notre candidate, malgré elle et sans son aide. Faute de plans de bataille mitterrandiens, on a du improviser. On a longuement réfléchi et finalement on a trouvé.

Alors que certains camarades s’évertuent tels des zombis de parti à répéter « Sarko fascho » ce qui ne convainc à la limite que les gogochistes déjà convaincus, mais pousse immanquablement les fatigués du gogochisme dans les bras de Nico, ou bien à taxer mon Fanfan de « mec de droite » ce qui ne fait plus peur à personne, nous les Sun-Tzu de gauche adoptons la technique du triple impact. Il s’agit d’une technique que j’ai emprunté à Ikki, l’un de mes chevaliers du Zodiac préférés. Celle de l’illusion des flammes de l’enfer. On fait culpabiliser, on fait peur et l’on discrédite le camp adverse de façon sournoise mais intelligente. Le résultat fait que bien des potes tentés par le centrisme commencent à rentrer au bercail.

Histoire de faire culpabiliser, nous avons adopté l’incantation lancée il y a quelques semaines par Jean-Daniel. Elle est d’une totale mauvaise foi et limite sectaire mais ça marche. « Quand on est de gauche, on vote à gauche ». merci Jean-Daniel.

Pour la peur intelligente donc sournoise, on se lance dans l’analyse suivante. C’est fort les analyses. Ça rend toute réaction reptilienne tout de suite plus intelligente. Suivez bien, c’est intelligent. Bien que de Moi, j’ai quand même mis des guillemets. « À partager le vote socialiste entre Bayrou et Ségolène, le risque est d’avoir ces deux-là autour de 14%. Avec un Sarkozy qui se retrouverait autour de 25% puisqu’il aurait pris bien 5% au FN, Le Pen restera tout de même autour de 15%, de quoi passer le premier tour et renvoyer les deux candidats sociaux-démocrates aux vestiaires ». Analyse sans doute partagée par mon Rocard. Et oui, si aucun de ces deux-la n’arrive à se détacher et à passer la barre des 15%, autant y aller ensemble.

Quant au discrédit lancé sur le camp centriste, il est très simple. « En démocratie, ce n’est pas une personne mais une équipe qui gouverne. Or si l’on peut juger celle de Ségolène, celle de Bayrou n’est à ce jour qu’une vue de l’esprit ».

Après cette triple attaque, en général mon interlocuteur se retrouve avec le regard vide, ses illusions centristes ébréchées et les lèvres parcourues de spasmes à l’idée d’un second tour Sarkozy-Le Pen. Après quelques minutes où l’on change de sujet, on récupère ces enfants prodigues du socialisme, en revenant sur la campagne et en concluant par un «arrête tes conneries et vote donc Ségolène ». en général, le copain tenté par le centrisme pleure un bon coup et fini dans nos bras en promettant de ne plus jamais recommencer.

Sérieux, si jamais on gagne, j’aurais besoin de vacances histoire de récupérer toute la cosmo-énergie dépensée sans compter pour ma candidate et elle nous devra un sacré merci, notre cruche poreuse, notre princesse Athéna, reine des mauvaises postures…Les fans des chevaliers du Zodiac me comprendront.

SIL Chevalier du Phoenix

1 commentaire:

La bavarde a dit…

Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens visée..;-))
Je suis légèrement parano en ce moment, il faut m'excuser....
Et d'abord, les clémentines, c'est plein de vitamines!!!! Dommage, la saison c'est terminée trop tôt cette année....
Garde des forces pour dimanche soir...