mercredi 18 avril 2007

SCRUTINATOR : LE JOUR OÚ LES MACHINES VOULURENT VOTER


C’est un monde tout de même ! Puisqu’on vous répète qu’on en veut pas de vos machins pour voter ! Dis-moi mon bon André Santini, tu roules pour les extrêmes où quoi ? L’extrême-maladresse, l’extrême-gaucherie ou l’extrême-paranoia ?

Sérieux, entre nos petits frères qui voient du « Big Brother » partout et nos vieux qui venaient juste de s’y faire, à cette idée encore neuve qu’est la Démocratie, faut vraiment être Corse, un lauréat régulier de la bonne blague politique et le Maire d’une ville récemment tertiarisée pour être fasciné par les nouvelles technologies au point de tenir à foutre tout notre bazar démocratique par terre, de cette façon. Mais je comprends, mon dédé. La Démocratie tout comme l’informatique, ça a l’air d’être un peu nouveau pour toi. T’en oublies les possibilités de Bug.

Alors que question théorie, des informaticiens néerlandais sont parvenus à changer le logiciel d’une machine et que des chercheurs de l’université du Connecticut ont réussi à détourner le logiciel d’une autre, question pratique plusieurs cas de défaillances du système ont été relevés ces dernières années, aux EUA comme en Europe. Parmi ces cas, en 2006, en Floride, 18000 voies semblent ne pas avoir été enregistrées dans des élections qui se sont jouées à 369 voix. Mai 2003, à Schaerbeck, Belgique, le décompte des voix a excédé de 4000 le nombre d’inscrits. Quant aux explications, les experts ont conclu à « l’inversion spontanée et aléatoire d’une position binaire ». Elle n’est pas mortelle, celle-là, franchement ! Mort de rire.

Alors sur le principe du vote electronique, je ne connais que trop bien votre argumentaire. D’une part, le résultat serait immédiat. Youpi ! D’autre part, organiser des élections, c’est compliqué, chiant, tout ça quoi, si tu vois ce que je veux dire ? À vrai dire, pas vraiment ! Et question principes, je vous répondrais alors que :

1- Si d’organiser des élections, faire son boulot de Maire c’est trop chiant, filez donc vos places à l’un de vos adjoints et allez donc jouer aux Maires virtuels sur SIM CITY ; la version 4 est vraiment mortelle ; on peut même y suivre à la trace quelques administrés de notre choix.
2- Les excuses balancées plus haut, sont bidons ! Tout cela sent surtout l’argent public que l’on tient absolument à refiler à des entreprises privées aux dépens de l’Intérêt Général.
3- Surtout, on ne répétera pas assez que la confiance dans le vote a été acquise de longue lutte et qu’elle tient à trop peu de choses pour que l’on s’amuse avec… Bande de démocrates virtuels va !

Quant à ceux qui seraient intéressés par la pétition lancée par les informaticiens Pierre Müller et Chantal Enguehard, visant à supprimer ce virus anti-démocratique, je les invite à se rendre sur www.ordinateurs-de-vote.org.

SILicon Valley

1 commentaire:

Looserman a dit…

Formidable les machines à voter vont devenir un moyen de pression sur les électeurs et surtout plus besoin de faire voter les morts et d'ameuter les cousins.

Adieu l'isoloir.
Vive l'abstention.

Et en plus le matériel est amorti en 5 ans. Mais de qui se moque-t-on ? (économie de temps et d'argent, qu'ils disent)
Un gain de temps de trois heures ! pourquoi faire en définitive ?
Merde alors, les aveugles et les frileux du gland vont pouvoir voter tout seul.
Comment faisaient-ils avant cette remarquable connerie ?

Un système propriétaire "non pir' a' table" une fumisterie.

Fini la convivialité du dépouillement,
du plaisir de recompter les bulletins,
du bonheur de voir la tronche des reléguer à l'avenir incertain.

Comme les pauvres d'esprits sont manipulés et ils sont heureux en plus.