samedi 27 septembre 2008

FAUT PAS CHARRIER : LES TIMBRÉS DE CAHORS


Visiblement nous sommes de plus en plus nombreux à nous demander si nous vivons toujours en France. À commencer par Monsieur Philippe Pissier qui en bon Gaulois ne comprend pas pourquoi le ciel lui tombe ainsi sur la tête, alors qu’il est plutôt du genre à l’avoir dans les nuages. En effet, cet artiste castelnaudais, spécialisé dans le « mail art », c’est-à-dire la personnalisation artistique de cartes postales, a subi dans le cadre d’une enquête préliminaire diligentée par madame Ardeef, substitut du procureur de la République de Cahors, une perquisition le 3 juillet dernier, jour également de sa convocation à la gendarmerie. L’objet du délit ?

Avoir envoyé, dans le cadre de sa participation à un salon allemand dédié au thème de l’érotisme, quatre carte postales reproduisant une poitrine de femme. Ce qui n’a pas plu à certains agents du centre de tri de la poste puisqu’ils ont saisi les autorités, choqués qu’ils semblaient être par tant de pornographie. Une appréciation suivie par le Parquet. Non, ce n’est pas une blague mais bel et bien un cauchemar.

Un cauchemar qui en application de l’article 227-24 du code pénal peut valoir à Monsieur Pissier, comme cela lui a été expliqué par nos gendarmes, trois ans d’emprisonnement et jusqu’à 175.000 euros d’amende. « Motif : trouble à l’ordre public et mise en danger du psychisme des enfants par une oeuvre pornographique ».

Il va sans dire que Monsieur Pissier s’indigne devant une telle aberration : « Je suis majeur, les employés du centre de tri postal sont majeurs, le facteur est majeur et le destinataire est majeur. Je ne vois pas où est le problème ».

Il n’est pas le seul.

Le 11 septembre, un journal local « L’Echo » titre ironiquement : « Un dangereux artiste démasqué dans le Lot » (…) « Si une telle image mobilise à ce point les forces de l’ordre, à quoi doivent s’attendre les maisons de la presse, kiosques à journaux, galeries de peinture et musées, où la nudité dépasse souvent abondamment la mise en image d’une paire de seins. »

Dans la « Dépêche du Midi », Florian Moutafian, s’interroge de la même façon : « Va-t-on fermer les musées, les maisons de la presse et arrêter les pubs pour le gel douche (avec poitrines apparentes bien plus accessibles aux mineurs)? ».

Maître Baduel, l’avocat de Monsieur Pissier, se demande quant à lui « si la charia est applicable à Cahors. Je peux comprendre qu’à Dubai on conseille aux touristes d’éviter le monokini, mais en France ? Sommes-nous donc maintenant en terre d’islam ? »

Je ne suis pas certain qu’il faille absolument rechercher de ce coté-là car moi aussi, turlupiné par l’outrage que l’on fait subir à cet honnête citoyen, j’en ai cherché des explications plausibles.

A commencer par supputer que Madame le substitut du procureur avait un problème avec les gros seins. Il est vrai que dans une vie antérieure, j’ai rencontré quelques représentantes du Parquet qui faisaient du 12 ans en guise de taille culottes « petit bateau » et un petit 85B. De ceux que j’adore croquer à pleines dents. Des princesses Tam-Tam de prétoire que l’on rêvait à quatre pattes sur le parquet, lorsqu’on les retrouvait le soir venu à l’hôtel, après nos séminaires de formation de la fonction publique. Certaines comprenaient seulement alors le sens du mot « pornographie ».

Que voulez, il était évident que pas mal de ces gamines fraîchement sorties de l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) avaient tout à apprendre. Au point que des fois, me venait l’impression qu’elles allaient jouer encore quelques années à « Barbie plaidoirie ». Un lot disponible chez ToysRus incluant une Barbie-procureur, un Ken-juge d’instruction et la maison de justice toute équipée.

Cependant, ne connaissant en rien madame Ardeef, j’ai vite abandonné cette voie pour celle de la compétence. Très important que les questions de compétence chez les tribunaux. Une porte ouverte que j’ai enfoncé quand j’ai appris « qu’au tribunal de Cahors, ni le président ni le procureur de la République ne semblent au courant de l’affaire ». « Officiellement, l’enquête suit son cours. » Franchement avoir besoin de poursuivre l’enquête, alors qu’au premier coup d’œil sur ce dossier, on se rend compte qu’il est bon à classer, n’est-ce pas un élément susceptible de poser la question de la compétence ? Non car je suis certain que madame le substitut du procureur bien que totalement irresponsable demeure parfaitement compétente. Le recrutement comme le suivi de nos magistrats aussi bien « debout » que « du siège » est sans faille. On a pu le voir avec le jeune juge Burgaud.

Et puis de toute façon la coupable de cette bavure, je ne la connais que trop bien. Elle se nomme la culture LOLFienne actuellement à l’œuvre à tous les échelons de notre Etat. La LOLF n’est autre que ce nouveau dogme étatique, inspiré par les délires managériaux qui font tant de mal dans le secteur privé, mise en place sous Lionel Jospin, et qui aurait pour objectif une gestion plus performante de notre Etat. Pour simplifier, les ministères reçoivent depuis 2006 des budgets non pas pour fonctionner mais en fonction d’objectifs à atteindre, des objectifs élaborés par des ronds de cuir et dont la réalisation repose sur les fonctionnaires désormais chargés de faire rentrer dans des petites cases, des petits désirs bureaucratiques bien souvent coupés des réalités.

Ce n’est qu’une pure conjecture, mais imaginez que ce Parquet qui l’année dernière n’avait pas atteint ses objectifs en matière de traitement de la délinquance sexuelle, comme si on pouvait décréter des crimes et des délits, se soit fait taper sur les doigts. Et bien cette année, ne serait-il pas tenté de faire rentrer tout et n’importe quoi dans cette catégorie de crimes et délits, y compris quatre malheureuses cartes postales avec une paire de seins. « Ah ben, puisque le citoyen veut du résultat, on va lui en donner du résultat, c’est moi qui vous le dis. »

À moins que l’explication ne soit tout simplement celle du malentendu. Avez-vous déjà vu le nombre myriadesque de dossiers que les services d’un procureur doit gérer, avec des moyens dérisoires, le tout dans un lapse de temps de plus en plus ténu. Faits qui ouvrent la voie à un scénario plausible.

En ce mois de juin 2008, le secrétariat du procureur reçoit un coup de fil du centre de tri de Cahors. Cet agent postal pourvu d’un fort accent qui brouille son propos parle de cartes postales pornographiques ayant choqué sa fille mineure qui effectuait un stage d’été à la poste. Interprétant mal le propos de notre puritain de service, le secrétariat du procureur consigne des faits mettant en scène une mineure sur une carte postale pornographique, puis applique le code NATINF, codification des procédures interne au ministère de la justice, prévu pour les affaires pédopornographiques, et dépose le dossier sur le haut de la pile des procédures en cours. Patatras, l’implacable machine est lancée ( !)

Plus sérieusement (si l’on veut) je ne sais pas s’il s’agit de maladresse ou pas, de jeunesse, d’incompétence, de bêtise, de charia, de pudibonderie, de complexe mammaires ou tout autre chose. Je laisserai la future commission d’enquête parlementaire qui se penchera sur cette affaire, déterminer les causes de ce nouveau dysfonctionnement judiciaire. J’ai juste envie de rappeler une phrase pas assez étudiée à mon goût dans les écoles de la fonction publique ;-)

Il s’agit d’un extrait du film « Starship troopers » de Paul Verhoeven. Au début du film, l’officier instructeur dit ceci aux futurs cadres de l’armée. « tout pouvoir est une violence qui impose de lourdes responsabilités ». À peu de chose près ce que dit oncle Ben à son neveu dans le film spider-man « à grand pouvoir, grandes responsabilités ».

Si je taquine ainsi nos magistrats, c’est parce que si un tribunal peut finir par apparaître comme un banal lieu de travail à ceux qui y officient, il ne le sera jamais pour ceux qui y sont convoqués. Pour nous, comme pour la victime de cette farce judiciaire, Monsieur Philippe Pissier, cela sera toujours vécu comme un traumatisme.

Par conséquent et pour conclure, histoire de faire plaisir à mes e-potes proactifs, je vous propose l’action suggérée par Agnès Giard, ma petite camarade bonobo, sur son excellent Blog « Les 400 culs ».

« Si vous aussi vous voulez participer de cette grande oeuvre de restauration morale, je vous suggère d’encourager les autorités à combattre les seins nus. Envoyez vos encouragements au TGI de Cahors sous la forme d’une carte postale. Une suggestion au hasard : envoyez la reproduction de ce chef d’oeuvre de l’école de Fontainebleau - Gabrielle d’Estrées - montrant la belle Gaby se faire pincer un téton par sa soeur. Ce tableau est en libre accès au Louvre où tous les enfants peuvent le voir. La Poste portera-t-elle plainte contre vous ? Les gendarmes viendront-ils perquisitionner à votre domicile ? L’enquête prendra-t-elle un an ? ou deux ? Récupérerez-vous votre ordinateur en état de marche après avoir purgé votre peine ? Cela peut sembler ahurissant - de la science fiction - et pourtant… Cela se passe en France en ce moment. »

Madame le substitut Isabelle ARDEEF

T.G.I. De Cahors

Boulevard Gambetta

46000 CAHORS

La Poste (Centre de tri)
80, Rue Hautesserre

46000 Cahors

Maître SIL, le plus grand e-avocat (aïvocat) de la blogosphère et tout premier e-academicen (aïcademicien). (Merci DG)

CHARRIER : v. i. avoir à cœur de faire appliquer la Charia // Pop. Faut pas charrier ! signifiant : Il est exagéré de tenter un tant soit peu l’application d’une loi à ce point étrangère à toute Raison. Par extension. Exagérer.

6 commentaires:

Mike E. Sdanitof a dit…

Mike E. Sdanitof a ajouté un nouveau commentaire sur votre message blog "FAUT PAS CHARRIER : LES TIMBRÉS DE CAHORS" :

La bonne nouvelle dans tout ça, c'est que les gendarmes en France n'ont plus de travail. Ils ont déjà mis en prison tous les délinquants, criminels, violeurs, voleurs, trafiquants de drogues etc. alors, pour s'occuper, il ne leur reste maintenant qu'a s'attaquer aux expéditeurs de cartes postales menaçant la sécurité nationale.
D'ailleurs si Rachida Dati a fait fermer quantité de tribunaux, c'est la preuve qu'il n'y en a plus besoin, donc qu'il n'y a plus ni crimes ni délits.
On est rassurés de savoir la gendarmerie française à ce point efficace !

Il manque cependant à la brillante analyse Républico-coinesque de cette affaire postalo-cadurcienne deux éléments utiles à la bonne compréhension des rouages cachés du mécanisme qui s'est mis en branle (à moins que l'omission de ces élements soit volontaire afin de taquiner la gueuse du procureur ?) :

1/ Une mosquée a été inaugurée à Cahors l'an dernier, à l'automne 2007 (voir http://tinyurl.com/3suxa2 )

2/ Maître Baduel, l’avocat du présumé coupable Philippe Pissier, a déclaré :
"Il faut se demander si la shariah est applicable à Cahors. Je peux comprendre qu’à Dubai on conseille aux touristes d’éviter le monokini, mais en France ? Sommes-nous donc maintenant en terre d’islam ?"

Si donc certains pensaient à la lecture du point 1/ que voir l'islam derrière cette bouffonnerie était le symptôme d'une espèce de paranoïa du complot racisto-islamophobe, le point 2/ n'aura pas manqué de les faire se poser quelques questions sur la notion même de complot racisto-islamophobe...

Surtout une fois connu le fait que le site coranix propose (depuis 2005 je crois) d'envoyer ce qu'ils appellent des REDOUTABLES CARTES POSTALES, dont des cartes grivoises (voir au bas de http://www.coranix.org/action/action_2.htm ) pour protester contre la mosquée de Cahors (voir http://www.coranix.org/action/cahors.htm ).

Des cartes postales qui, forcément, passent toutes par le centre de tri de Cahors...Mais ne faisons pas d'amalghameuuuuhhh !

Apparemment ce type d'action "flocon de neige" a cependant été suffisamment efficace pour qu'un dernier flocon fasse déborder le vase au centre de tri et que l'administration judiciaire décide qu'il était temps d'interdire aux citoyens de s'exprimer de cette manière, en faisant un exemple contre le premier "coupable" venu.

D'abord les juges vont faire de l'intimidation, par du harcèlement contre un lampiste, ou pourquoi pas en le condamnant, ceci afin que les citoyens n'envoient plus de cartes postales grivoises pour protester contre les mosquées, au prétexte de ne pas "choquer les enfants", puis ensuite ce sera la répression contre l'envoi des cartes postales représentant des églises, pour ne pas "choquer les musulmans"...

A terme, les cartes postales islamiquement incorrectes seront interdites car considérées comme racistes !

Cela vous semble du délire ?
Vous avez déjà dans l'histoire :
- un employé du centre de tri qui délire
- un directeur du centre de tri qui délire sur le délire de l'employé du centre de tri
- des gendarmes qui délirent sur le délire du directeur du centre de tri qui délire sur le délire de l'employé du centre de tri
- une substitut du procureur qui délire sur le délire des gendarmes qui délirent sur le délire du directeur du centre de tri qui délire sur le délire de l'employé du centre de tri
- et un avocat qui délire sur le délire d'une substitut du procureur qui délire sur le délire des gendarmes qui délirent sur le délire du directeur du centre de tri qui délire sur le délire de l'employé du centre de tri.

Mais les délires ça se soigne.

Puisque les cartes postales mammaires les font délirer c'est donc çà qui leur fait mal, c'est donc avec ça qu'il faut les VACCINER, à dose de cheval.
Donc il faut effectivement, comme proposé dans l'article, envoyer une carte postale à Madame le substitut et une autre au centre de tri de Cahors.
Voici le texte de celles que j'ai envoyées :
MOSQUEE A CAHORS EN 2007
(VOIR TINYURL.COM/3SUXA2)
SHARIA A CAHORS EN 2008
(VOIR TINYURL.COM/4W8GMN)
A QUAND LES MAINS COUPEES ?
LES FEMMES LAPIDEES ?
ET LES HOMOS AU GIBET ?
MAHOMET GO HOME !

N'importe quel rectangle de carton léger, 10.5 x 15cm environ, pouvant servir de carte postale, vous pouvez donc, comme l'a fait l'artiste en question, créer vos propres cartes postales en collant ou imprimant vos propres images.

On trouve le portrait de Gabrielle d’Estrée en haute résolution (1600x1200) sur http://tinyurl.com/4esoq9

Pour en tirer une belle carte postale vous pouvez imprimer l’image en haute qualité et la coller sur du carton fin. Si vous utilisez du papier photo suffisamment rigide, vous pouvez envoyer directement l’image comme une carte postale.

Pas d’imprimante ? Mettre l’image sur une carte SD et aller en faire des tirages photographiques à une borne en self-service, si vous en avez une près de chez vous, tirages photos que vous pourrez alors utiliser directement comme carte postale.

Toujours pour ceux qui ont une carte SD, une borne photos à proximité + un appareil photo ET une copine (concubine, épouse, maitresse etc.) pourvue d’une paire de seins (c’est habituellement le cas) vous pouvez personnaliser la carte postale... :-)

Pas de copine ou d’appareil photo :-( ? Voici une magnifique paire en 2000x1500 : http://tinyurl.com/43enja

Pour les amateurs d’ENORMES PAIRES, voici celle de Lolo Ferrari, en énorme résolution 3543 x 2480 : http://tinyurl.com/3wvslm

Mais comme une carte postale ne permet pas de développer une argumentation, il faut aussi envoyer des lettres, selon la bonne vieille méthode Amnesty International SITA (voir http://tinyurl.com/6r4fsu et http://tinyurl.com/592ezu )

Imprimer (directement depuis le navigateur : Fichier [>Mise en page] > Imprimer...) au choix :
- les deux premières pages seulement du présent article, en recto-verso pour que ça tienne sur une feuille.
ou bien
- l'article http://tinyurl.com/4jmerj (ou http://tinyurl.com/4w8gmn ) résumant bien la situation. Il rentre sur une feuille recto-verso.
ou bien
- les deux articles d'origine de La Dépêche du Midi : http://tinyurl.com/4osc32 et http://tinyurl.com/473wah Chacun s'imprime sur une seule page donc les deux rentrent sur une feuille recto-verso

Avec ça, le destinataire sait de quoi on veut lui causer.

Un timbre tarif 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles, vous pouvez donc rajouter une feuille d'information (recto-verso) par exemple :
- une présentation de l'islam : http://tinyurl.com/2m8ggr
ou
- la lettre à l'humanité d'Ali Sina : http://tinyurl.com/6e7owe
ou encore
- quelques dessins selon votre goût parmi ceux de Steph Bergol http://www.coranix.org/stephbergol/
Ceux avec le personnage de Marianne au sein nu semblent évidemment tout indiqués !

Mettre dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Des cartes postales et des lettres : ce n'est pas plus compliqué que ça de combattre la shar.. euh je veux dire la CHARria et les dhimmis.

Eventuellement, vous pouvez recenser vos actions au Sitathon, http://sitathon.blogspot.com afin d'inciter d'autres internautes à agir de même.

A vos timbres !

SIL a dit…

Mon cher Mike, j’ai préféré garder la version non corrigée de ton commentaire, non seulement histoire que cela t’apprenne à lire mes billets avant d’actionner du Sitha à tout va (un beau billet qui commençait par « charrier », citait l’avocat de Pissier et finissait sur une definition personnelle du verbe charrier ne pouvait occulter ta remarque), mais surtout que je la trouve plus riche et plus drôle que sa version corrigée.

Tiens en parlant d’humour, j’ai caviardé ta blague sur les frangins Dati car même au second degré, ta remarque serait susceptible de me rapporter des emmerdes très premier degré, sans compter que Rachida, je l’aime moi…

la prochaine fois, laisse-moi une adresse courriel où te prévenir en cas de censure republicoïne.

Franchement mon cher marollien « Is dat niet tof ? » ;-)

Anonyme a dit…

Tu veux sans doute dire "code NATINF", et non "code NAF" ? Dis donc mon Silou, tu ne crois pas que tu manques un peu de procédures ces temps-ci ?

@+,

LOLO45TATILLON.

SIL a dit…

"manquer de procedures"... Excellent mon Lolo... Peut-être... Je crois que je me suis emmêler les pinceaux NATINF et NAF avec tous ces codes APE qui changent de nom ;-)

Siné-cure a dit…

Siné-cure a ajouté un nouveau commentaire sur votre message blog "FAUT PAS CHARRIER : LES TIMBRÉS DE CAHORS" :

> j’ai préféré garder la version non corrigée de ton commentaire
Pour la version corrigée voir ( NDLR : chez un site très proche où on écrit sous d’autres lois que les nôtres)

> j’ai caviardé ta blague sur les frangins Dati
Pour ceux qui ne connaisent pas le terme, peu usité, de "caviardage" en voici la définition selon le Larousse : "supprimer un passage, censurer un texte, un article".

Pour ceux qui voudraient donc savoir quelle est la blague sur Rachida Dati qui méritait d'être censurée voir le lien ( NDLR : lien caviardé présent chez les mêmes amis qui écrivent sous d’autres lois que les nôtres, que j’appelle de mes vœux, mais qui ne sont pas prêts de passer chez nous, comme la publkicité de propos diffamatoire n’est pas loin de la diffamation elle-même, paf ! caviardage ) ci-dessous (ou cliquer sur mon nom… NDLR : il n’y avait pas de lien sous ton nom)

SIL a dit…

« Censuré » si tu veux. « Mi casa es mi casa » et puisque je suis le seul pénalement responsable de ce qui se publie ici, en attendant que nos lois permettent une plus grande liberté d’expression et de « blagage », je suis seul juge de ce qui parait ou pas sur ce Blog. Or comme ta bonne vanne pouvait néanmoins caractériser la diffamation, elle s’est vue caviardée, tout comme les liens qui en font la publicité.

Car nom d’un « petit Julien », à la limite si tu faisais partie des fondateurs de ce site comme Siné faisait partie des fondateur de Charlie, ou que tu me rapportais du pognon, je pourrais comprendre ton émoi, on en aurait discuté. Là pas !

« Mi casa es mi casa y en ma casa » il n’y a pas de droit opposable au commentaire.

La liberté d’expression ne consiste sûrement pas à la faire peser sur les dos et la responsabilité des autres. La liberté d’expression c’est avant tout d’assumer ses propos en son nom ou chez soi. Aussi t’es libre de publier ce que tu veux chez toi, pas chez moi. La devise de ce Blog est « je propose et vous disposez ». De l’exacte même façon vous proposez et je dispose…

Amicalement