vendredi 27 juillet 2007

PETITE LEÇON DE DIPLOMATIE LIBYENNE



J’entends de-ci de-là des gens prétendre que notre Président mentirait sur les tractations ayant entouré la libération des infirmières bulgares. N’importe quoi !

Démonstration.


1- Quand notre Président affirme que « la libération des infirmières bulgares n’a pas donné lieu au versement d’un seul euro» au régime libyen, c’est vrai puisque ce n’est pas 1 euro mais 400 millions de dollars qui vont êtres versés au régime libyen. Kadhafi préférant des billets verts. Cette couleur ayant l'avantage d'être islamo-compatible.

2- S’agissant des accords de « coopération tous azimuts » en cours de négociation, quand notre Président nous indique qu’ils n’ont « aucun lien avec la libération des infirmières » c’est encore une fois la vérité. Le lien n’est pas « aucun » mais total.

3- Quand, selon je ne sais plus quel porte-parole élyséen, désolé mais il y en a tellement, « par cet accord sur le nucléaire, il s’agit d’indiquer à la communauté internationale que les pays respectueux du Droit International auront accès à cette technologie productrice d’énergie renouvelable » (renouvelable ?!?), c’est toujours la vérité.

En effet, il est juste de rappeler que l’incompétence de l’état libyen en matière sanitaire, leur déni de responsabilité, leur goût pour le bouc émissaire americano-sioniste, ainsi que pour la torture d’innocents, la prise d’otage et le chantage, ne constituent pas encore une infraction au Droit International justifiant la privation de technologie nucléaire. En parlant d’impéritie et de déni de responsabilité, je sens qu’on va bien rigoler, questions responsabilités, lorsque les premiers incidents se produiront dans ces centrales.

Comme par ailleurs, toujours d’après ce porte-parole, « il s’agit d’un long processus » qui va nous permettre de refourguer à prix d’or des centrales première-génération, « toutes pourrîtes » comme le dirait ma fille, bien qu’étant contre le principe de remettre entre des mains sales, les allumettes du feu nucléaire, je dois avouer y être favorable d’un point de vue cynique.

Tout simplement parce que d’une part, on va pouvoir récupérer le pognon qu’on leur file pour leur satané pétrole, et que d’autre part, on va pouvoir installer de fait, au cœur du pays de notre nouveau meilleur ennemi, de très jolies bombes sales latentes, qu’il nous suffira de faire péter soit à distance, soit en les bombardant, si d’aventure notre nouveau pote était pris d’une grosse envie de déconnade.

Là où je dirai dommage, c’est dans le fait de ne pas avoir prévu encore plus d’étapes dans ce « long processus ». Par exemple celle prévoyant la vente de la technologie du Feu « classique », en refourguant à prix d’uranium enrichi les silex que nous conservons au musée de l’homme. Puis celle de la Roue et ainsi de suite. Vu le prix que m’a coûté le changement du jeu complet de roues de ma Mercedes (PUB) classe M, il y aurait eu de quoi se faire de l’argent en leur vendant la Roue.

Quant à ceux qui ont oublié à quel point je peux avoir raison, je les invite à relire le billet du 15 mai sur Kadhafi et « les infirmières en enfer », billet lu par mes soins sur Dailymotion, si d’aventure la lecture de ma prose vous fatigue les mirettes. Ce que je peux en avoir marre d’avoir raison, moi !!!

MisSILe Nucléaire

1 commentaire:

Melle E très matinale a dit…

Coucou,
Vu que tu as l'air de bien connaître notre Président (sic) peux-tu lui demander d'envoyer sa femme au Liban libérer Gilad Shalit puis ensuite direction la Colombie pour libérer Ingrid Bétancourt...
Elle pourra ainsi passer de belles vacances aux 4 coins du monde aux frais de l'Etat?
Je dis ça comme ça moi!!
Sur ce je prépare ma valise et je pars en vacances...y'a intérêt à ce que tes billets soient tout aussi intéressants à la rentrée. lol