samedi 18 octobre 2008

DU FEMINISME AU GAMINISME


D’un côté, un Mont Arafat de tristes faits, durs et têtus comme le granite. Femmes cloîtrées, voilées, répudiées, excisées, battues, vitriolées, lapidées, brûlées vives, assassinées pour cette horreur qu’ils appellent honneur, adultes comme mineures, là-bas mais aussi ici. Une avalanche de faits qui ici se repend comme une coulée de boue depuis les dits « quartiers » jusqu’aux centres-villes, depuis la banlieue lointaine jusqu’aux portes de nos capitales, les Champs-Élysées accueillant déjà le défilé des camisoles de force qu’impose cette religion phallocrate aux femmes de tous horizons.

De l’autre côté, force est de constater l’absence quasi-totale de réaction de nos pseudos féministes. Les unes cajolant le gueule du chacal islamique, lui trouvant des excuses, donnant dans la condescendance sociale alors que le chacal Allanubis nous vient de la très riche Arabie. Les autres préférant l’aveuglement.

Aussi elles s’enfoncent la tête bien profondément dans le sol, espérant échapper à Allanubis et son prophète Pic-Pam-Pam, alors que pendant ce temps le gigantesque glissement de terrain se poursuit sous leurs jolis escarpins. Certaines parlent même de parano, se moquent des détecteurs de complots alors qu’il ne s’agit en aucun cas d’une conspiration, ourdie en silence et avançant masquée.

Non, bien qu’à moitié voilé, ce programme d’oppression de l’homme mais surtout de sa féminine moitié, est écrit noir sur blanc, se lit, se prêche, se prie, s’hurle dés avant l’aurore. Le chacal Allanubis est un hurleur. Il ne camouffle pas non plus les corps de ses victimes. Non, il les ouvre, les pend, les expose, se délecte de leur sang. Le chacallah est un charognard. Il revendique son crime. Il en est fier. Il se veut exemple. Son programme est d’une évidence aveuglante. Une évidence qui mobilise très peu de nos féministes. Quelle pitié !

Pendant que nos vieilles guerrières du féminisme se reposent, et que leurs filles se vautrent dans une rente de situation qui craquelle de tous côtés, nos Machistadors s’activent-ils un peu plus, s’inquiètent-ils du sort que certains réservent à leur femme et surtout à leurs filles ? Pas trop non plus ! Mais pourquoi donc ?

Parce que les filles de nos fières féministes ont transformé un juste combat en Gaminisme, dans une lutte sans fin, un caprice ayant pour objectif d’obtenir toujours plus des bons bougres qui ont déjà donné et qui acceptent encore et toujours de donner. Au lieu d’aller arracher avec les dents, les barbes et surtout les couilles des tortionnaires de la Femme, celles-ci impuissantes, l’ovaire en berne, préfèrent se défouler sur le « myk mann », ce doux mâle que tend à devenir l’occidental.

Le mouvement « Myke menn », « hommes doux », est celui qui apparut en Norvège dans les années 1970. En accompagnement du féminisme ces hommes-là voulurent de se dépouiller de la virilité viking pour mieux s’occuper de leurs enfants. Comme si on ne pouvait pas être doux et viril à la fois, la main se faisant douce mais le reste demeurant dur. À moins que par « doux » il ait fallu comprendre « mou ».

Quoi qu’il en soit, « doux » mais pas moins lâche, celui-ci semble tenté de se dire que puisque les femelles se sont émancipées, font des bébés toutes seules (suivez mon juste regard), veulent le pouvoir, veulent « être obéies », sont désormais puissantes, et bien qu’elles se débrouillent toutes seules. « Nos pères se sont battus contre le vrai fascisme, battez-vous contre le seul vrai qui vous menace. Aux armes citoyennes. Epatez-nous donc ! »

Des fois, je me demande même si chez certains de mes mous congénères n’affleureraient pas comme des envies de femmes soumises, de polygamie, comme des vieux relents de phallocratie. C’est marrant, ce mot est féminin. D’une phallocratie qui aurait le puissant avantage de ne pas avoir à être argumentée. Elle nous serait octroyée de droit divin par Allanubis.

Et oui mes cocottes, un modèle culturel s’obtient mais surtout s’entretient. Vos mères l’ont obtenu. À vous de l’entretenir. Non pas en prenant la tête à ceux qui acceptent, pour les trouver justes, pour s’y retrouver, les nouvelles règles du jeu, qui essayent de se glisser dans la peau très « slim » du nouvel Adam. Perso, elle me serre un peu à l’entrejambe. Mais de l’entretenir plutôt en valorisant, en nous valorisant, en vous montrant un peu douces, vous aussi, puisque au fond nous sommes vos amis. Si ! Si ! De faire dans la sélection culturelle des espèces, en somme. Sinon pourquoi voudriez-vous que l’on accepte de se faire pourrir alors que grâce à la mondialisation et aux effets positifs de la colonisation islamique, des modèles de femmes très très soumises sont disponibles sur le marché.

Et oui, mes cocottes, il va non seulement falloir se réveiller mais surtout arrêter de vous tromper de cible, en somme d’arrêter de nous faire chier. Que voulez-vous, les gamines capricieuses c'est mignon mais cela ne nous excite pas ! Je rappelle aussi que dans toute cette Histoire, dans la récente du moins, nous autres « Myke menn » ne sommes pas les méchants oppresseurs de la Femme. N’oubliez pas également qu’en tout combat, juste de surcroît, il faut des fidèles alliés et que toute alliance s’entretient. Je rappelle à cet effet que les « Myke menn » dans mon genre n’ont absolument rien contre la fellation.

SILex Menn

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut Sil !

Ton final est splendide ! Tu ne pouvais plus tenir, je suppose ;-))

Bon, que dire de tout cela, à part un bon gros OUI, t'as raison ! Je me suis aussi "toujours" beaucoup demandé pourquoi féminisme et islamisme, ennemis objectifs, se montraient si souvent alliés dans des circonstances des plus inattendues (le cas Truchelut n'est qu'un exemple). J'ai même cru à un moment que c'était moi qui ne comprenais rien ; imagine un peu le doute qu'il faut pour que j'accepte de remettre ainsi en question ma propre intelligence !
Mais finalement, tout cela a une logique. Toute émancipée qu'elle soit, la femme reste un corps fait de besoins et de contradictions (plus que les hommes, reconnaissont le). Du coup, cette complaisance au regard de l'islamisme ne serait-elle pas une forme un peu pervertie du besoin qu'ont les femmes (là j'attends des réactions, je suis prêt à m'expliquer si nécessaire) d'avoir des géniteurs virils, brutaux, puissants et exerçant cette puissance. En gros, un phénotype quasi caricatural garantissant un génotype idéal. Mais tout autant, ne veulent-elles pas de doux compagnons, aimant le fruit de leurs entrailles avec autant d'abnégation qu'elles mêmes ?
Ben oui, parce que l'archétype du mâle, parfois, il bouffe ses rejetons et il cogne sa femme ; alors au quotidien c'est pas fun. Tandis qu'un Myke Menn, ça contribue aux tâches ménagères, ça trime un peu chez un patron, et ça emmène les gosses jouer au parc quand Madame fait une virée avec ses copines. Si nécessaire, ça élève même les gosses d'un autre ! C'est la formule idéale : la femme compose son menu du début à la fin, de l'épicé au sucré, de "l'entrée" au dessert.

Et l'avis des hommes dans tout ça ?

Mais revenons-en à ton billet, cher Sil, je voulais pour finir mettre en exergue ta formule (est-elle de toi, d'ailleurs ? Je lis si peu en ce moment que ma maigre culture s'appauvrit chaque jour ...) : la "sélection culturelle des espèces".

C'est beau, c'est porteur d'espoir et d'humanisme et ça garde de l'élan. Quel meilleur objectif à proposer aux foules ???


@+,

LOLO45UNDIMANCHEMATIN.

SIL a dit…

Dis-moi mon Lolo aurais-tu subi toi aussi le syndrome du "meilleur ami".

Rappelle-toi, par ces temps jeunes où notre sensible timidité nous portait à draguer sensiblement, amicalement, foireusement puisque l'on devenait trés vite le meilleur ami de filles que l'on desirait, pendant que celle-ci se faisaient ravager affectivement et monter comme un vulgaire scooter volé par des connards de basketteurs semi-professionnels qui n'en avaient rien à foutre de leurs sentiments et qui nous les rendaient en lambeaux pour réparation.

Même pas des idiotes pourtant. des filles trés intelligentes, Science po Paris et tout et tout. Et toi qui te paluchait la nuit venue aprés avoir passer la soirée à les consoler.

Et oui ce goût pour le connard chez la femelle m'a toujours fasciner comme si nous autres Myke Menne nous ne pouvions pas être gentils, sensibles, à l'écoute et virils, endurants, cromagnons, en même temps...

Sinon la "selection culturelle des especes" c'est bien de moi. De toute façon, ci quelqu'un y avait pensé avant ou en même temps, pour ne pas le savoir, cela n'enlève en rien la paternité ou copaternité cerebrale de ce concept trés Silien. De toute façon quand j'emprunte, je cite...

Quelque chose me dit que tu vas aimer ma découverte du "syndrome de l'amazone" que j'exposerai à une planète transie d'admiration trés bientot. ET dire qu'il aura fallu attendre prés de 3000 ans pour que l'on comprenne enfin le sens de cette fable...

Francis Aston a dit…

Si on imprime cet article (Fichier [mise en page... | Aperçu avant impression...] > Imprimer) il peut tenir en trois pages (une feuille recto-verso et une feuille recto) le texte se terminant idéalement sur une phrase du commentaire numéro 2 :
"Et oui ce goût pour le connard chez la femelle m'a toujours fasciner"
(Attention aux coquilles : >>Hé<< oui ... fascin>>é<<)

Au verso libre j'avais d'abord l'intention d'imprimer l'un à côté de l'autre deux dessins illustrant parfaitement l'article :
http://www.coranix.org/stephbergol/simpli/drapisla.htm
http://www.coranix.org/stephbergol/simpli/platre.htm

Mais j'ai ensuite cherché quelques adresses postales de nids de femelles à qui envoyer le tout afin qu'elles aient l'opportunité de le lire et j'ai trouvé notamment cette page-là :
http://www.mix-cite.org/contact/index.php3
Notez la mention spéciale pour les villes de Lille et de Marseille, deux foyers d'islamisation virulente, comme par hasard !

Donc au lieu des deux dessins seuls, j'ai imprimé cette page de contacts et j'ai rajouté les deux dessins de part et d'autre de la mention spéciale, mention que j'ai entourée de rouge avec deux flèches, rouges aussi, pointant vers les deux dessins de part et d'autre.
C'est une mise en page un peu compliquée (trois impressions sur la même feuille) mais on peut simplifier : imprimer cette page contact, entourer en rouge la mention pour les villes de Lille et de Marseille et ajouter, toujours en rouge : "PLUS d'islam, MOINS de droits, c'est VOTRE choix".

J'ai envoyé le tout aux adresses de la page précédente mais aussi aux adresses suivantes :
http://www.chiennesdegarde.com/contenu_contact.html
http://www.prochoix.org/frameset/abonnement.html (à cause de http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/10/11/1767-affaire-des-vosges-un-jugement-severe-mais-qu-il-faut-accepter-caroline-fourest )

Il existe de nombreuses autres associations, je vous laisse faire le choix de celle(s) supplémentaire(s) à qui vous voudrez tenter d'ouvrir les yeux par un courrier postal :
http://www.feministes.net/liens.htm (rubrique "Associations et sites féministes")

PS : pour ceux qui douteraient de l'efficacité de la technique des courriers timbrés, voir le dernier résultat en date sur http://www.actionsita.com/article-23862202.html

Anonyme a dit…

Je ne reviendrais pas sur le fait que des associations de féministes ont été d'accord avec certains islamiques. Il ne faut pas tout mélanger. Pour une association qui ne réagit pas, plusieurs milliers de féministes, qui ne sont pas obligé(e)s d'appartenir à une association pour avoir une opinion, réagissent, informent les gens autour d'eux(elles), écrivent dans des petits journaux (et même des grands)....

Il ne faut pas oublier non plus qu'être féministe, c'est être pour l'égalité homme-femme. Donc.... les hommes aussi peuvent être féministes. C'est bien beau de demander aux femmes de se bouger, les hommes aussi doivent réagir. Le féminisme à trop longtemps été une affaire de femmes, pour les femmes. Maintenant, le féminisme se partage, se discute, prend en compte l'avis des autres. Dont les hommes. Oui, le féminisme est aussi une affaire d'homme, et certains (dont vous, j'en ai peur)ont tendance à l'oublier (Et pas besoin de se castrer pour être féministe, je tiens à le rappeler.).

SIL a dit…

Oui, le féminisme est aussi une affaire d'homme, et certains (dont vous, j'en ai peur)ont tendance à l'oublier

Chère Madame,

Il me semble que le combat que je mène depuis des années contre la phallocratie islamique atteste du contraire.

Cordialement,