dimanche 25 mai 2008

ROBERT REDEKER ET LA LOI DE NAULLEAU

redeker l'islamophobe crucifié chez ruquier
Vidéo envoyée par sifdine69

Jusqu’à présent en matière d’évolution, nous avions parmi les différentes lois à disposition celle de Bollo sur l’irréversibilité de cette même évolution. Cette loi de Bollo veut qu’un membre qui s’est spécialisé dans une fonction ne peut pas revenir en arrière. Par exemple, un pied de singe spécialisé dans la locomotion arboricole ne pourra pas revenir en arrière pour se re-spécialiser ensuite dans la marche bipède. Or à cette loi s’ajoute désormais la loi de Naulleau voulant qu’un chroniqueur à la cervelle spécialisée dans le politiquement incorrect peut subitement régresser pour finir par verser dans le bien-pensance la plus fanatique dés qu’il s’agira de l’islam.

C’est en effet la conclusion à laquelle m’a amené le visionnage de cette séquence de l’émission du roquet Ruquier « on n’est pas couchés » de samedi dernier. Alors que j’étais couché, oeuvrait dans l’un des salons du PAF un sacré panel d’empaffés, exception faite de mon Zemmour d’amour qui s’est évertué à rappeler le droit de critiquer les religions.

Un Zemmour toutefois un tantinet mollasson, notamment lorsqu’il demanda au professeur Redeker d’arrêter de comparer Mahomet à Hitler. Même si je comprends très bien où il veut en venir étant donné que les reductio ad hitlerum sont devenues une manie insupportable, et que la folie de Mahomet ainsi que l’ignominie de son programme de lutte politique, le coran, se suffisent à eux-mêmes, je lui signale tout de même qu’il n’est pas incongru d’accepter ce genre de comparaisons si le caractère parfaitement comparable de ces deux choses a été démontré. Chose faite dans mon billet « la pensée petit blanc » en octobre 2007. D’accepter cette comparaison non pas comme une simple facilité de condamnation mais comme un moyen de compréhension des mécanismes d’action de l’islam et par conséquent des moyens de les combattre.

Mais bon, je lui pardonne aisément ce petit coup de mou pour la bonne raison qu’en plus de ma tendance à tout lui pardonner, les mugissements du panel d’invités et les gloussements des dindons disposés en batterie sur les estrades, avaient de quoi fatiguer. Avec une mention toute particulière pour nos deux tartuffes, particulièrement sublimes dans le surjeu de l’indignation pro-islamique, que sont Pascale Clark et Richard Bohringer.

Une Pascale Clark volant tel Clark Kent dans son tutu bleu au secours des bouffons verts de l’islam. « Rien ne justifie une mise à mort MAIS je pense que ce n’est pas possible d’insulter une religion comme ça ». Par Allah le lubrique, que tout ça fleurait bon la cuisse entrouverte au creux de laquelle la fleur des sables éclose exhalait le doux parfum du musc vaginal. Bravo ma jolie, tu as gagné à coup sûr ta place de hourie ahurie au paradis d’Allah.

Richard Bohringer, dit monsieur « ce n’est pas bien » pour les intimes, fut quant à lui merveilleux dans le rôle de celui qui abat sur la table son indignation comme on joue le valet de pic au bout duquel risque fort de se retrouver des têtes d’infidèles bien réelles. Le valet Bohringer, la main sur le cœur, fit acte de soumission en jurant son grand dieu qu’il respectait « infiniment » l’islam et le coran, ce qui pour le coup le rend aussi méprisable que le coran. Encore un qui a signé un contrat sans même l’avoir lu. Quel délicieux fumet là aussi. Celui d’un Bohringer, pantalon et slibard baissés sur les genoux.

Et bien saches que tu poques du derch mon cher Richard. Rien de bien inquiétant cela dit ! Avec ton trou de bal des cocus, tu as d’ores et déjà ta place dans un paradis où l’on enfile les petits garçons et les petits naïfs dans ton genre comme on enfile les perles défilées (sourates 56 et 76).

Et oui, ladies and gentlemen, tous ces frocs baissés, exhalent le parfum de la frousse dont j’ai gardé la meilleure fragrance pour la fin. « Le Naulleau ! Le Naulleau ! »

Le Naulleau qui confond les écrits antireligieux de Voltaire ou de Lévi Strauss avec le Mein Kampf d’Adolf Hitler. Un Naulleau qui ne sait toujours pas à son âge et après tant d’ouvrages parcourus, faire la différence entre antisémitisme, la haine du juif, et le rejet des idéologies religieuses en général et de l’idéologie islamique en particulier. C’est à vous désespérer de la culture écrite.

Un Eric Naulleau qui, après avoir regretté devoir défendre Redeker, critique « la mystique » de la liberté d’expression et déplore de se trouver bien seul à rappeler le devoir de responsabilité qui va avec la liberté d’opinion.

Que mon Naulleau se rassure, il est très loin d’être le seul à rappeler cette conception du devoir de responsabilité. À vrai dire tous les islamistes partagent avec lui cette même conception mystique de la responsabilité au sens islamique du terme. Opinion qu’ils n’hésitent jamais à exprimer au moindre dessin, propos ou écrit critique envers l’islam.

Alors, mon Naulleau, puisque te voilà rassuré, puisque te voilà non isolé, entouré de tout plein d’amis, surtout ne te sens pas obligé de défendre Robert Redeker qui n’est pas tout seul lui non plus. Je te dispense d’être hypocrite. Laisse-nous défendre Redeker pendant que tu défendras ta profession de foi. « Je défends des textes que j’aime et pourfends les fausses valeurs ». Défends donc le coran, les arguments des islamistes et n’hésite pas à pourfendre la liberté d’expression.

Fait donc ce que tu sais faire de mieux, le politiquement incorrect émasculé.

Sois « krès krès méssant » avec les gens bien élevés, avec des Robert Redeker profondément polis, aimables, sensibles, intelligents et humanistes. Des gens qui te tendront l’autre joue quand tu les accuseras d’écrire des « inepties » sans même démontrer en quoi le texte du professeur Redeker est inepte ou simplement faux. De quelles inepties parles-tu mon petit Naulleau. Laisse tomber va ! Je mettrais ma main à couper que tu n’as lu ni le coran, ni les hadiths, ni même la moindre biographie du pervers Mahomet. Finalement tu sais être aussi drôle que Cauet.

C’est ça, contente-toi de faire ton méchant avec des gens qui acceptent les règles du jeu, qui ne te menaceront jamais d’une fatwa. Avec des gens qui au pire te traiteront de « suppôt du gouvernement » comme l’a fait début février le Cali, notre révolutionnaire d’Eurovision. Un petit bouffon rouge qui en te piquant tes fiches, t’aura permis de jouer le bon critique indigné par tant d’impolitesse. Laisse donc la vraie critique à ceux qui ont un cerveau et des couilles.

Enfin, tout cela était couru d’avance et le mieux est de laisser Bourdieu vous expliquer pourquoi.

"Ce qui est sûr c’est qu’il y a un lien entre la pensée et le temps. Et un des problèmes majeurs que pose la télévision, c’est la question des rapports entre la pensée et la vitesse. Est-ce qu’on peut penser dans la vitesse ? Est-ce que la télévision, en donnant la parole à des penseurs qui sont censés penser à vitesse accélérée, ne se condamne pas à n’avoir jamais que des fast-thinkers, des penseurs qui pensent plus vite que leur ombre... Il faut en effet se demander pourquoi ils sont capables de répondre à ces conditions tout à fait particulières, pourquoi ils arrivent à penser dans des conditions où personne ne pense plus. La réponse est, me semble-t-il, qu’ils pensent par « idées reçues ». Les « idées reçues » dont parle Flaubert, ce sont des idées reçues par tout le monde, banales, convenues, communes ; mais ce sont aussi des idées qui, quand vous les recevez, sont déjà reçues, en sorte que le problème de la réception ne se pose pas. Or, qu’il s’agisse d’un discours, d’un livre ou d’un message télévisuel, le problème est de savoir si les conditions de réception sont remplies ; est-ce que celui qui écoute a le code pour décoder ce que je suis en train de dire ? Quand vous émettez une « idée reçue », c’est comme si c’était fait ; le problème est résolu. La communication est instantanée puisque, en un sens, elle n’est pas. Ou elle n’est qu’apparente. L’échange de lieux communs est une communication sans autre contenu que le fait même de la conversation. Les « lieux communs » qui jouent un rôle énorme dans la conversation quotidienne ont cette vertu que tout le monde peut les recevoir et les recevoir instantanément : par leur banalité, ils sont communs à l’émetteur et au récepteur. A l’opposé, la pensée est, par définition, subversive : elle doit commencer par démonter les « idées reçues » et elle doit ensuite démontrer. Quand Descartes parle de démonstration, il parle de longues chaînes de raisons. Ça prend du temps, il faut dérouler une série de propositions enchaînées par des « donc », « en conséquence », « cela dit », « étant entendu que »... Or, ce déploiement de la pensée pensante, est intrinsèquement lié au temps." Pierre Bourdieu - Sur la télévision (1996)

Et oui, c’est ainsi, il nous faudra encore pas mal de temps, de patience et d’énergie pour démonter brique après brique cette ziggourat d’idées reçues sur l’islam. Alors au travail camarades, laissons les bouffons arpenter la ziggourat et levons notre chapeau en l’honneur du professeur Redeker qui a bien avancé sur son pan de mur.

Vous n’êtes pas seul mon cher Robert et pour être tout aussi respectable qu’aimable, vous êtes de nous tous, tout autant respecté qu’apprécié.

SILex sed lex : « Naulleau, prends-toi ce biface dans ta face »

6 commentaires:

Nina a dit…

Plus je te lis et plus je t'aime !
Bravo encore pour tes billets bien tournés, drôles et pertinents.
Ta douce moitié doit y être pour quelque chose car lorsqu'un homme est aussi à l'aise dans la critique, il faut chercher la femme !
Merci à elle donc...je tairai ma jalousie...arf !
As-tu entendu la bonne nouvelle de mercredi dernier ? Enderlin/France 2 déboutés devant la Cour d'Appel de Paris...8 ans après le doute point son nez sur le bidonnage d'Enderlin. Ce dernier va se pourvoir en cassation certes...mais je suis confiante, d'autres éléments non pris en compte vont arriver des USA, d'Allemagne et d'Israel...Le 4è pouvoir va s'en prendre plein les gencives en notre doulce France !
Quelle jouissance ! Je m'étais "faite" Enderlin et Chabot durant le procès..."Arrivez-vous à dormir ou bien vous faites vous aider par des somnifères depuis que votre reportage bidonné fut à la base de meurtres notamment d'un de vos confrères Daniel Pearl et d'antisémitisme sans précédent depuis 60 ans ?"...
"Je dors très bien merci..."
Quel brio !!!
Chabot m'assura que si elle perdait, elle donnerait sa démission ainsi que tout le bureau de France 2 en Israel...

J'attends donc...mouahahahahahah

Continue mon Sil...Tu me fais du bien et tu m'apprends plein de trucs comme le Docteur House (bon...c'est mon côté ricain, j'adore cette série...)

SIL a dit…

Hello ma Nina,

Miroir ! Miroir ! L’Amour que l’on m’envoie revient vers soi ! Merci de ton affection qui me touche énormément !

Concernant « La Femme » j’avoue avoir été tenté de te la jouer indignation genre « comment ça, nous les hommes ne serions pas capables d’être géniaux tous seuls ; faudrait forcement qu’il y ait une greluche derrière tout ça ; non mais c’est quoi cette condescendance »… mais comme c’est forcement un peu beaucoup vrai. Perso, ce sont les femmes qui m’ont souvent appris le principal…

Et s’agissant de Ma Femme, je n’ai pas eu de chance.

En épousant une orientale j’espérais tombé sur une cruche dénuée du moindre caractère qui me permettrait d’assouvir mes pulsion narcissiques perverses… manque de bol ma demi-orientale est du genre exceptionnelle… En plus de toutes ses autres qualités, elle est « presque » aussi brillante que moi, ne rigole jamais à mes blagues (bon ça c’est du à ses tristes origines) même quand elles sont à se fendre la poire, me contredit tout le temps par principe même si mon raisonnement ne souffre aucune contradiction, ce qui me pousse à toujours trouver un argument encore meilleur, et se trouve être le meilleur maître spirituel qui soit… me poussant à toujours dépasser les limites de la méditation active, du zazen tant elle a poussé loin cette féminine capacité aux disputes byzantines capables de faire embraser les chakras crâniens du plus grand des boddhisattvas…

A ça c’est facile de jouer les Dalaï-lama, les Papes et autre maîtres stylites quand on n’a pas une gonzesse de caractère dans les bras… Tu comprends maintenant pourquoi je méprise les soi-disant maîtres spirituels… des Guignols sans épouse et sans gosses… des êtres inférieurs en somme….

Sinon, j’ai appris pour Enderlin… comment dire… il ne m’inspire que mépris et pitié, les pires sentiments qui soient pour moi… même pas de la colère, ni de la compassion… non, comme le dirait Brice de Nice, Enderlin et les crétins qui l’entourent sont « comme le H de Hawaï et le ç de Surf… ils ne servent à rien… voir n’existent pas… »

Gros e-bisoux et @ bientot

La Rousse a dit…

> le valet de pic au bout duquel
le valet de PIQUE au bout de LAQUELLE

UNE pique : le truc qui pique, "pike" en Ningliche

UN pique : la figure de pique, aux cartes, "spade" en Ningliche

UN pic : le truc qui culmine, "peak" en Ningliche

SIL a dit…

Merci La Rousse, ton commentaire vaudra rectification puisque je ne sais pas comment corriger mes billets postés avec video depuis Dailymotion....

Quant à moi je m'en vais pique te pique et colégram, gourre, me gourre et me rétam ;-)

Marcel Winehouse a dit…

> il nous faudra encore pas mal de temps,
> de patience et d’énergie pour démonter
> brique après brique cette ziggourat
> d’idées reçues sur l’islam.
> Alors au travail camarades

Da, kamarad, au travail !

L'adresse professionnelle de Richard Bohringer est sur l'annuaire des professionnels du cinéma français :
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/117857/richard-bohringer

L'adresse professionnelle de Pascale Clark c'est à Canal+ :
http://www.canalplus.fr/pid1975.htm

Et l'adresse professionnelle d'Eric Naulleau c'est à France2 :
http://relations.france2.fr/toutsavoir_ecrire.htm

Le présent article s'imprime sur trois pages, c'est à dire deux feuilles (une feuille recto-verso + une feuille recto) directement depuis le navigateur :
Fichier [> aperçu avant impression...] > Imprimer...
(ou CTRL+F)
Ca tombe bien : un timbre tarif de base "20 grammes" permet justement d'envoyer deux feuilles.

Au dos de la deuxième feuille on peut imprimer, au choix, la première ou la deuxième page de l'argumentaire de présentation des écoles coraniques et des mosquées, deux cancers typiques de la secte des adorateurs de Mahomet et que l'on voit trop souvent se bâtir en France
http://www.coranix.org/action/presentation_islam.htm#ecole

Imprimer le tout en trois exemplaires : un pour Richard Bohringer, un pour Pascale Clark et le troisième pour Eric Naulleau, à leur envoyer tout simplement par la poste.

Coût : 1 euro 50 et des poussières (les trois timbres + papier, enveloppes, encre...) et un peu plus de 20 minutes.

C'est la méthode SITATHON (méthode Amnesty International, en fait...) et ça marche :
http://sitathon.blogspot.com/2007/09/suite-une-action-sita-la-dpche-du-midi.html

A vos imprimantes, timbres, enveloppes etc. !

SIL a dit…

SPASIBA TOVARITCH MARCELSKY!