vendredi 5 octobre 2007

LE MARQUIS DE POMBAL : UN ROYAL LAÏCARD


Le 5 octobre 1768, le Marquis de Pombal, Premier Ministre du roi portugais Joseph I, dans le cadre de ses reformes religieuses oblige par décret, à ce que tous les nobles antisémites ayant des fils en âge de se marier, organisent des noces avec des familles juives.

Je ne sais pas vous mais moi, quand j’ai appris cela, je me suis dis, je kiffe grave ce mec. Je sais, kiffer un marquis quand on est un républicain de la plus fanatique espèce, c’est étrange. Que voulez-vous, à l’instar de Max Gallo, non seulement je vibre au souvenir de Reims et lis avec émotion le récit de la fête de la Fédération, mais je vis avec la même émotion le souvenir du 25 avril 1974 comme celui du marquis de Pombal.

Émotion pombaline qui met systématiquement en rogne mes amis Brésiliens. Car rappelons, pour leur faire plaisir, que tout éclairé qu’était son absolutisme, mon marquis leur fit un peu la misère. N’étant porté en rien sur l’exotisme, il demanda aux Brésiliens de cesser de commercer à tout va avec n’importe qui, indépendamment des seuls intérêts de l’Empire portugais, mais également de rire, de parler leur créole tout chelou (le Nheengatu) et de pratiquer leur Capoeira, cet art martial dansé, absolument pas efficace ni dans un ascenseur, ni dans une cage d’escaliers et encore moins contre les puissances ennemies.

Toutefois, cette absence de goût tropicaliste mis de côté, le fils de portugais que je suis se devait de témoigner son admiration et ses remerciements à un homme politique d’une telle stature. Un homme politique qui a su imposer une même Loi sans distinction de classes. Qui abolit l’esclavage dans les Indes portugaises. Qui a su gérer avec un sang froid admirable les suites catastrophiques du tremblement de terre de 1755. Ayant survécu de justesse, il s’attela immédiatement à la reconstruction de Lisbonne, après avoir dit cette phrase célèbre. « Et maintenant ? Nous enterrons les morts et secourons les vivants ».

Un homme politique auquel je sais gré d’avoir "industrialisé" son pays, en apprenant enfin aux Portugais à fabriquer les bouchons pour leur vin de Porto. Mon grand-père me racontait souvent cette blague voulant qu’avant le marquis de Pombal, les Portugais étaient suffisamment glands pour vendre leur liège aux Anglais, puis pour le leur racheter 10 fois plus cher sous la forme de bouchons.

Un grand personnage que je remercie pour sa mise au pas de l’église et son combat contre l’antisémitisme.

Après avoir expulser les jésuites de l’empire au motif qu’ils agissaient en Etat dans l’Etat et édicter le décret du 5 octobre 1768 vu en introduction, il promulgua une loi que j’aime beaucoup également. Celle du 25 mai 1773. Cette loi mettait fin à toutes les lois précédentes qui instituaient une discrimination entre « chrétiens-nouveaux » ( familles juives converties de force par l’inquisition) et « vieux-chrétiens » (chrétiens sans ancêtres juifs) et interdisait tout bonnement l’utilisation du mot « chrétien-nouveaux » sous peine de sanctions sévères. Le fouet en place public pour le peuple. La perte des titres, charges et pensions pour les nobles. L’expulsion du Portugal pour le clergé.

Ça c’est du bonhomme… Capable de comprendre la notion de prosélytisme religieux et d’en tirer les conclusions politiques qui s’imposent.

Aussi, veuillez agréer Monsieur Sébastien José de Carvalho e melo, Marquis de Pombal, ma profonde considération.

SIL vieux-chrétien-nouveau

3 commentaires:

Chieuvrou a dit…

À titre d'information, en ce moment même s'achève, sur France Culture, une intéressante émission sur les Juifs du Portugal.

Bon, certes, c'est dans le cadre du programme religieux du dimanche matin, en l'occurrence Maison d'études, mais mon laïcardisme, qui, je pense, n'a rien à envier au tien, s'accommode fort bien en général de cette émission, notamment lorsqu'elle traite de sujets historiques (tout comme, du reste, il s'accommode de Culture d'islam, d'Abdelwahab Meddeb, le dimanche soir, et ce sans vouloir forcément sacrifier, par ce parallélisme, à un politiquement correct de bon aloi).

Ah, maintenant, voilà l'Union Rationaliste à propos du chevalier de La Barre. Je te laisse donc.

Bon dimanche.

SIL a dit…

Merci pour l'info même si j'ai loupé l'emission. Faudra voir si elle peut se poadcaster.

Merci aussi mon cher Chieuvrou car en effet notre laicardisme s'accommode trés bien de la culture d'où qu'elle vienne...

Sphax a dit…

"Après avoir expulser les jésuites de l’empire au motif qu’ils agissaient en Etat dans l’Etat"

Une bonne idée pour notre futur premier ministre quand il faudra traiter avec l' UOIF